Vie de famille •• Harland & Amélia
avatar


Messages : 48
Occupation : artiste de cirque spécialisée dans les numéros pyrotechniques et diseuse de bonne aventure hors représentation à l'Arcadius
freesia

Ven 21 Avr - 23:31
vie de famille
harland & amélia
l'air du printemps est si clément
qu'en réalité le châle qui repose sur mes épaules tiendrait presque de l'ornement
une aigrette de pissenlit vient soudainement se ficher contre le carré de velours sur lequel je bats mes cartes et je la saisis du bout des doigts
sans impatience
ni fermeté
et la renvoie d'un souffle aux bras du vent
(à ses pérégrinations)
(son voyage n'est pas terminé)
et je reprends mes cartes en main
j'entreprends de retourner celles que j'ai tirées
l'amoureux se révèle sous mes doigts et je souris
elle me rappelle l'amoureux que j'ai élevé
celui qui s'en est allé chercher sa moitié
(que je n'ai pas encore rencontrée)
et qui doit l'amener ici
plus près de lui
plus près des autres
et
à cette pensée je lève les yeux
et j'apprécie la manière qu'a le destin de lier toutes choses entre elles
même les plus petites
car je vous vois de loin vous diriger vers moi
vers ma roulotte
chargés de bagages et d'appréhension
alors je me lève
le sourire aux lèvres
je pose d'abord le regard sur toi harland
(mon enfant)
puis sur toi amélia
sur ton visage poupin
j'y lis mille choses mais surtout un peu de crainte
alors je te souris comme si tu étais ma propre fille
(rassure-toi)
je hoche doucement la tête et je ferme longuement les yeux
comme on le ferait face à un chat effarouché
bienvenue à l'arcadius, amélia.
(bienvenue chez toi)
puis
je me tourne vers toi harland
et alors que je repositionne mon châle d'un geste
je songe que les choses devraient être faites dans les formes
même si au fond chacune sait qui est l'autre
je te laisse connecter les femmes de ta vie par toi-même
avec l'enthousiasme qui t'est propre
tu nous présentes, gattino ?
et j'ajoute un peu de ma langue natale pour ne pas l'oublier
un peu de tendresse pour te taquiner
pour te voir rougir devant ta dulcinée
car les mères ont ce pouvoir
(cette manière de renvoyer leur progéniture à leurs jeunes années)
et ne se lassent pas d'en user
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 213
Pouvoir : destruction
Symbole : Piqure d'aiguille médicale
Occupation : Apprenti au cirque Arcadius / Bolosse
myosotis

Jeu 27 Avr - 3:12
Vie de famille
feat Amélia et Ludmilla ♥♥
Nuit blanche qui pâlie fuyant le long de l’horizon – nez à sa fenêtre il suit des yeux le tracé confusément doré des ombres ensoleillées planant voile scintillant sur les vitres de sa – leur – chambre
Il ne pense pas – mais il songe emporté doucement par le chatoyant silence de l’aube belle dame aux ailes d’ambre déployées …

Un soupir et il se retourne pour faire face aux étoiles qui restent dans les abysses obscures et brillantes de son regard d’enchanteresse

« Bon matin Amélia. Tu as bien dormi ? »

Est-ce un rêve ? Est-ce réel ? L’amour est propice à l’illusion – entre les drapés du sommeil que le nouveau jour constelle les lignes immaculées de celle qu’il aime lui semblent esquissées d’irréalité.

« Amélia… »

Il n’ose s’avancer, la toucher – de peur qu’elle disparaisse, comme cela, comme s’enfuient les nocturnes hallucinations lorsque l’on s’éveille…
Alors pour ne pas dissiper les rêves – il se contente de sourire timidement au soleil

« Tu es belle, Amélia. »

Plus tard il s’approchera à petits pas et délicatement comme on embrasse les flocons l’hiver il s’allongera sous la nue de ta vulnérable chaleur
Plus tard il fera courir ses doigts sur les chemins de ton opaline chevelure jusqu’au bout des traits ébauchés à l’aurore de ton charmant visage
Plus tard il te chantera doucement l’infime harmonie des nuits longuement pâlies au coin des flammes turbulentes
je t’aime.



Et maintenant je suis nerveux, un peu -- car je sais ce que je dois attendre
Elle joue cartes sur table devinant tout ainsi qu’elle a toujours justement parié
Ludmilla ou maman -- entre nous tel un aparté qui ne peut se dire sur scène – a l’habileté ésotérique de ce qu’elle doit être – un envoûtant fantasme
Alors pour une fois je ne dis rien – j’escorte ma féerie en silence jusqu’au seuil de ta tendresse tendue
Et détourne le regard pour ne pas succomber à l’hypnose chèrement maternelle

« Salut Ludmilla. »

Il sent glissant sur sa peau les rayons ardents de cette lune d’onyx sur le point de sourire mais refuse caprice d’enfant de se confronter à sa selène affection

tu nous présentes, gattino ?

HEINQUOINONMAIS – LUDMILLA bordel Arrête de m’appeler gattino comme si j’avais quatre an là ça va j’suis plus un bébé non plus….…

Et cette espièglerie aux accents teintés d’italien ravive en lui l’absurde énergie ardente que la nuit passée a gentiment atténué – il pose une main sur l’épaule de sa bien-aimée une autre contre son cœur et déclame en sincère acteur :

« Ludmilla voici Amélia, c’est ma petite amie. Je sais qu’elle est belle, mais tu sais elle est aussi super gentille et intelligente et stylée et enfin bref elle est parfaite. Et Amélia voici Ludmilla. C’est ma mère. Et elle m’appelle plus gattino depuis l’an 1673 mais elle fait juste ça pour me foutre la tehon devant toi – d’ailleurs tout ce qu’elle te dira sur moi c’est faux ok – genre elle va te raconter que j’ai fait un caprice pour avoir un lama quand j’avais 6 ans mais c’est FAUX d’accord tu l’écoutes pas !! »

C'est le rôle des enfants – de faire semblant d'être grand.
codage par joy


hrp : désolée si il reste des fautes comme d'habitude je suis dcd de fatigue orz
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 253
Pouvoir : réinitialisation
Symbole : couteau.
Occupation : lycéenne.
hellébore

Mer 3 Mai - 23:37
Ne joue pas au poker avec moi dans ma manche j'ai toutes les cartes
harland harland
tu pourrais faire de l’ombre au soleil tant ta présence m’éclaire tant ta présence m’est vitale
et voilà j’ai l’impression que tout ceci est un rêve qu’à un moment ou à un autre tu vas me hurler que c’est une blague et que tout s’arrête
c’est quand je te vois déjà debout devant la fenêtre que j’ai un arrêt
as-tu dormi, harland
t’es-tu couché
pendant un instant je m’en veux d’avoir pris ton lit
tu te retournes et c’est bien toi je m’assieds dans le lit remet correctement ma chemise de nuit en baillant
te souris avec beaucoup plus de tendresse que j’ai jamais exprimé de ma vie
harland, bonjour. bien, comme un loir.
et bizarrement
je n’ose pas te retourner la question car j’ai peur terriblement peur de me confronter à la liberté
mon prénom dans ta bouche
est un des plus beaux réveils que j’ai eu
tu t’approches et je t’observe sans cesser de sourire encore à moitié dans les choux et
l’élargit encore plus quand tu oses le tien
mes joues rosissent et je te retourne d’une voix encore un peu intimidée prude peut-être
toi aussi tu es beau, harland.

nous voilà en route et comment te dire harland que je suis terriblement nerveuse pas du tout rassurée j’ai peur d’être trop ci pas assez ça
je compresse ta main dans la mienne te colle presque par crainte
je découvre les coulisses du cirque en même temps tout ce qui s’y passe vraiment
et mon sourire est un peu crispé mon coeur bat trop vite
((si tu me lâches je pense que je vais me noyer))
j’ai peur de te faire harland devant vous madame devant vous qui êtes sa figure maternelle peut-être son idéal féminin au fond
vous nous attendez
et vous prenez la parole j’envoie un regard incertain à harland essaye de ne pas trop tripoter ma robe claire et de dentelle
merci..?
et la réponse sonne plus comme une question que comme une affirmation
((où est passée la amélia d’il y’a quelques mois certaine et mystérieuse bon sang))
gattino et
tout de suite tu réagis harland je t’observe du coin de l’oeil ris légèrement avec un peu de retenu (toujours une main sur la bouche) mes joues se colorent prennent la teinte des volants et du tissu de ma tenue
je me suis même pas rendue compte
que j’avais lâché ta main
je te laisse nous présenter et me prépare à parler à mon tour
((au moins je suis sûre que vous comprenez ludmilla avec harland comme fils))
à nouveau je ris à tes remarques rougis à tes compliments c’est vraiment vraiment nerveux j’ai un peu honte
et je vais pour croiser avec tout mon courage votre regard
enchantée et merci beaucoup madame de m’accueillir vraiment je- je vous suis infiniment reconnaissante. je vous préviens d’emblée je suis pas aussi parfaite qu’harland le décrit mais- j’essaye tout de même.
je regarde harland un rien rieuse histoire de me décompresser
alors cette histoire de lama ? je veux la conclusion, car je suis sûre que c’est vrai.
BY MITZI



long live all the magic we made #améland ✯
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 48
Occupation : artiste de cirque spécialisée dans les numéros pyrotechniques et diseuse de bonne aventure hors représentation à l'Arcadius
freesia

Lun 29 Mai - 12:26
vie de famille
harland & amélia
je ne me lasse pas de te voir prendre ton air offensé de grand enfant harland et encore moins de t'entendre protester si vivement que tu en balbutierais presque
je te dirais bien que je suis désolée et que comme tu le voudrais je vais arrêter mais ce ne serait vrai qu'à moitié
le plaisir de te taquiner est trop grand pour que je puisse y renoncer pleinement
(non c'est vrai tu n'es plus un bébé
et pourtant quand je te regarde je vois toujours l'enfant que tu as été)
ta tirade manque de me faire éclater de rire et
je ne pense pas que tu réalises à quel point ton énergie est bénéfique aux gens qui t'entourent
mais je me contente de hocher la tête avec un sourire qui se fait malicieux
car
c'est toi qui a évoqué cette anecdote
pas moi
tu me donnes là une occasion de t'embêter davantage que je ne compte pas laisser s'échapper
j'y vois aussi l'opportunité pour toi amélia de perdre un peu de cette tension que je sens encore peser sur tes épaules
je comprends ne t'en fais pas
on ne peut pas tous être à l'abri du souci comme harland lorsqu'on fait son entrée dans son nouveau foyer
quelles que soient les raisons de ta présence ici je devine qu'elles sont liées à cette lassitude triste que tu as au fond des yeux
celle qu'ont les personnes qui ont grandi un peu trop vite
(plus tard je t'inviterai à en parler si tu le veux
mais l'heure n'est pas encore au sérieux)
santo cielo, ne m'appelle pas madame, tu vas me rappeler mon âge ... appelle-moi ludmilla, tout simplement. et ne t'embête pas non plus à me vouvoyer.
ta politesse et ton éclat de franchise m'attendrissent
quant à moi je ne lui "fous pas autant la tehon" habituellement mais j'essaye tout de même. on fait tous de notre mieux.
et c'est bien ça
notre mieux
que harland voit en chacun d'entre nous
c'est ça qui le rend aussi précieux
c'est ça qui rend la vie moins pénible à ses côtés
tu sais amélia je comprends peut-être plus que tu ne le crois à quel point sa lumière t'est profitable
et
tu rattrapes l'écart de harland avant moi
je t'adresse un hochement de tête approbateur
(tu me plais)
à mon tour maintenant
oh, absolument.
je lève un doigt taquin à l'ongle carmin vers toi harland dès que je te vois (te sens) prendre une grande inspiration indignée
te composer un air offusqué
et je fais semblant de te rabrouer
le sourire trop étiré et la voix trop enjouée pour convaincre qui que ce soit
on n'interrompt pas sa mère, jeune homme.
et de me retourner vers toi amélia
en espérant que cette curieuse histoire te détendra
figure-toi que lorsqu'il avait sept ans, il voulait absolument avoir une chèvre.
je hoche la tête d'un air amusé comme pour anticiper l'exclamation mi rieuse mi étonnée qui pourrait t'échapper
quand je lui ai fait remarquer que nous avions un éléphant, un tigre et même une girafe, qui sont tout de même autrement moins banals qu'une chèvre, il s'est tu un instant, a pris son meilleur air pensif et a fini par s'écrier que dans ce cas, il voulait un lama.
un éclat de rire manque de m'échapper à ce souvenir
quelle mine fière et déterminée tu avais
et quelle tendre fierté tu m'as inspirée
(j'ai toujours su que tu n'étais pas comme les autres)
et comme les petits yeux suppliants sont ma seule faiblesse, le cirque a donc fait l'acquisition d'un lama qui fut baptisé du nom inspiré de dark vador.
je fais mine de ne pas entendre le héros de cette histoire glapir de gêne
de ne pas voir ses oreilles cramoisies
et je continue
je peux le prouver. j'ai plein d'albums photos dans ma roulotte, si tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 213
Pouvoir : destruction
Symbole : Piqure d'aiguille médicale
Occupation : Apprenti au cirque Arcadius / Bolosse
myosotis

Lun 12 Juin - 2:59
 
Vie de
Famille

Point de mirage entre les incandescents signes de ses subtiles incantations – elle invoque comme l’on badine, nostalgique
Remonte ainsi à la carte les actes désuet d’un passé lumineux dont les petites révolutions tombent en vapeur rosie au coin de ses yeux et puis au sommet de ses oreilles
(et s’échouent euphorique écume le long des rivages secrets de son soulagement)

« JPP NON PITIÉ RACONTE PAS CA LUDMI AU SECOURS C’EST DE LA MALTRAITANCE JE VAIS APPELER S.O.S ENFANTS BATTUS ALLO LA POLICE JE SUIS VICTIME DE VIOLENCE DE LA PART DE MA PROPRE MÈRE »

Mais – imprécation sentencieuse – on interrompt pas sa mère, Harland
(les charmes ne se laissent pas facilement conjurer)

« LALALALA J’ENTENDS RIEN LALALALALALALALALA JE CHANTE DU BEYONCE JE NE VOUS ENTENDS PAAAAAS ALL THE SINGLES LADIES ALL THE SINGLE LADIES NOW PUT YOUR HANDS UP LALALA »

Les mains sur le visage – sagement se bercer d’illusions protectrices -- entre lesquelles ondulent malgré tout des bribes de souvenirs heureux

« adieu c’est terminé je peux plus rester ici ma glorieuse réputation est totalement détruite j’ai plus qu’à aller habiter en Alaska les ours polaires et les manchots eux au moins ils me feront pas des coups comme çaaAAAJAIENVIEDEPLEURER »

Bien sûr – c’est son rôle de jouer, un peu – car c’est cela aussi la magie – invoquer patiemment l’émerveillement à l’occasion de ces instants d’extase intemporels
Suspendre du bout des doigts l’indulgente patience de ceux qui jamais ne se souviennent de leur rêve
Il sent vibrer invisible douceur au bord de sa fébrilité – l’impalpable présence manifeste de l’Aimée – à la frontière de ses paumes un sourire se dessine

« Bravo ça d’avoir gâché ma réputation hein j’espère que tu es fière de t-- QUOOOOOOOOOOOOOI OH NON OH NON NON NON PAS LES PHOTOS PAS. LES. PHOTOS. PITIE JE VAIS DCD C’EST BON LA VOUS VOULEZ QUE JE MEURS ??? BAH VOILA JE MEURS HOP ADIOS »

Dramatique – une main sur le cœur une autre contre sa tempe – silhouette vacillante gonflée d’angoisses feintes que ses soupirs exagérément magistraux bousculent

« J’EN AI MARRE LUDMILLA T’ES TROP GENANTE COMME MERE LA – Amélia tu sais si tu veux euuuuh on peut aller voir le reste du cirque hein ?? je te présente les autres gens ils sont super gentils tu verras bon Morphée est un peu bizarre mais c'est pas grave je te montre les animaux et tout JE PEUX MEME TE PRESENTER A DARK VADOR SI TU VEUX JE SUIS SUR QU’IL A TROP ENVIE DE TE RENCONTRER ALLEZ HEIN TU VIENS AMELIA ? PLEASE PLEASE PLEASE PLEASE ??? »

Mains jointes et cils papillonnant
(enfantine requête)
sur un air de magie blanche …



hrp : hu c'est un peu nul ? ; ; pardon ...
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-