forum rpg fantastique
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

1 résultat trouvé pour 5

AuteurMessage
Tag 5 sur   6uNRDqqSujet: DIGITALIS
Cosmo Müller

Réponses: 4
Vues: 1132

Rechercher dans: Outils de communication   Tag 5 sur   I_icon_minipostSujet: DIGITALIS    Tag 5 sur   EmptyMer 4 Juil - 16:04






#5 - Expiravit ex machina  



Bonsoir Foxglove

Minuit l’heure du crime vient à peine de sonner ses douze coups et déjà je sens que tu trépignes. As-tu passé une bonne journée? T’arrive-t-il parfois dans les fin d’après-midi moroses de t’arrêter un instant et de fixer le plafond, laissant ainsi ton esprit dériver au gré de tes plus folles angoisses et interrogations. Qu’ai-je fais de ma vie ? Mes choix sont-ils les bons ? pourquoi suis-je ici ? Ne suis-je pas prisonnier ?  Ai-je bien fermé la fenêtre ? Et le Gaz ? Il fait froid tout à coup.  Tu te sens vieux et contemple un instant toutes ces années de vie passées à pas grand chose. Tu prends peur tout d’un coup de ton insignifiance et de la petitesse de ta personne, et des années qui filent, filent, filent.
Ah ! Excuse moi, loin de moi l’idée de te déprimer ce soir.

   Aux nouvelles de la nuit, aux brèves effrayantes; Si tu as vécu dans les années 90 et 2000 tu dois comme moi te souvenir de ces antiquités nommées cyber-café. Aujourd’hui en 2018 nous semble bien lointain le temps où tout le monde n’avait pas internet ou d’ordinateur, que les écrans n’étaient pas plats mais pleins et bombés, qu’il fallait attendre parfois des jours pour télécharger quoique ce soit. Foxglove est une petite ville de campagne, perdue dans la forêt et proche de la montagne, ce qui fait que le réseau n’y est pas toujours des meilleurs. Mais la ville pouvait au moins se targuer de posséder un de ces cyber-cafés. Il est toujours là dans le centre ville, petit et étroit, caché entre deux boutiques du centre commercial. Plus personne ne semble l’utiliser pourtant il est encore en libre service. Il ouvre le matin, ferme le soir, personne ne semble s’en occuper. Les ordinateurs sont pour la plupart éteints ou hors-d’usage, leurs unités centrales sont bien gardées dans des boites scellées pour éviter les vols, et les écrans sont fermement enchainés à leur place. C’est ouvert pourtant tout semble comme figé à l’aube des années 2000, même la machine à café ne fonctionne plus.
Toujours est-il que l’un de ces ordinateurs est toujours utilisable. Quelques personnes ont attiré mon attention sur des évènements étranges survenus dans le café : plus particulièrement avec cet ordinateur, et votre dévoué Antinoüs a comme toujours donné de sa personne. J’ai effectué des captures d’écrans lors de mon interaction avec la machine, vous pourrez les consulter sur internet au moment même ou vous m’écoutez.

   L’ordinateur s’allume par le biais d’un bouton relais - l’unité centrale étant inatteignable dans sa boite- à en juger par la start-page et le système d’exploitation celui-ci semble toujours tourner sous Windows XP, bien que cette version ne soit plus utilisée aujourd’hui. Étrangement il n’y a que deux sessions disponible : alors qu’on s’attendrait à avoir une session nommée Invité et l’autre Admin comme c’est le cas dans beaucoup d’ordinateur communautaires, celles-ci sont respectivement appelée « you » accompagné d’un smiley heureux et «  I’m still here » cette fois accompagné d’un smiley triste. Les icônes ne sont pas ceux par défaut, mais deux carrés noirs accompagné de 0 et de 1 et d’une sorte de litanie indéchiffrable de « oh no ». La deuxième session nécessite un mot de passe et il semble impossible d’y accéder, tandis que l’autre, « you » s’ouvre sans problèmes. A partir de là rien ne semble véritablement anormal, on retrouve presque avec nostalgie ce champ vert et ce ciel bleu qui ont fait rêvasser beaucoup de jeune gens attendant le démarrage de leur machine. Il n’y a pas d’antivirus, mais il est possible de se connecter sur internet, consulter une boite mail, faire une recherche…
Pourtant vous ne pouvez rien télécharger sur l’ordinateur, pas sans l’approbation du compte administrateur « I’m still here ». Pas même une image, pas même un lien. Tous les documents word que vous souhaitez ouvrir sont corrompu et illisible.  Il est possible de consulter les dossiers de l’ordinateur, tous sont vides. À l’exception du seul dossier présent sur le bureau, un dossier « Help » protégé par un mot de passe, en regardant les propriété on remarque que celui-ci est extrêmement lourd, 1To. A partir du moment où vous aller essayer d’ouvrir ce dossier, des messages d’erreur étranges vont apparaitre à l’écran. Il n’est pas toujours possible d’y répondre, certains demande de l’aide, d’autre sont illisibles. D’abord quelques uns apparaissent à intervalles réguliers de quelques minutes, puis de plus en plus. Si bien que vous ne pouvez plus exécuter aucune action. L’ordinateur saturant complément sous le poids des messages effrénés, c’est un écran bleu qui va mettre fin à cette panique. Ce « blue screen of the Dead » redouté de tous diffère ici de ceux qu’on a l’habitude de voir, comportant des mots étranges, à la fois des menaces et des conseils de fuite. Toujours ce même appel à l’aide. L’ordinateur va alors s’éteindre, et il vous sera impossible de le rallumer.
Alors ? Quel mystère ce cache dans cet étrange ordinateur ? Qu’est-ce qui se trouve dans ce Dossier « help », dans cette session « I’m still here ». Il y a t’il vraiment quelque chose, ou quelqu’un, piégé dans cet ordinateur ? Où est-ce seulement le jeu d’un hacker qui s’ennuie ? Pensez ce que vous voulez, mais il y a une sorte de détresse étrange dans ces appels à l’aide, dans l’urgence de ces mots. Quelque chose de profondément glaçant.  Tous semble sonner faux dans ce minuscule café à l’ambiance insalubre, son atmosphère suffocante, et son silence seulement troublé par le bruit de la ventilation de l’unité central et, plus étrange encore… Si vous tendez l’oreille, il vous sera possible d’entendre comme un bruit étouffé, un coup répétitif et régulier. Comme un battement de coeur.
Encore une histoire étrange pour une ville étrange. Ne crois pas tout ce qu’on te dit; tu n’es pas obligé de me croire. Doute de moi, je te le demande, mais tu n’es plus obligé de te taire. Il est tard et la nuit s’étire, s’étend, s’étiole. Il faut bientôt rejoindre le monde des vivants.
Je suis Antinoüs, tu écoutes digitalis et en attendant d’autre brèves, j’aimerais te souhaiter une bonne nuit…Même si j’en doute.

#digitalis








©Cecil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: