forum rpg contexte original pour tous les âges ☆ univers fantastique et paranormal ☆ aucun minimum de lignes/mots ☆ avatars illustrés 200*320px.

s.o.s d'un terrien en détresse // quinnie
avatar


Messages : 62
Pouvoir : interruption
Symbole : collier de perles offert par kye.
myosotis
myosotis

Mar 28 Mar - 23:03
 
 |     
sos d'un terrien en détresse (stp merci)
feat quinn ♥
chacune de nos rencontres est un événement
ou du moins j'aime rendre ça unique faire en sorte qu'on s'en rappelle que l'odeur d'un café mélangée à celle du thé ne nous fasse souvenir que ces agréables moments à deux où on parle de tout mais surtout de rien où on ouvre leurs lettres on s'attendrit devant on rit parfois aussi aux blagues de certains
c'était
tellement simple
dix-sept heures tu ramenais ma petite de l'école
et ça me faisait du bien tellement paisible et j'aimais ces temps avec toi rien qu'avec toi quinn ;
comme d'habitude on s'est installés sur la grande table du salon et molly à côté j'ai posé les sacs de course sur un coin
thé pour toi café pour moi c'est un rituel qu'on a finement instauré a deux
je ramène les tasses contemple un instant les tas de lettres en riant un peu venant redécaler mes cheveux dans mon dos
on a du boulot, aujourd'hui. pas mal de lettres à ouvrir, ce qui veut dire aussi pas mal de réponses à faire. j'espère que t'es prêt. tiens.
je dépose la tasse (qui est un peu la tienne à force je ne l'utilise que pour ta venue) devant toi me rassieds et contemple l'aboutissement de tous mes efforts de toute ma lutte car cet amour ouais toute cette tendresse qu'ils m'offrent à travers du papier
je cherche dans les sacs les stylos que j'ai acheté ce matin avec un peu d'empressement
avant de tomber sur ces tests tu sais et je les sors un peu anxieuse
en ce moment j'ai eu quelques nausées
de la fatigue
et surtout surtout pas mes règles
je gonfle les joues soupire avant de t'adresser un regard désolé te demandant sur le ton de la confidence ((je sais que je peux tout te dire n'est-ce pas quinn))
hé. tu penses que je devrai essayer ? ça m'inquiète un peu en ce moment mais d'un côté- j'ai peur du résultat disons.
la musique branchée qui passe dans la radio continue de rouler dans nos tympans et je pose la boîte sur le bois
excuse-moi de t'embêter avec ça, tu es jeune et j'ai pas vraiment envie de te tracasser.
((molly rit devant les dessins animés))
mon regard dérive et caresse tes traits ta peau pâle qui contraste avec tes cheveux de jais pas vraiment fille pas vraiment garçon j'aime l'audace je t'aime toi j'aime tout ce que tu inspires
cette
éternelle
rébellion silencieuse qu'on ne peut taire ; pas le besoin de se faire remarquer le besoin de vivre
sans limites
codage par joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 172
Pouvoir : évolution
Symbole : Camélia en pot.
Occupation : Vendeur dans un fast-food.
myosotis
myosotis

Lun 3 Avr - 3:41
 
 |     

S.O.S d'une terrienne en détresse


Belle, belle Grâce
Aura d’étoiles pour auréole je sombre dans ta lumière
L’or au bout de tes doigts –  contemporaine divinité qu’on aime adorer -
(que feraient les hommes sans dieu – ils me font pitié)
Belle, belle Grâce j’accepte à genoux ta bénédiction – dans ton ombre éblouissante je suis là (incertain) pour t’aider à (su)porter cette couronne sculptée à coups précis bien calculés de pieuse bonté
J’ai du mal à comprendre – comment peut-on accepter d’être ainsi canonisée ?
Comment peut-on consentir à se laisser enfermer ? – une goutte de sang qui perle le long des arrêtes diamantines de ton empire ; sombre tableau éblouissant déployant en souples drapés les surfaces policées de ces secrets apartés – superbe Grace, qui suis-je moi pour te juger ? Tu portes bien ton masque
J’apprécie secrètement ta compagnie comme on goûte méfiant et transporté à un plaisir interdit
- tout au fond de moi j’ai peur de te faire honte ; je crains de ternir les reflets subtilement étincelants de ton âme follement constellée – alors ça me fait plaisir Grace que tu tombes du ciel pour moi
que tu me laisses mêler à tes philtres d’amour miraculeusement enflammés un peu de mon insanité -
J’aime Molly et je crois bien qu’elle m’aime aussi – à cet âge je veux encore imaginer (je veux encore espérer) que personne n’a tiré de voile sur son immaculée conscience – c’est si fragile l’enfance
Et je t’aime aussi, belle Grace – pour ton jeu tout en finesse fuyante, pour tes éclatants demi-sourires ombrés d’un insaisissable orgueil qui file entre les doigts quand on essaye de le cerner – je me sens relié à toi par l’imprévisible, le lointain fil de la distance (quelque part, pas ici, ailleurs, on se ressemblerait, on se rassemble – similaire antithèse, deux pôles pour un intangible spectre).

L’amour distancié tourbillonne en perdition dans les remous infimes du thé
oooh, voyez-vous ça. Chère Grace. Vous êtes le soleil de mes jours, la lune de mes nuits. Je vous aime éperdument. Je vous en prie, répondez-moi. Nous serons heureux ensemble, je vous le promets… Ne jouez pas à la princesse inaccessible. Signé : un fan. Beurk, ça me donne sérieusement envie de vomir.
J’agite le papier du bout des doigts – morceau d’hérésie – je le tiens loin de moi – les mots ça contamine

« Regardez ça Grace, un amoureux transi… »

« hé. tu penses que je devrai essayer ? ça m'inquiète un peu en ce moment mais d'un côté- j'ai peur du résultat disons. »

Une petite boîte couleur de rose entre tes mains – et je me demande pourquoi est-ce qu’on associe toujours la grossesse à cette teinte, cette satanée peinture bien trop légère bien trop futile pour contenir en un seul élan cette douces amère explosion de vie gonflée artificiellement par les larmes et la souffrance.

Je regarde Molly – jolie enfant sage elle rit comme un oiseau, légèrement, avec un enthousiasme délicatement solaire – j’ai du mal à croire qu’elle fut un jour elle-aussi un tout petit bout de rien, une moitié d’existence, à peine plus qu’une douleur
Ça me fait mal d’y penser – qu'on est tous un simple et stupide assemblage de souffrances, un mélange bêtement confus cristallisé par le jeu d'une infinité de peines ruisselantes
N’est-ce pas Molly – n'est-ce pas, que tu n’es pas un deuil, toi ?

« excuse-moi de t'embêter avec ça, tu es jeune et j'ai pas vraiment envie de te tracasser. »

« Vous ne m’embêtez pas Grace, pas du tout. »

Je te regarde, Belle, belle Grace – je suis là pour t’aider à supporter ta couronne sculptée parfois aussi à coups précis d’angoisse enlevée.

« Je pense (précieuse prudence) je pense que vous devriez essayer. Si jamais il y a … Quelque chose, vous l’apprendrez bien assez tôt, de toute façon. Mieux vaut anticiper, n’est-ce pas ?... Oui. Si vous... Enfin... Ca ne servira à rien de fuir. De se fuir. C'est ce que je veux dire. »

Je baisse les yeux – tu es flamboyante Grace
Je sens ton illustre regard en voyage le long de mes traits – je m’agrippe à ma tasse comme un naufragé à l’écume – ça ne me dérange pas, que tu me consumes
Je ne pose pas de questions – je suis votre humble serviteur
salué aveuglément, je plais silencieusement
ça me suffit.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 62
Pouvoir : interruption
Symbole : collier de perles offert par kye.
myosotis
myosotis

Lun 10 Avr - 18:41
 
 |     
sos d'un terrien en détresse (stp merci)
feat quinn ♥
quinn quinn au visage d'ange bariolé par la haine par l'admiration
quinn quinn présence qui rassure présence qui me laisse respirer
politesse qui me fait sourire tu es adorablement toi adorablement respectueux adorablement quinn
et tu penses tu penses bien tu penses adulte quand je pense enfant qui a peur assujettie à la crainte à l'anxiété
les enfants n'ont-ils pas toujours raison
mais tu n'es pas un enfant tu n'es pas un adolescent non plus tu es mieux quinn mieux que tout ça une pointe d'extravagance assumée assurément rafraîchissante
((ne change surtout pas ne te laisse pas bouffer par le monde adulte))
depuis que j'ai ces maux de ventre tu sais j'ai arrêté de fumer par précaution ne sait-on jamais disons mais
je pense qu'il est l'heure d'affronter cette cruelle réalité celle dans laquelle on nous plonge chaque jour en apnée sans nous laisser le temps de respirer de reprendre de quoi survivre un peu
c'est un combat contre moi-même
mes doigts se resserrent ne laissent pas un doute s'installer et d'une demi-voix j'annonce
je reviens. tu peux continuer à ouvrir les lettres.
je m'abreuve de ta prudence confiance (si mesurée) et je m'approche des toilettes fait mon affaire utilise ce test de malheur enfermée dans cette petite pièce guettant le résultat
les minutes me semblent éternité
connais-tu quinn ce sentiment de ne pas savoir ce sentiment d'attente qui nous rend anxieux
et les symboles apparaissent
douce tragédie mes mains tremblent et j'ai envie de vomir
je me relève sourire forcé aux lèvres faire semblant que tout va bien
dans le creux de la paume je le conserve l'observe
j'ai
vraiment du mal à m'y croire je m'en veux
et puis et puis je
j'aurai peut-être dû attendre mais
tu es là (dis-moi que tu es toujours là)
je m'observe dans la glace de la salle de bain (je suis pâle un peu je crois) et je me lave les mains sans retirer cette façade rester forte rester forte je ne veux pas te décevoir
je reviens me laisse tomber plus que je m'affaisse ne dis rien mais tu n'es pas stupide
j'ai beau être actrice
on ne peut pas tout cacher
((le père est kye forcément))
et ça c'est terrifiant
la gorge serrée je viens te demander retenant toutes les émotions négatives (et pourtant avorter actuellement ne me semble pas une solution tant de questions qui fourmillent)
je ne touche pas à ma tasse non plus
alors, ça dit quoi..?
codage par joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 172
Pouvoir : évolution
Symbole : Camélia en pot.
Occupation : Vendeur dans un fast-food.
myosotis
myosotis

Mar 18 Avr - 22:04
 
 |     

S.O.S d'une terrienne terrien en détresse


Elle file la grâce
Je ne dis rien quand elle passe – elle a filé la grâce – adieu ma bénédiction
Elle m’abandonne à l’amnistie – je suis désormais seul aux portes de ce lointain paradis
Je marche – je fais courir mes sens sur les mots que la distance a décomposé – tout cela me paraît si vain et si futile ; poèmes brisés ; amours qui meurent ; les lettres, ça ne va jamais nulle part ; les lettres, ça n’atteint jamais le cœur
Les lettres ne sont jamais graciées
Parce qu’elles échappent aux mains des anges, à la majesté toute bienfaitrice des idoles qu’on se damne à adorer
Et je me sens désolé – parce que les lettres échappent à la grâce et chutent maudites et réprouvées en pluie blafarde, renvoyée des Cieux, pour venir se poser délicatement cadavres de papier
– entre mes doigts à moi sculptés d’insanité
Je n’ai pas honte de vous tromper, vous, les exaltés – car je déteste les fétichistes et votre flamme morne de dévots dévoyés n’est pas mon problème ; vous m’êtes bien égaux, vous et votre aliénation risible, car vos chaînes vous les forgez, complaisants, enthousiastes – je ris, vous m’écœurez
Mais j’ai honte de me couler – de devoir me couler – dans le tombeau de la Sainte
Son auréole est lourde son aura à mon ineptie sourde – j’ai honte de te tromper Grace
Car je suis laid – j’entache ta gloire
Je suis – pour toi, c’est certain
disgrâce

Et pourtant tu m’accueilles – comme on absout un martyr
Je crois que tu a pitié de moi, et de ma saleté
Mais que puis-je faire d’autre, à part prier ?
(J’ai peur qu’à la fin, comme les autres, tu finisses par m’abandonner)

« Et toi Molly ? Qu’est-ce que tu en penses de tout ça ? Si tu avais un petit frère… Ou une petite sœur… Ça serait bien non ? »

Bien sûr tu n’en penses sans doute rien Molly – tu te dis peut-être que les enfants tombent du ciel, un peu comme ça, comme par hasard, comme les oiseaux
Comme les lettres, au fond

« Si tu savais tout ce que ta maman reçoit comme jolis billets moches, Molly… Dans celui-là, ça dit que ta maman est la plus belle personne du monde. Et dans celui-ci, qu’elle est si émouvante, comme actrice. Et là, quelqu’un lui dit qu’il aimerait une photo dédicacée. Les gens ne sont pas très polis, pas vrai ?... »

Je babille pour toi pour nous pour accompagner le silence
Je babille pour rien des petits mots vains qui s’écrasent contre le timbre fort et assuré rassurant de ce petit personnage mouvant brillant et coloré de dessin animé
Ne m’écoute pas Molly – reste loin de moi
(Je ne veux pas te perdre…)

alors, ça dit quoi..?

Je lève les yeux
embrasse ton exemption
Voici la grâce qui passe
Belle, belle Grace...

« Rien d’important. C’est comme d’habitude. Et vous ?... »

Je connais la réponse
Ça n’est pas comme toutes ces lettres négligeables dont les mots maladifs s’effritent comme des antiquités sur des pages et des pages inutilement blanches
Ça n’est pas comme ces mots qui hurlent stérile noués dérisoirement les uns avec les autres jouant à appeler échouant toujours à vraiment aimer
Ils n’ont rien d’important – pour toi belle belle Grace
Qui a besoin des psaumes des dévots quand on a les berceuses
Et qui lit encore la Bible quand il y a les comptines...

Ainsi – prudemment, je pose ma main sur la tienne
Je me retiens pour ne pas la retirer précipitamment – j’ai peur de te brûler et de te geler
J’ai peur de vicier ton halo
Je pose ma main sur la tienne et je te rends ton auréole
Reprend-là Grace – garde ta lumière elle n’est pas faite pour moi
Je suis moins que ton ombre – mais j’abolirai ton échec
Car je suis pion – et j'ai besoin d’une reine.

« Grace… Peu importe ce que vous décidez de faire, vous prendrez la bonne décision. Il faut penser à vous… Et… A Molly aussi. »

Tout ira bien je te le promets
Je repousserai les mots serviles qui s’écrasent tout contre ton halo
J’éloignerai les missives rampantes qui font de l’ombre à tes sculptures
J’essayerai – je te le promets.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 62
Pouvoir : interruption
Symbole : collier de perles offert par kye.
myosotis
myosotis

Sam 22 Avr - 1:25
 
 |     
sos d'un terrien en détresse (stp merci)
feat quinn ♥
quinn précieux oui
je ne sais pas si on te l'a dit beaucoup de fois je l'espère car tu es de ces gens (p r é c i e u x) qui méritent des milliers des tonnes de tendresses sous différentes formes des gestes des mots des sourires et des rires
tu es de ces gens qui nous forcent à regarder plus loin que la couche de vernis que le polissage parfaitement fait ou un peu raté pour toi par exemple
mais c'est pas vraiment un reproche non non ça prouve que t'es artisanal que t'es pas le produit de cette fichue usine qu'on nomme société
t'es précieux quinn tu es une pièce unique et je suis contente heureuse apaisée d'avoir déniché une perle rare pour la placer à mes côtés
ta main sur la mienne et je retourne cette dernière paume vers le ciel pour saisir tes doigts pour les enserrer dans les miens comme le ferait une gamine (je me sens souvent enfant)
pas assez mature une petite qui porte du maquillage et des talons pour faire semblant
j'enserre ne lâche surtout pas sous le regard inquisiteur de ma jolie molly
s'il n'y'avait que molly et moi
s'il n'y'avait pas la société le travail les obligations le poids d'un nouvel enfant à accueillir
les neuf mois, et encore ça c'est superflu éphémère et c'est neuf mois pour le plus beau des cadeaux
mon sourire se fait moins crispé et je tente de te lever en te prenant la main me relevant aussi contournant la table
pour une étreinte chaleureuse
j'ai pas peur d'être affective avec toi
de sourire tellement que c'en est bizarre ou de ne pas retenir mes rires ou mes injures
c'est rapide au fond et je prends une grande inspiration
je suis désolée je suis lourde avec ça mais- merci d'être là. juste ça. je- ça fait du bien d'avoir des personnes sur qui se reposer sans se demander tout le temps ce qu'ils ont derrière la tête.
je te relâche et grimace un peu cynique
je comprends maintenant pourquoi on nous bassine jeunes sur le fait qu'il faut mettre des préservatifs... même quand on est vieux et aigris comme moi ça peut arriver ces con-bêtises.
je fronce un peu les sourcils un sourire en coin un peu allégée
(j'ai pas envie de réfléchir maintenant et de soupeser toutes les obligations qui vont arriver)
t'as jamais mis une fille enceinte, j'espère..? quoique ça ferait forcément un très beau bébé !
codage par joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 172
Pouvoir : évolution
Symbole : Camélia en pot.
Occupation : Vendeur dans un fast-food.
myosotis
myosotis

Mer 3 Mai - 0:13
 
 |     

S.O.S d'une terrienne terrien en détresse



Nous nous levons – tu m’élèves
inspiration divinement fragile l’envers des fidèles bien trop dociles – j’atteins entre tes bras séraphiques
la grâce.

Cela fait longtemps ô – si longtemps
qu’on ne m’a plus aimé comme cela, chastement
Et ainsi, lentement
les souvenirs effacés des étreintes virginales s’anoblissent sous le toucher de ta
grâce

Je ne te repousse pas – pour cette fois je n’ai pas peur
d’être touché, embrassé, senti, consenti
je me fais avec ferveur prisonnier de ta bénédiction – sans oser joindre les mains
Je suis raide, froid, mort au fond – tu n’es pourtant pas mon calvaire
mais personne d’autre que moi ne doit porter ce fardeau avec lequel je me couronne.

- je suis désolée je suis lourde avec ça mais- merci d'être là. juste ça. je- ça fait du bien d'avoir des personnes sur qui se reposer sans se demander tout le temps ce qu'ils ont derrière la tête.

- Ce n’est rien Grace.

Je laisse avec regret ma consolatrice consécration s’évanouir en fumée de cierge oubliée sous la coupole de ton affection, ma Grace
Les reines parfois sont en échec –
Un jour je le jure, pour abroger ta guerre – je relèverai le front en direction des cieux
Laisserai chuter mes doigts le long de ton dos
Me laisserai sans résister dissoudre dans ton absolution – et j’en dirai tellement plus
que ça n’est rien
ça sera tout
Un jour…

- je comprends maintenant pourquoi on nous bassine jeunes sur le fait qu'il faut mettre des préservatifs... même quand on est vieux et aigris comme moi ça peut arriver ces con-bêtises.

J’étouffe un rire – les reines parfois embrassent l’échec
Je suppose que cela doit être existant ce petit goût de martyr
Ce souffle aux courbes douces de l’enfance qui gazouille toujours après nous devant l’écran de télévision
Les adultes après tout ont leur bêtises toutes personnelles.

- t'as jamais mis une fille enceinte, j'espère..? quoique ça ferait forcément un très beau bébé !

Je sursaute – cherchant du bout de mon angoisse tes iris colorées aux cieux, espérant y déchiffrer entre leurs nuages les signes d’une quelconque plaisanterie
Je n’en suis pas sûr – elle est si difficile à atteindre, la Grace
Je me sens rougir
Tenter de dissimuler la vicieuse panique sous un voile tissé d’audace et d’assurance – je le connais bien cet habit il me va comme un joli gant
Blanc qui dissimule ruse élégante sur noir recouvert triche grossière
Entre l’ombre éblouissante et la noire lumière – un soupçon de carmin qui coule des doigts jusqu’au lèvres
pour venir éclore éthéré à la surface de mes terribles
mensonges.

« Ahaha je vous remercie Grace. Bizarrement je n’en suis pas convaincu, moi – et non, je n’ai jamais eu ce genre de petit accident. »

Je retrouve la fuite – me protéger dans l’ombre de toutes les lettres amoncelées sur la table basse en impressionnantes murailles cryptiques pleines de prières à vide et de foi dévoyée – que comprennent-ils tous ces anonymes baptisés ? Que connaissent-ils vraiment de vous qu’ils ne savent ignorer ? Ça m’énerve…

« Qu’est-ce que… Est-ce que… Je peux vous aider… Dans cette situation ? »

Je le ferai – je plierai à l’aube du moindre de tes verbes
Sans te regarder – car j’ai honte d’être moi sale face à toi sainte
Pardonne-moi Grace si je me détourne de ton droit chemin
c’est pour me protéger – que je blasphème.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 62
Pouvoir : interruption
Symbole : collier de perles offert par kye.
myosotis
myosotis

Mer 3 Mai - 23:40
 
 |     
sos d'un terrien en détresse (stp merci)
feat quinn ♥
pourquoi ce doute quinn
pourquoi ne pas penser que ta peut-être future progéniture sera forte charmante
il y’a tout de même un léger doute personnel dans cette réponse qui m’inquiète
je fronce un rien les sourcils
je ne veux pas que tu sois malheureux quinn
je veux que tu vives bien que tu souris que tu ris à gorge déployée
je veux que
tu vives
et à ton âge on ne devrait pas à se soucier d’être ainsi ou comme ça
et j’espère que tu ne le fais pas j’espère que tu ne le fais pas car sinon je serai obligée de t’apprendre à te trouver beau ravissant charmant
car à mes yeux quinn bon sang
tu l’es
car ils ont aucun droit de te dire s’ils le disent
car ce ne sont que des enfoirés et que tu es mieux
pas dans l’élite non
juste
vraiment humain
je m’assieds après toi et m’attendris de ton attention de ton besoin de bien faire je bois une gorgée du liquide un peu tiédi
je réfléchis un instant pis soupire
avant d’opiner brièvement
mh… si tu veux m’aider tu pourrais accompagner molly chez son papa le vendredi soir, et aller la chercher dimanche en fin d’après-midi. faut que je trouve un moyen de le prévenir et bon sang qu’est-ce que ça va être compliqué… au pire je demanderai à une autre personne, tu dois avoir autre chose à faire.
je gémis d’agacement d’avance avant de me tourner vers ma petite en train de dessiner et je reprends
mettons tout ça de côté, c’est agaçant d’avance. d’ailleurs si un jour tu veux venir à la maison avec ton colocataire il est la bienvenue. vous vivez ensemble depuis longtemps ? j’espère qu’il ne fait pas parti de ces gens insupportables qui mettent la musique jusqu’à tard le soir, sinon je lui fais un procès.
j’entends là que je suis parfaitement sérieuse quand je dis ça

codage par joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 172
Pouvoir : évolution
Symbole : Camélia en pot.
Occupation : Vendeur dans un fast-food.
myosotis
myosotis

Ven 2 Juin - 1:20
 
 |     

S.O.S d'une terrienne terrien en détresse



Le soupire de la reine s’effeuille à la surface frissonnante de son élixir tiédi
Il y a des choses qu’à mon âge on ne peut pas bien comprendre – l’ambivalence de ce désir tout particulier de vie (de mort)
Le dilemme des maîtrises sur ces destins futurs, à peine bourgeons en devenir
Que sais-je de la grace  – que sais-je de plus que ces apôtres à toi damnés ?
Je ne peux que te connaître – non pas deviner
Toutes les subtiles aspérités de ton âme (d’)humaine se glissent tout contre cette ignorante froideur qui m’anime – funeste essence dont je me gonfle pour survivre
Comme à l’accoutumée il m’est difficile de rester (si proche de toi) à tes côtés j’ai tellement peur de déliter ta sainteté sublimée
Je me fais statue pour (me) supporter
M’allongeant infime dans ton altier sillage que l’on retient entre ces mots brefs, gracieusement mal-assurés
grâce dans la tempête – grâce de l’angoisse
A moi de policer les angles douloureux de ton typhon avant qu’il n’emporte tout jusqu’à la fin

« Ne vous en faites pas Grace. Je serai ravi de rester avec Molly, vous savez. De m’occuper d’elle, et de faire tout ce qu’il y a faire… Pour elle. Je vous remercie de vous inquiéter pour moi. Mais il n'y a pas de problème. »

En équilibre sur le fil de ta mire azurée je m’assure à l’arrivée de son aura – Molly – éclat choyé d’une enfance à demie brisée – l’innocence d’une douce-amère inconscience (et je maudis l’impitoyable inconstance de la fatalité qui s’abat toujours foudre hasardeuse en plein cœur de la pureté…)

« mettons tout ça de côté, c’est agaçant d’avance. d’ailleurs si un jour tu veux venir à la maison avec ton colocataire il est la bienvenue. vous vivez ensemble depuis longtemps ? j’espère qu’il ne fait pas parti de ces gens insupportables qui mettent la musique jusqu’à tard le soir, sinon je lui fais un procès. »

Mélange surpris de rire et de comédie – tu as l’habitude Grace des rideaux qu’il faut tirer – à l’ombre de ton dévoilement me voilà mis à nu tout à la fois gêné et amusé. Comment fait-on pour se montrer caché ?

« Merci pour votre proposition. J’y penserai… Et hm… On vit ensemble depuis quelques mois. Honnêtement il a beaucoup de défauts, mais -- je pense que le procès ne sera pas nécessaire, au moins pour ce qui est de la musique. De ce côté-là, je n’ai pas à me plaindre. »

Les doigts qui se nouent – entrelacement invisible d’affectueuse appréhension – je m’emporte en pensée auprès de sa présence – que fait-il ? Que peut-il faire ? A-t’il oublié ? … – je sens se creuser la marque douloureusement douce d’un sourire au coin de mes lèvres – d’un coup je réalise – Galathée n’est pas loin de ma joie
Ça tombe en moi – et je ne puis voire pas le fond de cette étrange prédilection
Soudainement je crois -- que j’ai peur du noir (en moi)

« Je – je veux dire par là que … Qu’il n’est pas trop difficile à vivre. J’aurais pu… J’aurais pu tomber sur pire… Quelqu’un de … Vraiment… Pas bien. »

Le rideau est tendu et cette fois c’est moi qui l’étire – je sens ses ondulations mourir contre mes paumes, par ma main
Tu es sale Quinn
sale
Tu vas tout ruiner – souiller éternellement ces trois grâces qui ont le cœur à t’enlacer
tu ne dois rien à personne – tu ne dois rien
aimer
(c’est pour vous protéger)

« Pardon, je ne veux pas vous embêter avec mes petites histoires. Vous êtes une grande star… »

J'ai peur – d'avoir le droit d'être moi.



hrp : TELLEMENT DESOLEE POUR CE RETARD DES ENFERS ; ;
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Quel peuple terrien pour arda?
» Michel Terrien à MTL !
» Autre conflit terrien en prespective
» Le charme terrien...
» 5. Trigedasleng, le langage des terriens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-