beyond memories
forum rpg tout public ☆ univers fantastique/paranormal ☆ aucun minimum de mots ☆ avatars illustrés 200*320px

leave now and never come back— ft. alekseï
Invité
 
Invité
avatar
Dim 26 Mar - 21:31
The encounterft. alekseï von jaëgerIl est des jours où l’air porte une odeur sucrée de rosiers en fleurs. Il est des jours le ciel se pare de bleu azur pour mieux montrer au monde que le printemps arrive. Qu’il est doucement en train de chasser les derniers frimas de l’hiver et avec lui la tristesse des jours gris et pluvieux. Tout le monde allait être heureux de pouvoir à nouveau passer sa journée dehors, et tu serais heureuse de leur rendre à nouveau la vie impossible.

Les années passent et se ressemblent. Comme cette forêt non loin de Foxglove Valley. Ici depuis toujours. Gardienne de milliers de secrets. De promesses d’amour. De malédictions vengeresses. Un lieu mystérieux et intrigant comme il y en a tant dans la région.

Tu aimes te promener dans la forêt de Salem. De jour comme de nuit. Car sous les branches des arbres majestueux le temps semble se suspendre. Il n’y a plus de réincarnations. Plus de souvenirs incompréhensibles. Plus de gamins à frapper. Il n’y a que toi, un océan de verdure et le souffle du vent dans les arbres qui fait chanter les feuilles. Elles te bercent. Tu n’es plus Oksana l’horrible joueuse de cartes. Tu n’es plus abandonnée. Tu n’es plus solitaire. Tu n’es plus violente. Tu n’es plus rien. Tu ne penses plus. Avançant sur le sentier, laissant tes pas te guider, ton esprit s’échappe. Et c’est alors que tu le vois. Un cerf blanc. Il est là, majestueux, fièrement dressé sur ces quatre pattes, ses bois immenses formant une couronne royale. Toi qui déteste tout dans ce monde, du nouveau-né au vieillard, tu es conquise par la grâce et le charisme de l’animal.

Les fesses dans l’herbe humide, ton dos contre le tronc d’un arbre couché. Lui ne bouge pas. Tu ne sais pas s’il t’a remarqué, mais c’est fort possible vu que le vent porte ton odeur à ses naseaux. Tes yeux rouges ne peuvent quitter son pelage blanc. Et puis enfin vos regards se croisent. Il y a des siècles, en Europe, l’animal était vu comme un signe divin. Une manifestation du Christ en personne. Tu as toujours trouvé cette légende stupide. Comme toutes les autres histoires liées à une force supérieure omnisciente. Chose surprenante, tu ne crois pas en rien sinon en toi-même. Pourtant. Contre toute attente. Oksana van Alphen est obligé de reconnaître qu’en cet instant précis tous ses jugements sont remis en question. S’il existe un dieu assez fou pour vivre sur cette terre, il se pourrait qu’il soit en face de toi.

« Qu’est-ce que tu fiches devant moi ? »
Les mots sortent d’eux-mêmes. Sous la forme du reproche et de l’insolence mélangées, tu cherches à obtenir une réponse. Tu ne sais pas laquelle, mais t’en veux une, ça peut être « merde », « oui » ou « t’as rendez-vous chez l’esthéticienne demain à dix heures » peu importe. Mais il faut. C’est presque un besoin vital. Tu as besoin de comprendre pourquoi une telle bête se trouve devant toi. Mais les animaux ne parlent pas dans ce monde. Il y a de nombreux miracles, beaucoup de choses incohérentes et incompréhensibles mais pas encore ça. Le cerf t’observe. Muet. Le vent s’est arrêté. Le silence attend ta réaction. Il sait que tu vas retourner à ton état naturel sous peu. Il sait que tu ne peux pas rester calme bien longtemps. Tu es comme un tigre dans un zoo : sous ses airs de gros chats il reste un animal dangereux capable de tuer un homme d’un simple coup.

S’en est assez de ce jeu stupide. Assez de ces doutes qui t’envahissent à cause de ce truc. Tu prends une pierre qui était à portée de ta main depuis le début. Tu te lèves. Et tu jettes ton projectile en direction du cerf, les yeux plein de haine.

« Mon âme n’est pas à sauver ! »
Toute la forêt vient de t’entendre hurler. Ton âme n’est pas à sauver, en effet. Cependant, il serait plus juste de dire qu’elle n’est plus sauvable. Depuis longtemps. Mais ça tu le sais très bien.

L’animal fuit. Tu entends le bruit de ses sabots foulant la terre. Et puis plus rien. A nouveau ce-même silence.
Code by nutty—   color #B12C39—   703 words
music ♪—  hrp— pardon je ferai mieux la prochaine fois <3

 Sujets similaires

-
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI
» 02. You can leave your hat on
» the life may leave my lungs but my heart will stay with you (azazel)
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested
» PEOPLE ALWAYS LEAVE (15/03 14h55)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-