beyond memories
forum rpg tout public ☆ univers fantastique/paranormal ☆ aucun minimum de mots ☆ avatars illustrés 200*320px

such a pretty face // Leila
 
luzerne
luzerne
avatar

Messages : 138
Ven 17 Mar - 5:22

ft Leila bomba

17 mars

Ton cœur fait trois petits bonds et puis s'en va
A la rembarre ta main s'accroche, alors que tes yeux virevoltent entre tes pieds et la fenêtre à ta gauche, battant nerveusement des paupières pour oublier. Oublier ce troupeau qui se presse et s'écrase pour se faire une place, négligeant le respect et la zone de confort de chacun. Aujourd'hui il y avait du monde, trop de monde. Tu sens la foule se tasser contre toi, s'appuyer contre l'une de tes épaules pour te caler (( te coincer )) un peu plus contre la vitre. Ton cœur sursaute encore dans ta poitrine, tu t'en mords l'intérieure d'une joue. Sans doute un peu trop fort car tu as le visage crispé pendant une demi seconde. C'est pas que tu sens mal, mais presque . Pourtant c'est ta ligne de bus; Tu sais très bien les horaires du diable, celles à ne jamais prendre sous peine d'être châtié par le flux maudit du saint sacré 'heure de pointe'. Pourquoi venais-tu de te jeter en pâture ?

Tu sens quelqu'un s'appuyer sur le dessus de ton sac à dos lorsqu'il se colle à toi, et par conséquent, tu serres un peu plus ta prise sur la barre pour que ton corps ne vienne pas tanguer dangereusement vers l'arrière. Un frisson glacé grignote ta nuque, les muscles de ton dos se contractent sous l'effort. C'est dans ces moments que tu as honte d'être une brindille, grenouille. On te pousse si facilement, on s'excuse à peine de 'je t'ai pas vu' si par chance on arrive à voir ta tignasse verte entre deux coup d'oeil désintéressés. Mais ça, tu sais, c'est un peu ta faute. Tu n'as qu'a hausser le ton, hurler ta présence du haut de tes petits poumons d'amphibien morose. Là encore, tu n'oses pas te dégager, tu assumes juste le poids supplémentaire en te faisant parfaite statue de marbre, imperturbable (( bien que plus pale que d'habitude )). Tu réitère l'opération quand une fille t'écrase par mégarde le pied en déboulant avec ses copines tout à côté de toi. Depuis les tréfonds de ta gorge, tu ravale un son plaintif en inspirant vivement par le nez, tête penchée vers l'avant malgré les lanières qui te tirent dans l'autre sens.  
C'est pas grave, t'as même pas vraiment mal, t'es plus fort que ça
Les bousculades c'est ton quotidien après tout.
T'es presque  un crapaud de combat avec tout ces bleus imprimés contre ta peau


T'as beau essayer d'y croire, tu te damnerais pour être chez toi en ce moment même afin de ne plus subir tes congénères. Ta journée avait été moyenne entre ce début de rhume et cet entretien d'embauche foireux. Vu la tête du mec, tu sais par avance qu'il ne va pas te rappeler dans la semaine  comme il l'avait promit avec ce ton puant la condescendance. La douleur étant passée, tu peux enfin voir les portes du transport en commun se refermer sur toi et les autres passagers. Le calvaire commençait, mais tu savais qu'il ne prendrait que trente minutes sans compter les potentiels bouchons.
C'est rare, tu tentes d'être un peu optimiste.

Tu adoptes la position de la tortue. Tu rentres ton cou dans tes épaules, puis tu regarde tes pieds en priant que le temps passe plus vite, ballottant difficilement au grès des trémolo du bitume . Et là, fausse bonne idée, ta main de libre se dirige vers l'une de tes poches pour essayer d'attraper ton portable.Tu penses que les minutes s'écouleraient plus aisément si tu enterrais ton cerveau sous une application de jeu mainstream. Sauf que, indéniablement, tu ne t'étais pas préparé à la suite des événements.

D'un coup de coude, la fille de toute à l'heure tape contre le dos de ta main.
Et là c'est fini, tu lâches enfin un son aigu lorsque ton cher et doux appareil se retrouve à voler entre la jungle de jambes devant toi.
Et toi, tout ce que tu trouves à faire de mieux, c'est de tendre la main désespéramment vers ton bien, comme si un miracle allait se produire, comme si le chemin inverse était encore possible. Mais t'es pas Harry Potter, Kaeru.
C'était perdu d'avance. Tu restes juste là, à ta place de grenouille incompétente.
Grenouille qui a trop peur de se frayer un chemin pour reprendre son portable gracieusement offert par papa.
Tu croasses une énième fois ton désespoir.
 

HRP: omg c'est tellement pas terrible pardon q_q

 
freesia
freesia
avatar

Messages : 63
Occupation : Secrétaire au commissariat de la ville et plus ou moins secrètement camgirl.
Dim 19 Mar - 21:11
Il y a cette ambiance particulière dans les heures de pointes
à laquelle je me suis habituée.
Les cris la musique les secousses les bruits de pas de circulation forment à mes oreilles une mélodie chantante un peu bruyante qui amène un peu de vie dans les trajets parfois si ennuyeux.
Oui tout le monde n'est pas si pessimiste que toi Grenouille.

Les doigts enroulés contre la rambarde mon autre main pianote sur le clavier de mon iphone (des messages à cole) et je me laisse bercer par les bruits tout autour
c'est bizarre je sais.
Et quand les gens me bousculent m'écrasent le pied je murmure un petit 'pardon' à leur place car je sais qu'eux ne le feront jamais
et je ne détache mes yeux de l'écran que pour regarder par la vitre voir si je suis proche de mon immeuble
eh non bah non c'est con pour toi Grenouille.

Parce que quand ton téléphone glisse je suis la première à le voir (dieu comme les gens sont pressés) et je lève les yeux vers les tiens
(on dirait une technique de drague naze).
Et dans la jungle de gens de bras de bruit je crois que nos regards se croisent
et pendant un instant je caresse tes cheveux du regard j'me dis que t'as du courage de les porter de cette couleur (c'est très joli).
Alors je ramasse le précieux objet avant qu'il ne se fasse écraser (comme son propriétaire) et je m'avance vers toi sans hésiter je me glisse entre les gens pour finalement me pencher sur toi petite grenouille.
Et la détresse de ton regard ne m'atteint pas
je t'offre juste un sourire histoire de pas passer pour une meuf bizarre.

- Hé, c'est à toi ?

Mes cheveux frôlent tes mains tendues parcourues par la panique
mais oh à ce moment-là je ne me doutais de rien.
À ce moment là c'était seulement
la princesse et la grenouille (haha).



hrp : alors jsp pourquoi c'est super court mais jme sens pas de faire plus long?? donc voilà j'espère que ça te dérangera pas bbchat. ;;
 
luzerne
luzerne
avatar

Messages : 138
Ven 24 Mar - 5:15

ft Leila bomba

24 mars

T'as juste l'impression que ton monde s'écroule, grenouille. Mais tu sais, c'est juste qu'un téléphone. C'est pas comme si tu avais tendance à les casser, pas comme si tu ne connaissais pas l'expérience et la sensation que ça fait, de voir ton cher compagnon se faire exploser en miette juste devant ton nez.  Oui, c'est juste qu'un téléphone parmi tant d'autre. C'est vrai que tu as l'air bêta, avec ton visage qui tourne au vert ((aussi vert que tes cheveux)) et ta main tendue vers on ne sait quoi.  Quelques personnes osent te lancer un regard curieux, un peu outré de te voir si remuant dans un espace si petit. Et pourtant, tu ne remarque même pas. Tu ne vois rien du tout, si ce n'est la future tragédie qui tarde à se passer.  Alors que c'est toujours la première chose que tu remarques, les yeux des autres. (( alors que ça te terrorise, ça te donne envie de vomir ))  
Non, là, t'es juste paumé, à gueuler intérieurement à la foule de faire attention alors que rien ne sort d'entre tes lèvres trop pâles. Juste un long bruit aigu qui reflète ton agonie. Le bruit d'un crapaud qui se dégonfle pour finalement mourir, étouffé par la foule

Et là... Tu ne sais pas trop. Tes yeux ont beaucoup de mal à suivre le mouvement trop lisse d'une main qui se tends, qui te sauve d'une engueulade salée de la part du paternel. C'est sûrement parce qu'ils étaient sur le point de se remplir de larmes insignifiantes (( trop répétitives et banales avec toi )). C'est pour dire, tu ne sens même plus les lanières de ton sac à dos qui maltraitent tes épaules, qui continuent à te tirer en arrière avec force comme pour te tenir captif.  Finalement, la seule chose que tu arrives à voir, c'est des boucles blanches retomber sur ta main disgracieuse. Douces boucles blanches, annonciatrices d'un événement bien plus terrible. C'est seulement à ce moment que tu tressautes, que tu relèves tes yeux humides vers un visage bien trop doux (( visage qui ne va pas avec l'absurdité de la situation ))

Cette fois-ci, tu flippes grenouille. Pas parce qu'une jolie inconnue t'aborde dans un but autre que la pitié, mais juste parce que ton cerveau fait trop vite la connexion. En ce moment même, tu t'indignes contre tout l'univers, et encore plus contre ta poisse légendaire. Sérieux, elle est aussi jolie que la première fois. T'es mal. T'es trop mal. T'as déjà les joues incandescentes, les pieds qui faiblissent et accusent mal les virages du bus. Mais surtout, tu sens ton cœur tambouriner comme un dingue, ne pas rester en place dans ta poitrine. Au moins, tu n'as plus ces images malsaines qui te hantent l'esprit quand tes yeux dérivent sur ses épaules. Non crapaud, tu te souviens juste qu'elle a eut la chance de te voir vomir tes tripes devant un fast-food.  Tu te sens juste horriblement sale et honteux. (( tu ne mérite pas d'être la grenouille de cette princesse ))

« A-A-AH ! » Trop fort, Kaeru. Tu parles trop fort. Ta voix déraille et on se retourne encore sur toi « Oui, merci … Je... Ouais, m-merci... Merci  !» Bien sûr que tu l'attrape ce portable. Mais en attendant, tu ne peux pas attraper la porte de sortie.  Ce que tu fais ? A peine as-tu frôlé cette main à la peau si tendre que tu baisses subitement la tête (( tu te cognes presque le crâne contre la barre à laquelle tu te tiens )) et tu attends. Tu attends ton heure, tu supplies avec toute la volonté qu'il te reste. Pitié, faites qu'elle n'arrive pas à me reconnaître. Miséreux crapaud qui fait l'autruche, qui pense qu'avec ses cheveux verts, il passe inaperçu.
C'est pas ta faute si t'es un peu benêt et désespéré.
 

HRP: fais donc la longueur que tu veux p'tit chat ♥

 
freesia
freesia
avatar

Messages : 63
Occupation : Secrétaire au commissariat de la ville et plus ou moins secrètement camgirl.
Mar 4 Avr - 19:32
Hrp; PTN J'AI TANT A TE DIRE
DEJA VA M'ACCEPTER SUR DISCORD STP JE SUIS LA FEMME DE SOPHIA GATEAU
ENSUITE MON INTERNET S'EST COUPE Y A SIX JOURS IL VIENT DE REVENIR ET GENRE J'AVAIS POSTE MA REP DIMANCHE A LA MEDIATHEQUE MAIS JSP POURQUOI CA S'EST PAS ENVOYE MAIS JE LE FAIS QUE MAINTENANT DU COUP JE OOOOOH
jtm
tu écris très bien


J’ai l’habitude des adolescents
oui tu sais Kaeru j’en croise souvent des mal fringués qui crachent jurent fort parlent trop
(des raclures des clichés) (mais j’étais un peu comme eux à leur âge)
alors que  t o i  Kaeru
tu changes de tout ce que j’ai pu voir
j’en ai jamais vu des grenouilles dans ton genre.
Avec ton air tout timide tes cheveux trop verts
haha tu m’ferais presque rire
(on dirait que tu pourrais exploser à n’importe quelle minute)
et j’étais pas vraiment le genre de princesse
à rejeter les ptits crapauds.

Alors quand tu me remercies je t’offre un second sourire (plus sincère cette fois)
mais c’est fou comme t’as l’air gêné quand même (pas que j’en ai pas l’habitude mais à ce point ?).
Et je te détaille un instant du haut de mes talons Kaeru ah Kaeru
j’ai l’esprit léger tu sais
(j’oublie vite)
alors ta petite tête toute pâle met du temps à me revenir mais quand je me souviens
ah oui je me souviens très bien
je ne peux m’empêcher de rire (au karma au destin)
c’est pas méchant Kaeru
ça vole entre les passant ça rebondit sur tes joues creuses (tu manges Kaeru?) (ah bah oui pour le coup oui).
Et c’est pas vraiment de l’affection mais s’en est pas loin
j’ai l’impression d’avoir découvert l’eau chaude et pourtant oui pourtant je ne sais pas tout (loin de là)
(ça me gêne pas Kaeru tu sais on peut en parler)
je mets mes mains sur mes genoux et je m’abaisse à ta toute petite hauteur (t’inquiète ma veste est fermée)
et je crois que mon visage
mon expression
contraste un peu trop avec la tienne
(s’il-te-plait souris).

- Eh tu m’excuses si j’me trompe-.. fin non je me trompe pas mais genre, c’était toi le petit à l’entrée du Mac Do ? (c’est pas une question) C’est fou le karma quand même haha, j’espère que tu vas mieux du coup, que t’as repris des forces. C’est important à ton âge tu sais.

C’est marrant
(tes yeux sont du même vert que tes cheveux)
je remarque pas vraiment ce genre de détails d’habitude mais
je sais pas
avec toi c’est pas pareil j’imagine.
Mon sourire s’illumine un peu plus comme pour te forcer à faire de même.
      T’as l’air si triste Kaeru.



 
luzerne
luzerne
avatar

Messages : 138
Mar 13 Juin - 5:10
HRP:
 

ft Leila bomba

13 juin

Ton esprit part à la dérive. Pourquoi il fallait que ça tombe aujourd'hui ? Pourquoi sur elle ? Pourquoi ici ?  Tu tentes de te rappeler si tu n'avais pas fauté quelque part, ou juste fait quelque chose qui aurait tapé sévèrement dans ton karma pour que les cieux viennent te tomber sur la tête. Sans avoir le mal des transports, tu as déjà la bile qui te monte dans ton estomac trop fragile (normal, tu manges pas beaucoup ), cette même rengaine qui tourne encore et encore dans ta poitrine. Tempo effréné, danse rythmée au son du Diable, tu ne sens plus tes articulations qui serrent beaucoup trop fort – é t r a n g l e – la barre qui peine à te tenir sur tes deux pattes. Tu ne pouvais être malchanceux jusqu'au bout des ongles, n'est ce pas ? Tu crois encore à ta bonne étoile ; T'es qu'une ombre même si t'as souvent tendance à te donner en spectacle, alors tu pense qu'il est encore possible qu'elle n'arrive pas à retracer un souvenir sur ton visage délavé. Enfin, si c'était encore possible de voir ton visage derrière cette touffe informe qui trône sur ta tête.

En fait, tu tiens peut-être plus de la grenouille que de la tortue, Kaeru. Ça fait un moment que tu n'as pas bougé, tête inclinée vers l'avant, épaules rentrées. Tu es mort de trouille, donc tu te positionnes comme un animal en détresse. Et pourtant, dieu sait ce que tu manques ; Ta jolie interlocutrice ne te juge pas comme tu le pense, ou tout du moins, pas comme tu l'espère. T'as pas l'occasion de voir son minois plus doux, ses yeux curieux qui tentent de te comprendre. Tu ne la voit pas, non, mais tu sembles sentir encore ses boucles frôler ta main dans une rencontre fortuite, tu te souviens de son sourire on ne peut plus naturel à ton égard. Tout comme sa voix, qui, une fois de plus, remonte malencontreusement à tes oreilles.

Fichu fast-food avec ses aliments trop gras, fichus cheveux beaucoup trop verts, beaucoup trop voyant. C'est qu'elle t'a reconnue, qu'elle s'est finalement souvenue de  votre première rencontre. T'as juste qu'une envie, c'est de te barrer la queue entre les jambes, hurler de plein poumons un 'c'est faux c'est pas moi', ou bien juste t’étouffer dans tes propres remords. Parce que oui, t'oublies pas non plus que cette situation, c'est un peu une mise en scène qui s'est installée dans ton petit crâne d'oiseau. Elle ; Elle s'en fiche probablement, c'est juste une fille (un peu trop jolie) qui s'est inquiété pour toi à un moment donné de ton existence.  Enfin, si on ne prends pas en compte le fait que tu ai pu aussi la voir dans une situation un peu moins appropriée sur le côté.

C'est alors qu'elle se penche vers toi, mais toi, tu bascules juste en arrière. Tu met la faute sur le type qui n'arrête pas de s'appuyer sur ton sac à dos depuis tout à l'heure, et pourtant, c'est sûrement aussi parce que tu es intimidé par le fait qu'elle puisse être un peu plus proche de toi. ( t'es tout simplement pas prêt ). En attendant, tu as juste la scène où tu dégobilles qui repasse en boucle devant tes yeux, ce qui te fait inspirer bien fort par le nez, histoire de lâcher lamentablement « O... Ouais... 'Fin... Non... 'Fin si... » ravale ta salive grenouille, tu n'as pas fini de parler « Je... Euh...  Oui... J'crois que c'est moi... » T'as juste un rire débile vers la fin. Même toi, tu te rends compte à quel point t'es un peu bêta sur les bords « Mais ouais ! Enfin, je veux dire, c'est pas grave, j'ai l'habitude, j'ai pas... J'ai pas l'estomac très solide de toute façon... » Tu tires sur la corde ; Comme tu es un timide maladif, tu ne sais jamais quand il faut arrêter la conversation afin qu'elle ne devienne pas gênante « P... Par contre ouais... C'était... Un peu dégoûtant, je crois... Alors … »

Ton visage se relève
Tu sors juste un 'désolé'
Qui était presque coincé
au fond, tout au fond de ta gorge
de petite grenouille torturée

Et pour la première fois, ton regard ose croiser le sien
Parce que tu peux au moins faire ça, pour une fois.

 

HRP: sacrebleu

 
freesia
freesia
avatar

Messages : 63
Occupation : Secrétaire au commissariat de la ville et plus ou moins secrètement camgirl.
Sam 23 Sep - 20:49


et ça bat ça ronge le mal invisible qui ne la touche pas - celui du timide averti, du malheureux endolori qui à force de malchance a fini par se faire une raison ; dans la vie il ne serait jamais bon.
mais c'est triste non ? d'avoir à se rabaisser comme ça à courber l'échine parce que oh - elle ne sait pas leila, terrible égérie. elle se sait juste trop jolie, par rapport à la masse grouillante où elle se fait étendard, idole de la beauté et des déboires. qu'entre les crins d'ivoire et la tignasse verte le choix est vite fait dans le cœur de la majorité. c'est triste, kaeru ; ce que la société lui fait faire et penser.
mais elle comprend que tu rougisses alors elle a ce sourire un peu compréhensif des grandes sœurs idéales, parce que c'est un peu la honte ouais mais t'en fais pas on peut être cruelle sans être méchante - être belle et compatissante.

- eh, petit

car elle elle est la grande leila et toi le petit crapaud larmoyant ; le pleutre, vert de honte - ça monte la bile dégueulasse.

- te mets pas dans des états pareils, ça arrive à tout le monde de dégueuler

sourire blanc

- même à moi

elle se dit que ça pourrait le rassurer de l'imaginer dans une situation semblable - que ça pourrait être agréable, de se dire que le ridicule ne tue pas et qu'à deux il en devient marrant.
si elle savait qu'il avait vu bien pire, le plus risible des martyrs. que ça n'a rien de dégoûtant l'embarras adolescent, que tu ne fais pas semblant - qu'elle est sincère, la gêne quand tu te carapates et éclates en millions de mots déchirés. souris, souris, encore plus pour compenser le sien.

- tu descends là ?

croise ton regard aussi, la boue verdâtre sous la fange - le bus ralentit la porte se descelle mais elle n'est pas prête de te laisser partir
les crapauds elle le sait ça se fait vite écraser ; quand ils n'ont pas une princesse pour les protéger.

- il est midi passé, on peut aller bouffer un truc si tu veux. y a un café pas loin.

se tourne vers la lumière

- ça te repayera ton repas haha - désolée, ça me fait juste trop rire, j'ai pas envie que tu me trouves gênante ou quoi hein.

désolée d'être là

 Sujets similaires

-
» Just a perfect smile on a pretty face. - Shunsuke Nakamura.
» pretty face (keeyoung)
» "Do the people whisper 'bout you on the train like me? Saying that you shouldn't waste your pretty face like me?" #DAYA
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-