forum rpg tout public univers fantastique/paranormal aucun minimum de mots avatars illustrés 200*320px

puissance // T. L. H. J. L-A. P. H. P. N. L. R.
avatar

Messages : 332
Occupation : compte fondateur
Lun 15 Jan - 19:54
Le membre 'Oskar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Puissance ; jeu' :
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 46
Occupation : gardien·ne du cimetière, écolier·e, corneille curieuse, créature sans-visage dont parlent les rumeurs
Avatar(s) : chrona (soul eater)
Dim 28 Jan - 18:55

puissance
Et on se prend la main comme des enfants Le bonheur aux lèvres un peu naivement
le jeu continue mais lénore ne suit plus
iel est resté·e en arrière
perdu·e dans un métaplasme amer
comme on chute dans le fossé après un pas de côté en laissant le groupe nous dépasser
sans un mot ou un geste pour le rattraper
sans rien penser du fait que personne ne semble rien remarquer
parce que
c'est terminé
le groupe peut bien continuer d'avancer
(aucune importance)
lénore ne veut plus jouer
ce n'est plus drôle ça n'a plus d'intérêt
tout a pris le goût de la craie dès que le cercle s'est changé en tribunal du passé
dès que s'est apposé sur tom au regard en biais et plume aux cils mouillés un relent d'un autre temps posé en équilibre sur quatre lettres désormais bannie au sein de cette fratrie qui n'est plus
il y aurait presque là venue d'entre les bois la voix de cecil aussi claire que le jour où c'est arrivé
(cecil cecil
pourquoi tu es fâché·e ?
qu'est-ce que j'ai fait ?)
mais rien ne vient
rien
que des grains de silence
portés contre des lèvres de mauvaise volonté
(quand
es-tu arrivé ?)
lénore goûte sa sentence pourtant déjà tombée
sur l'âcreté de ta rancœur encore accrochée sur ses lippes
c'en est assez
mais l'ombre ne peut se déplacer sans le corps qui la fait exister
tom
tom est-ce que tu comptes te lever ?
est-ce que tu veux bien læ laisser s'en aller ?
(s'il te plaît)
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 533
Avatar(s) : ness ; earthbound / craig tucker ; south park
Dim 28 Jan - 19:06

bienvenue chez moi
il est unique dans sa douleur et si seul que ça lui fait peur
pourtant tom tu es entouré d'enfants
il a perdu sa couronne car à force que les petites âmes se rajoutent il ne règne plus- il se sent ennemi quand il n'arrive même plus à croiser les regards de ses frères et soeurs
tom n'est plus
au centre
tom n'est plus hurlant
il a la gorge serrée et il n'arrive pas à rire de votre malheur de votre malchance- il aurait préféré qu'oskar tombe sur lui plutôt que sur lénore malgré la haine infantile- puisse-t-il raviver la flamme
tom qui n'est jamais vide ça lui fait tout drôle ce silence interne ce sifflement agaçant qui vient chatouiller ses oreilles
il est las lui qui a des problèmes d'adultes- en cet instant
de faire semblant
la tornade des baisers souffrants lui semble bien insipide lui qui la regarde de loin
il se lève et époussette ses jambes quand la liaison des quatre lèvres se fait
on s’en va.
il exige sur ses faux-sujets, il leur impose ses choix pour terminer le jeu
c’en est assez de toutes ces illusions faites par les candeurs, il veut aller se reposer loin de la violence
las de l’ignorance
il attrape la main de léa- fait un signe de tête à lénore
va réveiller pastel d’une main pour l’entraîner à ses côtés
et s'enfonce dans la forêt
((il ne reviendra pas))
♥️


 
freesia
freesia
avatar
up to no good
Messages : 91
Occupation : écolière et danseuse
Avatar(s) : kiki (kiki's delivery service) // maisie williams
Mer 28 Fév - 21:22
les poètes de sept ans


il y a le frissonnement de plume qui fait écho au printemps fébrile
le vent a dispersé les enfants comme des fleurs abîmées
aux couleurs déjà délavées par leurs mutineries puériles
(ce n'est que le printemps mais déjà
l'hiver ternit le point du jour)
quand le roi tire sa révérence et abandonne sa couronne de feuillages il est temps pour le rêveur
de laisser mourir les songes

on doit partir aussi.

dans le creux de sa paume il y a la tiédeur de celle de plume
hermine s'abreuve de ses émois -- de ses mains maladroites elle séchera tous les azurs qui échouent sur ses joues
ses doigts cherchent ceux de nala pour reformer leur ballet de gamines égarées dans les sous-bois
(pour ne pas cette fois-ci se laisser happer
par les loups)
ses yeux ont la couleur de l'enfance évadée
elle coule un regard vers (les effarés) jaak hannah oskar

bon bah... salut !

ses lèvres ne peuvent se fendre en un sourire
il ne reste que ses mots piteux dans le ciel tendre
(il faut partir hermine, sans te retourner)

ft. la puissance

Contenu sponsorisé
 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-