ricochet (jaakopi)
avatar


Messages : 50
Pouvoir : vision
Symbole : feuilles mortes
Occupation : petite fille ; stalkeuse et écolière de temps à autre
hellébore

Dim 29 Jan - 12:42
( ricochet )


les ricochets des petites pierres sur l’eau ; plouf et les vagues.. Ses pieds sur le bord du rivage, les yeux rivés sur les mouvements de l’eau et l’envie d’y plonger ((il fait un peu trop frais)) mais maman n’est pas là pour surveiller. La rivière et son reflet ; elle s’approche juste un peu plus près.
aucun poisson.
c’est peut être elle qui les fait fuire à lancer des cailloux. En y pensant elle se pose et repose tout ce qu’elle a dans les mains. Assez jeté de choses dans la rivière aujourd’hui. Ses mains légèrement sales qu’elle frotte sur ses vêtements ; maman ne serait pas contente (elle ne sera pas contente) car elle n’aime pas voir sa fille saisir des choses diverses et variées sans se soucier de qui nettoie après. Les yeux au ciel, Lou-anne est dans la lune (en plein jour).
Elle se relève, repasse ses vêtements de ses petites mains et continue son chemin sur l’herbe et l’étendue de cailloux sous ses pieds. Sur la rives les petits animaux fuient sous ses pas. Ses mains se promènent aussi près de l’herbe mais plus aucune fleur à cueillir, seulement des déchets du papier froissé (fleur artificielle) - elle saisit une boule de papier si ronde qu’elle pourrait rouler. Il ne faudrait pas qu’elle roule jusqu’à la rivière.
Alors au lieu de shooter dedans, elle la prend et la déplie.
Les mots filent et les lettres défilent sous ses yeux.

Quelques pas vers l’avant sans vraiment regarder où elle va, elle s’approche sans le savoir d’une fleur rare. Petite tête noire et visage familier près du rivage suivant comme elle le court de l’eau et de la vie. Elle s’arrête. Approche toi un peu plus et tu tombes dans l’eau. un large sourire dans son dos. tu fais quoi ici Jaakopi ? penchée près de son épaule ses yeux s'élargissent.



hrp; dsl c'est très court, jtm

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 526
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis

Ven 3 Fév - 3:31

Le sillon boueux s'étale sous la pression de son bâton.
Un traçage sans cohésion, il passe le temps. Il joue à ne jouer à rien. Il creuse à ne rien chercher.

À l'église une fois, il se souvient avoir entendu parler d'un Moïse qui sépara les eaux. Permettre l'échappatoire face à la persécution.

Aux informations pourtant : à la télévision à la radio dans les journaux...
Les persécutés s'échappent au gré des vagues. Tente de dompter le sort. Tente de sortir d'un mauvais tour de la vie. Tout ça pour sombrer sous mille lieux.

Le bout de bois pique la terre meuble.
La dernière escapade. Bien qu'il n'y ait personne pour les aider ils sont prêts à prendre le risque.
Parce que ce n'est pas le plus effrayant, la mort.

C'est ce qu'il pense Jaakoppi. L'espoir fait vivre, l'espoir fait mourir, l'espoir oui, la belle arme à double tranchant.
La foi...tout ça...

Il s'accroupit au sol. Son portable n'a plus de batterie depuis dix bonnes minutes déjà. Il voulait tenter d'attraper un Poliwag mais ça sera pour un autre jour.  

Sa caboche brûle sous la réflexion. Les peaux bleuies, les mains froides, les visages gonflés de larmes. Ils ont sûrement l'espoir que tout s'arrête. Mais rien ne s'arrête vraiment n'est-ce pas … ?

Les mêmes mauvais rêves en boucle, dansent sur le plafond de sa chambre, les soirs... Hier soir comme ce soir comme demain soir.
Pourtant...

Son train s'arrête sur la voie sous le claquement d'une langue claire. Jaak, les mains posées en arrière, le bâton entre deux doigts, les autres plongées dans l'herbe fraiche, redresse son nez, bascule son minois en arrière.
Oh.

Sa frange attouche et plisse le tissu de la jupe. Il détourne le regard gêné avant de, bien vite, se redresser.

Si je tombe, j'ai qu'à nager.

Suffit de.
Pour le reste, il n'a pas envie d'y répondre. Comme s'il avait été pris à défaut dans un moment secret entre lui et lui-même.

Son attention se pose sur ce que sa camarade tiens dans les mains, lui, tripatouille son bâton entre ses doigts, son cœur à fond, encore surpris de sa présence.

C'est quoi... Un poème ? Une confession ? Ou une mauvaise note que tu n'as pas envie de montrer à tes parents ?


En demi-teinte, son sourire revient. Il ne cherche pas à l'attraper de ses mains pour voir, comme il aurait pu le faire pour embêter un des garçons. Il a des manières tout de même.

Même s'il suppose que c'est ce qu'il est sensé faire. Les filles arrêtent pas de dire que le groupe de Lucas arrête pas de les embêter, mais ça les empêche pas de glousser lorsqu'il leur court après à la récré. Ce n'est pas qu'il ait envie qu'elles gloussent pour lui... de toute façon Lou-Anne n'est pas pareille.


HRP:
 


Un deux trois Jaques à dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 50
Pouvoir : vision
Symbole : feuilles mortes
Occupation : petite fille ; stalkeuse et écolière de temps à autre
hellébore

Mar 14 Fév - 14:29
( ricochet )


Elle ne tient pas en place, sous l’émotion, l’excitation que lui procure cette trouvaille (son ami Jaakopi, ici). Ses mains se baladent elle ne sait plus quoi en faire, si bien qu’elle chiffonne ce bout de papier dans ces mains avant même qu’on la questionne.  Je n’ai pas de mauvaises notes moi. sourire ironique, mensonge assumé qu’un rire vient effacer. Elle déplie le papier petit à petit. Je sais pas. Je l’ai trouvé par terre je voulais le jeter mais…
Elle commence à y prêter attention tout en faisant les cents pas face à lui, elle lit en marchant.
Les esprits mémoriels, les réincarnés… son air enjoué passe au sérieux. L’article commence à l’intéresser - pas comme si c’était une découverte pour elle, mais avant même de s’en rendre compte, elle lit.
un dernier pas et elle se stoppe.
revient à ses esprits. T’y crois à tout ça Jaakopi ?
c’est vrai qu’elle n’a jamais vraiment eu l’occasion d’en parler avec son ami,
peut être par peur des moqueries, peur du jugement (si il la prend pour une folle). Mais on ne peut pas parler que de pokémons dans la vie.
( la vie tu en penses quoi jaakopi ? )
il y a tant de questions qu’elle aimerait poser, mais son air sérieux pourrait l’effrayer. Elle continue de sourire (ce n’est pas une blague) continue d’avancer à la recherche d’une poubelle pour son papier.    


hrp; t'en fais pas c'était perf

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 526
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis

Mar 14 Fév - 16:45
Amusé, de ses faux airs de chipie qui le fait patienter, qui se la joue élève parfaite. Il trépigne en invisible, les deux pieds bien ancré à terre. Elle bat les brins d'herbe à gauche puis à droite. Jaak entend le roulement de tambour dans son esprit, tenant de bout à bout son bâton dans les mains, tournant celui-ci sur lui-même.

Jaakoppi ne lit jamais le journal, ce n'est qu'un enfant après tout qui ne se souci jamais des affaires des grands.

Il se glace en entendant les mots, sa mine figée dans une interprétation toute fabriquée de l'ennui. Au fond de lui l'envie de savoir la suite est incommodante, elle gronde en son sein, lui vrille les boyaux.
Il a encore la sensation du grillon écrasé entre ses doigts.

Et, c'est préparé, lorsqu'elle s'arrête, lorsque Lou-Anne se tourne dans sa direction, qu'il affronte son regard face à la question attendue. Soudain muet, il la laisse lui se détourner, emboîte son pas.

Hmm....

Il casse un bout de son bâton. C'est pour le deuxième grillon. Le laisse tomber à ses pieds sans s'arrêter.

Ça devient de plus en plus fréquent, les mauvais rêves qui paraisse bien trop réel, parfois même pendant les siestes, comme celle d'hier après-midi. Il s'est réveillé avec un brin de soleil caressant sa joue et la mémoires toujours sur les insectes morts, les mains propre mais paraissant sale, et les oreilles qui bourdonnent encore de ces mots. Pour la peine il casse un autre morceau de sa branche. Il s'en veut même s'il sait que ce n'est pas lui. Ses pas se stop.

Tu fais quoi là ? Y'a pas de poubelles de ce côté de la rivière... (il sait il l'a souvent arpenté) Si tu n'as pas de poches je le mets dans la mienne.

Les deux pieds bien plantés, il se souvient, il est ici et maintenant.
Il casse avec d'autant plus de hargne en deux le reste du bois entre ses mains et le laisse tomber, les yeux plantés sur Lou. Il tend sa main en sa direction mais ne s'avance pas.

Je le range et si tu veux on peut faire un concours de ricochet.

On oublie ce qui fait peur, on relègue les murmures aux églises, les songes au fond des tiroirs. Parce qu'il ne sait pas quoi en faire, chaque jour un peu plus, son corps submergé. Entre rêve et réalité, à y accorder trop d'importance, ne risque-t-il pas de rendre tangible ce qui n'était jadis que cauchemar fortuit ?


HRP:
 


Un deux trois Jaques à dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 50
Pouvoir : vision
Symbole : feuilles mortes
Occupation : petite fille ; stalkeuse et écolière de temps à autre
hellébore

Dim 19 Fév - 18:37
( ricochet )


Elle n’en attendait pas moins, il a l’air intrigué c’est déjà ça. Elle repousse ses pensées (et ses cheveux dans les yeux) pour oublier sa question, la peur d’avoir trop parlé. Interpellée par son ami elle lui rend le bout de papier froissé ; elle le dépose dans sa main en élargissant son sourire suite à sa proposition.
Les mains libres désormais elle se penche vers un caillou. Elle le lance. Elle le voit partir au loin (mais il s’arrête vite dans sa course). Pas assez plat. elle annonce déçue son premier lancer et penche la tête vers ses pieds à la recherche d’un nouveau caillou. S’éloignant quelque peu du rivage pour admirer le lancer de son rival ; elle observe de dos.
Jaak, je pourrais lire en toi tu sais j’ai le pouvoir de voir ça. si tu as des souvenirs donne les moi.
Lou dangereuse, songeuse mais qui n’oserai pas. Elle refuse d’être un prédateur pour l’autre ; aujourd’hui elle oublie ses obsessions elle joue. on va faire fuir les poissons. un peu amusée elle se demande ce que ça fait de vivre en dessous de l’eau. Quelqu’un ayant vécu une vie de poisson saurait lui répondre.
Mais elle ne doit plus penser à ça. ils dorment comment les poissons à ton avis ? trop de question en tête, des questions bêtes auxquelles elle n’attend pas vraiment de réponse. mieux que toi je parie. si tu crois que je ne vois pas ta mine fatiguée ces certains jours Jaak. elle rit encore, entre gosse on se taquine on se pousse ;
jusqu'à tomber dans l'eau.


hrp; j'suis désolé d'avance si cette réponse est chelou

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 526
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis

Dim 19 Fév - 22:06
À battre la mesure jusqu'à la dernière seconde : la sensation du papier contre sa paume. Soulagé sans pareil mais toujours de marbre, ses doigts plient l'article en deux puis quatre, essayant d'arrêter ceux-ci de trembler alors qu'elle tourne le dos.

Pourquoi personne ne peut se taire à propos de ça ?
La note est bien rangée.
Il ne veut pas en entendre parler.
Il ne regarde pas son premier lancé.
Il aurait presque envie de la planter et là et juste s'enfuir.
Presque.

Parce que lorsqu'il relève ses yeux et que ceux-ci croisent :
toutes les ouvertures sur sa peau, les plis de sa jupe, les manches retroussées, son minois de fin limier, et sûrement tout à la fois ;
il se dit, qu'un peu plus longtemps, il jouera à chat.

Ce n'est pas récent, ça le tracasse depuis un moment déjà, mais de plus en plus jusqu'à...il y a peu encore. Maintenant ses rêveries sont habitées d'autres, de masque et d'ordre scandé en son nom.  

Ça lui fait du bien, cette fenêtre ouverte sur un jardin dernièrement négligé. Même s'il est obligé d'admettre les effets du temps sur les jeunes pousses...

Il serre un galet dans sa main repéré un instant plus tôt avec ce qu'il aime se dire : ses yeux de lynx.

… le tissage d'une toile rosée entre les marguerites. Elle pleure les matins tandis que celle sous son lit brille le soir. Il serait d'avis de prendre un bâton et d'aller détruire l’œuvre resplendissante, d'autant plus effrayante au grand jour.

Sous le jugement d'autrui, bien plus même, de l'autrui qui pince le cœur.

Lui donne des frissons dans le cou lorsqu'il s'élance et lance, de toutes ses forces, comme pour se détendre, sans trop chercher à comprendre ni même gagner. Il ne se sent même pas mal lorsque ça ne fait qu'un seul plouf.
Il espère bien les effrayer oui, tous les poissons cachés.

Bah...

Mais il n'a pas le temps de donner un avis franc, que le sujet maudit déjà reviens sur le tapis.

Ça fait mal quelque part. Que se soit toi, au lieu des grands. Pourquoi vouloir cacher ce qui me fait remarquer ?

Il échappe un long soupir, puis s'étire, puis roule des yeux avant de te décocher un petit sourire. Il fait son fier pour oublier la chair de poule sur ses bras, la sueur froide le long de son dos.

Tu sais pourquoi je dors pas pff fais pas genre ! C'est une tactique pour me déconcentrer et gagner c'est ça ?
(il ne peut pas mentir rien que ses cernes parlent déjà pour lui) Comme je suis en périph' c'est le meilleur endroit pour observer les étoiles...

Un peu de poésie n'a jamais tué personne. Il se penche pour chercher à son tour de quoi rendre la prochaine attaque plus avantageuse, il prend garde à son choix de caillou cette fois (mais sûrement plus pour détourner son regard et se donner un peu de courage).

Si tu venais passer une nuit chez moi tu comprendrais...

Faisant mine d'être ingénu, pensant ne plus l'être, mais en l'étant un peu trop peut-être.


Un deux trois Jaques à dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 50
Pouvoir : vision
Symbole : feuilles mortes
Occupation : petite fille ; stalkeuse et écolière de temps à autre
hellébore

Mar 21 Fév - 20:29
( ricochet )


L’eau troublée, un plouf et Lou-anne espère secrètement qu’aucun poisson ne se trouvait ici bas (en dessous d’un caillou bien lancé). Un rire lui échappe encore, elle sait qu’elle l'embête, elle espère juste qu’elle ne le fera pas fuir comme les poissons. Lou anne elle s’entête avec ses questions. Elle connaît parfois les réponses, dans tous les cas elle sait ce que ça fait de ne plus dormir. Elle n’enterre pas les nuits blanches passées, (seule dans le noir) ; les lumières s’éteignent, ses yeux se ferment l’espace d’un instant pour imaginer les étoiles.
Un caillou en main elle s’avance au bord de la rivière comme pour se jeter dedans (mais ça serait ridicule) - elle maîtrise ses mouvements, un seul ricochet, un pas en avant
elle revient.
C’est une invitation ? elle passe la main dans ses cheveux sourire aux lèvres faussement intriguée. Elle aimerait être en mesure de répondre mais là maintenant… qui sait si ses parents voudraient. Jaakopi, tes parents te laissent sortir la nuit ? quel parent ferait ça ? les rares fois où je n’arrive pas à dormir, moi je vais prendre l’air.
son index se ramène auprès de sa bouche, il faut garder ça secret, papa et maman ne savent pas. Même si elle ne va jamais très loin Lou-anne, jamais elle n'oserait fuguer.  
je ne sais pas si je pourrais dormir chez toi, mais passer une nuit avec toi sous les étoiles pourquoi pas.
une réponse, qu’elle n’a pas pu retenir. Car les étoiles sont partout au dessus de nous, pas seulement au dessus de la fenêtre d’une chambre. Elle s’imagine déjà, bavarde ou muette à ses côtés ; observant la nuit tomber mais pour l’instant c’est le jour
et elle attend les ricochets.  


hrp; j'suis désolé d'avance si cette réponse est chelou

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 526
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis

Dim 5 Mar - 13:47

À peine soulève-t-il ses yeux pour voir le lancer, qu'aussitôt à ces mots, il rabaisse son visage en direction du sol.
Les oreilles qui le crament, les pommettes chaudes. Il cherche à balbutier un oui, mais Lou-Anne n'a pas fini. Jaak en profite pour se taire et essayer de se calmer, ne voulant pas paraître complètement stupide.

Il l'entend se recoiffer, le bruit de la nature bourdonne dans ses oreilles, et pourtant tout lui semble bien trop silencieux.
La voix de celle qu'il aime raisonne d'autant plus claire dans ce faux silence.

Jaak n'a pas envie de passer pour un pleutre non plus. Il a enfin réussi à lui demander de venir chez lui, il faut qu'il soutienne son idée à présent, sinon ça sera bien trop voyant à quoi il pense. Et il n'imagine même pas la honte si Lou devine. L'envie de lui répondre est forte, il se racle la gorge, mais l'enfant continue, il reste scotché face à elle.

De savoir qu'elle est comme lui le rend euphorique, il s'accorde un sourire en l'entendant parler de ses sorties nocturnes. Si cool, comme toujours. Jaak adore le côté enfant sage mais rêveuse de la petite. Il l'imagine sous les rayons lunaires, sa peau laiteuse doit d'autant plus ressortir... Il se demande quel pyjama elle porte, est-ce que c'est une robe ? est-ce que c'est un pantalon fluide ? Ou même un short en été...

Le caillou roule dans sa main, il se demande si elle a un pyjama à motif comme lui, et si c'est la honte ou pas. Est-ce qu'il est trop grand pour ? Est-ce qu'elle rirait si elle le voyait ? Il passe le caillou d'une main à l'autre, avant de l'échapper sous le signe de l'enfant face à lui. Cette demande de secret la rend encore plus craquante. Il redevient complètement confus, et se penche pour échapper à ses yeux un instant, rattraper son caillou.

Lorsqu'il se tient à nouveau droit, son faciès reste rivé en direction du sol. Ah. La situation est d'une gêne infinie pour lui, mais il ne peut pas retenir un large sourire de venir parer son visage, jusqu'à ce qu'un rire nerveux s'échappe de ses lèvres. Il se recule pour prendre de l'élan pour son lancer.

O-ouai...


D'un geste preste, la pierre quitte sa main, rebondit une fois sur l'eau avant de plonger. C'est un peu mieux mais ces mains moites n'arrangent rien. Il s'essuie sur son pantalon, essaie de se donner un peu plus de contenances.

Ça revient un peu au même non...? Si comme moi tu t'échappes la nuit... mais c'est un peu dangereux la nuit de se promener seule pour une fille, si tu veux je peux venir te chercher chez toi...

Jaak s'imagine déjà en Roméo sous la fenêtre de la jeune fille, mis à part qu'il n'aura pas à lui jeter des petits cailloux, puisqu'il a un téléphone. Rien de mieux que la technologie.
Son cœur n'en finit plus de s'emballer.
Il se redresse suite à sa question, pierre en main.

...si tu veux je peux te donner mon numéro pour qu'on prévoit ça...


Un deux trois Jaques à dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 50
Pouvoir : vision
Symbole : feuilles mortes
Occupation : petite fille ; stalkeuse et écolière de temps à autre
hellébore

Dim 12 Mar - 17:11
( ricochet )


Le visage (presque) aussi innocent qu’à leur première rencontre ; elle se revoit lui parler, elle entend sa voix basse lui répondre - comme restreinte dans sa timidité. Elle lui sourit pour le mettre en confiance. Il n’y a pas de raison de s’inquièter Jaak, elle ne comprends pas toujours. Mais elle l’accepte, il est comme ça.
Il est attentionné, il est sage (même si il sèche les cours pour des pokémons) - il n’est pas vraiment comme les autres garçon, c’est pour ça que Lou-anne l’observe avec attention.
c’est gentil de me proposer mais j’ai un vélo, je pourrais venir chez toi. Car les princesses se déplacent maintenant. Elle préfère de loin marcher mais si jamais Jakoopi vit loin… Le carrosse à deux roues peut toujours servir. Elle y pense et elle a un peu hâte - l’envie monte mais la déception sera plus grande si ses parents ne veulent pas. Elle appréhende leur réponse les yeux au ciel, sans savoir pourquoi. Elle ne va pas souvent chez les gens, c’est pour ça.
Encore une proposition de Jaakopi qui l’inspire qui la sort de ses pensées et la fait
rire,
au final.
Mais enfin, je n’ai pas de téléphone. Du haut de ses 10 ans c’est juste une gamine qui ne joue pas à pokémon go et qui passe encore par le téléphone fixe de la maison. C’est elle qui répond de sa petite voix à tous les appels quand papa et maman ne le font pas. Et comme elle connaît déjà son numéro (qui n’est pas vraiment le sien) ; elle saisit dans la poche de Jaakopi son bout de journal qui dépasse et y note au crayon papier des chiffres alignés.  
Elle n’ose pas l’avouer Lou-anne mais lorsqu’elle compose un numéro elle se trompe une fois sur deux, elle préfère recevoir les appels.
Elle lui remet le papier en main. on en parlera quand j’aurai la réponse de mes parents. Sinon on se verra lundi à l’école. L’école c’est quand même bien lorsqu’on veut revoir les visages familier - elle s’en satisfait tout en relevant son visage souriant vers celui qui l’invite.


hrp; succ

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 526
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis

Dim 11 Juin - 2:52

Oh.

L'évidence même, le recoin de ses lèvres qui s'ourle en un maigre sourire tremblotant en se trouvant idiot. Ça fait depuis combien de temps qu'il connait Lou-Anne ? Combien de récré qu'il ne l'a voit jamais sortir ne serait-ce que l'ombre d'un appareil ?
Lou-Anne qui fait encore parti de ces enfants épargnés par la technologie.
Et lui tellement émerveillé par celle-ci qu'il brouille ses propres souvenirs.
Il était si sûr pourtant
si sûr de l'avoir vu avec, d'avoir eu l'envie folle de lui demander son numéro (sans pouvoir se décider, toujours cette même frayeur de traverser une ligne invisible qui projetterait sur lui l'effrayant projecteur).
Ce sentiment pur qui enrobe son cœur dans ces moments.
Cette peur enfantine de briser la beauté de cette pensée dans l'aveu (et puis le rejet, la honte, l'effroi de ne plus pouvoir croiser son regard sans hoqueter au fond de lui).
Et puis
Il ne compte même plus la nombre de fois où il l'a croisé sur sa bicyclette et il a même pas eu l’intelligence de ce dire que si elle vient elle pourra venir rapide comme le vent avec jusqu'à chez lui.
Décidément, l'hébétude rend ben trop crétin à son goût, il a envie de se camoufler dans un gros pull à col roulé là.

Toujours
L'enfant adoré prend l'initiative de trouver une solution au problème et avant que le ballon de baudruche qu'est en train de devenir Jaakoppi sous la gêne n'éclate, elle dégonfle la situation de ses douces manières dans la praticité la plus totale.
Le petit bout de papier en ces mains
Le pacte conclu (il se sent près à relever cette tâche, au risque de tomber sur ses parents)
Jaakoppi c'est peut-être un petit mais les adultes pour sûr, il en a pas peur ! ça non ! Il a l'habitude de répondre chez lui après tout pendant que maman n'est pas là, prendre des messages, en passer même parfois.
Même si les parents de Lou-Anne c'est un peu différent, peut-être qu'il bafouillera un peu au début, mais il, au fond, que l'envie de parler à son amie sera toujours assez grand pour surmonter cette gêne momentanée.

Ok, mais ça serait vraiment bien si tu peux venir quand même. On mangera des cookies et tout sur mon toit il fait de plus en plus bon en ce moment en plus.

Il a attrapé le papier et le brouille un peu sous l'excitation entre ses doigts -mais il fait attention de ne pas le déchirer. Jaak trépigne littéralement sur place. Il en oublie même les ricochets, et les conversations dont il ne veut de toute manière pas se souvenir. Même s'il ne le dit pas, le fait qu'elle inclue qu'ils vont se voir Lundi lui réchauffe le cœur. Voilà maintenant il est obligé de venir, même s'il n'en a pas envie, parce que Lou-Anne à envie de lui parler, à envie de le voir Lundi. Il sera donc là, il se le promet mentalement, pas d'école buissonnière ce jour là !
Et puis si lundi elle oublie il le lui rappellera
Et puis si lundi elle est pas là il l’appellera
Et puis si lundi il est malade par un mauvais coup du sort il l’appellera quand même.
Il ferait n'importe quoi pour entendre ce léger bruit d'approbation sortir d'entre ses lèvres.

hrp:
 


Un deux trois Jaques à dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» [PWG] Adam Cole & The Young Bucks vs. Ricochet, Matt Sydal & Will Ospreay
» Des excuses vraiment? [PV Tom]
» Marabout # Bout de ficelle...
» Les ondes oscillantes du ricochet [Luna] [Terminé]
» EPISODE 3 - RICOCHET VS. MVP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-