forum rpg contexte original pour tous les âges ☆ univers fantastique et paranormal ☆ aucun minimum de lignes/mots ☆ avatars illustrés 200*320px.

watch out ( freyja )
Invité
avatar
Invité

Lun 23 Jan - 21:34
 
 |     

hungover

Voilà encore un jour que tu allais détester. Le réveil fut difficile. Une gueule de bois certaine te traîner dans le lit. Le lit semblait ne pas vouloir te laisser t’échapper. Et le combat commença. Trop tôt pour toi. Avant midi, tu détestais de te lever tôt. Pourtant, tu l’emportas sur le lit et sa diabolique alliée la couette. Tu en sortis. Non pas sans un mal de crâne. Non pas sans une fatigue plombante. Mais tu avais gagné. A cette heure-là du matin, il te fallait bien plus qu’une tasse de café. La cafetière te semblait si petite. Tu la lança tandis qu’un médicament supposé t’aider fondait dans le demi verre d’eau que tu t’étais servie. Sur ton téléphone tu vérifias ton emploi du temps, avec l’espoir de t’être trompée. Seulement, ce n’était pas le cas. Il était bien le jour où tu devais surveiller la jeune Freyja. Et tu la maudissais cette enfant de bourgeois. Elle qui te forçait à te lever. A sortir alors que tu étais un animal nocturne. Après tout, tout le monde venait t’emmerder quand tu décidais de boire le jour. La fumée s’envola dans l’air. Tu cherchais le cendrier du regard. Puis, à défaut de le trouver, tu ouvris la fenêtre. Persuadée qu’un peu d’air te revigorerait. Que tu peux être bête. Pourtant, tu ne tardais pas à t’y installer pour savourer ton café.

Avec ce que te payais le paternel, tu aurais largement pu te fournir ces petites puces gps que l’on pouvait voir dans les films. Tu pensais juste que ça coupait le plaisir de la traque. Alors, tu sortis en avance. Rien ne pu t’empêcher de passer un café à emporter. Tu aurais souhaité qu’ils possèdent de plus gros gobelets, mais ils ne voulaient rien entendre. Bien sûr, tu ne fus en rien étonnée de trouver la brune déjà au travail, entrain de peindre. Et là, toute ton incompréhension aurait voulu s’exprimer. Pourquoi était-elle debout si tôt ? Tu aurais peut-être pu te faire plus discrète. Mais d’un côté tu aurais pu faire pire. Tu restais loin, comme toujours. Ta moto stationnée encore plus loin. Mais toujours suffisamment prés pour pouvoir voir la cible. Cette fille était clean, dans tous les sens possible du terme. Et il n’y avait d’intéressant à l’observer. Puis, tu voyais mal qui aurait pu vouloir s’en prendre à elle. Ici, dans ce trou perdu quelque part au beau milieu de l’Oregon. Personne. Et personne n’aurait pu deviner qu’elle était l’héritière d’un empire d’hôtels et de restaurents.

Parfois tu pensais à prendre des jumelles, seulement, même toi tu trouvais ça louche. Ta vision suffisait. Tu étais seulement payée pour t’assurer que tout se passait bien pour elle. Et, accessoirement, aussi pour faire un rapport bien assaisonné si jamais elle faisait n’importe quoi. Ce qui partait de la drogue en allant jusqu’à fricoter avec la mafia, ou whatever. Dire que tu n’aimais pas ce job ressemblait à de doux mots. C’était ennuyeux. Il n’y avait rien à faire, et pourtant tu ne pouvais faire que ça. Le bon point, et sans doute la seule raison pour laquelle tu avais accepté, c’était la paye. La curiosité avait depuis longtemps disparue. Tu attendais avec autant de patience que possible qu’elle finisse son maudit tableau et que finalement tu aies quelque chose d’autre à faire que rester à l’ombre de l’arbre, tes lunettes de soleil sur le nez.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 115
Pouvoir : vision
Symbole : Le parfum de la lavande & des hortensias
Occupation : patineuse artistique - artiste amateur
myosotis
myosotis

Ven 27 Jan - 18:04
 
 |     
watch out
i'm behind you sweetheart
Lentement,
Doucement,
Tranquillement,
Ton pinceau glisse sur cette toile représentant l’un des mystères de la vallée : l’Arcadius River.

Tu t’étais levée relativement tôt aujourd’hui, aux alentours de neuf heures/neuf heures et demi… Tu n’as pas réussi à bien dormir, c’est sûrement pour ça que tu voulais te rendre ici aujourd’hui ; être dans un endroit calme et reposant pour faire une peinture et toucher un peu à l'aquarelle, mélangés plusieurs nuances de bleus pour créer quelque chose qui semble merveilleux...  Cette eau transparente qui est semblable à un cristal pur, tu peux y voir ton reflet dedans, tel un miroir...

Déposant ton pinceau sur la palette de peinture, tu soulèves doucement ta manche pour observer l’heure sur ta montre : il n’était pas loin de onze heures. Cela fait déjà quasi une heure que tu es là en train de peindre. Il y a ces quelques animaux qui s’approchent de l’eau, mais ceux qui viennent vers toi sont plus rares ; seulement ceux qui sont un peu plus curieux. & lorsqu’ils le sont, tu attrapes ton carnet de croquis avec l’un de tes crayons fétiches pour faire une esquisse de ces petits animaux curieux. Pendant des heures, tu peux alterner entre la peinture de ta toile ou les esquisses sur ton carnet de croquis ; cependant, aujourd’hui n’allait pas être un jour où tu allais alterner nature et animaux / peinture et croquis.

Ce bruit de moteur, tu l’avais entendu. Le véhicule était certes loin, mais une moto dans un endroit aussi calme que celui-ci, ça ne passe pas inaperçu et ce moteur-là, tu l’avais déjà entendu plus d’une fois. Reprenant ta peinture tranquillement un moment, tu fis abstraction de ce qui pouvait être aux alentours. Si une personne comptait venir ici, quel qu’il soit, tu pouvais user de ton pouvoir de vision...

Et un soupire s'échappa d'entre tes lippes, il y a bien quelqu'un qui se trouve à plusieurs mètres derrière toi. La chose qui est bien avec ton don de vision, c'est qu'on peut croire que tu as des yeux derrière la tête, mais tu viens simplement de regarder à travers les yeux de cette personne.. Son regard est fixé sur ton dos ; il y a encore cette légère opacité dû aux lunettes de soleil… Même jour, même heure… Décidément, cette personne comptait venir à chaque fois ?

Arrêtant d'utiliser la vision pour voir à travers ses yeux, tu prends une longue respiration avant de l'expirer par le nez. Tu comptais bien aller à la rencontre de cette personne qui t’épie depuis plusieurs jours/mois, ça devient assez désagréable d'avoir un regard constant sur soi et tu n'aimes décidément pas être épier de la sorte…  Cette sensation d'être surveillé, l'impression d'être un oiseau en cage. Tu as quitté le manoir pour déployer tes ailes, pas pour avoir encore cette sensation d'être oppresser.. Et même si cela risque de paraître étrange à ses yeux, tant pis, il s’agit peut-être d’un hellébore et tu n’as pas spécialement envie de dire adieu à tes souvenirs pour le moment. Tu veux les garder, tu ne veux pas l’oublier. Non, tu ne désires pas oublier Améthyst.

Attrapant tranquillement ton sac à main, tu en sortis un petit miroir de poche. Il y avait du soleil en cette belle matinée et cela t’avait donné une petite idée… Bougeant le miroir afin que le soleil s’y reflète, tu essayes de l’envoyer en la direction de cette personne au loin afin de l’aveugler ne serait-ce que le cours d’un instant… Te tournant rapidement pour voir si cela avait marché, tu te levas de ton siège pour disparaître à travers les arbres et autres buissons. Ayant emporté avec toi dans la foulé ce cher miroir, bien que tu n’en as pas réellement besoin. Laissant ton travail en plan, hormis les animaux, il n’y a personne qui risque de voler ton travail, et ce n'est pas comme si ils avaient une réelle quelconque valeur, tu n'es pas professionnelle… Et puis une toile non terminé n’a pas réellement de valeur… Donc pas besoin de l’emmener avec toi, pour aller à la rencontre de cette personne.

Elle avait certainement bougé d’ailleurs, dû à cette lumière et au fait de ne plus te voir si elle t’observait… Mais tu pouvais voir à travers ses yeux, alors tu te cachas de ses pupilles dont la couleur t’es encore inconnu… Avançant vers elle tel un prédateur… Et une fois assez proche d’elle, tu te glissas derrière elle en silence. Elle, oui, avec une silhouette comme la sienne et cette longue chevelure, ce n’est qu’autre qu’une femme.
Elle semble un peu surprise, en panique peut être ?
Gardant une certaine distance de sécurité avec elle, tu l’observes longuement avant de finalement entre-ouvrir tes lèvres.

Je peux vous aider, peut-être ? Mademoiselle… Lupin.. ? Bang, tel une balle de revolver tu t’étais immiscer en elle. Tu étais allé à la recherche d’un souvenir visuel ; ne serait-ce qu’un papier où il y avait écrit son nom, sa carte d’identité, qu’importe. Quelque chose en rapport avec cette brune vêtit de noir… Plongeant tes pupilles dans les siennes ; malgré ses lunettes de soleil, tu pouvais voir ses petites billes qui t’observent l’air surprise ; mais qu’importe tu ne la quittes pas des yeux, la dévisageant presque. Tes pupilles d'eau semblent essayer de lire en elle tel un livre ouvert ; un regard froid qui pourrait la perturber comme le fut ta voix cristalline. Fermant doucement les yeux un instant, tu l'observes ensuite de haut en bas, elle ne semble pas dangereuse, mais tu préfères garder tes distances pour le moment, gardant cependant une main près de l'une tes cuisses .. Et tu fronces légèrement les sourcils, lâchant un soupir en fermant les yeux

Veuillez m'excuser par avance si je me trompe, mais j'aimerais savoir pourquoi vous me suivez depuis plusieurs jours, ou même mois ? Cela devient exaspérant d'être constamment surveiller.
Tu ne désires pas tourner autour du pot, autant aller dans le vif du sujet, et puis cela semble moins bizarre de dire seulement son nom, tu l'avais déjà remarqué avant, donc autant se faire passer pour quelqu'un qui semble normal, au lieu d'avouer que tu as utiliser quelque chose de surnaturel pour savoir qu'elle était derrière toi.
words: 914 | tag: vanessa | notes: ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Jeu 9 Fév - 20:37
 
 |     

hungover

Tout se passait bien, du moins, tu le pensais. Une cigarette enfoncée entre tes lèvres, tu vis la situation se désagréger. D’abord, Miss Freyja avait attrapé ce miroir, tu ne savais pas qu’elle l’avait pris pour te voir, seulement, tu étais plutôt sûre qu’elle t’avait vue. Visiblement, elle avait envie de venir te voir, puisqu’elle s’étai levée aussitôt. Peut-être qu’elle aurait simplement souhaité être seule. Et que donc, ta présence était dérangeante. Mais non. Elle te prouva rapidement qu’elle venait te voir. Qu’elle savait que tu étais là.

Lupin. Ton nom résonnait ; pareil à une claque. Tes sourcils se froncèrent, tu ne comprenais pas, mais déjà tu n’aimais pas ça. Elle t’avais repéré, c’était un fait. D’un côté, tu t’y attendais, tu savais qu’un jour ça arriverait. Mais ton nom ? Comment avait-il pu sortir de ces lèvres ? Elle était là, devant toi. Avec cet air que tu connaissais si bien. Celui de la fierté. Celui du « je sais qui tu es ». Alors qu’elle se tenait debout, face à toi, elle te criait que tu ne lui faisais ni peur, ni même que tu l’intimidais. La situation semblait se retourner contre toi. Pour exploser.

Tu étais folle de rage.

Seulement, l’adolescence t’avais quittée, il y a déjà bien longtemps. Alors, tu ne pouvais pas exploser. Tu n’y gagnerais rien. Mieux valait jouer son jeu. Après tout, ce n’était que ton nom. Elle n’aurais rien pu faire contre toi. Tu désirais cependant savoir ce qu’elle savait d’autre sur toi. Tu n’aimais pas la façon qu’elle avait de planter ses pupilles dans les tiennes. Et tu lui aurais bien demandé d’arrêter. Les mots te chatouillaient les lèvres. Si désagréable.

« A vous de me le dire, Miss Alekseïeva. » dis-tu, malicieusement, avec ce petit pétillement dans le fond de ton regard, cet air de défi que tu lui retournais.

Toi aussi tu le connaissais son nom. Et tu étais plutôt sûre du fait qu’elle le cachait, ce nom qui faisait d’elle une héritière. En la voyant, il était assez simple de comprendre qu’elle ne voulait pas qu’on sache de quelle famille elle venait. Toi, tu le savais. Et finalement, la situation t’amusait pas mal. Quoique tu aurais voulu savoir comment elle avait eu ton nom. Tu doutais fortement de ta popularité, d’autant plus qu’elle et toi vous ne fréquentiez clairement pas les mêmes endroits.

Tu portas une nouvelle cigarette à tes lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 115
Pouvoir : vision
Symbole : Le parfum de la lavande & des hortensias
Occupation : patineuse artistique - artiste amateur
myosotis
myosotis

Sam 11 Fév - 16:21
 
 |     
watch out
i'm behind you sweetheart
Musique - Tu pensais être tranquille au fait d’être venue dans cette vallée de l’Oregon, mais la réalité t’a vite rattrapé. Partout ce nom te suivra, tu n’y échapperas visiblement pas.
& cela t’exaspère.

Ton regard venait de changer du tout au tout. Ta méfiance envers elle n’avait fait que croître d’une minute à l’autre. Alekseïeva, rien que ce nom avait fait que le palpitant fit un bond à l’intérieur de ta poitrine. Elle ne peut pas connaître ce nom ; non… alors comment le connait-elle ? Tu refuses l’idée de croire qu’elle puisse connaître ton paternel. Surtout pourquoi ici, tu n’as pourtant rien dis, on te connait simplement sous le nom de Nox Freyja ou tout simplement Freyja. Tu t’es enfui pour vivre ta vie, pour qu’on arrête de te marteler la tête avec des cours et des discours. Tes ongles s’enfoncent dans la paume de tes mains ; elle avait touché cette corde si légère en un instant, que cela aurait pu te rendre aussi susceptible qu’un enfant. Plissant légèrement les yeux, tu continues de la fixer avant de finalement soupirer.

Impossible ; tout simplement impossible.
Tu n’as strictement rien dis lorsque tu t’es enfuis ; mais on aurait très bien pu te rechercher, tu avais fugué après tout et s’il désire vraiment une héritière, il aurait certainement engagé des personnes pour te retrouver ; mais tu ne veux pas y croire ; tu refuses d’y croire ne serait-ce qu’un instant.
Parce que tu sais bien que c’est seulement pour l’argent.

Hellébore. C’est la seule chose qui te vient à l’esprit… Ou alors un autre myosotis avec un pouvoir différent du tiens, mais tu n’aimes décidément pas ça. Elle a l’air de connaître plus de choses sur toi, du moins c’est ce que tu crois. Pourtant, tu ne peux t’empêcher de faire attention à cet air malicieux accroché au bout de ses lèvres rouges à elle. Cet air malicieux semblable à ce regard que tu lui avais lancé ; il y a ce défi flottant dans l’air ; laquelle des deux va craquer la première.

« J’ignore comment vous connaissez ce nom, mais vous devez avoir vos raisons. » Des raisons que tu ignores et que tu veux savoir. « Alors, à tout hasard, avez-vous un lien avec l’organisation Hellébore ?» Tu veux croire qu’elle est juste cette femme aux allures sombres et qui te suit comme une ombre.  Qu’elle est cette hellébore ou cette myosotis au pouvoir semblable au tiens et qu’elle en a usé pour connaître ton nom comme tu venais de le faire avec le sien. Ton cœur s’accélère légèrement dans ta poitrine, tu as du mal à contrôler ce petit côté de panique. Pourvu qu’elle soit une hellébore ou une myosotis avec un travail en or. Qu’elle ne fait pas ça pour l’argent pour faire passer le temps.

Ne lui dis pas ce qu’elle ne veut pas entendre, ne lui dis pas que tu fais ça pour l’argent Vanessa. Car cette clope aux bouts de tes lèvres, elle te l’arracherait en un instant. Elle veut continuer d’y croire, au moins garder juste cet espoir qu’on ne puisse pas la retrouver au fin fond de cette vallée et la faire revenir contre son gré.
words: 538 | tag: vanessa | notes: ♫♪
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Mer 22 Fév - 22:33
 
 |     




hungover

La fumée se dégagea dans l’air, le rendant opaques l’espace de quelques instants. Un sourire étira tes lèvres rouges. Tu avais la satisfaction de la voir perdre ses moyens. Un peu, moins que tu l’espérais, mais tu touchais le point sensible. Tu trouvais ça, quelque part, amusant. Elle n’avait aucune idée de ce que tu étais. Une menace ? Une amie ? Une personne curieuse de savoir ce que la princesse héritière faisait là ? Tu imaginais ces questions qu’elle devait se poser, et surtout, combien elle devait être déstabilisée. Elle cherchait à sauver les apparences, agir pour faire penser que non elle ne cachait pas son vrai nom. Et qui étais-tu pour lui enlever ça ?

« Effectivement, j’ai mes raisons. »

Tu affirmais ça avec cet air neutre. Tu aurais tout aussi bien pu ne rien répondre. Quelle différence aurait pu y avoir ? Ta satisfaction. Le fait de voir qu’elle n’avait pas complètement pris le dessus sur toi. Tu ne savais pas qu’elle était une réincarnée. Si tu l’avais su, tu l’aurais détestée pour ce simple fait. Car elle, contrairement à toi, savait. Cette jalousie quasi enfantine aurait eu le dessus sur toi. Et alors, tu aurais peut-être fait plus d'erreurs que tu n'aurais dû en faire. Tu aurais voulu lui faire avaler ses mèches dont la couleur agressait tes rétines. Ce rose qui criait la joie de vivre.

Alors, tandis que tu portais une nouvelle fois la cigarette à tes lèvres, elle évoqua « Hellébore ». Derrière les verres teintés de tes lunettes, tes yeux prirent un aspect étonné. Maintenant, elle avait ton attention. Elle aussi avait piqué au bon endroit. Tu étais maintenant curieuse d’en savoir plus. Tu la voyais sous un nouvel aspect. Celui qui te permettrait d’en savoir plus. De te rapprocher, d’un pas, de la vérité que tu recherchais depuis si longtemps.

« Ca se pourrait bien. » L’étincelle de malice dans le fond de tes yeux n’avait pas bougé, et alors tu ajouta. « Ca vous intéresse ? » C’était plus fort que toi, il avait fallu que tu tentes.

Jouer franc-jeu n’était pas de ton goût. La situation ne s’y prêtait pas. Si tu montrais de l’intérêt, et donc ton ignorance, tu étais sûre de perdre. De la même façon que si tu lâchais tout de suite que c’était Papa qui t’envoyait coller aux basques de la jolie demoiselle en fugue. Tu savais pertinemment, que le moment où tu serais contrainte de donner au moins un bout de vérité, avec un peu de chance il n’y aurait que ça, arriverait. Surtout si tu voulais avoir des réponses.




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 115
Pouvoir : vision
Symbole : Le parfum de la lavande & des hortensias
Occupation : patineuse artistique - artiste amateur
myosotis
myosotis

Sam 25 Fév - 20:43
 
 |     
watch out
i'm behind you sweetheart
Tu sembles vouloir jouer à un jeu dangereux ; tu la laisses douter sans rien affirmer et cela l’a fait quelque peu trembler. D’une certaine façon, elle ne s’attendait pas à de réelle réponse de ta part concernant le lien avec les hellébores. & à l’heure actuelle, elle se moque bien de ta réelle occupation ; elle désire juste savoir comment ce nom a pu sortir d’entre tes lèvres ; et si tu fais réellement partie des hellébores, cela lui enlèverait une épine du pied. Car elle a l’impression que tu joues avec son cœur en plus de sa patience ; elle sait qu’elle peut être aussi sensible qu’une enfant si on touche un point qui peut la troubler. Mais elle ne le montrera pas ; elle ne te montrera pas comme quoi tu as touché une corde légère qui pourrait totalement la déstabilisé ; parce qu’on lui a appris à rester forte et fière ; à ne pas flancher ; à ne pas montrer qu’on puisse l’atteindre d’une quelconque façon, bien que tu avais failli flancher Freyja.

Elle sait faire preuve de patience, mais il y a une certaine limite à ne pas franchir. Et c’est lorsqu’on parle de son identité qu’il n’en existe aucune. Ceux qui connaissent son nom se compte sur les doigts de la main, mais qu’une étrangère puisse le prononcer en toute tranquillité, cela la met réellement hors d’elle.
Parce qu’elle ne comprend pas
Elle ne comprend pas comment « Alekseïeva » peut sortir de ta bouche ; mais elle compte bien te faire avouer ; te faire avouer ce que tu lui caches. Quitte à te l’arracher des lèvres, elle ne supporte pas être dans le flou lorsqu’il s’agit d’elle.

Un sourire amer arbore ses lèvres roses, un sourire terriblement hautain qu’on aimerait arracher.
Il est malicieux & détestable… Détestable, c’est ce qu’elle cherche à montrer ; que tu la détestes du plus profond de ton être, mais que tu lui donnes sa réponse. Elle te montre un autre visage de sa personnalité, Freyja semble pourtant si douce d’apparence ; mais ne dis-t-on pas qu’il ne faut jamais se fier à la couverture d’un livre ? Les apparences sont trompeuses & c’est bien dû à ça, qu’elle ne fait confiance à personne hormis à elle-même. Si on joue avec sa patience, alors elle en fera de même ; ce ne sera pas elle qui craquera la première ; alors que tu sois une freesia, luzerne, myosotis ou hellébore, elle s’en moque.
Son sang-froid s’est envolé à la seconde où tu ne lui as pas donné une réelle réponse ; alors elle peste entre ses dents avant de lâcher d’une façon hautaine.

« Pas le moins du monde sweeatheart. » Elle aussi, elle veut te faire craquer, te mettre hors de toi d’une certaine façon. « Si vous faîtes réellement partie de cette organisation, je m’en moque. Cela veut simplement dire ce que vous êtes ; une personne qui a oublié. » Elle désire voir si tu en réellement une, si tu comptes la traquer ; l’emmener avec toi et la faire oublier.

Puis tranquillement, elle commence à s’en aller en te contournant pour retourner vers son tableau laisser en plan. Serrant légèrement l'objet se trouvant dans ses mains, elle l'observe un instant, avant de lancer délicatement le miroir avec lequel elle t'avait éblouit dans ta direction après s'être à moitié tourné vers toi. « Même si vous vous cachez derrière des lunettes, je peux voir vos yeux miss Vanessa Lupin. » Et elle te tourne à nouveau le dos, continuant sa marche ; un soupire s’échappe doucement d’entre ses lippes et elle s’arrête un instant ; tirant lentement la tête en arrière pour observer le ciel à travers les branches des arbres. « Si vous avez décidé de l’oublier, c’est votre choix. Ne l’imposer simplement pas aux autres. Et si vous décidez de les retrouver… Je ne peux rien faire pour vous, car je vous serais d’aucune utilité. » Parce qu’elle ne peut pas modifier les souvenirs ; elle peut simplement les voir. Elle aurait aimé, elle aurait aimé pouvoir les modifier à sa guise ; parce que tu aurais déjà oublié ce nom qui est sorti d’entre tes lèvres et qu’elle ne voulait pas entendre pendant un moment.
words: 714 | tag: vanessa | notes: c'est pas terrible... sorry.. ;.;
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Jeu 13 Avr - 10:27
 
 |     

hungover passed out

C'était un jeu des plus dangereux qui s’emparait délicatement de vos êtres. Peu importe qui avait commencé – même si Vanessa, on sait que c'est toi – ,  au train où allaient les choses, bientôt la fin arriverait. Et tu le savais, la conversation ne pourrait se clore sur une bonne note. L'échange que vous aviez sonnait faux. Ce fin sourire sur tes lèvres, tu n'attendais que ça. Que ça fasse boum. Tu sentirais quelque chose. Autre chose que cette lassitude, qui tu ne comprenais pas pourquoi avait posé sa main sur ton épaule. Seulement, il y avait ce quelque chose de dérangeant. Cette fille te dérangeait. Ce regard perçant, fixé sur le tien. Ca te déplaisait. C'était cette désagréable impression qu'on fouillait en toi. Cette façon qu'elle avait de dire ton nom ; ça te démangeait.

Mais toi, tu n'avais rien à perdre.

Chaque fois qu'une prenait la parole, c'était une nouvelle couche de patience qui s'envolait. Et Vanessa, tu ne voulais pas perdre. Tu sentais que bientôt, elle aussi trouverait ta corde sensible. Tu n'étais pas certaine d'être aussi patiente qu'elle. Elle connaissait ton nom, ce n'était un secret pour personne, ce qui t'embêtait, c'était de ne pas savoir pourquoi. Ennuyante situation. La fin de ta cigarette s'écrasa par terre, lamentablement, tandis qu'elle répondait. Elle s'en fichait. Ô comme tu aurais voulu la croire. Tu ne pouvais pas, mais tu aurais voulu que ce soit le cas.

« Alors, la réponse, on s'en moque. » soupiras-tu.

Encore, tu allais dans son sens. Dans le tien, tout ça devenait flou. Mais tu avais cette impression que tu étais encore hors de danger. Qu'aurait-elle pu faire de toute façon ? Tu l'observais, maintenait curieuse de voir ce qu'elle partait faire. Et en attendant, tu allumais une nouvelle cigarette. Le miroir s'écrasa à tes pieds, et tu écoutas. Puis, l'incompréhension. Tu n'avais pas d'indice sur ce qu'elle entendait par là. Tu étais en revanche plutôt sûre d'avoir acheter des lunettes équipée de verres plus noires encore que le café que tu buvais le matin. Il y avait un sous-entendu qui t'échappait. Et tu le laissais sans doutefiler volontairement.

Peut-être que ton silence en disais trop long. Peut-être pas assez. En tout cas, tu sus que ça n'irait pas beaucoup plus loin à l'instant où elle avoua ne pas être utile. Tout à coup, tu te sentis comme soulagée. Alors, un nouveau sourire apparut sur tes lèvres. Celui là, néanmoins, semblait presque déçu. Et tu devais l'être, de voir les choses s'effondrer si simplement.

« Voilà qui est dommage. » A présent tu la fixais. « Si nous ne sommes utiles à l'autre nous devrions partir. »





hrp; ohlala je suis désolée pour le retard.

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Freyja, enfant du Chaos [Guerrière]
» Freyja-religieuse-Toxic
» Watch Dogs
» Les nouvelles unités Grenat et Freyja vont arriver - 26/08 au 02/09
» One Piece 573

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-