various storms and saints // (dai)
avatar


Messages : 220
Pouvoir : relation
Symbole : l'odeur de la peinture à l'huile.
Occupation : libraire.
myosotis

Dim 15 Jan - 22:14
various storms and saints


Cette nuit, elle avait rêvé de la maison (encore).
C’était un rêve paisible.
Pour une fois, elle s’était réveillée avec le sourire aux lèvres. De ses yeux grands ouverts, astres éteints dans le noir, elle fixait le plafond blanc, apaisée par les dernières bribes de son rêve avant qu’elles ne s’évanouissent aux premières lueurs du jour.
Douce mélancolie.
Le ciel était livide. Le jour était teinté d’une tristesse amère.
Devant son miroir, Nana se prépare au premier acte de sa comédie quotidienne. Sourit, rit face à la glace, ajuste ses cheveux, ses vêtements, son expression.
Elle fixe son reflet jusqu’à ce que le mensonge recouvre la réalité. Ses gestes se teintent d’une sensualité hypocrite.
Ravale ta haine, Nana.

Le froid hivernal engourdissait ses mains, son souffle léger dessinait dans l’air de petits nuages immaculés.
Si froid.
D’un geste imprécis, elle ouvre la librairie et s’y réfugie, claquant derrière elle la porte dans un geste un peu trop brusque.
Nana, elle aimait voir la lumière pâle des matins d’hiver baigner sa librairie, se glisser entre les étagères, éclairer l’amoncellement d’ouvrages. Elle aimait la douce tiédeur qui lui picotait les doigts un instant. Elle aimait l’odeur du froid mêlée à celle des livres neufs.
Pendant un instant, elle regarde par la vitre la ville qui s’éveille.
Pendant un instant, elle se délecte du silence qui l’enveloppe.

Tous les jours les mêmes gestes, dévorante monotonie.
Remplir le carton des renvois, comme un petit cimetière littéraire où s’empilent les ouvrages dont on ne veut plus. Ouvrir le carton des nouveautés comme on ouvrirait une boite à trésor, pleine de merveilles. Ranger les rayonnages avec un soin délicat, aligner toutes ces pages. Classer les milliards de mots qui s’entassent inlassablement, qui prennent la poussière (comme elle).

Elle se laissait bercer par le résonnement psalmodique de l’horloge qui à elle seule brise le silence de la matinée terne.
Par la vitre, elle voyait passer du coin de l'oeil des silhouettes grises et furtives, inconnus fantômatiques au visage brouillé. Et elle attendait, Nana (elle ne fait que ça, attendre), le premier client qui chasserait la paresse somnolente dans laquelle elle s'enlisait.

ft. dai

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Ven 20 Jan - 16:31
ah, le froid hivernal... ce vent mordant. brise glaciale implacable qui fouette ton visage et rosit tes joues. et tes cheveux, déjà laborieusement coiffés, virent à la tragédie capillaire. tu détestes le vent; ou, plus exactement, tu hais toutes les intempéries... chaque averse transforme les trottoirs bosselés de foxglove valley en vastes pataugeoires dans lesquelles tu plonges inconsciemment, ruinant tes chaussures au passage. tu détestes la pluie. mais la neige!? la neige est pire encore. et puis, le monde extérieur t'es particulièrement hostile pendant ces vagues de grand froid. tes doigts gelés perdent en sensibilité, tu n'entends plus rien avec ton bonnet enfoncé sur le crâne et pour peu que tu choppes un rhume, adieu le goût et l'odorat. dans ces moments là, un tabouret aurait plus conscience de son environnement que toi, petit chinois. tu préférerais attendre la belle saison enroulé dans ta couette plutôt que tenter le diable en affrontant l'hiver. un jour, c'est sûr, tu te rompras le cou sur une plaque de verglas.

(il fait tellement froid)
(pourquoi l'hiver) (pourquoi)

tu renifles et passes une main dans tes cheveux sombres pour leur donner de la contenance, tandis que tu descends la longue avenue. une énième bourrasque fait valser ta chevelure et tu exprimes ton mécontentement en pestant à voix basse tout en y glissant le bout des doigts, avant de capituler et de laisser retomber mollement ton bras. nique le vent. nique le froid. nique l'hiver. tes pas te mènent jusqu'à la devanture d'une librairie. tu vérifies ta position avec le gps de ton téléphone (merci la technologie) (c'est tjrs utile) (sauf cette fois où tu es entré dans le cabinet d'un gynécologue au lieu de son voisin le dentiste, par mégarde mais surtout parce que ton gps buguait) (et c'était très malaisant). une fois ta destination confirmée, tu poses une main sur la poignée de la porte d'entrée que tu pousses doucement.

il flotte dans la boutique un parfum de livres neufs auquel ton nez n'est pas accoutumé. ce n'est pas vraiment le type d'établissements que tu fréquentes au quotidien, et pour cause; à part dans certaines librairies spécialisées, on n'y trouve pas de volumes en braille. mais tu n'es pas là pour enrichir ta bibliothèque personnelle — auquel cas, tu les aurais commandé sur internet. non aujourd'hui, tu es venu acheter un ouvrage "normal". un présent, pour l'anniversaire d'un ami bibliophile. et tu aurais bien besoin d'aide pour t'y retrouver. tu ne sais pas quoi offrir, et même si tu en avais la moindre petite idée, tu ne saurais pas comment entamer tes recherches. comment s'y prendre lorsqu'on ne voit ni les intitulés des rayons, ni les noms des auteurs? comment sélectionner un livre dont on ne connait ni le résumé, ni la couverture? réponse: en interpellant un vendeur qui fera le travail à votre place.

"hum, excusez-moi...?" lances-tu au hasard en avançant jusqu'aux caisses. espérant qu'une âme charitable viendra à ta rescousse après avoir entendu ton appel. "bonjour. je cherche, euh, un bouquin. c'est pour offrir... est-ce que vous pouvez me conseiller?"
  • @hai
  • 504 words
  • amour sur toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 220
Pouvoir : relation
Symbole : l'odeur de la peinture à l'huile.
Occupation : libraire.
myosotis

Jeu 2 Fév - 9:11
various storms and saints


Perdue dans les empilements de livres neufs, elle avait entendu la porte s’ouvrir comme un écho lointain. Elle laissa là les ouvrages qu’elle classait mécaniquement, se faufilant dans la librairie dans un tourbillon de cheveux blêmes, à la rencontre de l’ombre qui s’était engouffrée dans son antre.
Déjà il l’appelait, d’une voix hésitante, bourrasque aux cheveux sombres venue la déranger dans son ennui mortel.
Ses lèvres s’étirent dans un sourire naïf. Ses doigts blancs se croisent et s’entrecroisent dans un ballet de gestes automatiques.
Un instant elle le contemple de ses yeux clairs, elle l’enveloppe de son doux regard de fille sage.
Oui, bien sûr.
Vole à son secours, Nana. Rend-toi utile. Docile.

Il l’intrigue mais elle n’ose pas le contempler, dans sa retenue délicate. Il rompt avec le calme morne de la boutique.
Nana s’éveille, enfin, tirée de sa matinée indolente.
Dites-moi tout, vous avez déjà une idée de ce que vous cherchez ?
Interruption brève, respiration. Elle reprend d’une voix enjouée :
Un genre en particulier, peut-être ?

Elle se fait une (fausse) joie de le guider, Nana, en bonne fille qu’elle est, plus jolie et gentille que vive et subtile.
Une vraie sainte, Nana.
Elle lève vers lui son visage de vierge, émanant d’une douceur mielleuse. Elle arbore son masque faux même s’il ne peut le voir, trop habituée pour qu’il en soit autrement, démonstration inutile de ses talents d’actrice si hypocrite qu’elle se piège elle-même.
Nana, cesse de te donner en spectacle.
Elle déteste ça mais elle ne peut s’en empêcher, resserrant les chaines qui la tiennent prisonnière, s’enfonçant toujours dans le gouffre de son mensonge.
Nana, elle s’enlise dans son mensonge, se tâche de sa boue, incapable de lutter. Elle est son mensonge, son mensonge fait partie d’elle, elle n’est plus rien derrière ce masque qu’elle porte toujours.
Mais elle ne fait que sourire, étouffant sa lutte interne derrière son joli visage.

Si docile, Nana.

ft. dai

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Mer 8 Fév - 15:43
tu perçois d'une oreille le froissement du tissu tandis que la libraire se rapproche furtivement, et sa voix douce et enjouée vient répondre à tes questions. bien, te voilà rassuré de pas avoir parlé dans le vent... instinctivement, tu te tournes vers elle et lui adresse ton plus beau sourire. c'est toujours agréable d'être reçu par une jolie fille (elle a la voix d'une jolie fille ok) (quand on est aveugle il faut se fier à son imagination) (heureusement que tu en as beaucoup). "une idée?" ton sourire s'étire de plus belle, découvrant tes dents blanches. "non, absolument pas!" lâches-tu de but en blanc.

tu n'en doutes pas une seconde, cette réplique va t'attribuer l'étiquette du "gros client bien relou". tu es l'emmerdeur de première, celui qui sait pas ce qu'il veut et fait perdre un temps précieux aux honnêtes employés — c'est la catégorie juste au-dessus des petites vieilles qui appellent le standard tous les quatre matins pour parler de la pluie et du beau temps en répétant trente-deux fois "y'a plus d'saisons ma p'tite dame" — mais une fois encore, si tu savais quel livre acheter tu te serais pas fait chier, tu l'aurais commandé sur amazon.
tu lâches un soupir résigné. bon... ton indécision n'aidera pas la jeune femme à te conseiller. tu pensais vraiment t'en sortir comme ça? "désolé. je sais, c'est très vague." reprends-tu en grimaçant. si tu ne lui donnes pas des éléments pour son taff, cette course risque de traîner en longueur. "je sais juste qu'il lit des livres. beaucoup de livres. après..." ta voix se perd alors que tu réfléchis sérieusement à la question.

offrir un livre, c'est compliqué et pas seulement pour toi. c'est pas le genre d'objets qu'on veut stocker en double ou en triple exemplaires. et puis, il existe beaucoup (trop) de genres et de styles différents qui ne font pas l'unanimité des lecteurs. par exemple, tu préfères les romans de SF ou le fantastique, mais certains romans policiers te plaisent à petite dose. tu détestes les récits à la première personne, ce qui diminue le spectre de possibilités. mais quelles sont les préférences littéraires de ton ami? tu n'en sais rien. t'aurais du te renseigner au préalable, ou poser la question au principal intéressé directement mais à quoi bon offrir un cadeau à quelqu'un qui en connait déjà la nature? le but d'un présent n'est-il pas justement de prouver à l'autre parti que l'on connait ses envies et ses centres d'intérêts?

"je veux dire, c'est pas comme si je pouvais lui piquer son livre de chevet et hopla! regarder discrètement la couverture." ajoutes-tu pendant que tu tentes, vainement, de te remémorer les dernières lectures de ton ami. "il aime les romans policiers, je crois...?"
  • @hai
  • 452 words
  • amour sur toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 220
Pouvoir : relation
Symbole : l'odeur de la peinture à l'huile.
Occupation : libraire.
myosotis

Mar 21 Fév - 19:18
various storms and saints


Face au joli sourire de son client, elle n'en devient que plus doucereuse, plus souriante, plus radieuse. Nana, elle fond toujours devant la moindre marque de gentillesse.
Il est si plaisant de se faire aimer.
Elle déchante vite pourtant quand il lui déclare n'avoir aucune idée. Rien ne change pourtant dans son attitude paisible, son visage figé dans cette joie constante, trop habituée à jouer la comédie.
Voilà de quoi occuper sa morne matinée.
Eh bien, nous en trouverons une ensemble, d'idée.

Un instant elle hésite. Elle ne fait qu'écouter les soupirs du client emplir l'air tiède de la librairie.
Lui aussi, il hésite, réfléchit, tergiverse. Elle attend, Nana, dans son silence sage de fille bien domptée.
Hm… Je peux peut-être commencer à vous proposer des best-sellers, mais une petite indication ne serait pas de refus.
Elle se tut un instant, dans l’écœurante délicatesse de sa voix.
Juste histoire de savoir dans quelle direction s’orienter.
Trouver un livre à offrir, c’était toujours compliqué. Et ça l’était parce que Nana rendait toujours ça bien plus difficile.
Dans son envie désespérée de renvoyer une charmante image d’elle, elle voulait absolument trouver le cadeau parfait. Ça l’intimidait toujours un peu, au final, cette angoisse de faire le mauvais choix.
D’être trop maladroite.
Et dans cette situation, ça devenait impossible pour elle.
Heureusement il vint à son secours.

Les romans policiers, d’accord !
L’envolée de ses pas résonnait contre le sol de la librairie alors qu’elle le guidait vers l’étagère des romans policiers. Elle laissait ses doigts courir le long de la tranche des livres, fredonnant inconsciemment alors qu’elle réfléchissait.
Déjà, il y a les grands classiques, comme les romans d’Agatha Christie ; ou alors les Sherlock Holmes de Conan Doyle. Mais si votre ami est vraiment un amateur de ce genre de livres, je pense qu’il en a déjà lu ?
Elle réfléchit encore un peu, lisant au hasard les titres qui s’entassaient dans les étagères. Elle murmurait presque pour elle-même.
Il y a les Stephen King aussi, mais je pense que vous ne seriez pas venu pour quelque chose d’aussi basique…

Les titres s’accumulaient dans son esprit comme ils s’amassaient dans les rayonnages, elle ne savait que proposer en premier.
La trilogie Millénium est très populaire. C’est l’histoire de, hm, d’un journaliste attaqué pour diffamation, à qui on demande d’enquêter sur la disparition de la petite-nièce d’un industriel quarante ans plus tôt. Il se fait aider par Lisbeth Salander, une jeune femme qu’il rencontre pendant son enquête. Le livre est assez violent, l’ambiance est vraiment sombre, mais les personnages sont très bien écrits !
Les accords chantants de sa voix enjouée, ils ne sont pas feints.
Elle laisse sa délicieuse euphorie emplir les rayonnages de sa librairie comme un maigre rayon de soleil en cette matinée d’hiver.

ft. dai – désolée pour le retard et pour ce caca, love ♥

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Le Camp des Saints
» Les 7 saints de Bretagne
» 1er Novembre - La toussaint (fête de tous les Saints)
» [ORAS NU] Here comes the Saints !
» Un sceau des Saints

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-