hypnose ◮ ARSENICK
avatar


Messages : 122
Pouvoir : manipulation
Symbole : verre brisé
Occupation : peintre, illustratrice + traîne dans des trucs louches
hellébore

Lun 21 Nov - 9:43






nota bene ; n'oublie pas de m'appeler pour me rassurer pour me dire que tu es bien rentré
arsenick





Elle aurait pu pleurer tu sais, elle aurait pu verser tant de larmes elle aurait pu se vider de tout ce poids qui incombe ses épaules mais tu sais pourtant elle a choisit de subir elle a choisit de mourir, elle a décidé de dépérir pour toi Sick,
pourtant tu n’as jamais compris tu n’as jamais saisi ; les enjeux de ses actes, tout ce qui se cachait derrière ce manque de tact tu n’as rien vu,
elle t’a rendu aveugle Sick. Elle t’a privé injustement de tes sens, injustement de toi-même ; elle est si égoïste, mais tu sais sick au fond elle l’a fait pour toi, elle l’a fait pour elle, elle l’a fait pour vous
elle a voulu te sauver, elle a voulu t’épargner, t’éviter ces douleurs ces maux qui lui dévorent le crâne qui lui bouffent l’esprit ; elle a voulu t’aider, te libérer de cette souffrance inouïe qu’elle a connu elle aussi tu le sais mieux que quiconque Sick,
et puis maintenant

maintenant il n’y a plus rien. Il n’y a que le néant, que le vide si absolu qui semble la briser un peu plus à chaque instant. Elle se meurt Sick, elle se consume à petit feu, elle se réduit en cendres jusqu’à atteindre l’état de poussières, mais elle s’en fiche, elle n’en a que faire ; il n’y a que toi qui compte, que toi que tes sourires que tes beaux yeux pour qui elle tuerait. Elle s’est faite attrapée et aujourd’hui elle vit dans le mensonge, dans la félonie dans une vie devenue si illusoire. Elle s’est perdue Sick et toi tu refuses d’entendre ses plaintes ses pleurs silencieux.

Mais qui, qui pourrait t’en vouloir, surtout pas elle surtout pas la coupable ; alors vous vous en êtes allés chacun de votre côté, vous vous êtes retournés, elle une dague dans le coeur et toi avec de la rancoeur. Tu n’en as que faire, Sick et tu as bien raison. Elle t’a trahi, au fond.

Si laid le reflet qu’elle fixe dans le miroir, si sale si écoeurant si déplaisant, si e l l e
de ses doigts fins elle dessine le pourtour de ses traits abîmés ; contour devenu flou et incertain elle se sent fêlée, comme un objet cassé impossible à réparer
elle est toujours elle et pourtant son teint porcelaine est devenu cadavérique, ses cheveux de lune ont perdu de leur éclat et ses jolies lèvres sont écorchées par les mensonges déversés ; c’est subtil irréel mais quiconque la connaîtrait ne serait-ce qu’un peu saurait, verrait à quel point elle a fané
sublime fleur profanée
par ses propres péchés
et puis il y a ses yeux si noirs d’encre de pétrole de charbon,
si vides qui portent en eux l’horreur la peur, qui semblent vous dévorer comme la perfidie nuptiale
elle est
si fatiguée tu sais Sick, si amochée et elle ne se voit plus au travers de ce reflet inconnu elle ne se reconnait plus ; elle n’est devenu qu’un pantin articulé aux structures trop faible
de ta seule poigne tu pourrais l’écraser, la disloquer
elle a peur Sick,
Arsène est terrifiée.

terrifiée d’elle-même terrifiée par ses problèmes
mais surtout terrifiée angoissée désespérée à l’idée de te perdre ; elle est au courant Sick elle le sait, les femmes ne tiennent par leurs langues, elles parlent sans arrêt elles déversent leurs idées dans un torrent de paroles incompréhensibles et soudain
soudain la nouvelle est venue la frapper soudain l’horreur est venu la trouver
et toi joli photographe tu t’es retrouvé heurté.
Pourquoi. Pourquoi tu n’as rien dit pourquoi tu ne lui as pas dit à elle ? Autrefois tu lui aurais sûrement demandé de ne pas t’inquiéter tu l’aurais sûrement appelé pour la rassurer mais là rien.
Silence radio.
Tu la rends folle et sans même t’en rendre compte. Tu la manipules de tes doigts, elle est à ta merci fixant désespérément ce téléphone à côté d’elle. Peut-être que. Peut-être que tu te rappelleras qu’elle avait besoin d’être informée qu’elle avait besoin de savoir que ce n’était pas grave que ça allait passer
peut-être que tu te rappelleras qu’elle existe
peut être
peut être
peut être
peut être
et le vase vola en éclat contre le mur
sa lèvre tremble son corps tout entier tangue ses yeux s’écarquillent et le miroir ne lui donne toujours aucune réponse
elle ne se voit plus elle ne s’entend plus elle ne répond plus d’elle-même
elle va devenir hystérique
tout va mal si mal qu’elle se sent défaillir qu’elle se sent littéralement mourir
qu’elle veut crever
tu lui broies le coeur tu lui retourne la tête
tu fous le bordel Sick,
et tu ne t’en rends même pas compte
c’est si tragique si dramatique si pathétique si faible
elle n’a qu’une faille elle le sait, si béante si apparente ; t’es son cauchemar t’es son idylle t’es si brûlant dans son coeur ;

elle se demande, elle se demande quoi faire, elle se demande si elle ne ferait pas mieux de se taire mais elle en est incapable alors elle prend ses affaires alors elle quitte cet état mortuaire,
peu importe, peu importe si tu ne la reconnais pas peu importe si tu ne la vois pas, elle doit être certaine que tu vas bien certaine qu’elle s’est inquiétée en vain alors s’il te plait laisse la faire, laisse la t’approcher même si ça te révulse même si ça te répugne,
elle te supplie Sick alors ne la laisse pas sur le bas côté elle ne le supportera pas
pas un coup de plus.

la voilà déjà devant ta porte, devant ton appartement immobile. Elle ne bouge pas, ses dents s’échouent contre sa lèvre inférieure alors qu’elle hésite ; son poing reste en suspens, à quelques centimètre du bois,
c’est une mauvaise idée elle le sait et pourtant
pourtant
pourtant
pourtant
ses jointures claquent la paroi avec peu d’assurance, et elle recule de plusieurs pas,
elle se colle contre le couloir et elle attend, les yeux clos,
chaque son la percute chaque son la transcende la fouette la dérange
le grincement de la porte qui s’entre-ouvre, tes pas ton souffle
jusqu’à ta présence
elle veut disparaître à cet instant
ses paupières s’ouvrent, elle te dévisage te détaille s’assure que tout est parfait que tout est comme elle l’espérait
elle grimace à la vue de ta lèvre fendue de ta peau écorchée de ton bras bandé elle sert les dents elle résiste
elle se redresse elle se redonne de la consistance et soudain soudain
une seule larme s’échoue roule descend le long de son visage de verre
ça fait si longtemps qu’elle n’a pas pleuré si longtemps qu’elle n’a pas accepté de laisser un pleur lui échapper
elle s’approche lentement elle semble possédée
ses fins doigts s’accrochent à ton sweat
elle s’assure que t’es bien là même si elle parait dérangée lui en veux pas trop Sick
elle tombe, elle chute elle s’écrase au sol elle cède sous son propre poids
le poids des remords le poids des regrets le poids de cette culpabilité qui semble la détruire elle est si faible
sa voix s’étouffe s’enroue


sale con.






enfin, tu es là, enfin, je te vois,




…Sick.





— 1197 mots … #DEA2A2



Revenir en haut Aller en bas
avatar
#sickness

Messages : 169
Pouvoir : relation
Symbole : une photo vierge
Occupation : photographe & web-designer
hellébore

Jeu 22 Déc - 18:23
musique — Les souvenirs sont comme des éclats de verres brisés qui jonchent le sol, comme le sang qui coule le long de son front pour mieux venir se coller à l'airbag qui s'est déployé aussitôt l'impact arrivé... Et c'est en sursaut qu'il se réveille, sur ce lit d'hôpital, l'odeur de javel, l'odeur de trop propre, un peu trop surfait vient lui irriter le nez, lui donner quelque peu la nausée alors qu'il se relève. C'est en se massant la tempe de sa main droite valide que la douleur de son bras gauche se déclare. Fracture du poignet gauche, entorse du coude, ouverture de la boite crânienne, peut-être ne s'en tirait-il pas si mal vu la violence du choc ; choc qui semble ancré dans sa caboche abîmée, dont il se rappellera encore pendant des années. Le choc n'a duré qu'une seconde, mais sa vie a basculé d'un coup, un poignet cassé, son travail allait en pâtir et c'était bien là son plus grand dilemme. Décevoir les autres, ne pas pouvoir respecter sa parole... Sunny. Il se souvient alors de la dernière visite de son petit frère ici, dans cet enfer et Sick ne peut s'empêcher de jurer entre ses dents en quittant son lit. Aujourd'hui, c'était le jour J, aujourd'hui, il sortirait, quitterait cet enfer pour retrouver son petit havre de paix, son paradis, son appartement. Déboutonner sa chemise fut une épreuve des plus difficiles, mais qu'il a pourtant réussi à accomplir seul après plusieurs minutes qui lui auront paru des heures. Il allait devoir compter sur Sunny et ce simple détail le faisait trembler de rage. Il n'avait pas été en faute, c'était bien son tour de passer, alors pourquoi avait-il fallu qu'un chauffard le fauche ? Pourquoi cela tombait sur lui et pourquoi à cette période de l'année, quand l'incertitude est à son paroxysme, quand les souvenirs du passé le font gerber ? Sick n'en sait rien, Sick ne sait plus, Sick ne réfléchit plus, il tente de passer outre en enfilant son tee-shirt à manche longue noir et son jean, épreuve des plus compliqués, mais hors de questions d'appeler une infirmière, ce n'était même pas une option envisageable.

Son sac est prêt, c'est le bras gauche en écharpe et son sac à bandoulière sur l'épaule droite qu'il quitte cette chambre d'hôpital sans se retourner, presque trop content de pouvoir fuir cet endroit à l'atmosphère morbide, endroit qui le répugne depuis son enfance, lieu qu'il évite le plus possible depuis de funestes souvenirs. Un soupir, un registre de sortie à signer, un rendez-vous au commissariat pour déposer une plainte qui n'aboutira nul part ; c'est le cœur à la fois gros, mais soudainement un peu plus léger que Sick sort de l'hôpital en direction de son appartement. Les transports en commun, les gens qui bousculent, qui sont pressés, qui n'en font qu'à leur tête, tout était en train de le rendre barge. Une semaine à l'hôpital et à peine sorti, le voilà qui ne peut s'empêcher de regretter, de rouspéter, de s'énerver comme pas permis ; intérieurement seulement, il serait déplorable de finir derrière les barreaux après avoir décollé quelques dents de la mâchoire d'un pauvre gars à sa sortie d'hôpital. C'est en prenant sur lui, en serrant les dents et la barre en métal que le jeune homme subit son trajet interminable. Un coup de téléphone, Sunny qui l'attend impatiemment, une marche descendue, c'est en face de son immeuble, un sourire aux coins des lèvres qu'il dit à son petit frère de regarder par la fenêtre... Et voilà un petit rouquin qui arrive plus vite qu'il ne l'aurait cru pour l'accueillir et le serrer dans ses frêles bras. Des retrouvailles et des rires, il n'avait pas disparu depuis bien longtemps et il ne s'était vu pas plus tard que l'avant-veille, mais la peur de Sunny de perdre son grand frère était palpable... C'est ensemble qu'ils remontent les escaliers jusqu'au cinquième étage, l'ascenseur étant en panne ; comme très souvent ces derniers temps.

Déposant ses affaires dans l'entrée, il ne put s'empêcher de constater le bordel que son frère avait laissé traîner et malheureusement pour lui, ce n'est pas blessé comme il est qu'il allait pouvoir ranger décemment. Un soupir, profond, mais avant qu'il n'ait pu exprimer quoi que ce soit ou même dévoiler une quelconque forme de mécontentement que le petit rouquin entama avec rapidité le rangement du salon et du reste de la maison. Rangeant ses affaires et jetant le linge sale dans la machine à laver, c'est une clope au bec que le jeune homme se dirige vers le frigidaire... Vide. Même pas une bière qui traîne, même pas un coca, rien. Sunny avait dû bouffer comme un goret, ou simplement manger dehors toute la semaine. Attrapant un papier pour y noter la liste des courses, il arrêta son petit frère dans son humble tâche avant de lui confier sa carte bleue et la quête d'aller chercher de quoi ravitailler le frigo. C'est en s'habillant plus chaudement à la vitesse de l'éclair que le jeune homme quitta l'appartement dans un bruit lourd ; toujours aussi hyperactif, toujours aussi bruyant ; c'était rassurant, bien qu'un peu épuisant... Le calme dans l'appartement le rend soudainement incertain, la frustration le gagne peu à peu alors qu'il se laisse choir sur son canapé avant de grimacer de douleur. Blessé, il l'était, il ne fallait pas qu'il l'oublie. Mais voilà, prendre soin de lui, c'est un concept abstrait pour Sick. Sa cigarette coincée entre ses lèvres, le regard figé sur son plafond, son esprit vagabonde par-ci par-là, il n'avait prévenu personne de son état, à part les collègues et encore... Mais la rumeur avait certainement dû tourner, dans le milieu artistique, parler, c'était comme dessiné ou photographier. Les gens aiment piailler. Sa cendre tombe sur son parquet, mais il n'y fait plus attention, cependant un bruit survient, quelqu'un vient de... Toquer à la porte ? Vraiment ? Il n'avait prévenu personne de sa sortie d'hôpital, pas même Sunny, qui pouvait bien venir ? Un démarcheur ? C'est en se dirigeant vers la salle de bain histoire de se passer un coup d'eau sur le visage histoire d'avoir l'air un peu plus réveillé qu'il jura entre ses dents ; une serviette à moitié sur la tête, tombant sur sa nuque, il se dirige alors avec nonchalance vers la porte. Il ne prend même pas la peine de regarder dans le trou de la porte, juste de l'ouvrir en vitesse, le regard blasé, presque indifférent comme à son habitude.

Mais voilà.
Il s'était attendu à tout.
Sauf à ça.
Sauf à toi.
Arsène.
Tu es là Arsène.
Presque incertaine.
Tu n'es plus la reine de ton domaine.
Ton visage dévoile tes émotions.
Et lui ne change pas, toujours indifférent, toujours aussi froid, la colère d'autrefois n'est plus perceptible sur son visage, mais elle demeure dans un coin de son cœur ; un cœur qui t'appartenait autrefois ; mais dont il ne se souvient pas. Malgré tout ce que tu as fait Arsène, tu daignes te trouver là, sans l'ombre d'un scrupule, sans arrière-pensée, comme si c'était normal ; et il ne sait pas quoi faire Sick et encore moins quoi dire, parce que ton culot le sidère, lui subtilise sa pensée et lui arrache la rancœur d'entre ses lèvres abîmées. La fumée de sa cigarette stagne alors que le silence règne et tu lâches une injure qui le fait tiquer légèrement, hausser un sourcil avant de soupirer de dépit en fermant les paupières. « Sale con » que tu dis. Mais c'est pour ce « sale con » que tu chouines, que tu pleures, que tu t’effondres en t'accrochant à son tee-shirt. Et il aurait pu reculer et te laisser dans ta solitude s'il avait été dépourvu d'un cœur, mais il semblerait que ce soit la seule chose qu'il lui reste vraiment ; son empathie maladive. Malgré sa rancœur, il ne s'écarte pas, il ne dit rien, se contente de te toiser de sa hauteur, toi dont le regard est rivé vers le sol ; et il tombe avec toi, suis le mouvement avant de poser sa main valide sur le sommet de ton crâne ; ultime effort pour un geste de réconfort qu'il ne souhaitait pas t'offrir avant de libérer sa voix qu'il avait décidé d'enfermer en ta présence en guise de sentence.

« Arsène. » Un prénom, le tiens. Un prénom qu'il ne pensait pas prononcer encore une fois, pas avec une intonation aussi froide, aussi détaché. Même si son cœur bat, quelque chose est mort en son organe vital et le souci de Sick, c'est qu'il ne sait pas quoi. « Qu'est-ce que tu viens faire ici Arsène ? » Il te pose cette question, parce que ça lui paraît être un bon commencement, parce qu'il ne comprend pas, parce qu'une réponse doit être donnée. « Et pourquoi tu chiales exactement ? T'aurais préféré que j'crève la bouche ouverte ? » Peut-être que ça t'aurait retiré une épine du pied, non ? Peut-être que tes remords auraient perduré ou peut-être se seraient-ils envolés ? Sa méchanceté va de paire avec son état pitoyable, il n'arrive pas à se montrer clément, même s'il aimerait bien faire autrement, c'est comme ça, c'est ancrer en lui ; cette rancœur qu'il pensait envoler est toujours là, mais l'indifférence prime. Alors il se redresse, sa main quittant le sommet de ton crâne avant de te tourner le dos et de se diriger dans le couloir. Il se retourne cependant, sa frange cachant son regard. « Ramène-toi et ferme la porte derrière toi, j'aime pas me donner en spectacle avec le voisinage. » qu'il dit en attrapant sa serviette et en se séchant un peu mieux le visage avant de se déplacer vers la cuisine, mettant de l'eau à chauffer pour du thé. « Je crois me 'souvenir' que tu aimes le thé, non ? Ahahaha. » 'Souvenir', il croit se souvenir oui, parce qu'il n'est plus certain de rien te concernant, comme il n'est plus certain de quoi que ce soit sur lui... Son mégot est écrasé dans un cendrier pas loin, mais c'est une nouvelle porteuse de cancer qui vient se nicher entre ses lèvres alors qu'il s'assoit sur une des chaises de la cuisine. « Comment t'as su Arsène ? Que je sortais de l'hôpital aujourd'hui ? C'est bien pour ça que tu es venue, non ? »

Et il sait qu'il est cruel avec toi.
Il sait que ses paroles sont comme une lame qu'il t'enfonce sans états d'âme.
Il sait qu'il te fait souffrir en bon sadique qu'il est... Mais tu sais mieux que personne que tu le mérites, pas vrai Arsène ?
Pourtant, il ne peut s'empêcher Sick, d'être empathique et touché par ta détresse ; mais ça, jamais il ne te le dira, jamais il ne se l'avouera.



arsène&sick
// 2 ans plus tard dsl // j'espère que ça t'ira ;; //
1811 mots
© kristen
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 122
Pouvoir : manipulation
Symbole : verre brisé
Occupation : peintre, illustratrice + traîne dans des trucs louches
hellébore

Mer 1 Mar - 10:28











 
 
 

Pourquoi ?
Pourquoi mon corps se disloque sous ton regard comme un vulgaire château de cartes
n’étais-je pas ta reine
il y a si longtemps je sais
tu n’en as même pas souvenir mais qui pourrais-je blâmer à part mon amer insécurité
j’ai été si
s t u p i d e
et aujourd’hui je ne suis rien de plus qu’un courant d’air dans ton sillage
qu’une simple lueur trop éloignée pour que tu puisses me remarquer
je le sais sick
je t’ai été
i n f i d è l e
te trahissant de mes propres mains
et je n’ose même pas murmurer ces quelques mots incertains
p a r d o n n e  m o i
car je sais que je sais que jamais je ne pourrais surmonter ces erreurs passées.

Arsène est morte, Arsène est détruite blessée amochée par chacun de tes mots ;
ils sont des coups qui viennent la heurter sans cesse et ton regard
oh ton regard si profond si magnifique si doux sur sa peau
vient finalement perforer son coeur
ce coeur déjà en miettes en morceaux
présent entre tes doigts ;
elle est là à tes pieds, te suppliant à bout de force,
et si l’insulte quitte ses lèvres ce ne sont que de bonnes intentions qui émanent de sa bouche
malgré ta surdité
malgré ton refus d’entendre ses sanglots, malgré ton refus d’entendre ses plaintes
elle est là devant toi, se donnant toute entière ;
à genoux embrassant tes pieds.

Peut-être que la jeune renarde avait raison
peut être qu’elle n’est rien pour toi qu’un spectre qu’un fantôme qu’un vague souvenir qui te rappelle un douloureux poids au fond de ta poitrine
peut être qu’elle ne devrait pas être ici
mais alors qu’elle entend son nom qui s’extirpe de ta gorge un soulagement interdit vient s’abattre sur ses épaules, ignorant la froideur qui pèse dans ces quelques phonèmes
elle est habituée
la chaleur a quitté son corps depuis si longtemps
mais tout ce qu’elle se dit c’est que tu ne l’as pas
o u b l i é e
que ce nom est toujours gravé
dans le creux de ta paume
ne lui mens pas Sick
laisse la espérer encore un peu
bien qu’elle puisse percevoir la haine ton regard
elle se dit que peut être
au fond
tout au fond
de ton coeur
quelque chose te dit de ne pas l’abandonner
ne l’abandonne pas, comme ce vilain weary ; ne la laisse pas ; ne la délaisse pas ;
savez vous que vous êtes en train de la tuer
viles personnes
sans même vous soucier de son être fracturé
multiples brisures qui parsèment son corps ;
vous continuez de la punir pour ses fautes
fille du péché
mais elle même s’est mise à genoux
pour les expier
et toi
toi horrible jeune gens
tu lui touches le crâne
l’électrises de ton contact
la rend plus humaine
plus faible
plus fragile
et la douleur plus vive ;
son coeur frôle l’arrêt, à chaque mot que tu prononces ; il tangue oscille menace de lâcher, tandis que ton visage trop lisse d’émotions se dresse vers elle. Te voir crever ? Peut-être que oui, elle aurait préféré. Elle aurait enfin eu quelque chose à te reprocher, enfin une bonne raison de te haïr. Elle n’ose plus bouger. Comme si la moindre esquisse de ses mouvements allait te faire disparaitre. Elle se fige dans l’instant, retient son souffle. Tu l’étouffes.

Surprise dans son regard alors que tu l’invites à entrer. Elle te regarde, plante son regard dans le tien, se demande si t’es sérieux – pas le temps de se poser la question que t’es déjà rentré dans ton appart. Si tes mots étaient durs, si tes mots étaient froids, méchants, cruels, elle s’en fichait. T’aurais pu la laisser sur la pas de la porte comme Weary l’avait abandonnée ce soir là. Alors, elle se redresse, serrant les pans de sa jupe dans ses poings pales, la lèvre tremblante.

Je ne chiale pas. chuchote-t-elle
ou peut être un peu.


Ses yeux sont larmoyant et l’unique larme qui avait roulé le long de sa joue avait été chassée dans le tissu de ses vêtements. Elle inspire longuement ; se redonne une consistance pour ne pas s’effondrer une nouvelle fois.
Arsène n’est plus qu’un semblant de personne et ça la tuait de l’admettre
mais ça la torturait d’autant plus que tu le remarques toi
toi qui vois toujours tout
(sauf peut être l’essentiel)

D’un pas peu assuré elle entre dans ta demeure ; elle se sent indiscrète mal à l’aise pas à sa place,
la réalité la frappe
elle comprend à quel point ces moments passés ensemble sont loin,
ceux où ta maison était la sienne
ceux où elle venait prendre goûter le dîner le petit déjeuner
ceux où l’odeur du pain frais l’enivrait
oui
elle comprend qu’ils sont à des kilomètres de ce bonheur.

Regard circulaire autour de la pièce ; à la recherche peut-être d’un soleil ardent. Il n’est pas là. Ton coeur se serre un peu – Sunny avait toujours eu les mots pour réconforter, et son aura bienveillante et joyeuse aurait été un véritable soutien alors qu’elle se sentait flancher.

Je crois me 'souvenir' que tu aimes le thé, non ? Ahahaha.

Elle détourne le regard
serre les dents
contracte ses poings
tremble un peu
elle
se sent défaillir
un coup dans l’estomac
elle veut se plier en deux
pleurer dégobiller sa tristesse
mais elle n’en fait rien
après tout
c’est
arsène
après tout
elle n’est pratiquement plus humaine.

Du Earl Grey pour être plus précise. C’est vraiment que t’as tendance à zapper les détails.
[b]
comme le fait que je t’aime
d’une manière déraisonnée.

Sarcasme palpable
tristesse non cachée
remords exposés
elle n’a plus que ses yeux pour pleurer.

[b]Comment t'as su Arsène ? Que je sortais de l'hôpital aujourd'hui ? C'est bien pour ça que tu es venue, non ?

Elle te regarde.
Elle laisse son regard te toucher t’effleurer sans la moindre pudeur.
Ce corps qu’elle a vu grandir, évoluer, mûrir.
Ce corps que chaque jour elle a aimé un peu plus.
Elle ne se cache pas, elle laisse ses yeux vagabonder le long de sa peau, se plisser un peu lorsqu’ils arrivent sur ses blessures.
Tu aurais pu mourir.
Tu l’aurais tuée elle aussi.

À la boîte, ça parle beaucoup.

Les rumeurs les ragots les potins de ce monde superficiel qui se veut
a r t i s t i q u e
qui fait preuve d’une pseudo sensibilité
vous le savez tous les deux
ce n’était pas de l’inquiétude,
juste la nouveauté du matin
les quelques exclusivités partagées autour de la machine à café
dans les toilettes alors qu’on applique une couche plus épaisse sur des cils cartonnés
un fait divers balancé entre deux clopes lors de la pause du midi
mais pas pour elle
c’était une
b o m b e
une horreur alors qu’elle travaillait patiemment
ses oreilles avaient trainées un instant
(elle ne prend jamais part aux conversations)
et elle n’avait qu’une envie

courir.

te serrer dans ses bras, s’assurer que tu vas bien
te toucher
écouter ton coeur
battre
mais elle n’a rien fait
elle a juste attendu
désespérément
un signe de vie
mais aucun
aucun
alors si elle est là
que peut-elle dire ?


Rien.

Parce que t’en as rien à foutre.

Je..M’inquiétais.

Elle se balance légèrement sur ses pieds.

Mais tu as l’air d’aller plutôt bien. Je crois.

Physiquement peut-être.
Quelques blessures mais ce ne sont que des égratignures à côté de cette douleur qui te taraude
elle le sent
elle ne sait pas pourquoi
après tout
tu as tout oublié
elle a fait en sorte
que tu ailles mieux pas vrai
pourquoi ces cicatrices qui jonchent ton coeur
anciennes et nouvelles
semblent te torturer ?

parle moi.
confie toi.
déteste moi si ça peut t’aider.
je suis prête à tout endurer.

Que se passe-t-il ? Ce n’est pas dans tes habitudes de ne pas être prudent sur la route.

Les mots semblent banals
sans intérêt
une discussion bien futile
mais tellement profonde
elle cherche des réponses
dans tes yeux
mais elle se demande
si elle saurait encore aujourd’hui les trouver
car au fond
tu as bien changé.

1366 w. | arsenick | #dea2a2 | j'suis grave à la bourre dsl jtm
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Hypnose [Soldat]
» [MTL] Auto-hypnose
» HYPNOSE - ohyeah.
» Moveset Spectrum => hypnose ?
» Une nouvelle vie [PV Isaril]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-