A song for cruelty -- ICARE
Invité
avatar

Mar 8 Nov - 2:10



Now, I'm not afraid to do the Lord's work,
You say vengeance is His, but I'm a do it first,



Il se tient là. Froid.
sa cicatrice brûle encore

Le verre en main, il songe au feu à allumer. L'encens particulier de ses poumons noircis s'élevant dans les airs. Pulvériser son cœur à coup de sèches, battre la cadence de son cortège à grands coups de poing. Il est fermé cette nuit. (Comme toutes les autres.) Sur son bureau, brûle une ancienne bougie dont la cire s'est recouverte de la délicate effluve boule à mite. Elle doit être en train de se noyer dans sa propre lumière.

Il doit être en train de se noyer dans sa propre n o i r c e u r.

Le silence de la nuit s'étouffe entre les murs, entre les verres et les concertos. La symphonie des gens assoiffés. D'amour. De désirs. D'horreurs. De peurs. De lassitude. De solitude.

A s s o i f f é s
D ' h u m a n i t é

Mais pas Fly. Il y est déjà passé, par cette valse macabre, à écouter les musiciens funestes jouer sur son cadavre. Il était un instrument mal accordé. Une note trop grave. Un octave présomptueux. Ils ont préféré s'en débarrasser.

À présent il boit. Pour oublier qu'il est
V I V A N T
On peut tout rater. Même sa chance.

À se regarder dans la glace du bar, seul à sa table lustrée, sirotant son kir d'une lenteur exagérée, l'ancien flibustier tue le temps à coups de regards acérés. Ce qu'il attend, l'antiquaire n'en a pas la moindre idée, mais son reflet lui suffit amplement à le distraire. Sans narcissisme. S'il pouvait seulement étouffer de ses mains ce cou trop humain. Entendre gémir ce balafré qu'est son existence, le sourire aux lèvres. Contempler son faciès blanchâtre s'empourprer alors que les verres trinquent au loin. Puis, doucement, laisser s'écrouler au sol un corps de chiffon, privé d'âme. Et reprendre sa place parmi les reflets du monde.

Mais il ne peut se tuer. Personne ne le peut. C'est le gaz, le poison, la douille qui déchirent les chairs, les meurtrissent, les étouffent, les étripent. Mais les mains restent complices. Simplement complices.
Atrocement complices.

Alors Fly cale son dos froid contre la chaise, croise les jambes et se défie dans la glace. Un moi divisible entre celui qui rafle le sol et celui qui cherche le ciel.


La nuit est courte pour les condamnés.


Il lève son verre, sourire malsain défigurant davantage sa mâchoire.

À la santé de cette terre qui s'en
F O U T

- skinny -
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» [Edition Icare] Les errants d'Ukiyo
» 04. Love you like a love song, baby...
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]
» This is River Song, back in her cell. Oh, and I'll take breakfast at the usual time. Thank you!
» ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-