forum rpg tout public univers fantastique/paranormal aucun minimum de mots avatars illustrés 200*320px

marcher sur l'eau // echieu
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 41
Occupation : dévouée à dieu et aux myosotis.
Avatar(s) : oc - koyamori.
Mar 19 Déc - 0:25

que le barbare aime à son tour sans pouvoir être aimé

je ne crois pas en l'amour avec un grand a, celui qu'on pratique et qui nous use- il rend faible et je déteste ça ! mon amour est grand et fort, il me donne l’impression d'être invincible et immense, de pouvoir séparer des mers et tuer à mains nues.
mon amour ne m'affaiblit pas, je demeure et resterai conquérante pour toi.
tu es si lumineux si admirable mais je ne t'aime pas- je t’idolâtre et me passionne pour tout ton être au-delà de la personne
force archaïque qui nous domine.
il n'y'a pas d'illusions ni de non-dits juste la colossale voix de la raison, qui abreuve et nourrit de sa sagesse illuminée.
oh dieu- que tu es beau.
oh dieu- je n'aurais jamais assez de mots pour le dire !
les louanges et angélus ne suffiront pas et même mes sourires qu'on dit doux et adorables ne suffisent pas pour rendre la pareille- je te suis redevable et jamais je ne prétendrai être ton égale.
j'aime l'aquarium et ses reflets, les rires des enfants et des parents face aux petits poissons- dis, est-ce que tu sais dieu, que certains sont réincarnés aussi ? mais ici il n'y'a ni hellébores ni oreilles indiscrètes en ces beaux jours de semaine
tout le monde est dans sa bulle d'oxygène rose- vaque à l'admiration et l'amusement.
aujourd'hui (aujourd'hui qui est un jour saint car tu es là) nous avons tant à conclure et tant à dire, tant à préparer et tant à réfléchir.
ça ne me dérange pas toute ces choses adultes et habituellement ennuyeuses, si c'est pour toi et vous- sublimes réincarnés.
je bats des jambes en t'attendant, souriante et frivole- si heureuse !
je mesure bats et danse intérieurement- songe à notre future valse. dis, qui seront les prochains à se joindre à nous ?
j'ai déjà des jolis noms sur des petits papiers dans mon cœur, des dignes qui te conviendront je l'espère.
les poissons clown s'agitent dans les mignonnes anémones et je tourne mon nez, comme guidée par ta présence : je me lève d'un bond, les bracelets cliquetants s'entrechoquant dans une mélodie de plastique.
j'abandonne mon manteau sur le banc pour accourir vers toi et glisser mon pouce sur mon cœur en guise de salut.
je suis si contente de te voir, j'ai l'impression que ça fait une éternité ! ne restons pas debout, allons nous asseoir !
quelques minutes ou des jours loin de toi, ça sera toujours une éternité.
je te prends par la main et t'entraîne pour te mener jusqu'à mon observatoire, qu'on puisse discuter et que  j'apprenne de ta clarté.
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 32
Mar 26 Déc - 12:03

Marcher sur l'eau
Je sais que te me suivrais,
dans les plus sombres recoins de l’enfer.
Et ce n’est pas grand chose,
si tant est qu’il existe cet impie lieu de perdition.
Je sais que tu me suivrais à la commande de ma voix
Et la commande de tes rêves echo, pareils aux miens.

Tu es l’onde de la vague qui vient lecher la grève
L’echo d’un mot qui danse contre les murs d’une église
Et qui monte lentement comme une clef de voute.

Echo, douce, Echo, folle, Echo
Et comment échouer ?
Echo
Écoeurée de ses frères, de ses soeurs.
De leur inanité.


Tu vois cette tête blonde qui ne cesse de s’agiter, parmi la foule tu ne vois qu’elle. Si petite et delicate comme
une porcelaine.
Tu ris des passants, des hommes, des femmes qui jettent sur elle leurs regards tendres.
Car tu sais que sous les boucles et les sourires charmeurs il y a la fange et l’esprit brûlé oh,
tout aussi brûlé que le tiens.

Ces effusions malignes, enfantines presque il ne les connait que trop bien.
Et son pouce
sur son coeur (en reste-t-il un ? Il n’y a qu’avec elle qu’il se pose la question)
fait ECHO au sien.
Et cette petite main dans la sienne aussi a quelque chose de venimeux
Dieu se laisse entrainer
Certains diront que ce n’est pas à son habitude. Que savent-ils ceux-là ? Que savent-ils de son précieux bras droit.

« moi aussi je suis content de te voir, Echo. » Dit-il finalement. Et tu penses chaque syllabes quand tu ponctues son nom en posant ta main sur sa tête.


Et ces gens, ces passants peu aux faits des secrets et des codes. Ne voient-il pas au loin qu’une forme attendrissante ?
(pauvres d’eux.)
Deux silhouette découpées dans le bleu aqueux et sombre. Un contact qui a presque quelque chose de paternel. Oh ils l’ont joué pleins de fois ce petit numéro.
Mais ce n’est pas un père la main posée sur les tendres boucles de sa fille.
(non)
non.

Non, quand Dieu pose sa main sur la tête d’Echo c’est
Le colt dans la paume
le doigt febrile sur la gâchette
le tranchant de l’epée qui bouge avec son bras
le détonateur fragile.

C’est le revolver posé contre son coeur
celui qu’il tranche d’un pouce.

« J’ai rencontré… Quelques proies intéressantes » Tu as des noms plein la langue et des souvenirs volés pleins la tête
Ces petit films que tu te repasses avec plaisir, ceux-là  que tu as arraché à pleines dents dans les chairs des cervelles :
Les buchers
Les avions
Les bustiers rouges

Autour d’eux les poissons, constellations mouvantes.
Autour deux la foules, banc de poissons pâles.

Il n’y a que le bruit et le tumulte pour garder les plus lourds secret.

« Mais j’ai assez des sermons, je t’en pries commence » Honneur à toi mon bras droit « Qu’as tu appris ma douce, mon oreille, mon coeur ? »

La phrase n’est pas pas éculé. Tu le sais depuis longtemps.
Que dans ta poitrine il y a un trou béant.
Et un echo qui résonne.  



 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 41
Occupation : dévouée à dieu et aux myosotis.
Avatar(s) : oc - koyamori.
Mar 9 Jan - 23:04

que le barbare aime à son tour sans pouvoir être aimé

si tu es content alors elle l'est davantage- si tu es triste elle le sera immensément et pleurera à chaudes larmes
et si tu veux chanter alors elle t'accompagnera sans hésiter
alors son cœur et ses joues se réchauffent d'un rose adolescent ils se laissent tous deux rongés par une joie et un épanouissement heureux
elle ne s'efforce pas de marcher à ton rythme à suivre ta cadence lente d'adulte elle a peur de cette manière de te laisser mourir
echo grande enfant et petite adulte est persuadée que c'est en t'agitant et en te surprenant que l'éternité divine te semblera bien moins ennuyeuse
et la main sur la tête alors elle se laisse aller au contact l'apprécie et le savoure- c'est une gamine un peu précipitée mais elle sait se saisir avec langueur des bonnes choses
elle s'approche du banc près des slameuses des danseuses du chœur(de ton cœur)  
et s'assied sans lâcher ta main reprend sa place près de son manteau pour venir déposer son crâne avec tendresse se délectant de tes paroles
sa risette s'agrandit et fait percevoir ses dents et ses fossettes
je suis honorée que tu me laisses commencer ! j'espère ne pas te décevoir !
et elle garde ta main qu'elle a saisit au préalable- elle pense à toutes ces personnes qu'elle a enfouies pour mieux te dévoiler
et sur tes doigts qu'elle avait mis en poing- qu'elle déplie avec douceur pour compter
un...
(harland)
deux...
(ce petit garçon qui a l'air un peu perdu)
trois...
(cadence qu'elle n'arrive pas à raisonner)
quatre
(cet homme qui a l'air fatigué)
oh...
elle ne parle pas de quartz qu'elle préfère faire mijoter- il n'est pas prêt et elle a encore envie de boire un peu de sa grenadine tout en lui posant des questions
quatre personnes oui ! tout d'abord un ami qui est comme moi, mais il est très réticent à servir les réincarnés moi je ne comprends pas comment on ne peut pas être saisi par cette aura qui vous entoure tous -et surtout toi- même si tu me l'as déjà expliqué je n'aime pas les hérétiques. que suis-je censé faire de lui,
dis ? je lui ai déjà dit qu'il risquait de mourir à force de fauter mais il ne m'écoute pas et il ne semble pas avoir peur de la mort !

elle serre à nouveau ta menotte de la sienne sans se décrocher de ton épaule- le visage légèrement en biais pour apercevoir les traits de ton visage
je me sens si inutile face à lui... j'aimerais avoir ta prestance et ton intelligence, je ne veux pas t'encombrer d'erreurs comme lui.
BY MITZI



 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 32
Jeu 8 Fév - 10:36

Marcher sur l'eau

La joie ingénue agit comme un baume
Comme un grand feu follet qui vient embraser tes bûcher
qui érige à ta doctrine des grands feux de joie, fous au fond d’un sourire.

Vous êtes heureux semble-t-il dans votre folie furieuse dans vos grands idéaux et vos missions divines.
Elle te vénère semble-t-il, toi le guide millénaire, toi qui t’es réincarné comme martyr pour tes semblables.
De tous ceux de sa race
De tous ses frères et soeurs
Elle est la plus dévouée.
La seule assez folle, assez illuminée pour te suivre au bout des nuits, des jours, des braises brûlantes sous la plante de vos pieds.

Elle a la fougue de la jeunesse et l’impétuosité naive des causes grandioses. Importantes. Capitales.

Je sais,
Je sais que j’ai su planter les graines
Dans les landes arides de ta tête jeune
Tu as pour toi la vivacité des ondines, Echo
Et l’oubli des pierres sages,
qui ne disent pas un mot,
Echo.

Tu es le miroir, l’avatar de mon coeur qui ne sait plus battre
qui ne sait plus distiller les émotions,
decanter les passions
qui garde seulement dans ses sépultures
la mission dont je suis le porteur

Ris, pleure, chante pour moi qui a deja trop oublié. Laisse les autres t’admirer et précipite les dans mes bras.
Echo tu es la nymphe-enfant, la Lorelaï, la sirène qui les noies.

« Tu ne me déçois jamais Echo. »

Je suis sur mes doigts le décompte des proies, chaque phalange que tu courbe est une tête qui tombe, un visage de plus à retenir, un avatar d’humanité auquel il faut faire prendre conscience de la grandeur de son âme double.
Il est ironique de voir que les élus sont les plus durs à raisonner.

« Bon travail, ça nous fait du monde. »

Et j’écoute tes plaintes, tes traquas enfantins, tes inquiétudes douces, anxieuse de déplaire, de décevoir, ravagée de perdre. Mais ne t’en fais pas Echo, ne suis-je pas guide ? Ne suis-je pas berger? Si tu t’égares je viendrai te chercher. Et si tu à peur vient trouver confort dans mes mots.
Comme une couronne, comme un psaume, comme pour les saints sacrement : Le batpème silencieux au milieu de l’eau je pose ma main sur ta tête blonde. C’est ton auréole sale, tachée de sang.

« Je comprends ton inquiétude, après tout il est un peu des tiens, mais tout le monde ne peut pas avoir ton éveil. Crois moi même les causes les plus perdues peuvent être retournées vers la lumière, après tout c’est ce qui nous anime n’est ce pas ? La salvation. Et puis…»

On me dirait hypocrite,
peut être avide de gloire
perfide dans mes mots.
Oui je le suis,
mais pas avec toi Écho.
Et malgré les horreur que ces mains ont commise .
(je ne les regrette pas)
Malgré les mots qu’ont pu dire cette bouche.
(je ne les regrette pas)

« … Et puis il faut parfois savoir les bousculer un peu, leur faire peur, pour leur faire comprendre la nécessité de notre travail. Leur ingratitude est parfois fatigante tu ne trouves pas ? Comme ce policier qui pensait me faire peur, chanceux qu’il était l’hérétique, que je le trouve assez digne d’interêt pour le laisser me contacter. »

Il lève les yeux au ciel comme exaspéré, la moue presque peinée, quand ses yeux tombent sur les poissons nageant calmement au dessus d’eux.




 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 41
Occupation : dévouée à dieu et aux myosotis.
Avatar(s) : oc - koyamori.
Lun 19 Mar - 0:10

que le barbare aime à son tour sans pouvoir être aimé

si on lui demande pourquoi elle l’aime de cet amour sans tremblement cet amour sain(ple) sans peur c’est pour cela c’est pour ces mots qu’il lui arrive de prononcer
tu ne doutes pas d’elle et cela fonctionne ainsi
elle s’arme d’un sourire plein de douceur et qui crie son je t’aime à chaque mot tu prononces : elle idolâtre sans se poser de questions puisque tu es la seule réponse possible
et ses joues se rosissent face à la simplicité de l’échange : tu es heureux n’est-ce pas ? tu es fier d’elle non ?
c’est ce qu’il y’a de plus important à ses yeux
ta main est une bénédiction alors elle se laisse faire elle accepte et chérit cet instant précieux : ils le sont tous à tes côtés
elle rit doucement de tes paroles sans moquerie avec une sincérité sans justification et elle opine
tu as raison comme d’habitude.
et elle s’acclame alors avide de tes histoires à dormir debout (l’hérésie est un conte dont elle aime les détails et la morbidité)
oh je veux des détails ! comment les humains ont-il le plus peur ?
elle s’arrêter et marmonne l’évidence fronçant légèrement les sourcils comme en colère vers cette invisible représentant un tout symbolique
les hérétiques ne te méritent pas, surtout ceux qui refusent la salvation : tu es bien bon de leur accorder ton temps.
ta lumière est trop belle pour eux mais c’est aussi ça votre rôle, savoir arracher quelques rayons pour illuminer les esprits faibles
elle te regarde de ses grands yeux bleus d’innocence prête à entendre toutes tes paroles d’une grande valeur
BY MITZI



Contenu sponsorisé
 

 Sujets similaires

-
» sur le marcher a Boston
» Ça n'aurait jamais pu marcher entre nous, chérie ! [Remy]
» Je veux marcher sur la lune, mais l'avouer c'est m'humilier
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-