forum rpg tout public univers fantastique/paranormal aucun minimum de mots avatars illustrés 200*320px

les vanités // campbell
Invité
 
Invité
Mer 18 Oct - 23:13
I gotcha! It's the song about Chihuahua
Yeah, that's cool alright Chihuahua
le silence ne pèse jamais, entre ces (ses) murs
les aboiements- miaulements- piaillements
musique swing qui tourne en rond
le repos n'existe qu'une fois la nuit tombée
assis sur le canapé
monsieur roi de la maisonnée
lit la presse sur son téléphone dernier cri- iphone encore brillant et sans aucune trace de saleté
après les longues journées
lui parler est rude est compliqué
lui qui ne désire qu'un peu de répit, une fois couronne apposée
((sur son crâne toujours fier, nez toujours haut et redressé))
le poitrail vibrant sous la chemise du blanc immaculé
ça s'agite en cuisine les casseroles chantent en chœur, pleines de gaieté
et la demoiselle arrive exige de ses petits airs de gagnante
minaudant bat des cils et sourit
en tant que père il refuse et fronce des sourcils quand elle use de ces manières pour grimper, réprimande sa bien-aimée de tout accepter
même les plus cruels des caprices
elle sait à force que ça ne sert à rien avec lui
qu'il faut ruser et cesser de chanter des belles fables
pour arriver à ses fins
d'un sourire mielleux il accueille sa progéniture dans le salon- repérée aux cliquetis incessants de ses précieux bracelets
(tac tac tac)
pas de talon, juste des moelleux chaussons de jeune fille de son âge
((il se félicite qu'elle soit bien élevée que sa jupe ou sa robe ne va jamais plus haut que la moitié de la cuisse))
princesse ?
et toujours sur ce ton roucoulant, un peu moqueur et testeur des capacités de l'aboutissement d'un amour factice
tu as vingt secondes pour me dire ce que tu veux et quarante de plus pour m'exposer tes arguments qui me feront accepter ton désir.
il le sait, que si elle franchit le seuil de cette pièce sans que la sonnette du repas ait sonné
c'est qu'elle veut
((et qu'elle a))
mais pour une fois, il semblerait que ça soit papa
qui reprennent les rênes bien trop souples de maman.
BY MITZI
Invité
 
Invité
Mar 9 Jan - 22:22
Les vanités
Fierté vernie et glosée
ft. Madame et Monsieur
Les demoiselles ont des rêves et les siens ne sont
Que celui d'une personne (lambda de son âge elle)
A ce regard taquin alors qu'elle dévale
Mais toujours avec élégance et grâce
Les escaliers de marbre de bois ou qu'importe
Ce qui importe ça sera toujours son papa ce qu'il
Lui acceptera.

La demoiselle a les bracelets d'or qui cliquettent à
Ses poignets fins et graciles d'une douceur
Factice
(Mais oui, dix-huit carats s'il-vous-plaît),
L'acuité émane de son aura c'est
Une petite fille qui obtiendra tout,
Absolument tout
de tout ce qu'elle demandera ;
A ses pieds le moelleux de ses chaussons contraste avec
Les cœurs traînés à ses pieds la dignité en autel et
Le trône de la popularité qui l'enchaîne.

Lizzie a la robe en forme de rose et
Les chaussons en licornes guimauves elle
A les ongles manucurés (parfaitement limés) ;
L'artificielle couleur pailleté s'agrippe à son nouveau téléphone,
Tout aussi peu abîmé que son papa (adoré) ;
Iphone rose elle en écrase les ardeurs moroses,
La décoration trop lourde pour ne pas être moquée
(Mais elle est
Elizabeth,
Elizabeth Campbell, Lizzie pour vous charmer.)

Le Roi trône au milieu du salon il
A toujours sa chemise immaculée il
Arbore toujours cet air fier le nez dressé ;
Au garde-à-vous même assis tellement guindé.

Princesse ?

Lizzie arbore sa petite moue
Celle qui ferait craquer tous les garçons,
Et même les filles au rendez-vous ;
La chanson se lit déjà sur sa bouche en cœur,
Les lèvres s'étiolent dans une douce langueur.

Oui mon cher papa.

La petite semble tout tenir entre ses doigts tout
L'obéissance et l'acceptation ;
Les caprices même à la maison ;
Il acceptera elle en est cert-

Tu as vingt secondes pour me dire ce que tu veux et quarante de plus pour m'exposer tes arguments qui me feront accepter ton désir.

Cynisme -

Anticipée anticipée
Coupée au milieu de sa lancée ;
Elle tique au fond mais garde en surface,
Son air d'enfant parfaite et pleine de grâce, elle
Se contente de lui lancer ce sourire une petite moue ;

Mon cher papa je voudrais un chihuahua,
Et tu accepteras ma demande parce que maman a dit oui ;
Voilà ça fait exactement une minute bien entendu tu diras oui aussi.

La charmeuse mine que la petite arbore ;
Cache la combativité alors qu'elle oppose encore,
La posture droite le dos cambré ;
La fierté brille dans son regard noisette ambré.

C'est toujours maman qui a raison parce que
Maman maman on t'a dit
Maman maman a dit oui ;
Maman maman n'approuve que Lizzie,
Maman maman est la meilleure et
Ce chihuahua je l'aurai je le jure et dans la bataille je m'y
Jetterai fière et sans peur.

(Et la petite fille à l'air confiant,
Se plante devant son père ;
La tête haute et le sourire étiré,
Au défi à relever.)
HRP
Best famille ever dsl pour l'attente @madame @monsieur
 
myosotis
myosotis
avatar
coule et brûle
Messages : 105
Pouvoir : identification
Symbole : l'odeur du papier
Occupation : femme au foyer ; bénévole dans de nombreuses associations
Avatar(s) : omi - oc de @super_adèle
Dim 14 Jan - 15:33
tout le monde a son ticket
pour le manège des vanités
sacrés sont ses vendredis vêprés - la vie est toujours calme dans les soirs de fin de semaine, aquarellée des caprices rosés qu'on attendait plus tard. mais enfin, que fais-tu lizzie ? retourne dans ta chambre, tu mets maman mal à l'aise. tu sais bien qu'on ne crie jamais dans la maison ; pourtant tes sommations - sonnent hurlées aux oreilles de lola.

depuis les cuisines elle sent déjà le carcan de sa bouche libérer mille fantômes à l'affront de monsieur ; elle n'est pas vraiment désolée. après tout on ne peut être coupable de vouloir de l'amour, de plaire à sa fille, si ? madame a déjà mis son manteau de vérité. il n'a pas besoin de crier pour qu'elle vienne : elle n'esquivera jamais ce genre d'affronts.

on a qu'à dire que, hausser les épaules pour échapper aux accusations, dissimuler la honte sous le fard de madame c'est un cadeau en avance pour noël. n'est-ce pas lizzie ?

un sourire à l'effrontée depuis les hauteurs - oh princesse,  il ne faut pas croire, c'est d'elle que tu le tiens.
+ tag@Monsieur @Mademoiselle
+ notes allons bon
BY MITZI
Invité
 
Invité
Mer 17 Jan - 23:17
I gotcha! It's the song about Chihuahua
Yeah, that's cool alright Chihuahua
les fers se croisent entre père et fille- s'entrechoquent les lames dans un tintement d'audace
il n'a pas besoin de se lever pour s'imposer dans la famille même assis il est roi de son empire
trône de cuir il te jauge hausse ses sourcils avec le goût du jeu et lâche un
ah ?
qui se veut stupéfait mais qui n'est en aucun cas surpris
il se redresse dans un soupir dans le canapé sans décrocher ses prunelles joue avec toi pour savoir si tu vas lâcher
avant lui
le contact amusé de ses iris
donc maman a dit oui- dis lola, c'est pas très correct d'accepter sans demander l'avis du chef
il a eu peu d'amertume au coin des lèvres qu'il suffirait de pourlécher pour effacer
et quand sa fille son sang- reste ainsi fière sans flancher
un instant
((puis un peu plus longtemps))
et que sa douce s'y mêle aussi il rétorque en se raclant la gorge
oh lola, tendre lola reste loin des combats entre non-guerriers laisse le père éduquer sa fille avec justesse et un peu de la sévérité qui ne coule point dans tes veines trop sucrées
il n'a pas de méchanceté dans ces propos
pas de provocation
un non prononcé en une phrase réponse à ta faible argumentation qui ne le convainc en rien à posséder ce parasite
les animaux ne sont pas un cadeau. je doute que tu sois capable de t'occuper d'un chien comme celui-ci, elizabeth.
un rat des villes que tu plairas à habiller et chouchouter il n'en doute pas mais il aurait davantage sa place avec ses vipères
((quand l'orage gronde quand la lune se voile fuyez avant de subir ma colère))
BY MITZI
Invité
 
Invité
Jeu 15 Fév - 0:36
Les vanités
Fierté vernie et glosée
ft. Madame et Monsieur
C’est qu’il en faut bien peu pour la mettre en rage
La princesse que tout outrage
Mais que rien ne satisfait vraiment sinon sa vanité propre et
La flatterie qui envenime (mielleuses relations) le rapport à la raison.

Son air provocateur au regard aiguisé ;
Ne fuyant point le grondement du titan qui se veut
Effrayant et la faire s’abaisser
(Baisser les yeux non)
Jamais.
Car elle n’a point l’ardeur de Diane mais ladite chasseresse
Offrirait bien sa tiare à l’orgueil de cette enfant trop gâtée.

La richesse clinquante sans discrétion aucune de ses poignets
Graciles gracieux cliquètent alors qu’elle
Se fond d’une théâtrale mimique
La moue toujours aussi surjouée mais que
Le sourire faussement caressant s’est transformé en
Rictus à peine dissimulé.

Les animaux de cette basse-cour [parce que la basse-cour est une insulte à
Leur luxueuse ménagerie]
Ont tous été offerts d’une manière ou d’une autre.

Lizzie la belle princesse du haut de ses chaussons
S’en va aux côtés de sa mère
(Incarnation de la douceur et opposition d’un
Calme bleu de mer sans brume et
D’une tourmente que le rose de ses joues pâles ne pouvait atténuer.)

Elle ne se réfugie pas derrière maman elle
Se poste devant comme une défense face à l’orage
Qui
Gronde arrive s’effondre à
La marée qui monte les vagues qui s’affolent palpitent dans la menaçante
Poitrine de monsieur le Roi qui s’élève redescend au fil de son souffle calme
(Un peu trop calme pour être réellement rassurant.)

La petite princesse sur son tandem vanité orgueil
Effronterie fierté
S’en va le menton en avant le regard tordu biaisé sans
S’en faire des conséquences (car elle est leur petite fille bienaimée).

De toutes les façons tu ne comprendras jamais comment c’est que
De donner de l’amour
De prendre soin de chouchouter ;
Un jour tu perdras maman et tu regretteras ta froideur à jamais,
Si même un chihuahua tu ne saurais accepter.

(Lizzie Lizzie tu es bien effrontée tu
T’en prendras une sacrée raclée
Le tonnerre gronde au loin et même toi tu ne saurais t’en protéger.)
HRP
Lizzie ne connaît plus les limites tchao @madame @monsieur
 
myosotis
myosotis
avatar
coule et brûle
Messages : 105
Pouvoir : identification
Symbole : l'odeur du papier
Occupation : femme au foyer ; bénévole dans de nombreuses associations
Avatar(s) : omi - oc de @super_adèle
Ven 23 Fév - 1:11
tout le monde a son ticket
pour le manège des vanités
lola présentait l'air occupé et pourtant peu craintif des femmes de maison, dont la tourmente était devenue un état d'habitude, venant toujours tordre la gorge et défraîchir le teint - car il faut bien des mimiques à appliquer aux détresses. il était naturel qu'elle détestait les discordes, et les chassaient volontiers si cela ne moyennait qu'un peu d'argent et quelques mots d'amour bienvenus ; aussi elle eut assisté à la scène avec une impuissance toute ordinaire - de femme qui ne s'emporte pas. madame s'était éclipsée par la porte de derrière, laissant lola écouter sa fille d'une mine glacée, qui se veut insensible aux vanités des enfants.

alors il la perdrait ? elle prend un sourire plein de cette ironie gracieuse et un peu condescendante qu'elle a fait sienne, l'air de dire - on ne la perd pas comme ça lola. voilà vingt ans qu'elle a appris à se ficher de cette froideur de façade, de ce séduisant monsieur de pacotille. aussi, décroisant ses bras, elle s'élance derrière elizabeth et pose ses grandes mains sur ses épaules, d'un geste habituel, familier, comme il y en a entre les mères et les filles  - moins intrusive que délicate. elle était souvent sur cet entre-deux, lola, et cela lui permettait de jouer de tous les rôles.

lizzie, elle tenait à conserver ce surnom susurrant, comme ce sourire mélissé et poli qui perlait par-delà le crâne de la petite. ne reparle plus jamais à ton père comme ça. je t'ai seulement dit oui en raison de tes excellents résultats, et parce que je te considérai légitime d'avoir un autre animal à ton âge. mais rien n'est encore décidé alors si tu as décidé de réagir en enfant gâtée au moindre refus et de m'utiliser comme justification, j'imagine que tu n'en es pas encore capable. et ce n'est pas un défi. ne me prends pas pour une idiote.

elle s'arrêta en relevant ses yeux vers son mari, le dos droit et l'air grave,  comme si elle venait de commettre une faute qui les mettraient tous en péril. madame n'avait pas peur de sa fille - elle la maintenait à sa place avec une grâce toute particulière, qui n'est là que pour mieux lui faire accepter son refus, et lui faire comprendre qu'on ne s'introduit pas comme ça dans l'intimité des grands couples.

lola, quant à elle - s'en retrouvait sensiblement touchée.
+ tag@Monsieur @Mademoiselle
+ notes ouloulou
BY MITZI
Invité
 
Invité
Lun 19 Mar - 0:22
I gotcha! It's the song about Chihuahua
Yeah, that's cool alright Chihuahua
on dit que chez les campbell il n’y’a jamais de colère jamais de travers juste une droiture saine et des sourires pleins de bonne santé
oui une perfection tirée à quatre épingles
mais pour que madame mademoiselle et monsieur soient préservés il faut que lola lizzie et john règlent leur compte- des comédiens peuvent jouer en étant en conflit mais le tout risque d’être moins convaincant
john s’amuse du caprice- monsieur se doit d’être sévère
on lui demande d’être père pas d’être spectateur
mais alors qu’il s’apprête à reprendre sa progéniture d’un sarcasme le sang maternel se charge d’éclabousser la blancheur de son bleu vif- lizzie ne comprend pas que lola est dans son camp visiblement
elle est plus jeune que cet amour cette jolie enfant elle est la preuve de ce dernier alors croire qu’il peut être effacé
c’est une sottise oui une sottise que personne à part les ignares aurait pu prononcer
mais john et monsieur pardonnent lola et madame ont tapé sur les doigts avant eux sans abîmer le vernis rose de ses ongles : john n’aurait pas eu peur de l’écailler dans son égo
mais l’humiliation n’est pas une éducation alors il n’insiste pas plus il plisse les yeux et réfléchit un instant mince sourire aux lèvres
et se lève sans menace pour se mettre debout comme ses compères d’égal à égal
il agite son doigt et fait claquer sa langue pour marquer une négation une désapprobation
lizzie regarde-moi.
et il attend que ce soit fait pour continuer très calme diplomate
pédagogue et de bons conseils
tu sais, c’est pas toi qui décides et ça ça sera tout le temps comme ça : je pensais que tu le savais à quatorze ans mais faut croire que c’est pas évident même pour les gens qui ont que des a+. c’est du bon sens, comme tu as réagi tu risques juste de ne jamais avoir ce que tu veux. il faut savoir prendre sur soi il sait que c’est pas évident john il se connaît plus jeune il se pensait lui aussi invincible il lève les yeux vers lola un instant devant une presque nostalgie et réussir à convaincre l’autre, surtout quand c’est cet autre là qui possède tout dans ses mains.
il croise ses bras et patiente sourcils haussés
reprends, mais respectueusement et sans nous prendre pour des cons.
BY MITZI
Invité
 
Invité
Jeu 23 Aoû - 18:38
Les vanités
Fierté vernie et glosée
ft. Madame et Monsieur
Lizzie Lizzie,
Princesse des Campbell fait ses aveux
(De douces larmes perlent le long de ses yeux) ;
Lizzie Lizzie
Ne sait pas vraiment ce qu’elle veut.

L’humiliation grandissante,
De cette famille démente
(Vous le savez pourtant que
Vous vous mentez) ;
Mensonges effrontés d’une jeunesse voilée,
Déni des vérités d’une vie passée.


Maman la lâche ;
Madame la frappe de ses
Mots sanglants d’une froideur glaciale ;
Monsieur pour une fois
(Pourrait-il vraiment se faire plus chaleureux, ça elle ne le sait point) ;
Peut-être plus calme et rassurant de ses paroles posées,

Alors que celles de Madame,
La poignardent dans son égo clinquant,
De petite princesse (elle le sait, pourtant,
Qu’elle veut un chihuahua et que Papa refusera).

Elle veut appeler John ;
Appeler Lola
(Rappeler à ses parents les joies
D’une jeunesse insouciante passée à vivre sans regret).

Idiote, défi ;
Peut-être Lizzie aurait-elle voulu prendre Madame pour cela,
Appeler Lola pour lui donner une raison d’accepter,
Son caprice de Mademoiselle dans l’image parfaite des Campbell en société ;
(Aucune Mademoiselle ne se promène sans son chihuahua non non,
Impensable dirait-on.)

Mais quelque part, Lizzie
Reconnait(ra) peut-être sa faute ;
Pousser le bouchon trop loin dans cette façade précaire,
Craqueler les rêves en sucre glacé d’une famille retrouvée (erreur
D’une mémoire défaillie).

Alors la jeune princesse reprend son air droit,
Se dégageant de la prise douce-amère d’une
Madame en berne,
(Monsieur a dit un gros mot ;
Attention grondera le tonnerre).

Lizzie retient ses deux petites larmes,
Et se plante dignement devant le Roi de la maisonnée ;
Pardon papa de t’avoir outragé,
Je comprends cette leçon de vie que tu souhaites me donner.
Je tenterai d’en tirer un apprentissage qui me sera utile
(Car oui je n’ai que quatorze ans comme tu le dis) ;
Quant au chihuahua, je te laisserai en décider mais sache que,
Dignement je saurai te reconnaître que j’en prendrai grand soin – mon plus grand ami.


Puis s’enfuit la petite brune dans sa chambre haut dans les étages,
Sans un regard pour la froide Madame qui s’est permise,
De briser son petit cœur d’enfant (gâtée) ;
Mademoiselle est digne et fera tout pour tenir
Dans les paumes de ses mains creuses,
Les pièces de ce puzzle damné.
HRP
Serait-elle devenue raisonnable @madame @monsieur
Contenu sponsorisé
 

 Sujets similaires

-
» Pour la jolie et rebelle Jade Campbell
» (F/M) Victoria « Lola » Campbell • i'm not a fortune teller
» (F) Danielle Campbell ♣ Jane Seymour (LIBRE)
» Une ville peu accueillante ... [ Adrien Campbell]
» (F) DANIELLE CAMPBELL ; such broken thing.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-