forum rpg contexte original pour tous les âges ☆ univers fantastique et paranormal ☆ aucun minimum de lignes/mots ☆ avatars illustrés 200*320px.

À nos étoiles contraires. [with Joy]
avatar


Messages : 958
Pouvoir : manipulation
Symbole : pomme
Occupation : lycéen + exécuteur à euphoria
myosotis
myosotis

Ven 14 Oct - 22:12
 
 |     

à nos étoiles contraires
with regal


Sa colère se déchaine.
Enfin... Enfin il me montre avec des mots plus durs, plus forts ce qu’il ressent pour moi. Grâce à cette provocation si directe de ma part. Ça n’avait rien de si facile. Ni rien de difficile. Tout est venu instantanément. Ce rejet. Ces paroles. Pour le faire réagir. Pour me détruire. Pour nous détruire...

« Réveille-toi Joy ! »
Moi, endormis. Toi, aveugle…
« C’est avec toi que je voudrais passer ma vie… »
Comment supporterais-tu le type ennuyé et ennuyeux que je suis ?
« Arrête de vouloir chercher à me fuir… »
C’est vrai, je fuis. Et je continuerai de fuir. De te fuir, Regal.

Toujours le dos tourné vers lui.
Tête baissée. Cheveux devant les yeux.
Je marmonne un simple mot. Si inaudible pour lui. Je le répète. Doucement. Un peu plus fort. Puis encore jusqu’à ce que j’y arrive de vive voix :

- Continue.

Continue de prouver cet amour que tu m’offres.
Continue de prouver que je ne le mérite pas.

- Continue.

Un ordre pas habituel. Ordre donné comme un sortilège. Comme une emprise. Oui... car il sera bien obligé de continuer. Car je tire sur cette ficelle. La manipulation. Je profite de ce don. Don tombé entre de mauvaises mains.
Don trop facile à utiliser.
Trop laid pour moi.

Désolé Regal. De te corrompre ainsi. De te forcer à continuer de crier sur moi.
D’être si cruel avec nous.

Ça me fait mal d’être ainsi. J’aurais pu très bien laisser faire les choses. Rester de marbre comme je le fais si bien d’habitude. Ne pas le blesser.
Je ne sais pas lequel des deux je blesse le plus.

Je me retourne en lui montrant mes larmes. Larmes qui annoncent les mauvaises actions à venir. Si planifiées dans mon esprit désormais.
Pardon. Pardon… Cette soirée a été un échec. J’voulais juste passer du bon temps à tes côtés. Juste sourire en ta présence.
« En vrai, j’aurais pu y aller seul. »
J’aurais du.
« Mais avec toi, ça s’ra peut-être mieux. »
J’y avais cru.
Et c’est tout simplement de une erreur de ma part.

J’ouvre mes lèvres doucement. Elles tremblent. Elles bloquent mes mots un instant. Puis les ressortent enfin. Avec une certaine hésitation.

- R…Réveille-moi… ou…

Un instant de réflexion si rapide et j’articule mes derniers mots :

- …Fais-moi du mal.

Deux ordres. Si différents. Un choix à faire.
Une seule possibilité.


you're are my my and all my 's.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 190
Pouvoir : évolution
Symbole : livre
Occupation : Lycéen
myosotis
myosotis

Sam 15 Oct - 4:04
 
 |     
A nos étoiles contraires. [with Joy]
- - - - - - - - - -
J'aurais tant voulu venir juste pour passer du temps avec toi. Désolé ...

Il m'invita alors à continuer, telle une provocation supplémentaire. Tel un ordre, ayant même le culot de réitérer encore une fois.

Comment réagir à ça ? J'étais pourtant toujours en colère ... Mais contre qui, au juste ? Étais-ce vraiment contre lui ? Ou étais-ce juste que la situation semblait échapper à toute compréhension. Je semblais impuissant. Mes mots qui semblaient chaque fois le toucher, le rassurer d'une manière ou d'une autre semblait d'une nature des plus inefficace ce soir. Depuis qu'il m'a rejeter, c'est comme si il rejetait tout ce qu'il composait mon être.

Et pourtant ce bisou sur la joue serait-il faux ? Je n'en avais pas l'impression vu ses mots. Je n'avais pas le temps de réfléchir convenablement, seul mes actes semblaient faire nous faire avancer vers une situation à la fois inévitable et inconcevable. Ma capacité à réfléchir et à raisonner était de plus en plus comme enraillé. Par mes sentiments amoureux, par mon état de colère ...  

- C'est pas en agissant comme tu le fais qu'on va pouvoir régler tout ce bordel. Alors fais moi face comme un homme, regarde moi !

Il se retourna enfin, comme je lui avais indiquer. Il était larmoyant. Des petites perles défilaient le long de ses joues. Ses yeux devenaient peu à peu rouges alors qu'il me fixait.

Ce spectacle me rendit nerveux, ma colère avait grandement du mal à s’atténuer, j'avais réussi à le faire se retourner mais à quel prix au juste ... La panique me gagna alors, mon regard dévia alors.

Il tenta de parler peu après, ses lèvres tremblotaient et sa voix semblait à la fois hésitante et instable sous les larmes. Pour moi, c'était la preuve d'un mal, du S.O.S qu'il me délivrait.

Il me demanda de le réveiller ou de lui faire du mal.

Ma nervosité s'accentua alors après les mots de Joy. Mes pensées étaient comme bloqués, plus rien ne sortait comme un barrage, comme une barrière infranchissable. Seule ma respiration saccadée et totalement irrégulière semblait alimenter mon manque de parole sur le moment.

J'étais clairement pas en position de prendre une décision claire et concise à un moment qui semblait si important, dans mon esprit. J'avais surtout peur ... Effrayé à l'idée de voir son regard se déformait, à cause de l'action qu'il me demandait de lui faire ... Mes mots n'avaient plus grandement d'influence, alors je devais le réveiller et à la fois lui faire mal, je n'avais pas besoin de réfléchir en vrai à ça. La réponse était la plus évidente et la plus radicale ...

Je porta alors mes mains à mon visage, cachant mon visage et mes yeux, la tête baissée pour tenter de me calmer. Mais rien n'y faisait, mes larmes arrivaient de ce pas. Tentant de les essuyer avec mes mains et mes manches.

Quoi faire, quoi penser ... Plus rien n'avait d'importance. Cette décision me semblait lourde de conséquence, lourde à porter. Mais je l'aimais tant ... Je n'arrivais pas à me résoudre à faire ça. A le faire encore plus pleurer ... Mais c'était toutefois nécessaire, comme il me l'avait demander.

- Je ... ne voulais ... pas ... en arriver ... à là ! Mais tu m'as pas ... laisser le choix !
Tout en sanglotant, dans un déchirement insoutenable.

Je le regardais à nouveau, mordillant mes lèvres tremblotants pour me calmer. Mon visage semblait désolé, mon cœur hurlait d'arrêter, mais je ne pouvais plus faire marche arrière. Je levais alors la main droite pour finalement l'abattre sur la joue de Joy violemment.

...

Rouge. Était la couleur de ma main. Ma main me faisait mal mais je ne savais plus à cet instant, si ma douleur que je ressentais à ma main était aussi douloureuse et profonde que ce que ressentais mon cœur à cette instant. A ces larmes qui raclaient mon visage. Était-elle proportionnelle à la douleur que ressentait à cet instant, la joue de Joy ?

J'en suis venu finalement à cette question ...

"N'étions pas venu ici pour passer du temps entre ami à deux, à voir les étoiles, s'amuser et rigoler. Je ne m'étais pas préparé à une telle chose, à faire autant mal à bien des niveaux à l'homme que j'aime. Pourquoi en sommes nous arrivés à là ? Je veux me réveiller de ce cauchemar ! Me réveiller et me dire que cela n'était qu'un mauvais rêve, enfin de compte. Ou revenir dans le temps et juste passer une bonne soirée avec lui, sans le blesser ! Ma déclaration aurait pu attendre ... J'aurais dû juste le garder au fond de moi, enfermée à double tour, non ? ..."

Je voulais lui dire au combien j'étais désolé pour cette soirée et d'avoir tout ruinée. Mais peut-être qu'il l'avait déjà compris en voyant mon regard. Sans aucun doute, il allait me fuir, avoir peur de moi ou me haïr pour avoir accepter sa demande.

C'est à lui de décider de mon sort et rien ne pourra me racheter après ça.

codage par joy


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 958
Pouvoir : manipulation
Symbole : pomme
Occupation : lycéen + exécuteur à euphoria
myosotis
myosotis

Dim 16 Oct - 2:54
 
 |     

à nos étoiles contraires
with regal


Nerveux. Je le sens nerveux.
Détruit, il est détruit… apeuré, c’est clair qu’il est. J’ai eu la sensation, qu’il luttait contre moi. Contre l’emprise que j’exerce sur lui. Mais, même en essayant de se battre. Je doute que cela peut fonctionner. Rien n’est plus fort que les pouvoirs maudits des réincarnés…
Je sais qu’il le fera. Qu’il prendra la décision. Et peu importe ce qu’elle est. Les deux sont reliées. Me réveiller ou me blesser. Tout cela revient au même.
Regal. Comment comptes-tu t’y prendre ?

J’observe son comportement. Avec des images floues. La vision trop troublée pour voir les détails de son visage. Visage qu’il cache afin de garder son sang froid.
Je sais à quel point il ne veut pas que ça arrive.
« … Tu m'as pas... laissé le choix ! »
Non, tu es condamné à le faire. Même si deux choix s’offrent à toi.
Les deux n’ont que pour but de m’arrêter.
M’arrêter.
Est-ce que je vais vraiment m’arrêter avec ce qu’il compte me faire ?

Je vois alors sa main se lever un court instant et elle s’étale brutalement contre ma joue, m’obligeant ainsi à tourner la tête sur le côté. La douleur est directe. Et elle s’intensifie avec le temps.
Je pose le bout de mes doigts sur ma joue endolorie.
Le picotement est intense.
Il n’a pas fait semblant.
Il l’a fait.

Et va savoir pourquoi mes larmes ont cessé de couler à cet instant précis.
Vertige… et migraine. Ma tête se penche en avant, toujours avec ma main plaquée contre mon visage marqué de rouge.

Mon crâne semble si lourd.
Cette douleur se disperse et augmente. Petit à petit.
Les dents serrées et le poing crispé pour tenter de ne pas dire un mot.
Encore un.
Ou plusieurs... putain...

    Premièrement, il se débat, ne comprenant pas la déception de son père. Ni de sa mère. L’homme lui saisit le bras. Puis le gifle si violemment qu’il crût à l’instant, avoir la mâchoire brisée. La silhouette imposante le secoue. Jusqu’à ce qu’il se décide enfin à lâcher toutes ses larmes.

    Deuxièmement. Il sait ce qu’il va se passer, lorsqu’il franchira la porte de sa maison. Il a peur. En entrant, il voit sa mère l’accueillir avec un grand sourire. En lui demandant comment cela s’est passé à l’école ? Tu travailles bien ? Tu as eu des bons résultats ? « Mon maître m’a puni ce matin. »
    Sourire effacée du visage de cette femme. Devenue d’un seul coup quelqu’un d’immonde. Dépourvue de cœur.
    Elle le tabasse sans prendre conscience des risques.
    La bonne routine.
    Il pleure. Mais il commence à être habitué.

    Troisièmement.
    Il reste dans sa chambre. Trop effrayé à l’idée de ne pas se souvenir de ses cours appris récemment. Une voix rauque s’élève. La porte claque. L'homme rentre. Menaçant...
    Un coup. Deux coups. Trois. Plusieurs. Dans le dos. Dans le ventre. Sur le visage. Il hurle d’arrêter. Mais rien.
    Il dit à ses camarades de classes que tout va bien. Les hématomes qui décorent sans arrêt son corps, ce sont de petits accidents quotidiens.
    « je suis tombé au foot. » « j’ai glissé pendant un cours de gym’. » Disait-il.
    Mensonges. Mais mensonges suffisant pour tout masqué.

    Dernièrement. Ses larmes ne sont plus. Il les a sûrement toutes versée, à force. Il n’a plus rien. Et perd l’équilibre. L’acharnement parfois le manque quand les jours sont calmes. Et il décide aussi de s’infliger la douleur. Sur lui-même.
    Besoin juste d’une lame pour se faire saigner.
    Ça commence à lui plaire. Mais rien n’est plus net dans cette maison. Il aime et déteste à la fois ses parents…
    Peut-être est-ce une preuve d’affection ?
    La haine…


Je finis par me redresser après avoir vu si vaguement ses souvenirs. Qui ne sont que pour moi de simples histoires du passé qui espèrent avant tout me faire tomber dans le désespoir.
Je ne suis plus lui.
Alors au diable le désespoir.

Je regarde Regal et un mince sourire désolé se dessine sur mes lèvres. Une esquisse peut-être rassurante pour lui. Mais pas pour moi.

Je me laisse alors aller. Mon corps s’appuie contre lui. Les mains accrochées à son vêtement, derrière lui. Le menton collé contre son épaule. J’approche mon nez de ses cheveux clairs.
Pourquoi.
Pourquoi faire ça alors que je l’ai rejeté ?
Peut-être parce que je sais qu’il le désire.
Peut-être parce que je risque de m’en servir…
Je souffle dans son cou pour lui annoncer :

- Personne n’a jamais porté la main sur moi.
T’es le premier…


Mensonge.
Lui ne vivait pas dans la paix et l’harmonie. Mais lui, ce n’est plus moi.
Alors je dis certainement la vérité.
Je dois l’espérer…


you're are my my and all my 's.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 190
Pouvoir : évolution
Symbole : livre
Occupation : Lycéen
myosotis
myosotis

Lun 17 Oct - 0:56
 
 |     
A nos étoiles contraires. [with Joy]
- - - - - - - - - -
Je dois avancer.
Mes yeux étaient rivés sur lui. Tout semblait suspendu à cet instant, mon regard dans le sien, son léger sourire me semblant si ... doux et à la fois, si éloquent sur la situation.

Il m’enlaça soudainement, ses mains étaient comme ancrer à ma veste. Je pouvais sentir son souffle dans mes cheveux et sa chaleur corporelle.

Mes mains se sont mit instinctivement à faire de même, par pur réflexe.
En fermant les yeux pendant quelques secondes, je compris ce que je devais faire !

Je dois faire quelque chose !

Ma déclaration était sans aucun doute prématuré, mais je devais lui exprimer au combien je l'aimais.

Malgré toutes les erreurs que j'ai commises ce soir, je dois lui dire ! Mon inaction doit cesser. Je dois arrêter de m'enfermer dans cette spirale malsaine et déconnecté de la réalité, sinon je vais le perdre vraiment !

J'avais été trop insouciant jusqu’à cette gifle de la situation, j'avais eu trop de confiance en moi sur le moment puis je me suis effondrer à trop pleurer sur un rejet, je lui ai montrer une facette des plus faibles.  Mais désormais, j'étais déterminer à corriger mes torts !

Ses mots faisait qu'écho à ce que je pensais.

Il me souffla dans l'oreille que personne avant moi avait porter la main sur lui, en accentuant que j'étais le premier.

Un frisson me parcourut alors. Quelque chose dépassa mes pensées à ce moment même et mes lèvres délivrèrent ce si précieux message.

- Je n'ai pas pris plaisir à t'infliger ça. J'aurais pas dû te frapper aussi fort ... Cela m'a fendu le cœur plus qu'autre chose. Mais je te promet désormais que plus personne osera te faire ça. Je t'en fais la promesse.

Je l'enlaça un peu plus fort en souriant.

- Ce soir, beaucoup de choses se sont passés mais j'ai pris ma décision, cela a pris énormément de temps mais je veux que tu saches que j’abandonnerai pas.

Je posais alors ma main droite encore endolori par le haut de son crâne, lui caressant au passage.

- Tu sais, j'étais très anxieux et j'avais énormément peur de ta réaction, que tu me vois différemment à cause de ça et à la fois, cette peur que cela détruit notre amitié, alors que mon amour pour toi est si sincère. Je sais que je l'ai fait maladroitement mais c'était très important pour moi. Et cela l'ait encore pour moi.

Puis j'aurais pas dû parler de rejet, j'ai été nul sur toute la ligne pour comprendre ce que tu voulais me transmettre. Dans le fond, tu m'as nullement rejeté, sinon tu serais pas encore là à m'enlacer, tu te serais enfui dés les premières secondes. Et pourtant tu es toujours là, à me montrer ton affection.


Les larmes aux yeux.

- Je suis tellement désolé de pas avoir compris plus tôt ... J'ai été aveuglé par mon entêtement et mes peurs que j'ai négliger tes propres sentiments.

La tête incliné sur son épaule. Avant de m'essuyer avec ma main.

- Je suis désolé de t'avoir fait endurer ça !
codage par joy


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 958
Pouvoir : manipulation
Symbole : pomme
Occupation : lycéen + exécuteur à euphoria
myosotis
myosotis

Lun 17 Oct - 19:23
 
 |     

à nos étoiles contraires
with regal


Des regrets.
Que de regrets.
Regretter d’avoir avoué trop rapidement, trop frénétiquement, trop involontairement des sentiments.
Regretter d’avoir porté la main sur moi. Et être le premier.
Regretter d’avoir foiré cette soirée qui se voulait si calme et amicale, au début.

Dans ses paroles, je le sens qu’il demande pardon.
Il fait des promesses qui ne tiennent pas la route, car quoi qu’il arrive, je suis un danger pour ses actions à venir.
Il me serre un peu plus contre lui.
Un peu plus contre son cœur. Son cœur meurtri par tous les événements. Son cœur déchiré par mon comportement.

Il ne veut pas abandonner.
Encore une raison pour me sentir mal. Ou bien à la fois.

Il est trop désolé.
Parce qu’il a fait des erreurs. J’en ai fait aussi.

- C’est moi qui t’es obligé à me frapper.
Je t’ai contrôlé.


Mon visage se recule de son épaule pour se rapprocher du sien. Mes yeux le scrutent, analysent les larmes qui s’écoulent, analysent son regard toujours désolé et peiné, analysent ses lèvres qui tremblent.
Mon front se colle contre le sien.

- Tu vois…
Je suis capable de tout.


Et même capable du pire.
Mon regard se porte de nouveau sur ses lèvres. Non. Pas cette idée.. Je brouillonne. Mon corps est si léger et si lourd à la fois.
Moi aussi de je vais avoir des regrets, Regal.

Mes lèvres effleurent à peine les siennes pendant quelques secondes avant de fermer les yeux pour me plonger la tête la première dans ce baiser que je lui offre.
Baiser pas uniquement pensé pour lui faire plaisir.
Pour l’instant...
Je rajoute une pointe de passion maladroite. Une tentative pour masquer mes réelles intentions. Mes mains se glissent sur sa nuque, ses cheveux. Une solution pour qu’il ne se doute de rien. Ma langue qui rencontre sa jumelle. Un remède pour qu’il se laisse aller…
Je dois certainement embrasser comme un débutant.

Le pire arrive.
Car j’en profite pour explorer ses derniers souvenirs. Ceux qu’on a vécus ensemble ce soir. Tout ce qui a pu le faire souffrir. J’efface.
Non Regal, tu ne m’as pas dis je t’aime. Tu ne m’as pas embrassé. Tu n’as pas déchainé ta colère sur moi. Tu n’as pas pleuré. Ton cœur va bien.
On a juste regardé les étoiles. Je t’ai juste raconté une anecdote. Tu as juste rigolé innocemment. Tu m’as juste fixé, regardé profondément, sans avoir l’envie de te déclarer.
Et puis étrangement.
Je t’ai juste embrassé comme ça. Le seul souvenir curieux que tu garderas.

D’ailleurs, ce baiser devient plus hésitant. Preuve que tout est bien retiré de sa mémoire. Mais je n’hésite pas à garder mes lèvres collées sur les siennes. Le rendre plus intense. Plus sincère.
Car de toute manière après ça, je vais fuir.

Mon visage se recule. Son expression est perdue. Étonnée. Paniquée.
Ma main droite passe sur sa joue un instant puis se baisse.

Je regrette déjà.
Je regrette… je regrette...
Pardon.
Ma gorge douloureuse, se serre, comme si je m’étranglais.
Mais je reste neutre. Pour ne pas l'inquiéter.

Pour en finir, je garde mon corps contre le sien. Une main se place sur ses cheveux puis je murmure doucement en articulant mes mots :

- Endors-toi…

Tel un hypnotiseur, je le force à perdre conscience dans mes bras. Mes bras se compressent autour de lui. Demain il se réveillera dans son lit. En ayant la vague impression d’avoir rêvé ainsi de nous. Pourtant tout est réel. Et si je le fuis et qu’il insiste pour me voir.
Tout s’expliquera.
Et peut-être qu’il saura me convaincre que je mérite son amour…
Regal, si tu ne veux pas abandonner, alors fait tout pour que je ne passe pas entre tes doigts.
Comme un liquide qui s’échappe.
Et qui dégouline pour disparaître ensuite.
Tel que les larmes au bord de mes yeux.


you're are my my and all my 's.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 190
Pouvoir : évolution
Symbole : livre
Occupation : Lycéen
myosotis
myosotis

Mer 19 Oct - 1:19
 
 |     
A nos étoiles contraires. [with Joy]
- - - - - - - - - -
Est-ce vraiment un rêve ? ...

- C’est moi qui t’es obligé à me frapper.
Je t’ai contrôlé.



- ... De quoi tu parles ? Tu blagues, c'est ça  hein ??

Je me sentais comme pris au piége, je ne semblais pas comprendre ces quelques mots.

- J'ai choisi de le faire ! De mon propre chef !

Les larmes continuant à couler, malgré mes efforts pour les contenir.
Je ne pouvais pas comprendre ce qu'il essayait de faire et pourtant, il est vrai que je ne pouvais pas à me débattre. J'avais peur. Peur de ses mots. Mon cerveau se questionnait sans trouver une réponse valable et cohérente à ça. Je voyais bien qu'il cherchait à m'analyser. A me décortiquer comme sous un microscope en voyant son visage et son regard.

Soudainement il colla son front au mien.

- Tu vois…
Je suis capable de tout.


Mon esprit voulait hurler, mais je m'en sentais totalement incapable. Comme si j'acceptais mon sort au final. C'était moi qui avait merder sur toute la ligne dés que j'ai évoquer ma déclaration. Mais ce qu'il allait suivre, voir cette facette de Joy et comprendre sans doute encore une fois trop tard, me semblait si insupportable ... Si mystérieuse, en fait. Je pensais en connaitre assez sur lui ... Mais finalement, il conserve jusqu'au bout ses secrets, comme si personne pouvait le démystifier en fin de compte. Tu es une énigme pour moi ... Joy Valentyne.

Mais tu sais quoi ...

Face à cette peur que tu m'inspire soudainement, à ma peine,  à mes larmes, à toute la souffrance que j'ai pu nous causer à tout les deux ce soir pour avoir été si indélicat, brut de décoffrage ... Pour t'avoir frapper ainsi ... Pardonne moi. Je pense pas avoir encore le courage de te le dire maintenant, mais je veux que tu saches ...

Je souriais timidement en grimaçant alors avant que ton visage se rapprocha du mien, cette dernière action que tu ne peux pas voir de si prés, cette unique chance que j'aurais, tombant au meilleur moment possible.

J'ai compris ce que tu compte faire. J'étais très lent pour comprendre mais tu vas le faire, n'est ce pas ...

Je t'en veux pas ... Désolé pour cette soirée.

Il m'embrassa alors. Un dernier geste avant le grand saut, n'est ce pas ? Je me laissais aller docilement, acceptant mon sort, participant du mieux que je pouvais à son cadeau, sans gêne ... Comme si nous étions tout les deux, deux jeunes amoureux, alors que la vérité est plus triste que cela ...

Je ne pouvais pas lui avouer d'avoir compris son plan à la toute fin, c'est sans doute un signe ... De ma stupidité et de ma crédulité sans borne ... C'était vraiment trop tôt pour te l'avouer ... Mais ne regrette surtout pas ton geste ... mais je t'aimais ... Joy Valentyne.

...

Courage, Régal ... N’abandonne pas, un jour, vous serez heureux ensemble. Ne fais pas trop de bêtises et surtout ne refais pas les mêmes erreurs que moi ... Prend ton temps ...

... Adieu . . .

---------------------------------------------------------------

...

Je me sens comme dans le coltard soudainement.

Attend, qu'est ce qui se passe là !
Qu'est ce qui se passe soudainement ?! Pourquoi Joy est en train de m'embrasser ?!

C'était un pur délice ... Mais je pouvais pas faire ça maintenant, je me suis même pas déclaré à lui, je m'étais pourtant promis de le faire aprés avoir fait correctement ma déclaration d'amour ! Mais c'est vrai que c'est lui qui m'a fait son baiser soudainement. Pourquoi ? Pourquoi je sens que mes yeux sont humides ... Aurais-je pleurer ? Je m'en souviens pas pourtant ...

Il se recula alors, je semblais tellement paniqué et gêné par tout ça. Il déposa sa main sur ma joue, il semblait triste de quelque chose, il restait comme d'habitude, avec son faciés non souriant. Mais je comprenais pas pourquoi ... Il me caressa alors les cheveux, me murmurant quelque chose.

...

Je me sentais si fatigué, comme si j'avais pas dormi depuis des jours, je ne pouvais pas lutter ... Mais je pouvais pas dormir à mon rendez-vous avec lui ... Je voulais me battre contre Morphé, mais rien à faire ... Je devenais petit à petit inconscient, je m'endormais ...

...

---------------------------------------------------------------

- IL FAUT PAS !

Je voyais ce mur que je connaissais si bien. Celui de ma chambre au manoir. J'étais assis dans mon lit, droit comme un piquet.
Mon cœur battait à toute allure, en sueurs, je constatais que j'avais rêver.

Et pourtant ... Cela semblait si ... Réel.
...
Peut-être que j'étais trop excité par notre soirée prochaine ! Cela devait être ça, oui.

Je me levais alors, je passais alors dans la salle de bain pour me nettoyer le visage avec de l'eau.

Le manoir semblait si calme, comme à son habitude, on devait être la matinée.

Puis d'un coup, je me posais une question assez importante, dont je n'avais pris le temps et le soin de regarder plus tôt.

Mais ... Il est quel heure ? On est quel jour ?

Je me précipite dans ma chambre pour prendre le réveil, en manquant de me casser la gueule dans ma précipitation.

Je le regarde, il était 11h passés. Mais quelque chose me dérangeait ...
On était le lendemain du rendez-vous.

Je me frottais les yeux soudainement, me disant que je me faisais des idées.

Mais non, la réponse était devant mon nez. Alors j'ai regardais quand même mon portable pour avoir une double confirmation.

Toujours cette même date. Je semblais assez affolé par cette découverte. Alors je courais pieds nues jusqu'a la cuisine pour voir si il y avait des gens ... Personne.

Ni aucune trace de Joy dans le couloir donnant aux portes des chambres, d'habitude dés que je sortais de ma chambre aprés une grasse mat', il attendait en bas que je lui préparais quelque chose quand c'était pas déja Enzee qui s'en était occupée elle-même.

Alors je tape sa porte, en m'excusant au préalable si je le réveillais. Aucune réponse. Je tente d'ouvrir. Et je restais coincé devant, elle était fermée à clé.

Je ne comprenais pas ce qui se passé depuis que je m'étais réveiller en sursaut.

Qu'est ce que ce bordel ? ...

Je sentais qu'il était là, mon ami était à l'intérieur ... Et pourtant, cette porte restait close, ne me répondant pas, comme si il m'entendait pas. Comme si ... Quelque chose s'était passer ... Et pourtant, tout me semble si nébuleux, comme si je m'étais mis une cuite ... Un vrai black-out.

Je portais alors mes mains à ma tête, comme pour chercher ce qu'il avait bien pu se passer, je voulais me souvenir de la moindre chose qui pouvait me mettre sur la voie pour mieux comprendre ...

Mais rien, seulement ces vagues souvenirs de ce rêve bizarre ... Où Joy m'avait embrasser, qu'on a vu les étoiles, qu'on avait rigoler ensemble des conneries que je disais et qu'il m'avait parler d'une anecdote ...

Mais rien de plus ... Rien ne me revenait. Mais plus j'y pensais et plus je me demandais si cela avait été vraiment un rêve ...

La date ... Et ces bribes ... semblaient pourtant tout indiqué le contraire.

Je fermais la porte derrière moi, en rentrant dans ma chambre. Cherchant la moindre chose que j'aurais pu rapporter dans mes affaires. Que j'aurais pu garder ... Mais rien dans mes poches.

Je soupirais alors. J'étais obligé d'attendre leur retour à tous ou attendre qu'il sort de sa chambre.

Je me posais alors sur mon lit, le dos appuyé sur le mur. J'étais inquiet, je comptais patienter ... Jusqu’à quand.

Enzee, où es-tu quand on a besoin de toi ... Peut-être que toi tu sais ce qu'il a pu m'arriver ...

Je regardais l'heure passé sur mon portable. Quand quelque chose m'intrigua au niveau des messages ...

Datant de la date d'hier. Un message en brouillon. Je n'avais aucun souvenir de ça. Qu'est ce que cela foutait là ? ...


"Hey Joy, pourquoi tu m'as pas réveiller, t'es vache ... Je suis sûr et certain que tu l'as fait exprès ! A cause de toi, je vais encore arriver en retard et tu vas me vanner ... Ou me faire la gueule !

Merci d'ailleurs de m'avoir invité, j’espère faire de mieux pour te rejoindre au plus vite. Même si tu dois pas avoir du réseau de là où tu es. Tant pis pour toi."

Une larme tomba alors sur l'écran de mon téléphone puis une autre. Je m'essuyait vite sans comprendre pourquoi. Mais cela semblait important ...

Pourquoi je suis si long pour comprendre ce qui m'arrive à chaque fois ?

Je me laisse tomber alors complétement en plein dans mon oreiller, le regard vide, fixant le plafond.

C'est si cruel de ne pas comprendre ainsi ... Alors cette soirée, c'est donc vraiment passé ... J'espére pas avoir fait de grosses conneries avec Joy ... Je m'en voudrais sérieusement ... Surtout qui doit encore rien savoir de mes projets ... Pourquoi ne se montre-t-il pas ? ... Si il est triste, je veux lui montrer mon sourire pour le réconforter ! Je veux le voir me sourire avec son si mignon petit sourire que je semble être le seul à voir ...

Avant de sourire, en gigotant sur mon plumard.

Je lui dirai un jour ... Mais pas encore. Je lui dirai mes sentiments ... Malgré que nous semblons si opposés par nos personnalités ...

Comme des astres lointains ... À nos étoiles contraires ...

Qui sauront se rapprocher un jour pour former une magnifique constellation, seules ma volonté et ma force peuvent la créer !

Fin du rp.
codage par joy


Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Firework || Jersey
» Nos étoiles contraires
» Nos étoiles contraires.
» Nos étoiles contraires
» Le papillon des étoiles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-