forum rpg tout public univers fantastique/paranormal aucun minimum de mots avatars illustrés 200*320px

patchwork eden + ft. konor
Invité
 
Invité
Lun 7 Aoû - 23:00
one moon rock
two shooting stars
losts in losts thoughts
and changing ideologies
(( patchwork eden ft. konor ))



mal au coeur baladeur les pas lourds le regard songeur ((à quoi tu penses summer tu te souviens)) je me souviens avoir oublié et ça m'embête de ne savoir me rappeler ; le simple chant des criquets la chaleur oppressante et inconvenante l'air qui se tue au creux de la gorge ((le piolet dans ton crâne)) suffocation et disharmonie des sons la tête qui s'envole s'est écrasée contre les pavés à la suite de tout ton corps
tu te souviens t'être effondrée
tu te souviens t'être réveillée
prise en charge par des médecins ((encore)) toujours, comme à chaque fois presque que tu t'amuses à errer dans les rues où tu te perds ((à vagabonder)) non juste à te semer en éclats. mais tu ne te souviens pas ce qu'il s'est passé entre temps ((quelques couleurs dansantes devant tes yeux vitreux)) une main sur ton front ; contact chaleureux
((et c'est le noir))
comme celui que tu broies tous les soirs
tu rajustes tes lunettes sur le bout de ton nez ferme ta chambre et pars sans te retourner ((reviens vérifier que c'est bien fermé ; léger toc ? peu importe)) regarde l'écran de ton téléphone que tu manies habilement du bout de tes phalanges couvertes en partie par les manches encombrantes de ton ((devrais-je dire tes)) pull(s) ; engloutie encore sous une mère de vêtements peu ragoûtants - tes lunettes opaques et là encore tes lentilles marrons ((à bas le vert émeraude ou gazon)) même au manoir tu ne te montres - les cheveux rapidement attachés ((le visage à moitié caché)) summer qui fait tout pour se confondre se faire oublier ((n'en ressort que plus sans faire exprès)) mais surtout le ventre qui gronde un peu ; j'ai faim. changement de direction de tes pas ; tourne à droite et puis en bas ((sûrement même ici tu ne sais pas)) ça ne fait qu'un mois et tu passes encore ton temps à t'égarer à te perdre dans les couloirs sans pouvoir rien y changer - regarde l'écran puis tes pieds éviter les murmures ne pas croiser les regards penser à tout
sauf à la gravité qui te rattrape quand tu rentres dans quelqu'un
et que tu viens t'étaler en arrière
sans un bruit juste celui des lunettes qui tombent de ton nez et le téléphone qui glisse jusqu'aux pieds en face de toi ((pas une complainte ou un juron)) un simple je suis désolée tout bas murmuré alors que tu t'attelles à ramasser tes affaires

((tu veux juste manger
mais c'est la foule qui continue de te dévorer
peu importe où tu peux bien te trouver))
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 39
Pouvoir : destruction
Symbole : la foudre.
Occupation : bras droit + visage + porte parole d'euphoria.
Avatar(s) : ekko - lol // adonis bosso.
Mar 15 Aoû - 1:17
patchwork eden
(summer)
dans cette maudite ville,
(où tout part en vrille.)
il existe deux endroits où je peux m'évader.
mon chez moi où une grande famille se rassemble, à boire des bières des cocktails de tout genre,
puis une splendide demeure fleurie où parfois je passe du temps à parler de divers sujets, parfois affalé sur le canapé,
parfois dans le couloir pour taquiner les résidents,
ou même à leur sourire à pleine dents.
ambiance sereine, tout est zen.
on se sent comme chez nous dans ce manoir,
parfois il est même possible d'y dormir le soir.
un refuge pour ceux qui font le choix de se souvenir,
pour savoir ce que plus tard, ils vont devenir.
c'est en me promenant dans les couloirs un peu dans le noir,
(que je tombe devant toi.)
difficile d'y voir clair difficile de ne pas être tête en l'air.
les rangers qui s'écrasent au sol de pas en pas, mais sans deviner y'a bien quelqu'un devant moi et sans te faire signe de faire attention,
tu me rentres dedans, c'est vrai que j'ai la solidité d'un mur qu'on ne remarque pas,
c'est sûr que quand on regarde autre chose que devant soi, c'est plus galère,
mais en rien je suis vénère.
alors j'allume cette douce lumière, plus forte que celle de ton écran de téléphone plaqué par terre.

- t'inquiète,
j'aurais du prévenir.


ma main qui se tend machinalement vers toi qui ramasse tes affaires,
une poignée insistante, un bras dur comme la pierre,
pour te secourir.
puis je me souviens de ton visage tu n'es pas l'inconnue que l'on croise dans la rue sans annoncer le moindre salut poli,
ni le petit sourire gentil.

- oh mais attend, t'es summer ?
oui ! genre ! j'ai du appeler une ambulance et tout et tout. j'étais en mode “QUOI MAIS C'EST UNE PETITE DU MANOIR MAIS VITE !!”
je t'ai mis en pls en attendant qu'il arrive, puis j'ai vu cette masse de pulls my gad j'ai du en retirer pour que tu puisses respirer !!!
ah euh ouais j'ai aussi vérifié ta respiration, j'ai genre tout raconter aux infirmiers,
et ils m'ont dit “vous inquiétez pas nous la prenons en charge”.
sauf que j'ai du insisté pour accompagner,
puis au final ils ont dit “c'est une anémie.”
(...)
et genre j'ai paniqué j'étais en mode “merde je dois prévenir les gens du manoir et tout.”
alors j'ai appelé enzee.
et genre voilà trop d'aventure, tu es de nouveau sur pied c'est trop bien !!


parler encore et encore sans se rendre compte que peut-être ça,
te met si mal,
que peut-être tu serais de ces gens là qui disent :
ta gueule konor t'es lourd.
et qui ne comprenne pas le véritable sens,
la seule et l'unique raison de pourquoi je parle tant.
je dois et je veux simplement,
rester ancré dans vos mémoires,
être le héros dont vous rêvez tellement…
by evil triangle (NMD)


light
Invité
 
Invité
Ven 18 Aoû - 11:51
one moon rock
two shooting stars
losts in losts thoughts
and changing ideologies
(( patchwork eden ft. konor ))



ça vole devant tes yeux ((grave, doux, chaleureux)) des couleurs des milliers de pigments en apesanteur c'est joli soulève ton myocarde par-dessous tes côtes secoue tout provoque quelques hématomes apaise ton rythme cardiaque efface doucement les ombres qui te traquent ((comme un soupire de soulagement)) un hymne familier et réconfortant
on se relève et les yeux qui courent la peau si foncée en contraste avec les étoiles qui ne cessent de voler c'est légèrement étouffant quand il t'enferme dedans alors que tout se sature aveugle ta vision à t'en faire tourner légèrement la tête et son anglais beaucoup trop rapide et rythmé pour tes pauvres capacités d'étrangère fraîchement débarquée tu ne comprends quelques bribes dont ton nom et une vague situation ((où il enlève certains de tes pulls)) l'incompréhension marquée avec force sur tes traits qui se mêle à la gêne ((couleur coquelicots et roses)) joue nerveusement avec le bout de tes manches en essayant de replacer des mots dans le bon contexte pour ne pas te faire de fausses idées mais rien n'y fait c'est la grosse galère h-hum...excusez moi... ? le regard bas les yeux qui fuient ici et là le bout des doigts qui tirent sur les mèches pour cacher les prunelles marrons et l'accent fort des pays par-delà les mers j-je ne suis pas sûre d'avoir tout compris, mon anglais laisse à désirer pardon, c'est ta faute, tu devrais le travailler au lieu de t'enfermer v-vous m'avez enlevé mes hauts ? l'hésitation sans jamais lui accorder un regard c'est une lâche elle a le regard fuyard faut pas lui en vouloir les gars comme toi konor c'est pas vraiment son fort elle a les épaules qui se crispent tellement rigide on dirait que si elle tombe à nouveau elle va s'éclater sur le sol mais tu sais
quand tu parles elle a l'impression de se perdre en forêt
un joli vert pin et sapin merveilleusement saturé
en contraste si raffiné avec ta peau foncée
c'était quoi déjà, ce que le livre disait
ah, oui, le sapin bien-aimé
peur de souffrir
espoir dans les épreuves à traverser
((voilà qui vous va à ravir))
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 39
Pouvoir : destruction
Symbole : la foudre.
Occupation : bras droit + visage + porte parole d'euphoria.
Avatar(s) : ekko - lol // adonis bosso.
Ven 1 Sep - 13:39
patchwork eden
(summer)
c’est vrai je n'y ai même pas pensé qu'au final,
avec tes yeux en amande cachés derrière tes verres épais,
tu ne pouvais pas comprendre l'anglais rapidement prononcé, trop familier, un peu trop compliqué,
tu n'y es certainement pas habituée.
je me sens sot et ballot et ça se confirme lorsque j'entends l’accent de ta douce voix qui me répond.
puis ça commence à arriver à mon cerveau, je dois t’effrayer avec mes mauvaises manières.
je dois être le genre de mec selon toi qui ne pense qu'à,
ça.
une méprise.
mon entourage me connait surtout pour mon dynamisme, mon (faux) sérieux en plein affaire (dangereuse).
et je me (mens) sens pas concerné par ce type de sujet,
encore moins quand on me dit est ce que t'es casé ?
non vieux pas intéressé.
((malheureusement, je préfère ne pas y penser.))
alors c'est clair j'ai du en parti te déshabiller dit comme ça j'ai l'air d'un taré,
mais la couche épaisse de tes pulls risquait de t'étouffer,
comme en ce moment même tu sembles insister sur le fait de te cacher.

- NON ! ENFIN OUI MAIS ATTENDS.

avec la gestuelle qui va si bien, je panique mais je ne ferai que d'empirer la situation,
((ça va déjà si loin pour si peu.))
c'est un gros manque d'explication, égal à un soucis de communication,
il m'en faudra plus pour résoudre (cette équation) ce manque de compréhension.
je dois parler doucement, ne pas mâcher les mots, éviter à tout pris les quiproquos.

- tu étais en plein malaise, c'était pour la bonne cause. j'ai pas tout retirer hein,
juste assez pour que tu puisses respirer sans contrainte.
j’suis désolé. j’voulais pas t'offenser...


alors j’exécute cette timide courbette les mains jointes levées vers toi,
de toute façon avec moi,
le ridicule ne tue pas.
by evil triangle (NMD)


light
Invité
 
Invité
Sam 4 Nov - 22:34
one moon rock
two shooting stars
losts in losts thoughts
and changing ideologies
(( patchwork eden ft. konor ))



il a la voix qui dégringole s'agite s'affole ((t'ébranle petite chose fragile)) alors que toute ta silhouette bondit légèrement, te faisant faire un pas en arrière. la surprise sur tes traits n'est pas feinte tout comme l'incompréhension sur celle-ci - tu es perdue comme au milieu d'une vague d'une tremblement de terre
oh konor konor
ne vois-tu donc pas que tu lui fais du tord
summer elle a peur les gars comme toi le comprennent pas ; mais elle t'écoute summer elle est
si douce si froide si chaleureuse et lisse
fade
sans saveur ni couleur
il a cette gestuelle des enfants grondés ((j'suis désolé)) mais il ne faut il n'a rien fait c'est
toi qui ne comprends pas
toi qui n'arrives pas à proprement parler
toi qui n'es pas foutue de regarder où tu es
toi qui oh summer
toi qui es juste une plaie.
tu secoues la tête en douceur, le regard à terre ((jamais sur toi konor, manquerait plus qu'il croise le tiens quelle catastrophe ce serait)) alors que le bout de tes doigts tremble ce n'est pas grave, ce n'était qu'un malentendu. merci de m'avoir aidée quand je n'allais pas bien. l'habituelle petite courbette propre à ton pays mais le ton hésitant - les joliesses sur les mots polis de politesse ; l'anglais scolaire trop travaillé pour le courant du parlé est-ce que... tu penches la tête sur le côté ; indécise et inconsciente est-ce que je peux vous repayer d'une quelconque manière ? oh summer summer trop généreuse trop attachée à ses coutumes ((un prêté pour un rendu)) et c'est cette générosité qui finira par te bouffer.
Contenu sponsorisé
 

 Sujets similaires

-
» Ma nouvelle passion : le patchwork
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Inscription d'Eden Marshall

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-