beyond memories
forum rpg tout public ☆ univers fantastique/paranormal ☆ aucun minimum de mots ☆ avatars illustrés 200*320px

[fb] alive // cecil
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 349
Avatar(s) : ness ; earthbound / craig tucker ; south park
Mar 1 Aoû - 1:12

il faudra une vie entière pour un jour faire semblant

remonter des enfers
être cueilli, au pied du moulin
comme une pâquerette écrabouillée et ensanglantée
j'ai l'impression que c'était hier alors que ça fait déjà plusieurs jours (à m'accrocher à toi)
fatigué de rester prostré- une demande
celle de sortir
et de toute façon je pense que tu me connais que tu savais- oui tu savais que je m’enfuirais quand même
et ça même si tu me retenais
le bras emplâtré- les doigts bandés en mitaine
le visage fatigué et ça me tue encore plus que physiquement ça me bouffe que ça me tire les traits
que je sois incapable de sourire
c'est dans ces moments là que je fuis mon reflet
((ne pas affronter la réalité en face))
j'ai toujours été fort pour ça hein
aujourd'hui j'ai accepté de la voir
même si ça fait mal
quand on m'a dit
que
lui
était mort
qu'il s'était suicidé au spectacle de l'école
entre deux
éclats de rire
si mes nuits seront plus calme
il y'aura toujours la hargne pour me tenir éveillé
celle qui me donne envie d'absolument tout casser
dis, cecil
est-ce que c'est mal
que je préfère au fond l'éventualité de le tuer
de mes propres mains ?
dis, cecil
est-ce que ça fait de moi un monstre ?
j'ai tant de questions et la boule à la gorge
taper le code de l'immeuble
pousser la porte de l'entrée
grimper les escaliers
pénétrer dans l'appartement et annoncer la voix blanche sans me soucier du retard que j'ai de l'inquiétude et du mécontentement que tu pourrais avoir
il s'est suicidé.
il car je ne veux plus prononcer son prénom, ils le font tous assez à ma place
c'est tragique pour une petite ville un événement comme ça
et tenter de filer vers la chambre pour contenir
les milliers de tremblements qui me traversent et qui menacent à chaque instant de s'envoler en un coup de poing rageur
contre la première chose qui sera sur mon chemin
BY MITZI
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 51
Occupation : Policier.
Avatar(s) : le batteur / la reine - OFF
Mer 2 Aoû - 2:43
Il était venu le chercher à l'hôpital, et il avait vu grand dans ses pupilles, souffler la cruauté des enfants. Et tous les jours et toutes les nuits depuis, il y avait la méchanceté qui filtrait dans les lumières, pour se jeter sur tous leurs murs, se glisser dans leurs lits ; tellement que Cecil ne savait plus quoi en faire, ne sait tirer les fils si loin dans leurs veines, sans devoir les plonger dans le noir.
Il a refait les bandages chaque soir et chaque matin, et effacé le sang du jour, sans jamais pouvoir toucher à la douleur ; il a bandé le silence de Tom et n'a jamais espéré effleurer, du bout d'un doigt, la tristesse infinie sous sa peau.
Cecil croit que son appartement est hanté par les ombres, et leur en veut en silence des épines jetées sur ses protégés. A la fin du jour il a égrené l'inquiétude dans un dîner, que Tom ne mange pas, dans le ronron de la radio, que Tom n'entend pas ; mais lorsqu'il entend enfin le cadenas rouler, il n'y a sur le visage de Cecil qu'un silence attendu.
‹ Il s'est suicidé. ›
Le temps que le choc le touche, Tom disparaît.
Aucune surprise ne tire ses traits, mais la douleur, sourde, a éclot au fond des yeux de Cecil.
‹ Tom ›
Il se lèvre prestement, coupe le salon en trois enjambées. Sa main tombe, comme une balise de verre, sur une épaule qu'il trouve toujours trop jeune pour être meurtrie ; sous ses doigts, il sent rouler les plaies furieuses d'un milliard de jours hurlées par un millier de lions. Son geste est toujours inconscient, il doit le tenir de peur qu'il se noie, et il l'arrête net. ‹ Tom. › Cecil plie les genoux, avec immédiatement sur ses lèvres le sel des amours fraternels, des remparts réflexes ; mais il les garde pour lui.
Il sait qu'il n'y a rien à dire.
Derrière les vitres, Cecil entend s'écraser des vagues, folles de bêtise, qui terrorisent les enfants en se retirant.
Face à la mer alors il n'y a rien à dire.
A son niveau - à genoux, la pupille bleue s'est plantée dans celle de Tom. Depuis le premier jour, son regard le fuit ; il n'y a que maintenant que Cecil en voit le fond. La fureur, le fond. La très profonde noirceur de l'incompréhension, le fond. Il cille à peine.
‹ Tu peux parler ›, il corrige, ‹ parle-moi. › Et il n'a pas oublié l'orage, qui roule sous la peau de Tom, qui tourne en rond, en attendant de mourir dans un éclat ; mais ses deux mains sur ses épaules ne bougeront pas. C'est un ordre, presque ; parle-moi.
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 349
Avatar(s) : ness ; earthbound / craig tucker ; south park
Mer 2 Aoû - 3:09

il faudra une vie entière pour un jour faire semblant

tu ne rugis pas et tu ne hurles pas,
tu es cecil
c'est un peu rassurant au fond d'entendre ta voix c'est comme rentrer à la maison, d'entendre les points que des milliers de sentinelles appuient bien à la fin de tes phrases
avec toi tom, ça sonne comme une phrase avec pronom verbe complément
tu dis plein de choses en prononçant mon prénom
tu m'intimes sans faire peur sans être conciliant pour autant
juste en étant
cecil
et c'est fou d'avoir des gens comme toi qui en imposent tellement qu'ils nous en arrachent les mots
une main familière- c'est la tienne
une main qui ne me fera jamais peur car j'ai toujours compris pourquoi quand elle venait rencontrer dans un fracas mon épiderme
mais là il n'est pas question de coup mais d'une ancre
ou plutôt
d'un appui que tu m'offres pour ne pas que je vacille
une autre main- tu es maintenant à ma hauteur
face à face
sans casquette pour voiler nos regards
prendre une respiration sans décrocher pour ne pas tomber
j'ai envie de me défouler mais c'est pitoyable quand je sais que j'ose à peine m'examiner dans un miroir
par peur de voir sa trace sa marque
encore dessinée sur mon corps
je peux parler
je dois parler
à toi et uniquement à toi
à cecil qui est là et qui sera toujours là qui ne s'en ira jamais
((tu le promets, hein ?))
j'ai un millier de mots à dégurgiter- des noms d'oiseau pas très agréables et des saloperies qu'à mon âge je ne devrais pas dire
encore ces putains de doigts qui crépitent
je sais par où commencer- j'étouffe dans mes hésitations et mes inspirations trop nombreuses
alors je détourne mon nez retroussé par le dégoût et la sauvagerie- les yeux plissés par l'abandon
oui il m'a abandonné dans ma colère
j'essaye de me dégager de plusieurs mouvements d'épaules et je sais que c'est peine perdue que je ne pourrais jamais vaincre contre toi
((au fond c'est rassurant d'avoir quelqu'un comme toi de supérieur))
ça sert à rien la parlotte ! ça sert à rien car de toute manière il est par-ti. PAR-TI. là où on pourra jamais le rattraper ! et tu sais quoi moi je trouve ça lâche lâche lâche et ça me saoule et
geste un peu plus brusque pour vraiment essayer de me dégager
t'façon ça sert à rien, ouais ! plus rien ne sert à rien, même toi tu sers à rien !
le pire c'est que je n'ai même pas envie de pleurer
BY MITZI
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 51
Occupation : Policier.
Avatar(s) : le batteur / la reine - OFF
Jeu 3 Aoû - 19:22
Les doigts de Cecil ne cèdent pas, verrouillés sur ses os, aux faux appels de Tom ; il sait qu'il doit continuer de le tenir, qu'il ne doit jamais le laisser partir. Les mots salés se décollent de sa voix d'enfant, de sa voix de tristesse, pour dire tout autre chose que ce qu'il entend. Et il ne plie à rien, son regard tombe toujours droit et la froideur dure, douce, parle dans ses yeux alors qu'il oscille à peine sur ses appuis, à peine secoué par la force d'un enfant. Mais il sait que la colère - que si c'était la force pure de la colère alors il serait balayé, et avec lui les montagnes, et avec lui tout sur le passage de Tom, qui tombe dans les oreilles de Tom. Cecil réaligne ses pouces sur sa clavicule ; il veut le garder tout droit face à lui. ‹ C'est de la lâcheté ›, c'est une question, c'est juste une question dans laquelle il empêche toute inflexion, ‹ de ne pas pouvoir te venger ? › mais les mots crachent l'amertume pour lui - car il sait les fureurs irrésolues qui le secouent jusque dans le sang.

Il rompt leurs regards un instant ; sa main glisse le long du plâtre jusqu'à celle de Tom, l'infiniment plus petite main de plastique de Tom. De l'autre, il le maintient en place. Il la fait tourner entre ses doigts pour y lire les mots des médecins, les suppositions, les contes de métal. Cecil a appris par cœur la carte mutilée sous la gaze, toutes les incisions, toutes les matrices à nu - toutes les cinq, gorgées d'un sang inutile. ‹ Tu ne m'as pas parlé de ça. › Il tend à nouveau la nuque pour le fixer encore, avec le regard comme la montagne ; de son autre main il le lâche, effleure un à un les cheveux bruns faits de terre et de vent. ‹ Et qu'est-ce que tu comptes faire d'autre ? Puisqu'il est parti. › Cecil plein d'amour affronte la sauvagerie la mâchoire ouverte. ‹ Tu ne peux rien faire Tom. › Et lui est là, ses doigts tout dévoués à lui, son frère ou son enfant - rien d'autre pour faire barrage à la véhémence de Tom, jetée dans le désespoir jusqu'aux cendres. Cecil encore piège sans pitié ses yeux, comme il veut piéger sa langue, avec la délicatesse de l'ouragan. ‹ Tu ne m'as pas parlé de lui. ›
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 349
Avatar(s) : ness ; earthbound / craig tucker ; south park
Lun 11 Sep - 22:51

il faudra une vie entière pour un jour faire semblant

c'est comme cracher du sang, ça fait mal mais on continue
pour essayer d'aller bien
on souffre au martyr, on s'emprisonne pour mieux voler ensuite- on se régénère encore et encore
mais ça marche pas, si on n'a pas de but
mais ça ne marche pas,même si on venait à se recroiser (dans une autre vie ?) je ne pourrais le toucher
il sera protégé
par son statut de réincarné
c'est terrible et ça me fait encore plus froncer des sourcils quand tu me parles de la lâcheté que j'ai évoqué
n-non
bégaiement de colère
montagnes russes
c'est lâche d'être parti sans m'avoir laissé la chance d'avoir le dernier mot.
c'est vrai ça, c'est douloureux de ne pas avoir pu lui dire au revoir
avec toute ma rage, en lui crachant à la gueule par exemple (c'est correct dis cecil de faire ça)
le regard descend doucement- dénude sans érotisme juste l'amour sincère d'un proche
((je suppose ?))
patient- profondément bienveillant
un bras le plâtre et l'autre main les bandages qui entourent les plaies encore récentes d'ongles qui repousseront seulement dans un temps
tu désignes des prunelles me demande sans point d'interrogation
je reste silencieux- fixé sur toi
si je baisse le nez tu le remonteras
si je détourne les yeux tu me les feras pivoter à nouveau vers toi
rester droit encore un peu fébrile, accepter comme un chien en manque d'affection la caresse douce sur le crâne
mais les mots sont malheureusement plus durs que les gestes, ils ne font pas échos à la mère mais plutôt au père
tu ne m'engourdis pas dans des illusions non, tu laisses à peine le doute pénétrer mes pores,
je ne le reverrai pas je dois m'y faire
mes traits se tirent comme si j'allais chialer mais aucunes larmes sortent, juste une rancune perpétuelle
que j'essaye de ne pas dégobiller
et tu veux que je te parle de ça que je te parle de lui,
et extérioriser tout le mal qu'il a bourré dans mon cœur dans mes tripes et ma cervelle, qui finira par me ronger un jour ou l'autre
c'est dur d'expliquer
il avait un- couteau. et les ongles il
c'est difficile de terminer la phrase
il les a arrachés, un- à un c'était
qu'est-ce que c'était
c'était un monstre
seulement à onze ans
il m'avait déjà exclu de sa bande sans raison- y'avait
lui
lénore

dedans.
traître
c'était un peu le- le chef- les adultes l'aimaient bien il était
meilleur que moi- en tout
il avait des bonnes notes.
la gorge nouée vient un point important
un garçon qui fait un bisous à un autre garçon est-ce que- ça veut dire qu'il est quand même amoureux ?
BY MITZI
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 51
Occupation : Policier.
Avatar(s) : le batteur / la reine - OFF
Jeu 14 Sep - 17:50
Dans la poitrine infantile, Cecil sent fourmiller l'amertume primordiale d'une défaite. Les sanglots cachés le frappent au cœur. Ses rotules tombent à terre pour le toucher mieux, tout à coup - Cecil a peur. Les sourcils blonds se froncent légèrement au-dessus de son regard alerte, il balaie sa peau comme l'écume, comme on cherche un puits d'eau ; il a l'inquiétude de ne plus jamais y creuser la lumière. Chaque mot de Tom est un tableau difficile à supporter, de la couleur des terreurs : il est - furieux. Ses pouces sur ses lèvres, et ses quatre doigts derrière les oreilles. Un vide abyssal dans sa gorge. Cecil est à genoux, perché sur la révolte. Il ne sait plus comment chasser les fantômes qui sont dans les yeux de Tom. ‹ Tom ›, il le dit tout doucement, comme en le tirant du sommeil, ‹ maintenant ça n'arrivera plus. › En disant : il est mort. Et le moulin, et la rivière, vont mourir avec lui. En disant, si le monde le recrache alors peut-être qu'ils devront l'aimer ; mais jamais plus Cecil n'oubliera, de faire attention, ne laissera ce mirage ramper de la même façon. La promesse reste glacée sur son palais, mais pour une seconde, son regard en brûle d'une flamme coupable. La chimère Lénore, avec elle - qui laisse sur leur chair commune, la traîtrise comme une plaie ouverte : Cecil ne va pas la rater.

Cecil veut le couvrir de chaleur, pour le reprendre aux portes des morts. Le voler à l'injustice et le garder tout contre son cœur, dans la forêt comme un appartement, dans les vallées, à l'abri des fleurs. Il laisse un baiser refuge sur son front perlé d'horreurs, comme il veut le nourrir de ses mains comme d'un foyer ardent. Là dans les branches de ses bras Tom est rattrapé par sa jeunesse terrible, c'est curieux : au bord du vide, c'est encore l'amour, qui attire l'œil des enfants. ‹ Pourquoi ? › Mais de cet amour-là, qui est sous la terre pour lui, Cecil se méfie ; et l'ombre qu'il projette lui donne une nausée. De toutes les souffrances dont Tom doit être battu, peut-être - Cecil veut que cela en soit la toute dernière. Il noie le doute d'une caresse. ‹ Il n'y a aucune excuse à de la méchanceté. Pas les baisers, pas l'amour. ›  Pas les baisers, pas la douleur. La question - lui brûle les lèvres comme le gel. Cecil, les doigts enfouis dans l'ombre de ses cheveux, explore la folie. ‹ Tom ? Tu étais amoureux de lui ? ›

 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 349
Avatar(s) : ness ; earthbound / craig tucker ; south park
Lun 18 Sep - 22:30

il faudra une vie entière pour un jour faire semblant

ça n'arrivera plus
et s'il revenait, dis
si ses doigts se métamorphosaient
et si d'autres veulent arracher ma peau pour s'en faire un joli tapis, de quoi bien s'essuyer les pieds comme il l'a fait avec mon honneur et ma fierté
(paillasson du moulin- on frotte les bottes salies par l'aube mouillée sur mon dos ma peau mon épiderme à vif)
un coup le doute un coup la certitude
devenir plus fort pour avancer montrer les crocs les aiguisés
et peu importe le sang coulé
((ils l'ont bien mérité non))
ça n'arrivera plus
car tu es là cecil, c'est ça
mais cecil tu es la maman de beaucoup de gens beaucoup d'âmes- policier et justicier
super-héros
c'est beaucoup trop
pour une unique personne
alors je ne veux plus que tes sourcils se froncent en chœur
avec moi
que tu souffres de ces erreurs
avec moi
mais d'un autre côté j'ai envie d'être un peu égoïste d'avoir ta compassion maternelle cet aura qui m'entoure
alors je continue visage froncé dans son intégralité
((excuse-moi))
d'accepter tes baisers
ne pas les contester
accepter tout tout ce que tu me donneras des sévices à ta bonté
le pourquoi résonne alors je l'accepte je l'enlace et le cajole
les frissons des révélations dites il y'a quelques secondes encore ancrées encrées dans le cou
pas d'excuses à la méchanceté même les baisers
quand on aime
on ne quitte pas
quand on aime
on ne tape pas
((tu restes là ?))
tes doigts continuent de fouiner avec amour je suppose j'espère
et vient la question qui me fait écarquiller les yeux les joues rougissantes car les baisers même quand on ne les désire pas
ils laissent rarement indifférent
non non ! sûrement pas... je pense que- que c'était lui qui était amoureux mais c'est pas possible hein, qu'il m'ait apprécié tout en me tapant..?
c'en serait encore plus douloureux
BY MITZI
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 51
Occupation : Policier.
Avatar(s) : le batteur / la reine - OFF
Dim 24 Sep - 23:49
L'air change à l'ouverture de ses yeux, Cecil le sent bien ; sa peau réverbère la confusion, de Tom secoué par les jeux d'enfants. Son iris change presque de chaleur, elle prend les reflets délicats de l'interrogation ; Cecil est sur un terrain inconnu, Cecil cherche les chemins. C'est Tom pur comme la rivière, c'est Cecil aveugle comme la nuit. Il laisse une caresse étoilée dans ses cheveux torrentiels. ‹ C'est › une seconde de trop sur ses lèvres, qui inconsciemment prennent la courbe du "peut-être". Car Cecil ignore tout des baisers, et des casualités de l'amour. Face à Tom, il ne souhaite pas avoir cette inconstance : mais il n'est pas en mesure de mentir si loin. Le ton coupant, il ignore le trouble salé s'est jeté sur ses yeux. ‹ mal. Ce n'est pas bien. › Les questions, elles sont pour lui, elles sont pour Tom. ‹ C'est possible › d'aimer les gens et de les faire souffrir ? ‹ mais c'est très mal. › L'inclinaison de sa tête est didactique mais mensongère : Cecil a le ton sentencieux, le regard guillotine. Il accuse sans savoir, et ne veut plus savoir si c'est ça qui déforme sa gorge. Il sait : les excuses en forme d'amour, c'est toujours interdit. Le reste, c'est amnistier les ombres, et il crache sur celle-ci en particulier - c'est cacher la pulpe nue des enfants, les cris sans souffle dans la nuit. Le reste, au fond, n'est-ce pas la furie des douleurs concrètes, et le cynisme de leurs réponses qui battent sur ses tempes - mais, tout ça, a la violence des conneries. Il les balaie d'une chaleur toujours réinventée, d'un hochement de tête qu'il veut entendu, parce qu'il ne comprend pas tout à coup, parce que ça ne lui fait pas mal. ‹ Il est tard. Est-ce que tu veux manger quelque chose ? › La colère s'est un peu épanchée sous sa peau, a été ravalée par les murs - ou soufflée d'avoir trébuché sur les abysses ; mais Cecil veut ignorer les séismes. Il jette un regard vers la cuisine pour reprendre la banalité des souvenirs où il l'a laissée. Il a pour Tom une inflexion plus douce, familière comme les habitudes, et il tient à lui sourire. ‹ J'ai fait du gratin. Tu devrais manger. ›
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 349
Avatar(s) : ness ; earthbound / craig tucker ; south park
Mer 11 Oct - 23:00

il faudra une vie entière pour un jour faire semblant @cecil

les dernières vapes de colère se retirent dans une danse langoureuses- amoureuses de mon cœur
tu es justice et tu es reine
alors j'hoche de la tête docilement quand tu admets que c'est mal
((alors il n'avait pas le droit))
les immondices existent je le sais et toujours su avec le roi et son regard courroucé sous le masque souriant
le ton posé et les lèvres en pince mais je ne doute pas
il y'a quelque chose qui me dit que tu ne me lâcheras
jamais jamais jamais jamais jamais...
quand tu dis qu'il est tard
((c'est vrai, hein ?))
il est tard et la fatigue retombe, pèse sur les épaules
sur l'esprit et la frustration
endort cette dernière
pour mieux la réveiller demain
et la réponse ne vient pas, reste coincée dans la gorge avec les regrets
(j'aurais préféré des remords)
et tu reprends, impose par la proposition un choix que j'accepte
(un gratin ?)
je renifle un coup et c'est seulement maintenant que l'odeur vient, celle qui me fait habituellement hurler en déboulant dans la cuisine pour grailler
rien n'a changé
le monde continue de tourner
et même ça, il ne pourra me le retirer
tu manges avec moi..?
ça achève comme un coup de poignard au cœur, car je connais déjà la réponse
tu
ne m'abandonneras pas
ne me laisseras pas seul
tu es là
et ça me fait sentir bien, ça détend tous mes muscles qui se retenaient jusque là
ça retombe toute la pression et les larmes coulent, je sanglote
et ça fait du bien de purger les dernières peines
j'ai des milliers de pardon pardon désolé aux lèvres bredouillés et dégoulinant de morve
mon corps tout entier chasse l'ignominie
et je m'approche pour t'entourer d'un bras et me serrer car j'ai si peur du froid et d'être seul
me réchauffer de ton cœur encore battant,
et qui me signale que tu ne t'en vas pas.
BY MITZI
 
magnolia
magnolia
avatar

Messages : 51
Occupation : Policier.
Avatar(s) : le batteur / la reine - OFF
Ven 13 Oct - 18:35
C'est chez eux - chez toi, Tom, il tire les dernières ombres collées à tes cils. Là contre lui, c'est ça la maison. Cecil se crée un sourire-château qui avale tous les doutes, immuable dans le temps et la souffrance : il jure, contre tous les enfants du diable il y a un chevalier saint. C'est bien comme ça qu'on fait chez les humains. ‹ Bien sûr. › Bien sûr, deux mots comme un foyer, pour toi Tom c'est toujours certain. Cecil peut-être connaît mal les passions, mais il a l'amour blanc qui perle au bout de tous ses mots et au bord de ses mains. Son cœur ne déborde jamais des sanglots en rivière, des enfants de lumière, des enfants qui sont toujours des enfants. Il les trouve trop petits pour porter des âmes : leurs larmes ne le surprend plus. ‹ C'est fini Tom c'est fini › en buvant les pleurs sur les berges au creux du cou. Cecil ferme des bras de métal sur l'enfant, c'est fini d'avoir mal, Tom, tu sais je suis désolé. ‹ tu peux pleurer tu sais, c'est fini. › Là, là, au creux de la maison c'est terminé. Tom, tu sais : pardon. Je n'ai pas fait assez attention. ‹ On va aller manger. › Sa voix glisse à la douceur de sa culpabilité, Cecil immense se lève de terre avec le trop petit dans les bras. Son cœur tout contre le sien ; dans son cou juvénile, il murmure des litanies et des chut aux couleurs magnolia. Il le porte jusqu'à la cuisine, toujours plus loin du monde, en écrasant les larmes au coin du pouce. Car tu sais : Tom, c'est fini ; à partir d'aujourd'hui je mange les monstres.
Les innocences c'est terminé.

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» DOA : Dead or Alive /!\
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» Dead Or Alive 5 Ultimate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-