forum rpg tout public univers fantastique/paranormal aucun minimum de mots avatars illustrés 200*320px

miss me ? // jatom | granini • terminé
Invité
 
Invité
Mer 19 Juil - 13:06

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

mort par overdose
non ça aurait été trop beau
((le monde est si laid))
je ne sais pas vraiment si je dois me positionner en tant que monstre de préférer t'imaginer mort que
souriant
mort par overdose
peut-être que je préfère savoir que tu respires encore
que t'es toujours là oui- je t'ai trop trop croisé à l'hôpital
et le pire c'est qu'à chaque fois
j'ai fui ton regard
car je suis pas encore capable car je suis en colère mais j'ai peur si peur
de ta silhouette qui me hante
dans l'ombre du moulin
((le monde est si laid))
les couleurs se sont ternies et je souris moins
je ne me suis jamais forcé, tu sais
et je ne m'obligerais jamais à faire semblant d'être heureux
alors j'ai juste arrêté
et j'ai enfermé la flamme sous un couvercle de verre
j'aime croire que mon cœur est insensible et qu'il a oublié ; que je l'ai taillé (alors que c'est toi hein) en statue de pierre
mort par overdose
il y'a quelques mois j'aurais dit que les meilleurs peuvent se rater dans leurs (pas) dernières secondes
maintenant je pense que même la mort ne veut juste pas de toi
de héros tu es devenu bourreau
c'est terrifiant cette impression d'avoir été trahi- de se tromper depuis le début
c'est terrifiant mais maintenant je sais que tu ne pourras plus jamais décevoir mon cœur d'enfant
juste le laisser
dans cette incertitude
je suis grandi et changé mais je ne suis pas heureux
il y'a dans cette rentrée le goût d'un renouveau
un peu amer
seulement le goût car il n'est pas concret car il ne pourra jamais l'être
((tant de questions))
ce baiser
marque l'incompréhension
d'un adieu inachevé
((je préfère l'oublier))
ça s'agglutine autour de moi
ça me demande si ça va
si c'était bien les vacances
((ils sont pas les seuls))
ils essayaient à l'hôpital mais j'ai rien dit c'est et restera un toi et moi
j'appréhende un face à face mouvementé
les doigts encore bandés
besoin de prendre l'air avant d'entrer en classe- au revoir les chemises tout court
que le soleil ou le froid s'installe
je ne te laisserai plus l'occasion de les déchirer
dans un coin de la cour- les parents quittent leurs enfants pour les laisser à leur nouvelle classe
((cecil ne voulait pas que je vienne))
mais ça serait te fuir
te donner raison
le visage ruminant fermé
les élèves s'en vont en rang d'oignons
je m'assieds un peu paniqué
trop de monde
pas assez de silence
je relève mon nez
barre-toi.
effrayé peut-être un peu tremblant- je suis pitoyable
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
Crève
Messages : 800
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
Avatar(s) : Mob & Ritsu / mob psycho 100%
Sam 22 Juil - 17:26

J
a
c
k

. . .

J
a
c
k

Le soleil brûle sa peau
Embrasse le avant de sombrer
Le bûcher t'attend mais même ça Jack même ça

(Jacques qui attend dans l'ombre d'un cyprès)

Même ça Jack même ça...

(Une grande ombre comme une photo en noir et blanc encadrée par les bras de maman)

Pourtant tu l'avais alimenté depuis si longtemps mais le voilà soufflé

Ah

Par une si légère brise

Il a ouvert les yeux

porteuse d'une fine bruine et peut-être de quelques

goutte d'eau, une
deux
plusieurs
ses mains tremblantes contre tes joues souillées du bonheur tout comme de la dévastation
d'avoir faillit...
oui peut-être dans une autre vie...

J a c k mon enfant
de sa voix brisée par ce presque malheur
mais la belle au bois dormant
cette fois-ci se réveilla.

J a c k qui à onze ans est toujours vivant
survie la terreur, donc survie et voit
comme cela fait peur de savoir que tu as failli ne jamais savoir justement
à quel point Gelda t'aime tellement tellement tellement regarde comme elle te serre fort contre elle de peur d'avoir...
Encore une fois (...)

J a c k qui à onze ans se souvint qu'il peut, lui aussi, pleurer enserrer trembler avoir si mal et sentir à tout rompre son cœur battre à se demander
ce qui lui a pris de vouloir abandonner avant même d'essayer.
[. . . . . .]

Grand sourire tête à claque cette psychologue ne lui plaît pas.
Ce service qui lui jette des petits regards et lui donne des bonbons comme s'il est assez stupide pour se faire acheter avec une telle affection en carton.
Grand sourire ça oui Jack sait faire lui aussi c'est un bon
comédien (ah ! il les a bien berné jusqu'à la fin)
Bien que bien sûr l'enfant sauvé in extremis ne déteste pas toute cette attention. Au moins lui permet elle de retourner aussi souvent qu'il le souhaite le long des couloirs blancs et même qu'après avoir tourné à gauche il y a une grande salle - il sait bien - avec quelques vitres de verres et
un pôle de rééducation
où se trouve un autre enfant.
Noir sur Noir mais
le visage fermé comme absent.
Jack il aime bien faire comme si
alors qu'il s'assoit sur les bancs devant.
( comme s'il a quelque chose à faire ici mais il ne fait que regarder il ne sait pas non comment
aborder l’inabordable )
Il sait bien qu'il n'est pas pardonnable
et pourquoi il le serait de toute façons Jack est toujours vivant oui
et ses idées aussi.
Il a raison, il a raison au fond si on veut vivre et être un battant alors il a
raison
et tôt ou tard il aimerait bien que Tomtom s'accorde aussi sur le sujet.
( j'ai raison tomtom dit le toi aussi j'ai raison si on veut grandir c'est difficile je sais de me croire pour l'instant parce que toi tu as pas connu d'autre Jack Jacques et les grandes mains et les absences et les combats en huit clos et les abandons des mamans qui sont pourtant là à quelques centimètres qui sont pourtant adultes mais c'est comme attraper de la vapeur c'est chaud c'est moites c'est suffocant. )
A force, devant cette image de l'enfant chéri meurtri, à se répéter qu'il a eut
r a i s o n
Le petit goût amer du réveil fini par s'évaporer. (la confiance renaît.)
Les copains sont toujours dans les parages encore plus impressionnés : parce qu'il est là Jack, debout.
Il a battu la mort qu'on dit
il est parti
puis il est revenu tel un guerrier et on lui a même demandé en catimini
comment c'était l'au delà (parce qu'il a beaucoup dormi on lui a dit)
Le môme qui répond toujours, qu'il ne se souvient plus trop, qu'on y était bien.
(mais il ne se souvient que trop bien c'est étrange)
(il faisait chaud le soir on entend les grillons et puis, j a c k il entend son prénom qui résonne encore et encore, le long du bois il entend les murmures et les bruissements. Perdu là sans l'être car il a reconnu toutes les constellations entre les branches. Et il y était bien )

Mais s'il n'en parle pas c'est parce qu'il sait bien qu'au fond, toujours il y avait ce sentiment, maintenant qu'il y repense : qu'il était bien seul là bas.
Chaque jour qu'il est venu posé ses iris charbons sur les équivalentes
La sensation n'a fait que le frapper de plus belle jusqu'à l’ébranler assez pour qu'il est eu même une fois envie de pleurer
de soulagement.
[. . . . . .]

L'été a fini par mourir et avec est venu l'automne et le temps de rentrer à la maison, elle sentait toujours aussi bon.
Que ce soit les murs, sa maman, les gâteaux, les nouvelles chaussures, puis l'école et tous ses bruits.
Les enfants qui s'agglutinent autour de celui qu'il voit comme son promis
Retrousse ton nez d'envie Jack lorsque tu fronces les sourcils
Lui n'a pas encore croisé ton regard une seule fois, s'enfuit loin de toi
loin de tes doigts
loin de ce que tu as fais
loin de tes mots
loin de . . .
(ce qui s'est passé juste avant les vacances d'été)

C'est pas grave d'être fragmenté qu'il a envie de lui taper sur l'épaule justement c'est grâce à ça
qu'on peut se reconstruire plus fort.
Ce qui ne te met pas à terre Tomate te donne une arme (à double tranchant certes) mais avec de la détermination...
Avec de la détermination plus rien ne te fera mal.

Dans la même classe, il semblerait que personne ne sache.
Têtu comme une mule il pense, il aurait pu dire, il aurait pu éviter la confrontation.
Lorsque tout le monde entre choisit sa place (toujours là même bien souvent)
Brouhaha personne ne fait attention (ou bien trop de monde fait semblant de piailler parce que)

Jack est venu se poser devant Tom
les autres enfants supposent
(parce que trop de coïncidences se superposent, mais personne n'ose imaginer ce qu'il y a bien pu se passer pour pareille tragédie)
Le silence tombe sous la sentence du gamin
qui fait bien quoi, cinq centimètres de moins que Jack ? (reste de marbre)
ils ont vu ils ont entendu ton défis ils ont senti la rancœur ; tout à l'heure dans la cours de récré vous pouvez parier que les rumeurs iront bon train.
Mais pour l'heure le professeur est arrivé. Il n'a même pas eu le temps de dire, Jack.
Que Jack dise ce qu'il a besoin de dire.
Bien sûr le premier cours le professeur ne rigole plus on est plus des enfants maintenant tu sais Tom
c'est triste mais vous êtes en train de grandir que pense l'oiseau de proie.
(même s'il est sûr que dans le moulin le temps à jamais s'est arrêté)

Il pourrait pendant les récréations, il pourrait à l’heure de manger, il pourrait tellement mais cette boule dans son ventre, se pied qui trépigne contre le parquet puis sous le préau, ce faux sourire qu'il donne à qui mieux mieux, large si large, il se cache derrière, Jack, parce que en vrai il est un tout petit peu
nerveux ?
inquiet ?
Ce n'est qu'un enfant qui a appris récemment qu'il pouvait encore avoir peur et regretter ses actions
et bien qu'il ne regrette pas la malheureuse qui vous lie, tout du moins craint-il de regretter ne pas savoir vous rabibocher.

Ravale sa salive lorsque sonne la dernière
Il n'a pas le choix il ne veut pas, non, te laisser filer
entre ses doigts pas alors qu'il t'a
qu'il t'a...
Se referment ses serres contre ton bras à la sortie des cours, et devant ton arrêt il sait
Il sait Jack ce que ça veut dire, il sait ce qu'il craignait de savoir et ça fait un peu mal de te voir comme ça mais il ne s'en formalise pas
il s'y attendait un peu alors qu'il te traîne avec lui plus loin à l'abri des regards des autres enfants qui se demandent et se disent sûrement
que c'est un peu lâche de taper un blessé.
(bien sûr ils peuvent pas savoir que sur le sujet, tu as déjà tout donné)

Tomtom...
(douceur du ton)
...

Le grand vide. Il cherche à faire passer cette pause pour une inspiration, un moment de réconfort peut-être. Sa maladresse enfantine l'accapare, passe une main dans tes cheveu pour les ébouriffer avant de sortir de sa poche un petit paquet bien ficelé.
Il avait eu le temps d'y penser, quelque chose d'utile, quelque chose qui donne matière et une raison de te parler.
Jack ne vient pas faire la guerre Tom, pourrais-tu sonner l'armistice de ton côté ?
Invité
 
Invité
Dim 23 Juil - 1:17

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

je me demande ce que tu te dis quand tu te poses en classe devant moi
as-tu tant besoin de cette certitude
que tu resteras dans ma vie
dans mon champ de vision et que tu continueras à être là à me hanter
je m'étale sur la table et
j'ai arrêté d'écouter
je pouffe vaguement aux blagues
je me laisse dominer par la pression de te savoir trop près trop
trop là
trop partout
trop ici
et ça m'étonne presque que tu ne viennes pas me voir- ou qu'un de tes sous-fifres ne le fasse pas pour toi
après tout tu es mieux que tout ça hein
les heures défilent- insipides
j'attends l'éclat
j'attends cet instant ou tu te retourneras quand je suis en train de bavarder tout bas avec mon voisin
quand tu forces mon regard du tien
je m'y prépare mais il ne vient pas
((puis-je prétendre te connaître réellement ?))
car je ne sais prévoir ce que tu comptes faire à mon égard
je ne sais pas si la possibilité de l'ignorance me soulage
ou me blesse
est-ce que j'ai été ne serait-ce qu'un peu important pour toi
je crois qu'au final je ne préfère pas savoir
(ou peut-être que si)
quand ça sonne c'est ma délivrance
je me demande si ne pas revenir demain serait une défaite
sauf que
sauf que
ta main m'emprisonne
dans
tous les sens
plus de voix- un rien tremblant
((je m'en fiche de ce que pense les autres))
je me traîne et à nouveau je ne sais plus ce que je ressens
de la terreur ou de la colère
tomtom hein
prononcé avec la même douceur que
dans le moulin
je contracte mes muscles et mes prunelles sont décidément toujours trop basses
je n'arrive pas à t'affronter
((c'était plus facile dans ma tête))
ta main dans mes cheveux- tu ne cherches plus à les aplatir visiblement
c'est bon tu as jeté le pauvre petit tom dans tous les sens il a besoin d'être soigné ?
et puis ce cadeau qui me fait tressaillir- ça suffit pas de poser des jolis pansements sur les plaies sans les désinfecter
je m'en saisis sans délicatesse- on m'a dit de ne pas trop forcé sur mon bras nouvellement sans plâtre
j'ai la tremblote alors je galère à ouvrir sans un mot
le paquet contre le tee-shirt
des gants
des gants pour la n e i g e
((brides de rire- boules compacte qui volent))
pour mes doigts aussi peut-être hein
je les serre dans ma paume et je ne sais juste pas ce que je ressens
j'ai envie de n'être que caprices et de hurler comme je l'ai trop souvent fait dans leurs bras- avril ollie cecil
les lippes pincées et tremblantes
je parle plus au sol qu'à toi mais
c'est tom pas tomtom. je sais pas ce que tu veux mais tu auras plus jamais RIEN de moi.
ça fait mal comme mots même pour moi les prononcer
...sale pd.
j'ai rien contre les homos- j'ai rien contre ça vraiment mais décidément
j'ai quelque chose contre toi
et ton dernier geste envers moi au moulin
((cecil m'a toujours dit que quand on pensait une insulte on plantant ses pupilles dans celles de l'autre))
je crois que pour ce point je demeure incapable de le faire
car tu es une personne et pas un monstre
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
Crève
Messages : 800
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
Avatar(s) : Mob & Ritsu / mob psycho 100%
Dim 23 Juil - 1:51
Pression diluvienne annoncée dans le cœur de Jack
Il fait encore beau pour un ciel d'automne, sans nuage, sans pluie, bleu et plein soleil
encore une fois
Il ne sait pas quoi faire de ses doigts lorsque tu prends le paquet
léger soulagement que tu ne lui renvoie pas dans la tronche
Tu aurais pu après tout, rien ne t'oblige à accepter quoi que ce soit de lui. (pas après ce qu'il t'a déjà offert)
Mais il faut croire que l'intention te fait plaisir.
Jack qui bat des paupières devant ton aisance réduite.
La rééducation n'est pas encore terminée ? Pour que tu trembles autant, écrases le joli papier contre toi.
(il l'a choisit avec sa maman tu sais elle était tellement heureuse de savoir qu'il voulait offrir un cadeau à un ami convalescent.)
Comme si tout d'un coup elle avait un fils
comme les autres
Mais il ne s'en offusque pas non les jolis papiers après tout c'est fait pour être
déchirés jetés oubliés.
Juste une belle présentation lorsqu'on manque de pardon
ou lorsque ceux-ci ne seront jamais suffisant. (et encore une fois, a-t-il seulement envie ? Non. )

Lors de la découverte de la surprise il n'y a pas d'émoi si ce n'est celui silencieux de la pression que tu exerces
envers
contre
plis et chiffonne dans ta main (comme prêt à le gifler avec, mais tu n'as pas besoin Jack sent déjà l’opprobre)
Mord l'intérieur de sa joue en se crispant à son tour, sans quitter tes yeux fuyant.
Et lorsque ta voix résonne il pense que ce n'est rien d'imprévisible non, de la défiance, de la méfiance, de la rancœur.
Mais dans rancœur il y a tout de même cœur, alors ça lui fait un peu plaisir ce petit air revêche que tu essaies de prendre.
Tu as du plomb dans l'aile Tom il le sait c'est lui qui a tiré, mais de te voir essayer de voler avec l'émeut quelque part
parce qu'il avait raison.
Et bien que ça fait mal à présent, il n'en peut plus d'attendre le temps où tu prendras ton envole à nouveau, éblouissant dans ton armure d'argent.
Jack qui n'est qu'un enfant qui rêvasse encore
plus pour longtemps car tu n'en as pas fini non et à peine entre deux respirations ta véritable sentence tombe enfin.

ne bat plus
des paupières
les iris écarquillés qui tombent - secondes faiblesses - sur le sol avant derechef de remonter.
Sale pd.
qu'il dit.
La suie de son regard s'écoule à l'intérieur de lui, ça a un goût amer, on ne lui avait jamais dit.
Peut-être parce qu'il n'avait jamais montré ce côté là de lui avant.
Ce sale pd qu'il est il suppose.

Jack sans voix un instant, cherche les mots, mais il ne sait plus, il savait juste avant
juste avant ces deux mots là.
Maintenant sa confiance s'effondre peu à peu en lui, Jack qui avait espéré que Tom ne se
souviendrait pas dans la confusion de la douleur
de ce moment là. (même si avant son théâtre tirage de rideau il avait souhaité l'inverse)
La beauté devient fardeau
La déclaration qui le brûle sous la peau
Jack qui n'est que lâcheté à ce niveau avait eu le temps de changer d'avis de peur
oui de peur d'entendre justement ces fatidiques syllabes
s'échapper de tes jolies lèvres
dont il se souvient encore du goût, de la texture, et même du frémissement.
Ce devait être la fin car il n'aurait pas eu le poids de la réponse, le poids de ce dégoût que tu lui balances comme l'insulte ultime.
En est-ce une Tomtom ? il se demande, est-ce l'insulte ultime que d'être un sale pd, pour le balancer comme ça en fin de phrase, tel le panaché de celle-ci.

On...


Sa voix a tremblée alors il se reprend, fronce les sourcils, fronce son cœur. De la rancœur hein...

On va à la patinoire ce week-end avec les gars...j'ai une place gratuite en plus...


(mensonge supplémentaire)
Mais il suppose que d'un sale pd
on accepte pas l'invitation.
D'un sale con encore, pour le faire chier, parce que c'est tout frais payé
mais en général, il les connaît les adultes qui utilisent ces deux petits, tout petits mots :
c'est ceux qui se lavent les mains après leur avoir serrés la pince, à ces salopettes qui ont la désobligeance
Noir sur noir
d'avoir été capté par, peut-être le petit air effronté d'un aventurier.
Jack qui à ce moment ne peut s'armer que d'un sourire qui feint de voler au dessus de tout ça, mains glissées dans les poches pour cacher leur tension.

Dans la rancœur il y a toujours un petit peu de cœur hein
que vaut un cœur noyé dans le dégoût ?
La commissure de ses lèvres se tordent malgré lui sous la douleur toujours vivace.

Invité
 
Invité
Dim 23 Juil - 14:36

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

ton hésitation ne me fait même pas plaisir
c'est donc ça d'être cruel
((je n'en ressens qu'un frémissement vague))
à peine une secousse intérieure qui me fait sentir en vie
et tu ne réponds même pas à la question sous-entendue
ça veut dire que tu ne nies pas- avec véhémence ou non
tu ne le contredis pas je
je fronce mes sourcils c'est incompréhensible
où est le jack intouchable du moulin
où est la bête la terreur de mes nuits
ta voix tremble et je pourrais presque me sentir puissant
mais je suis juste usé impatienté par le manque de réponses
tu ne sais sur quel pied danser avec moi on dirait bien
j'ai envie de te jeter ces foutus gants au minois mais je me contente de prendre une grande inspiration
yeux fermés
un
((oublie))
deux
((reprend))
trois
((s o l e i l))
serait-ce un comportement de gamin de te cracher du venin serait-ce logique d'accepter ton invitation
j'ai envie de te faire une scène de devenir pleureuse
pour tout te dire je n'ai plus réellement de les fréquenter
eux qui sont tes sous-fifres
ni eux ni toi
même si tu sembles différent
j'essuie mes yeux de larmes invisibles- je ne comprends pas ce que tu veux de moi
je ne comprends rien avec toi
amour ou haine
rejet ou tendresse
je fourre le papier cadeau dans une de mes poches
les gants dans une autre
et je ne sais que faire de mes mains à mon tour
((je m'en servirais bien pour essayer de te frapper mais))
déjà que je suis plus faible que toi de base alors blessé hein
je lève enfin le nez pour te fixer le visage brûlant par l'angoisse et la colère
j'ai envie de chialer de juste avoir l'instant de tes yeux dans les miens
je suis peut-être un rien théâtral- un rien excessif mais j'ai envie de te voir trembler ((comme moi)) de te voir te détruire
je comprends rien avec toi jack- c'est horrible. tu crois que ça me retourne pas dans tous les sens à chaque fois que tu changes d'avis me concernant ? d'abord tu me vires de ta bande sans raison, ensuite le moulin... où tu me laisses des réponses sans questions- et et tu allais mourir c'est cruel- et ce bisous- et maintenant tu veux m'inviter à la patinoire avec tes gars là.
je reprends une respiration en me rendant compte que je me suis rapproché trop près face à face tout en parlant trop rapidement- je recule de quelques pas maladroits
je suis même pas sûr d'avoir le droit avec mon bras- et ça aussi c'est de ta faute. si j'avais confiance peut-être que j'aurais accepté directement, mais qui me dit que tu ne veux pas me pousser du train ?
avant que je puisse sauter
((après cette longue tirade je pense pas que j'en aurais la force))
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
Crève
Messages : 800
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
Avatar(s) : Mob & Ritsu / mob psycho 100%
Dim 23 Juil - 14:45
La fatigue d'avoir du tout supporter sans en parler t'accapare il suppose car tu es souvent seul Tom, tu l'as toujours été sur le chemin du retour (comme lui lorsqu'il allait encore grimper le talus)
Puisque Jack est encore un petit garçon libre sans plus mauvaise réputation qu'avant, qu'à l'école on lui sourit et que les adultes disent qu'il est un bon garçon qu'ils sont tous au petit soin avec l’enfant qui a failli s'envoler jusqu'à l'autre côté.
Lui aussi à envie de passer ses doigts avec délicatesse sous tes yeux secs pour consoler cette sensibilité qu'il imagine, remonte petit à petit.
Plus les secondes passent, plus tu sembles prendre confiance, aspirer la sienne plutôt.
Déglutis à nouveau en voyant la transaction se dérouler sans accroc. Te voilà en possession des gants (est-ce que ça t'a fait plaisir ne serait-ce qu'un petit peu ?) Difficile de savoir devant ton air courroucé.

Il aimerait avoir tord, que tu lui montres que tu n'es pas comme eux, parce qu'il n'est pas sûr Jack non
que quand bien même ce fut le cas, ses sentiments s'éteignent pour toi.
Non ça serait plus douloureux voilà tout
(de te savoir définitivement hors de portée)(peut-être que dans la rage il ferait une bêtise, une vraie cette fois-ci, mais il ne veut pas y penser alors que tu sembles vouloir prendre position)
Pas à Pas (tu te penches vers lui est-ce que tu le remarques au moins ?)
Le souffle coupé sous ta subite verve alors qu'un instant plus tôt tu étais
les yeux à terre sur la défensive.
As-tu donc senti la brèche causée par les précédents mots ? Pourquoi ne pas appuyer alors sur le point. Qu'est-ce que tu crois faire là, dis, à parler aussi vite comme s'il n'allait pas enregistrer, les lèvres entrouvertes, prêt à répondre sans rien dire pourtant.
Les couleurs pastels se foncent contre ses joues tu
ne te rends pas compte
de ce que tu déblatères Tomtom n'est-ce pas ?
Tu claques ta langue et déballe sûrement tout ce qui te passe par la tête.
Tout et même
plus encore
(chercher à le comprendre plutôt que purement le haïr, être aussi dépendant de son avis, le moulin que tu associes à des réponses sans questions -quel joli jeu de langage ça le conquit - et puis le plus brute de décoffrage :
La cruauté que sa mort aurait engendré à ton égard -c'est toi qui le dit pas lui.
Et le bisou

Rayonne Jack en son fort intérieur, Tomtom tu es
bien trop doux pour ce monde
à vouloir poser des pansements à celui que d'autre aurait considéré bourreau
(est-ce qu'on fond tu t'en veux de l'avoir blessé plus tôt ?)
Ou alors es-tu assez maladroit pour croire que
des émotions déballées sont une arme non c'est plutôt
des aveux.

Mais dans cette douceur Jack est fier, alors que tu te recules comme soudain conscient,
De cette force de convictions de se tenir là droit devant lui et de pouvoir juste dire tout ça
sans que tremble ta voix.
Ah et même après plusieurs mois tu te souviens toujours du train c'est sûr Jack ne
mérite pas pareille attention il le sait mais il n'y peut rien s'il a envie de
jalousement la garder pour lui.
(c'est à son tour de s'approcher les mains dans les poches pour réduire la distance, apaisé, le faciès enfin détendu)

Hmm...ça me fait plaisir que tu ais autant la parlote, tu dis beaucoup de trucs intéressant, des trucs qui te ressemble bien. . .

Approche ses mains de tes poches, tes poignets pour sortir tes menottes de leur refuge munit d'une grande attention, prend les gants aussi.
bah oui Tom lorsqu'on reçoit un cadeau tel qu'un vêtement il faut l'essayer pour être sûr qu'il t'aille comme un gant.
Commence à t'enfiler le premier tout en parlant comme si de rien n'était, ignore ta crispation.

Mais y a pas besoin d'être aussi pressé on a tout le temps pour discuter de tout ça, par contre juste une petite rectification...

Plonge son regard dans le tiens, déglutit une dernière fois, le cœur battant la chamade alors qu'il penche son visage pour biser l'une de tes joues, souffler contre quelque chose qu'il espère restera bien imprimé.

...ça c'est un bisou, moi au moulin, je t'ai embrassé Tomtom. Puis tu sais...

Dit-il comme si tout ça c’est pas aussi affolant qu’il n’y paraît, tout en continuant d'habiller tes jolis doigts.

J'ai jamais changé d'avis te concernant, t'as toujours été ma petite Tomate dès la première fois que je t'ai vu. Ouah ça te va bien !

Il faut croire qu'il a eu une bonne idée de la taille, c'est vrai qu'au moulin il avait eu le temps de les observer tes mains n'est-ce pas.
Te balance un grand sourire plutôt fier que son achat soit aussi bien calibré, Jack à nouveau tranquille qui ne sait pas comment te dire merci d'être
toi.


Invité
 
Invité
Dim 23 Juil - 15:16

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

raté
je crois que je viens de comprendre que ce n'est pas la quantité de mots qui t'enfoncent
mais le tranchant qu'ils renferment
et il faut croire que mes derniers n'étaient pas blessants et n'ont pas réussi à taillader ton cœur
juste l'apaiser et ça en deviendrait presque blessant
tu te rapproches car c'est à toi de mener la danse
le rythme de la cadence
devient plus lent
il faut croire que tu es davantage posé plus réfléchi plus
sage
plus jack
tandis que je reste un vilain garçon
tu confirmes par des mots ce que je pense déjà
tu es soulagé sans aucun doute
mon visage se ferme ((encore une fois))
tes mains doucement s'introduisent dans mon espace vital
je me crispe par réflexe
et j'essaye de contenir mon réflexe de recul les pieds enfoncés dans le sol
rester neutre c'est l'objectif
mais mes lèvres se tordent dans un drôle de rictus
avec beaucoup de tendresse beaucoup de minutie
tu enfiles le premier et c'est horrible
le renouveau de cette sensation
celle de
tes doigts
sur les miens
c'est toujours ce qu'on me reproche de base
tu vas trop vite tom tu es capricieux intenable pressé
mais j'ai besoin de savoir c'est
obligatoire à mes yeux
et pour éviter que je crise comme un gosse
((mais au fond c'est ce qu'on est non))
yeux dans les yeux à nouveau
j'écarquille ces derniers quand tes lèvres effleurent dans un contact raffermi ma joue
trop trop- trop près
il suffirait de te renvoyer une insulte
tapette par exemple
salope possiblement
mais c'est méchant mais c'est cruel
ça serait s'abaisser à toi
c'est un truc d'amoureux d'embrasser l'autre
je papillonne des cils et déglutit rien qu'à cette pensée
chamboulé par le contact
je
et les surnoms- au début je crois que tu me dis que c'est ça qui me va bien la petite tomate
((tu recommences à tourner autour du pot))
tout ça c'est bon pour les filles
je retire mes mains des tiennes
le textile frottant contre ma peau
j'essaye de déclarer ferme mais
je suis affaibli par ton tout par ta
douceur sucrée
mais
arrête avec tes manières, c'est des trucs de princesse et t'es pas une princesse t'es un
je détourne le nez
un truc un monstre ! Les bisous sur la joue c'est un truc de princesse, les surnoms c'est un truc de princesse, mettre les gants de l'autre ça fait princesse et ta délicatesse fait princesse ! et surtout... et surtout pas dire les choses franchement et avec les mots appropriés c'est un truc de super-princesse ça !
j'ai envie de m'enfuir très loin car c'est pas si nul que ça d'être une personne douce
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
Crève
Messages : 800
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
Avatar(s) : Mob & Ritsu / mob psycho 100%
Dim 23 Juil - 15:17
Il s'y attend après tout, les bisous
c'est toujours très sérieux chez les enfants
(mais Jack n'a pas pu s'empêcher de prendre l'opportunité après tout quand sera la prochaine ?)
ça peut paraître idiot d'avoir peur de te perdre après que se soit lui qui ait failli disparaître, mais Tom tu
as tendu la main en premier en disant qu'il t'avait quelque part manqué (les jours qu'il a passé sans être éveillé)
Alors tu sais ta mine courroucée ton petit air pincé
et tes mots qui s'emballent avec toutes ces annotations aux princesses et aux manières
ça donne juste l'impression que tu es gêné de l'attention (ah ça c'est bien un truc de garçon de faire comme si tout ce qui est un peu fille est nul et mauvais)
Mais Jack aime beaucoup les filles (il pense à Plume et Elegy) et après avoir traîné avec elle il se dit que
c'est pas si différent que ça des garçons c'est juste
élevée différemment.
(Jack aurait bien préféré être élevé comme une demoiselle son éducation aurait peut-être été plus douce qui sait ?)
C'est pas grave qu'il se dit Tomtom
de pas savoir quoi faire de la gentillesse (car lui même a un certain point elle coulait sur lui s’en l’en imprégner)
et
cette
histoire de monstre
c'est attendrissant parce que les monstres c'est
tout ce que l'on ne comprend pas donc il ne t'en veut pas dans le fond
Tu comprendras en grandissant peut-être, même s'il espère que tu comprennes avant si tu acceptes bien sûr Tomate
de passer quelques autre après-midi avec lui (promis sans te faire pleurer cette fois-ci)

Hein ? Mais je te dis les trucs franchement là, de quoi tu parles ? Puis tu fais quoi là, tu me tends l'autre joue c'est ça ? Tu veux que j'te fasse la bise comme chez les français ?

Se retenir de rire, taquiner avec douceur car le sujet, il le voit bien est sensible pour toi.
De l'amour oui mais à petite dose car tu sembles t’étouffer dedans pourtant y a pas de quoi c'est pas comme du poison
(mais bon douter de la marchandise est une réaction saine il suppose)
Se pencher encore une fois pour mimer le geste mais souffle contre ta peau rosie cette fois-ci, il ne peut pas contenir un rire clair, attendrit
Y a pas de princesses pour Jack ici, juste deux princes dont l'un qui possède une grande timidité sur le sujet.
La douceur c'est pas réservé au fille après tout (et puis c'est même pas toutes qui savent y faire, comme sa mère, c'est pour ça que Jack il pense que la bonté de cœur ça s'apprend, et c'est un peu pareil pour tout le monde : on n'a réellement envie de la donner qu'aux rares personnes qui arrive à le faire bondir, ce muscle vital.
Alors
C'est toi qui tourne autour du pot Tomate
à jouer à ni oui ni non, tu vois dans le fond il est pas
si méchant (pas de quoi en faire des cauchemars)
Alors pourquoi pas essayer ?

Ah parce que tu as peur qu'il recommence n'est-ce pas ? T'as besoin d'aide sur le sujet pour apaiser ton esprit
Est-ce que tu pleures en y repensant la nuit ?
C'est même pas quelques secondes après avoir ravivé les couleurs sur tes joues mais chez Jack sa turbine fort et vite au même rythme
de l'état dans lequel tu le met même s'il n'y parait.

...Je vais pas te taper Tomtom, tu as réussis, je t'ai déjà poussé du train de manière à ce que tu y remontes plus fort, c'est fini maintenant, tu es là, tu es fort, tu laissera personne le refaire sur toi n'est-ce pas Tomtom ?


ses doigts le picote il a envie de passer encore sa main dans tes cheveux, mettre du désordre pour mieux les peigner derrière, comme une caresse plus facile à donner qu’ailleurs (tes mains tes joues et même les câlins), de l’amour que tu peux contourner et déguiser en fraternité dans ta caboche Tom si ça te rassure, mais là il sait bien que tu comprends que trop bien le geste et l’idée n’est pas de t’enfermer dans ce
carcan qui dit que tu es à lui.
Parce que même s’il préfère ainsi Jack aimerait mieux si
c’est libre que tu le choisis.
Invité
 
Invité
Dim 23 Juil - 15:18

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

frustrant
ce seul mot pourrait définir notre échange
frustrant
car tu es à ton aise mais je suis perdu
frustrant
j'ai l'impression d'avoir raté quelque chose d'essentiel un point culminant de cette histoire
c'est horrible de se sentir stupide et de ne pas voir ce qu'on nous agite devant le nez
tu me taquines et ton souffle me fait frémir
dis-moi jack
est-ce que tu prends ces sentiments (d'enfant) au sérieux
je me résigne
tout semble être normal quand tu parles et
j'ai un doute
est-ce que ça se fait entre gosses ce qui s'est passé au moulin
non- j'ai jamais vu d'autres plâtrés
mais
je pense que tu sais jack
je réalise tout ce que j'ai toujours refusé de voir
((c'est pour moi que tu as fait ça hein c'est vrai je le savais tu me l'as jamais caché- même au moment présent tu as toujours été sincère))
jamais de faux-semblants
est-ce que ça te pardonne au fond si tu pensais bien faire
car ça n'apaise pas mes tourments
c'est même douloureux de penser être en colère illégitimement
envers quelqu'un qui ne voulait que notre bien
je ne peux même te reprocher de ne jamais avoir prononcé tes raisons
mais j'ai envie de continuer d'être en colère- que tu te comportes comme une princesse avec moi ou non
mes yeux piquent et c'est misérable comme je pleure de
frustration
d'admettre la vérité
ça sort enfin là où je les avais tenues
ces larmes que je n'autorise qu'étouffées par la lueur chatoyante des étoiles
tu continues de m'appeler tomtom et je renifle toujours sur le côté bas malgré ta taquinerie sur la bise (française ?)
arrête de m'appeler comme ça. je veux pas aller à la patinoire avec ta bande car je veux pas que les gens pensent que je deviens comme vous.
on dirait presque que ma voix tremble à cause de ça mais je suppose que tu n'es pas dupe hein
je dépose mes mains toujours gantées et je t'agite avec rage- la dernière et celle un peu désespérée de ceux qui préfèrent rester les yeux bandés que se confronter à la vérité qui fait mal
j'ai envie de fondre et de me laisser tomber dans tes bras pour me vider de tout mon surplus d'émotions
mais aussi de continuer à te faire du mal
alors je répète comme une doctrine mais j'ai l'impression que c'est de te poignarder avec une lame déjà émoussée
tapette tapette tapette tapette !
plus de souffle- j'enserre mes doigts sur ma prise qui demeure toi pour ne pas chuter
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
Crève
Messages : 800
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
Avatar(s) : Mob & Ritsu / mob psycho 100%
Dim 23 Juil - 15:19
clairsemées mais présentes
c'est le bout du rouleau interdit face à ces paroles
sans mots
cette douleur qui ressort
qui appelle cette vague de tristesse (de confusion peut-être ?) qui la submerge
sa tomate favorite (il t'a pas lancé pourtant Tom il t'as gardé dans sa poche parce qu'il t'aimes trop pour te sacrifier totalement pour la cause)
(mais peut-être qu'il t'as trop gardé de côté en te mettant à part ce jour là, à part des autres gamins de la bande)
En te faisant presque
la même histoire qu'Estelle, mais avec plus d'attention
moins de bavures
plus d'incompréhensions
moins de jeux
plus de purs sentiments.
Entre vous, de ton point de vue
Il veut bien l’avouer
tout n'est sûrement que brouillon

Il ravale sa salive lorsque tu ravales tes pleurs non tu sais ça
ne lui fait pas plaisir de te voir ainsi dévasté par sa seule présence et sa nonchalance
Jack qui se reprends pour se mettre moins en avant, pour le coup reste les bras ballant parce que tu as à dire :
Le rejet n'est-ce pas.
ça devrait faire mal de t'entendre dire non mais c'est si prévisible que
il a bien imaginé la situation tu sais il s'est même dit qu'il pourrait te convaincre, qu'il en a la capacité
et tout à l'heure plus tu parlais plus
tu lui donnais raison mais là
là à l'instant x
devant les salines qui barbouillent cette bouille qu'il aime tant
Il ne sait plus s'il a envie de se comporter ainsi (c'est mauvais de blesser ainsi dans le cœur son amour ce n'est pas son but il...
il aurait jamais pensé que tu puisses être aussi marqué par tant et tant)
(bien plus que le moulin même avant comme tu as dis plus tôt, ce rejet du groupe que tu as mal vécu il...en avait aucune idée)
Tu étais si rayonnant Tomtom, Jack a toujours pensé que tu brillerai qu'importe l'enclume.
(et s'il avait eu tort ? et s'il t'avait réellement brisé ? Mais non, non ça peut pas être ça, c'est autre chose si c'était le cas tu
serais plus revêche tu chercherais pas par quatre chemin ou alors tu serais franc
terrifié par sa simple ombre)

Le sale gosse ne s'entend pas respirer tellement il retient sa respiration. Là, entre deux, tandis que tu sembles essayer de contenir un raz-de-marée d'émotions de jaillir de toi Tom, tout
ce que tu as à dire
Il t'as dit Jack que tu as tout ton temps pourtant...pourtant...pourquoi tu es là quasiment à trembler, à pleurer comme si...
c'était l'unique occasion de tout déballer, mais que ta fierté d'enfant te tire en arrière. Cette triste contradiction.
Il n'a pas pitié de toi Jack il a
cette douleur dans le cœur ce poignard qui turbine en automatique et ça fait encore plus mal que
ton sale pd
Alors lorsque tu poses tes mains sur lui il a un large frisson, comme s'il s'apprête à recevoir en décharges toutes tes émotions.

Mais ça marche pas comme ça la vie c'est pas comme les dessin animés c'est tellement, tellement plus difficile
de communiquer. (menteuse télévision)
Son corps tout d'un coup se secoue, d'avant en arrière c'est toi, c'est toute ta force, cette rage désespérée d'essayer de lui donner un morceau
de ta propre douleur, lui transmettre pour t'en débarrasser mais ça non plus
ça marche pas comme ça en vrai (tu dois toujours avoir mal, est-ce que ça te soulage un peu au moins ? tandis qu'il se laisse poupée de chiffon entre tes doigts.)
Tu pourrais bien crier même, cette nouvelle insulte elle ne le blesse pas non ce qui le blesse
c'est le ton de ta voix
c'est de te voir au bord du gouffre alors que tu en étais remonté (est-ce que sa simple vision t'as fait bondir à nouveau au fond ? Il n'y a plus rien d'utile au fond, c'est pas le fond qui est intéressant, c'est le fait de grimper jusqu'à en sortir et continuer d'avancer.)
Et Jack il croit bien que tu vas finir par t'écrouler lorsque tes mots finissent même par chuter alors sans hésitation
sans plus aucunes peurs de trop en faire non plus parce qu'il se rend enfin compte, que peut-être c'est trop compliqué
tu réfléchis trop Tom
faut pas réfléchir autant tout ce qu'il a dit c'est tout ce qu'il y a à voir, rien de plus...rien de plus alors arrête là.

Lorsqu'il te chope sous les épaules, te redresse un peu pour les glisser autour de tes côtes, autour de toi
t'enlacer dans ses bras.
et te serrer fort si fort
il avait entendu dire une fois par sa maman que si tu serres assez fort quelqu'un de brisé entre tes doigts tu peux recoller tous ses morceaux éparpillés.
Jack il veut bien te cajoler et continuer sans plus lâcher si c'est ce qu'il faut.
Non il n'est pas désolé puisqu'il est sûr que le temps te renforcera c'est juste que là
vous n'êtes que des enfants et il comprend bien que la violence au début on a toujours du mal à la comprendre, comme une entité aussi mystérieuse que monstrueuse.
Mais c'est fini
c'est fini maintenant
Alors qu'il ne te lâche pas, monte ses bras contre tes omoplates, passe une main derrière ton crâne, flatte ta chevelure précédemment mise en pagaille (tout comme ton cœur) ses lèvres à hauteur de ton oreille :
(il aimerait avoir le pouvoir de te rassurer
d'un claquement de doigts.)

C'est pire si je dis juste Tom...tu crois pas ? Ça va aller, t'as pas à être sur la défensive avec moi, je suis là, je vais plus partir, je suis ton allié ici, si tu as besoin de support je suis là...tout va bien... frotte son autre main dans ton dos pour te rassurer ...tu peux vider tes larmes si tu veux c'est fait pour ça, les épaules...

Tu pourrai même bien t'effriter entre ses doigts, qu'il prendrait le temps un à un, de ramasser chacun de tes grains.

Invité
 
Invité
Dim 23 Juil - 15:23

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

retombe sur les épaules
la lourdeur du clair obscur
corps contre corps- me bruit de deux âmes qui se fracassent
je continue de pleurer quand tu me serres contre toi
je
me laisse aller dans tes bras
tête contre ton épaule
c'est difficile d'admettre que je me sens en sécurité quand tu me racontes ces choses douces
je t'entoure de mes bras laisse retomber la tension
met sûrement un peu de morve sur ton tee-shirt sombre- jamais blanc
je renifle
chuis désolé...
je sais pas vraiment pourquoi- ça sort tout seul j'ai du mal à articuler et je réfléchis même pas à ce que dis
je suis désolé oui pour sûr- je suis désolé c'est ces trois mots qu'ils ont toujours voulu me faire prononcer quand je faisais une connerie
je les bégaye presque involontairement face à toi
mais ils étaient pas forcément aussi doux pas forcément aussi toi
c'est difficile de te détester quand tu n'es pas méchant
dans ma tête j'essaye de te séparer en deux individus
tu sais comme dans ce livre
dr jekyll et mister hyde
c'est cecil qui me l'a raconté
on a tous une part d'ombre ouais
la tienne ne serait-ce pas à l'ombre du moulin
mais actuellement tu es le gentil jack
celui à peu près net
et en qui on ne doute pas
les gants me tiennent chaud et étouffent mes mains
mais je ne dis rien
j'ai peur que si je te lâche l'enfer recommence
je m'agrippe encore et encore
je n'ai pas envie
que tu disparaisses
même quand j'ai tout pleuré et que mon visage est collant
quand il y'a juste ma respiration sifflante
je reste là
dans le creux de tes bras
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
Crève
Messages : 800
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
Avatar(s) : Mob & Ritsu / mob psycho 100%
Dim 23 Juil - 15:24
C'est le torrent n'est-ce pas ?
Comme un mot magique
S'il te plaît Jack
Merci Tom
Dans ses bras, là,
on est assez bien pour se laisser pleuvoir il faut croire
(ça lui fait plaisir il y croyait qu'à moitié)
(toujours cette peur que soudain tu te redresses et le pousse en arrière comme pour lui dire de dégager)

Le tissu le colle de plus en plus à la peau au fur et à mesure que Tom purge sa peine, semble tout essuyer, autant ses yeux que son nez contre.
Il s'en offusque pas non là Jack à vrai dire
est habité par un grand calme intérieur, satisfait de ton laisser-aller
ça montre que tu lui fais assez confiance pour, dans ses bras, pleurer à chaudes larmes.
Qu'il peut être encore avec toi cette icône de réconfort.
(ou peut-être que c'est tout ce que tu voulais Tomtom, être réconforté par Jack ? Mais ça, ce n'est qu'un doux rêve pour l'enfant concerné, rien que d'y penser son minois de gamin calme prend des couleurs chatoyantes.)
Alors lorsque tu t'excuses d'il ne sait quoi Jack tu sais il ne va pas chercher
midi à quatorze heures (comme lui même t'a dit de pas trop réfléchir)
Ne se turlupine pas sur le sens, juste sur la forme. (puisque tu te serres si fort contre lui)
Précieux moment de vous deux réunis (Il n'aurait jamais rêvé plus belle rentrée.)

Il profite autant que possible de cette étreinte, ne compte pas les secondes, pense bien que lorsque tu auras finis de te déverser tu te relèveras.
Mais
Le temps passe
déjà te voilà sans plus aucunes larmes et pourtant
visage toujours contre son poitrail, mains agrippées avec toujours cette même force à lui.
Ta respiration prise (tu as besoin de te moucher, Jack à des mouchoirs dans son sac, mais il n'a pas envie de mettre fin à tout ceci)
C'est vrillant oui ça le vrille à l'intérieur tout cet
attachement
ton visage si proche du sien

a
h
quelle torture
il se penche un peu frotte sa joue contre ta tempe pour venir chercher à faire la bise
cette fameuse
à tes cheveux (comme les mamans le font)
le nez en plein dedans, respire et fronce celui-ci
c'est une bien forte odeur de shampoing pour un enfant, trop manufacturé à son goût
Jack trouve que l'odeur de la neige, du bois, de l'herbe verte t'irait beaucoup mieux (il faudrait y remédier c'est quasi péché à ce point là)
Mais pour l'instant il ne dit rien parce que
non vraiment c'est pas le moment alors que tu es bien là
en princesse éperdue dans ses bras. (oui ça lui fait plaisir de se dire ça)
Sur le point de rendre l'âme de joie en voyant revenir leur goujat chevalier (mais ça les fait bien glousser).
Serait-ce goujat
dit Tomtom
de te voler encore un baiser ?
Oui sûrement alors qu'il se retient in extremis de commettre la faute (tu es sans défense, si dépendant de lui en ce moment)
Mais même Jack n'est pas assez cruel pour t'infliger pareil supplice (plus une pointe de fierté qui lui fait dire en son fort intérieur qu'il préfère que
le prochain se soit toi qui lui demande.)
Jack
qui a si faim (tu lui as tant manqué, il a trop dormis à son goût)
étanche sa voracité par mille petits baisers dans tes cheveux suivant le long premier.

a
h
c'est si difficile d'être auprès de toi lorsque tu es dans cet état
(trop de tendresse ingénue, il ne sait qu'en faire, à vouloir te colorier en dehors des limites de la bonté).
Pour se défaire de se calvaire, qui depuis tout à l'heure, à l'impression va à tout moment rompre son cœur (si vite, si fort il cogne dans sa poitrine)
Il a envie de te voir rire
te débattre un peu de cette suffocante étreinte qu'il pense vite à autre chose qu'à te conquérir
(Agiter autant ton drapeau blanc ne fait qu'amplifier sa voracité.)
C'est si mauvais, arrête Tomate de mûrir dans ses mains
(en tombe une à nouveau à ta taille, laisse celle plus haute descendre se nicher dans ton cou, pianote en pianissimo contre ta peau, puis ajoute de plus en plus du tempo :
chercher la petite bête, cette faille enfantine qui te rendra le sourire)
Si tu mûris trop il n'aura pas d'autre choix que de croquer un morceau (et en fond de pensées, tourne toujours les insultes, le sale pd, la tapette qu'il est, non il ne comprend toujours pas Jack tes excuses
lorsqu'il a l'impression que c'est lui qui devrait se faire pardonner d'être assez en amour pour t'avoir blessé de ses propres doigts d'enfant roi.

Invité
 
Invité
Dim 23 Juil - 15:25

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

parsemeur d'étoiles dans la nuit sombre de ma tignasse
dessinateur du bout des lèvres
c'est plus simple de t'imaginer ainsi qu'autrement (qu'en amoureux)
créateur que destructeur
je ne m'offusque pas de cet amour maternel déplacé qui pourrait attirer les moqueries de certains qui se pensent plus durs et qui ne connaissent rien mais rien du tout
je ne saurais décrire ce que je ressens actuellement- peut-être du soulagement et un immense vide
je ne suis ni poète ni littéraire
les mots manquent avec moi et ils ont juste besoin de donner des coups de poing dans la face
tes doigts effleurent et tentent ce qui n'a jamais marché sur moi
parfois je regrette car ça évite l'embarras d'être sensible aux chatouilles
je pouffe vaguement de l'effort effectuer pour me faire bouger et rire
au revoir le chouineur il faut se comporter en bonhomme
taquin je remonte mon nez vers ton cou avant de
de me moucher ((dedans))
comportement de sale mioche je le sais mais n’est-ce pas ce que je suis sans contrefaçon
me débattre pour tenter de me séparer de mes bras et de ta peut-être vengeance à cet affront
loin des jeux de mains jeux de vilain
ne pas réfléchir
juste ressentir
dans un éclat de rire
oublier les larmes et les coups
le surplus de sentiments superficiels
jack de chef de bande à maman
y’a-t’il un domaine que tu ne maîtrises pas
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
Crève
Messages : 800
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
Avatar(s) : Mob & Ritsu / mob psycho 100%
Dim 23 Juil - 15:26
Joueur tu ne le semble pas trop
sur le sujet loin de te tortiller tu restes intouché
Jack qui plisse les yeux curieux de savoir si c'est de partout ou
que ta faiblesse est bien caché.
En signe de paix tu lui offres tout de même d'une simple expiration poussé un doux son de conciliation sur le sujet.
(c'est mignon c'est très distingué cette petite attention que tu as pour lui)(il t'en aurait pas voulu de rester de marbre tu sais mais ça lui fait plaisir que tu donnes la peine
ne serait-ce que de lui offrir ce taquin soupir.)

Le plus grand s'imagine déjà l'étreinte mais tu lui réserves une dernière surprise avant de vouloir t'enfuir.
Pour le coup il faut bien le dire
enfin
Sur le coup
c o u
C'est Jack qui se retient de faire un pas en arrière, de pencher le visage sur le côté, de se soustraire (oh mais tu ne peux pas savoir)
Il se retient si bien se prépare même lorsque
l'arête frôle sa peau (oh le long frisson)
soudain qui se transforme en fébrile sursaut devant la goujaterie
(pour le coup vous échangez vos place et il lui faut une seconde mais pas deux pour comprendre)

Rayonne ta voix
l'exclamation d'une victoire si enfantine (aussi peu subtile que le changement de sujet)
Alors c'est comme ça ! Non ta témérité ne le perturbe pas après coup au contraire ça le met de bonne humeur de te voir remonter en selle si rapidement (ça te vas bien d'être solaire Tomtom)
C'est si bien parti il se dit que même sans rien dire tu vas sûrement venir
hein dit, à la patinoire ce samedi
Tandis qu'il ouvre ses bras en grand pour te laisser t'enfuir
va vole et reviens dans ses bras
demain et même
après-demain
Lui pour l'heure se pare d'un sourire joueur qui s'avoue vaincu (pour cette fois-ci)
Tant que tu ris c'est tout ce qui compte (encore une fois, pour cette fois-là)

L'enfant le plus calme attrape sa boge, l'ouvre vite fait pour en sortir un paquet de mouchoir, use du premier pour s'essuyer non sans un certain dégoût puis tend le paquet encore pas mal plein à son "ami"

Tu ressembles à un vrai petit sauvageon avec ta bouille entre écrevisse et...fluide...ahah ça change de ton look d'enfant sage comme...

Les points en l'air, tourne trois fois la langue dans sa bouche et se dit que la suite
c'est pas vraiment une bonne idée
de remettre ça sur le tapis maintenant
Ce n'est qu'un rapide flottement, bien vite le voilà qui reprend (pédale ailleurs)

...le samedi on se retrouve à quatorze heures devant la patinoire...si tu changes d'avis...

Se permet de croiser maintenant que tu es face à lui de croiser à nouveau ton regard, cherche à y déceler l'apaisement qu'il a tant essayé de te procurer, là, tout contre lui. Jack n'aspire qu'à ce que vos retrouvailles te fasse réfléchir et naturellement venir à lui
demain
et après-demain aussi.


Invité
 
Invité
Dim 23 Juil - 15:28

A quoi bon toujours vouloir la transformer à ton image

tu restes stoïque en bon roi
je demeure à quelques pas pour reprendre mon souffle
ton léger sourire- ton dégoût remarquable quand tu essuies ton cou
je me libère des gants (ça serait dommage de les salir)
les fourre dans ma poche avant de prendre les mouchoirs
avec une risette conquérante
fier de cette sorte victoire de moi sur toi
je m'essuie le visage me mouche
un bref temps d'arrêt quand
tu retiens tes mots que je comprends
froncement de nez
rappel à la réalité
mais tu as la délicatesse de ne point les prononcer
donc tu as remarqué le changement vestimentaire
c'est un caprice de ma part de ceux qu'on accepte aux grands malades
au revoir les chemises
au revoir les cheveux bien plaqués
comme tu dis
bon garçon transformé en sauvageon
pincement de lèvres amer
tu changes très rapidement de sujet
la patinoire
bref sourire peu convaincu
je m'essuie encore une fois le minois- celui que tu commentes
yeux dans les yeux
et va pour enfiler mon sac de cours près à partir
débarrassé des tensions de cette rentrée
me détourne
y'a que les cons qui changent pas d'avis.
et dieu sait à quel point je le suis
expression de grand
dans une bouche d'enfant
si rien ne me retient il est temps de partir avec un
à demain.
qui signe un lendemain
BY MITZI
Contenu sponsorisé
 

 Sujets similaires

-
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-