(fb) jeux d'enfants ╳ elil
avatar


Messages : 92
Occupation : tient un fight club.
magnolia

Mar 27 Juin - 23:25


tu es le risque que je veux prendre
383 words
tous les gens à qui je dois répondre je pense à vous la nuit jvm promis


on fait partie de ces enfants
sans parents
de ces enfants
pour qui le couvre-feu ne sert qu'à attiser les flammes pour qui les risques les enjeux
ce n'est pas non plus un drame
(fais attention eliott)
les lames contre toi elles complotent
les brûlures que tu t'infliges volontairement les tortures les tourments que t'aimes que t'admires et pourtant
j'peux pas m'empêcher d'avoir peur qu'un jour avant moi avant tom
tu ne meurs
que la douleur achève ton cœur
(qu'elle t'amène dans la torpeur où je ne serais pas)
avant des siècles des décennies ou des années déjà

je cours je cours
y a l'herbe qui claque à mes jambes le ciel
qui couvre ma fuite - conflit existentiel
où je suis tiraillée entre le temple et le cœur
mais tu sais mon amour,
les enfants comme nous n'ont pas de mœurs

alors je cours je cours
encore et toujours
jusqu'au lieu où tu m'as donné rendez-vous
toi le grand manitou
sous les platanes à côté de la rivière
pas besoin de faire de prières,
pour toi je traversai même le plus rude des hivers

- eliott !!

c'est un nom empreints de sentiments un peu faciles
avril un peu docile vil animal que tu mènes par le bout du nez
pas besoin de t'avancer,
regarde elle court jusqu'à toi sourit un rien trop gaie

- désolée je suis un peu en retard

vraiment embarrassée
(c'est long depuis la forêt)
mais j'te jure
qu'y a pas plus pur
que la gêne toute amoureuse dont elle fait preuve à ce moment là
la haine dont elle s'abreuve qui pour une fois
ne passe pas son cœur en émoi
(rien que pour toi)

- j'ai
j'ai un truc à te dire


et ça revient comme une évidence
ça te retombe sur le coin de la gueule
(t'aurais aimé ne pas t'en souvenir)
c'est d'la bêtise plus que d'la démence
tu sais bien avril que ça te vaudra pas l'linceul

mais rien que d'y r'penser d'un coup tu tortilles les pieds
tu tangues un peu te cales contre le tronc sous les branches qui te protège de
l' a v a l a n c h e
de remontrances
mais tu sais bien qu'eliott n'est pas du genre à te gronder
il a même ce sourire un peu trop parfait

- j'ai
j'ai perdu ta casquette
je crois qu'elle est tombée sur le chemin


et si avril n'était pas
une sale gamine une morveuse invétérée
pour sûr à ce moment-là
toutes les larmes du monde elle aurait pleuré
parce que cette casquette-là c'est con à dire
mais c'était le plus beau des présents
alors d'un coup elle perd son sourire,
et replonge dans les tourments

de ceux qu'on a quand on est enfants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 29
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis

Mer 28 Juin - 21:00
love we need it now
let's hope for some
'cuz we're bleeding out
(( (en)jeux d'enfants ft. avril ))



tu attends comme tu le fais souvent parce que tu attends toujours les réactions des gens. provoquer des ((petits accidents)) pour faire tomber les masques des petits comme des grands - si seulement ça pouvait être une vocation tu marquerais volontiers sur le papier ((moi, plus tard, je vais vous faire chier)) et tu peux assurément dire que ta formation tu l'as déjà commencée.
tu attends parce que tout vient à point à qui sait attendre, qu'il n'y a pas besoin de provoquer d'esclandres pour rien. tu attends parce que la nuit ça ne te gêne pas d'errer ((c'est un peu moins douloureux d'exister)) même si avoir mal tu ne sais pas vraiment ce que c'est ((hein eliott)) les gars comme toi qui ignorent la douleur ce que ça fait d'être blessé les filles appellent ça des enfoirés - les mêmes qui ne t'aiment pas forcément parce qu'en tant que sale petite brute on te fout vite chez les méchants

((mais y'a toujours un cas différent))

un cas un peu dément un peu revigorant ((un peu distrayant)) qui mérite ton attention et tes vilaines manipulations. un cas aux allures de bourgeons et aux effluves de printemps ((à la casquette familière)) et au visage que d'autres trouveraient attachant. un cas en retard ((mais c'est pas grave)) pour elle tu viens bien être deux fois plus patient, à quérir sa présence sous les platanes sous la lune les étoiles devant la rivière là où personne ne vient s'occuper de vos affaires

((surtout pas des parents))

tu grattes vaguement ta nuque ((la sensation commune d'un après-guerre sur ta peau)) les poumons qui se remplissent d'un air qui n'est ni bon ni beau. encore. toujours. fumer c'est un peu comme respirer - on aime pas vraiment ça mais on finit par s'y habituer.
ton nom résonne sur sa voix qui détonne ((encore aiguë)) une voix de jeune fille ingénue - et c'est sûrement toi le grand méchant ((parce que tu n'as rien d'un prince charmant)) mais pour elle tu arborerais bien tous les faux-semblants. elle court et tu n'as besoin que d'attendre parce que c'est elle qui te suit il ne faut pas se méprendre - toi tu enlèves juste ta cigarette pour polluer l'atmosphère d'un souffle condensé saveur nicotine et hiver. t'inquiètes, j'ai pas attendu longtemps. pourtant le bout de ton nez un peu rosi dit que tu mens.
et avril ((la doucereuse)) la malheureuse s'excuse et avoue ses péchés que tu as bien vite fait de pardonner. tu l'observes un instant sans rien dire, clope entre tes lippes avant de te rapprocher de sa silhouette fais pas cette tête, c'est qu'une casquette un léger sourire et le mégot retiré de tes lèvres pour mieux parler ((fais attention à ne pas l'enfumer, pense à tout)) sois ce que les gens appellent être ((attentionné)) alors que ta main se dépose sur son crâne ((des cheveux que tu t'empresses de, peut-être gentiment oui, ébouriffer)) avec toujours ce petit air attendri amouraché affectueux que tu as si bien appris à perfectionner si c'est que ça tu retires ta main pour saisir la casquette sur ta tête et la mettre sur la sienne hop, problème réglé un petit rire léger bien mérité ((pas cher payé)) alors que tu te détournes d'elle pour aller t'asseoir plus loin dans l'herbe, les pieds pas trop loin de la rivière. tu reprends une taffe. t'étires de tout ton long, passe une main dans tes cheveux en tapant la place à côté pour l'inviter à venir s'y poser, les yeux braqués sur le ciel que tu rêves de voir brûler on voit vachement d'étoiles en ce moment, ça fait bizarre vu qu'on est supposés mieux les voir en été mais c'est pas comme si tout était normal à foxglove valley tu les connais les étoiles ? les constellations tout ça ?

((plutôt que de regarder tes pieds
et de t'excuser))
regarde avril il a plein de choses à te montrer
à t'apprendre à te faire apprécier
((je suis pas venu pour que tu tires la gueule
sinon je serais resté seul))
grogner feuler mordre et aboyer
plutôt que d'admettre qu'il préférerait s'amuser
((de préférence avec toi,
même si c'est l'hiver et qu'il fait froid))
à vous deux vous pouvez sûrement rire assez
pour devenir l'été.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 92
Occupation : tient un fight club.
magnolia

Jeu 29 Juin - 0:21


tu es le risque que je veux prendre
462 words
eliott fils de sheitan va


fais pas cette tête qu'il dit,
mais pour toi eliott avril ferait tout
et n'importe quoi
tu le sais bien tu le sais trop toi et tes mots trop doux
qu'elle retient un peu plus chaque jour
(ton sourire tes déboires qui s'inscrivent dans sa mémoire)
ta cadence sans latences et cette romance à sens unique
ta tactique et tes techniques pour la rendre folle (toi son seul idole)

une main,
des doigts un peu taquin qui se mêle aux éclairs bruns - zigzaguent entre les mèches rebelles
et c'est toujours si agréable
le fin toucher du diable
(elle ferme les yeux pour le sentir un peu mieux)
ne voit pas la casquette
hausse les sourcils - indiscrète
un o sur ses lèvres un petit cri de joie
un merci sans de rien un amour sans lendemain
tâte le cadeau du bout des doigts - promesse silencieuse de le chérir
(mais toujours moins que toi)

sourire béat,
elle s'étale elle aussi contre la berge - de la rivière qui coule
torrent silencieux
vous n'êtes que tous les deux
face au ciel et à l'univers

- oui

elle répond docilement - en une fois
(deux temps)
trois mouvements
un rien fascinée
par la voix et la fumée
qui monte monte douce vapeur mortuaire
lenteur sanguinaire
(ça te tuera)
avril préfère ne pas y penser - elle sait qu'elle en chialerait

- là

elle pointe du doigt

- on voit super bien la grande ourse

et orion et le cygne et cassiopée
ne te presse pas avril,
la nuit vient de commencer

- mon vieux (plutôt cecil, n'est-ce pas avril) me racontait la légende quand j'étais petite

zeus avait trompé héra avait une nymphe et elle avait accouché. héra était tellement vénère qu'elle a transformé la fille en ours. au calme quoi ! entre temps son fils a grandi et, manque de pot en chassant il s'est mis à poursuivre sa mère sans bah, savoir que c'était elle. du coup zeus il s'est dit miskine, il l'a transformé en constellation avant qu'elle se fasse niquer une seconde fois et son fils c'est devenu la petite ourse, on sait pas pourquoi


sourire moqueur
hausse les épaules
ça la fait marrer avril - de cacher sa gêne derrière sa sempiternelle connerie

- j'y croyais en plus haha - je pensais que quand je mourrais je deviendrais une constellation

tourne la tête vers toi
l'air étrangement concernée
caresse tes cheveux feu de son regard terre

- c'est con hein ?

c'est pas comme si la mort
ça avait quelque chose de sain

(hein
e   l   l   i   o   t ? )

centre de son univers.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 29
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis

Jeu 29 Juin - 10:15
love we need it now
let's hope for some
'cuz we're bleeding out
(( (en)jeux d'enfants ft. avril ))



il fait mine de ne rien voir mais il sait pourtant ((devine aisément)) les battements de ton coeur la joie qui vient l'enserrer et l'attention que tu vas y porter ((pour sûrement la perdre à nouveau après)) mais c'est pas grave
des casquettes, il en a plein à te filer
alors c'est pas grave.
c'est pas grave si tu les sèmes aux quatre coins du monde et du vent parce qu'il sait que tu reviendras toujours vers lui penaude tête baissée et les yeux qui ((involontairement)) minaudent plaident ta cause - un truc de fille qu'il n'a sûrement jamais vraiment compris il sait juste que ça rime avec ennui qu'il vaut mieux être conciliant ((et puis c'est aussi un peu amusant)) de jouer de tes sentiments comme il maîtriserait des cordes sur un instrument.
elle se pose à côté de toi avril qui n'a d'yeux que pour la fumée en laquelle tu vas un jour te transformer ((peut-être qu'elle le sent)) t'as toujours été sur le point de te consumer ((il ne manquait qu'une étincelle)) un petit éclat de zèle pour faire partir les flammes.
avril elle te dit oui elle te dit moi les étoiles le ciel et ses habitants je les connais ((tu la trouves bien présomptueuse)) mais avril n'y lit sûrement qu'une question en l'air alors que toi tes mots faut toujours regarder ce qui se cache derrière. elle te raconte l'histoire de l'ourse mère ((version temps moderne)) et t'en laisses échapper un rire amusé par ses mots trop déformés tes traits qui se plissent un peu alors que tu fais tomber des cendres à terre miskine ouais, comme tu dis et elle te dit avril que croire qu'on devient étoile plus tard c'est un peu un truc de con ((toi tu penses plus à un truc de connard)) parce que te dire que les dieux te feront une place sous leur étendard c'est être un orgueilleux bâtard ((toi aussi tu y as cru)) c'est peut-être pour ça catastérisation c'est compliqué comme mot pas vraiment attirant comme ça pourtant tu souris doucement, lui accordant un regard en tenant ton visage - paume de la main qui tient ta cigarette contre ta joue si c'était si con que ça, ça n'aurait sûrement pas de nom tu dévoiles un peu tes dents, moqueur ((presque enjôleur)) alors que tu reprends une latte et puis si à notre âge on n'a pas le droit d'être cons, c'est que le monde tourne vraiment pas rond. on a le temps encore sûrement, faut pas s'prendre la tête avec la mort même si y'a des gamins comme toi qui n'ont pas le temps pour ça qui ont raté la case de l'enfance pour celle des génies ((et ça créait beaucoup de soucis))
par réflexe tu remontes la manche de ton sweatshirt légèrement ((un peu plus de marques qu'hier)) moins que demain sûrement et en approche la cigarette qui s'éteindra bientôt, prêt à l'appuyer sur ta peau
((un regard vers elle))
pour mieux te rappeler qu'avril ne trouve pas ça ni doux ni beau alors ton geste s'arrête la manche qui s'abaisse quand tu recraches la fumée de tes poumons et écrase le mégot sous ton pied
à croire que pour elle tu imiterais presque un semblant de normalité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 92
Occupation : tient un fight club.
magnolia

Jeu 29 Juin - 20:50


tu es le risque que je veux prendre
689 words
mdr c quoi ce rush


c'est pas vraiment d'la prétention,
que d'étaler tout son savoir sur les constellations
parce que tu savais avril elle connaît pas beaucoup de choses
les rires la forêt - parfois les ecchymoses
les étoiles c'est sa petite sagesse à elle - qui lui rend la vie un rien plus belle
(à regarder le ciel elle en oublierait presque que t'es pas éternel)

alors quand tu la regardes elle s'y accroche un peu plus,
la main qui retient sa nuque
tend vers ton rictus - silencieux laïus
te rend ton sourire au centième elle et ses dents qui brillent
comme des petits diadèmes
(princesse de rien)
si c'n'est des matins sans lendemains

catastérisation
elle n'est pas sûre de bien le prononcer - mais sur tes lippes ça lui semble si léger
des sonorités qui lui plaisent
pas de foutaises, c'est un joli mot tant qu'il vient de toi

- oui
oui, on a le temps hein


au moins jusqu'au matin

et y a encore la nicotine qui vient lui chatouiller les narines
douce effluve de débauche - elle tourne la tête à gauche
intriguée par cette odeur d'outre-tombe
d'outre-âge
croise
ton regard un peu hagard
(moins que le sien)
avril qui rentre dans une cour dont elle ne connaît rien - celle des enfants grandis trop vite
puis la manche,
puis le mégot sous la semelle
elle fronce un peu les sourcils
a    v    r    i    l
parce qu'elle sait bien que t'es méchant,
que t'es pas comme les autres enfants (y a pas besoin d'faire semblant)
c'est pas parce qu'elle est amoureuse qu'elle est devenue débile
tu sais eliott ce genre de moments
(un peu gênants)
c'est pas indélébile
elle finit par oublier avril les moments où t'es un peu trop satan
(oui dans son esprit elle te préfère prince charmant)
mais là,
sous les yeux
(sous la lune)
elle peut pas faire comme si elle avait rien vu
de ce spectacle sans fortune de ce pentacle d'amertume
(vade retro)
elle fixe toujours le mégot

- tu dégueulasses là

avril aime bien la planète - c'est comme sa grande sœur
après tout c'est une fleur,
pour qui la terre c'est comme une mère
(alors s'teuplaît eliott sois pas amer)
je te promets que toujours elle t'aimera
puis après tout,
c'est pas comme si ça valait grand chose pour toi

- t'as qu'à prendre mon bras à la place
j'ai pas envie que tu te brûles non plus


contrairement à toi,
parce qu'elle t'aime un peu trop pour ça
quand toi tout ce que t'aime c'est cette sensation un peu acide du feu contre la peau
c'est rapide comme tempo,
sa main qui se cale jusqu'à son dos  - la seconde qui repose sur son ventre
elle ne sait pas avril innocemment elle se dit
(c'est juste un gars qui aime l'odeur du tabac)
et des dangers
elle comprend ça avril,
parce que les gosses comme vous n'ont que ça pour exister

elle te regarde,
elle n'a pas peur de se brûler les yeux
te détaille un peu mieux garçon inflammable aux airs affables
(t'es comme de l'essence)
sur son cœur en transe

et y a une étoile qui file
elle la voit du coin de l'œil avril - sourire volubile qui jubile oublie les conflits
replonge dans la nuit

- on m'a dit un jour qu'les étoiles filantes,
c'était les anges qui balançaient leurs clopes dans le ciel avant que dieu les voit


ferme les yeux
fais un vœu
(que vous ne soyez jamais séparés tous les deux)

- on m'en a raconté des histoires à la con

peut-être qu't'en fais partie - un d'ses diablotins sans noms
(un rire qui se perd sur son visage rubicond)

- pourquoi tu fumes, au fait ?

elle juge pas
elle a juste envie
de parler de l'au-delà

Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 29
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis

Dim 16 Juil - 19:16
love we need it now
let's hope for some
'cuz we're bleeding out
(( (en)jeux d'enfants ft. avril ))



on a le temps hein qu'est-ce que tu en sais toi au final, eliott - le temps au final c'est pas vraiment important et tu voudrais lui répondre d'un haussement d'épaules que tant qu'il y aura de quoi te distraire ici-bas tu ne partiras pas ; que si le contraire arrive par contre tu n'hésiteras pas. après tout vous n'êtes là que pour vous amuser prendre un moindre plaisir à exister et s'il n'y en a guère pas la peine de chercher la guerre pour ne trouver que la misère ((il vaut mieux qu'on t'enterre)) comme ça personne n'y perd.
elle fronce les sourcils, avril.
elle te regarde un poil agacée et tu retiens un sourire ((oui avril, je sais que t'es pas conne)) enfin tout de même un peu pour croire qu'il y a au-dessus de toi des étoiles qui sont bonnes ((mais la terre m'amoche alors j'ai envie de la rendre plus moche)) et c'est pas vraiment toi qui seras capable de l'arrêter s'cuse l'air nonchalant puis un maigre rire grinçant t'as cru j'allais t'claquer mes clopes sur le bras ? non je crois pas, avril c'est qu'un jeu ça serait con qu'elle en garde des traces indélébiles ((pourtant c'est pas l'envie qui te manque)) de rendre sa peau un brin moins belle et blanche mais ça tu le gardes pour toi hein ((t'es franc zinzin)) et si elle te pense satan oh qu'elle en est loin. tu la sens qui perd son regard sur toi alors que tu te contentes de fixer la rivière à vos pieds, une main dans tes cheveux (d')allumés et la furieuse envie de déjà venir reperdre tes lèvres sur un brin de nicotine mortelle ((contente toi de les mordre)) plutôt que de te tordre.
elle parle, avril.
elle rit, avril.
c'est fou comme elle vit pour rien ça t'étonne toujours un brin ((ahah non je plaisante)) peut-être que des fois ça t'ennuie que tu aimerais bien ((n'en parlons pas)) n'y pensons pas puisqu'il n'arrivera rien
ou du moins pas de tes propres mains.
et tu voudrais lui dire que oui ses histoires sont sacrément connes mais tu te contentes d'un sourire en écho à son éclat de rire laissant ton dos retomber en arrière bras croisés derrière la tête et celle-ci plongée dans les étoiles pourquoi tu fumes eliott elle en a des questions et tu hausses maigrement les épaules, tes dents blanches dévoilées je savais pas quoi faire de mon briquet plutôt que de cramer tout et n'importe quoi t'as fini par commencer à fumer sans jamais arrêter de tout brûler ; tu regrettes pas non, ça te fait marrer ((mais t'iras pas dans les détails)) parce qu'après tout c'est pas trop normal, hein mais commence pas, c'est dégueux de fumer en vrai et c'est super cher t'vas rien y gagner à part te niquer la santé toi aussi mais bon toi t'es déjà un cas désespéré alors qu'est-ce qu'on en a à branler.
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Jeux d'enfants ▲ PV Mataï - end
» l'etudiant haitien typique est une honte nationale:
» Transition et S6 : faits, fées et effets
» JEUX D'ENFANTS ∇ NAKO
» LES DEUX DERNIERS BEBES DE PREVAL NE SONT PAS DES ENFANTS NATURELS......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-