forum rpg contexte original pour tous les âges ☆ univers fantastique et paranormal ☆ aucun minimum de lignes/mots ☆ avatars illustrés 200*320px.

FB - Pince sans rire - Eliack
avatar
Crève

Messages : 579
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis
myosotis

Mar 27 Juin - 17:23
 
 |     


Les deux en plein dans le mille, le tintamarre des cris, le rire échappé d'un garçon fier d'avoir fait un peu son méchant.
(mais pas vraiment)
Le jour suit la pluie, donne une seconde beauté à celle-ci : on peut jouer en toute impunité à salir ses amis avec la bonne excuse pour les parents
que c'est la faute d'autrui (de tout ce qui vrombit).
Ils ont encore le temps aujourd'hui pour se rouler dans la boue et jouer à mille et un combat, vérifier que rien n'est brisé suite à l'averse d'un ciel qu'ils pardonnent puisque facétieux comme eux trois.

Jack
Tyler Joshua
ont bien conscience qu'on a neuf ans qu'une seule fois.
Le roi commande
Les valets exécutent
(zèle à leurs talons, ils s'envolent dans son sillage)
Ne cherchent ni à rivaliser avec son ombre, ni faire embardés seuls.
Ni peur ni reproche
l'attrait de son ambassade des enfants suffit à faire battre en eux les 4 saisons sous le signe
de l'éternelle souveraineté de l'instant présent.

Court Tyler Court Joshua
Si vous ne voulez pas finir abandonnés sur le pavé, il faut bien s'accrocher, ne pas détourner le regard lorsqu'il plonge ses yeux dans les votre et chercher
encore et encore
la petite bête qui trahirait votre incompréhension face à son obstination.
Vous êtes si fier d'être proche de lui vous êtes si fier d'être des
Garnements avec cette tangente permission de devenir d'encore plus
vilains garçons
(et on sourit en coin on fait des croche pieds de copain à copain mais pas à Jack non Jack court toujours en aval sur le chemin.
(il n'est pas pressé pourtant non c'est juste l'air du moment)
ça sent la pluie
ça appelle le feu
ça sent le goudron
ça appelle le crissement
Des baskets, des dents, du coudes à coudes et des voitures qui prennent le virage un peu serré vous fait même siffler
(puis divaguer sur un possible dérapage et vous dans le fossé ouai ça vous fait marrer tout ça la vie la mort vous êtes au dessus de ça même toi qui l'a connait bien Jack toi qui t'es enfin fait une raison -finit en tout cas de jouer au coude à coude avec elle tu as d'autre projet tu lui as dis adieux il y a déjà deux ans à l'ombre d'un cyprès).

Tu auras bien le temps de la retrouver au détour d'une autre de ses épingles - tu l'aperçois à l'horizon mais c'est si loin...si petit que tu peux jouer à la tenir entre deux doigts. (comme il fait parfois avec les astres qui parsèment la nuit)
A force de boutade, de vos jambes qui s'acharnent puis finissent par revivre une seconde fois sous les rondeurs de la forêt, un pas devant l'autre jusqu'à bout de souffle. (pour eux oh non pas pour toi, toi t'as du coffre d'avoir trop hurlé)

ça sent le bois
ça appelle le jeu
ça sent le feu
puis ton nez qui se retrousse
Parce que au fond le mélange des deux
C'est comme si on venait de couler une route de goudron en plein dans le giron
(c'est une doucereuse odeur dont Jack ne peut pas s'empêcher, sur le coup d'être écœuré)

Les trois compère se fixent sur Toi, quelques mètres de distance entre vous, sans mieux s'approcher.
Les deux recrues en arrière, mais pas peu fières d'afficher le même faciès courroucé.
Sur la défensive, prêt à défendre leur contrée.

Pourquoi t'es là ?

Impérativement il annonce, mais c'est pas une remarque rouquin, c'est plus comme une prévention pour toi, le ton un peu sec pour mieux te dire de dégager du terrain privatisé par leur soin.
En hauteur la cabane observe tout le remue-ménage, silencieuse, sans altération (alors il n'a pas essayé de monter ?) la corde pend, pas de trace de tentative en tout cas lorsque Jack s'approche pour la secouer, puisqu'elle dégorge toute l'eau de l'averse.
Hm. . .

Jack ne
cherche pas à paraitre impérieux plus que de mesure
ni imposant (on lui a tellement dit qu'il l'était déjà)
ni à monter sur il ne sait quoi
faire le grand
alors qu'il préfère cent fois être un enfant.
Il se contente de croiser à nouveau les yeux bleus.

Il y a que les garçons de mon groupe qui peuvent trainer ici, c'est mon repère.


Mais tu est au courant non ? Puisque toutes les classes le savent qu'il faut pas trop venir fricoter comme un kéké auprès de Jack. Non c'est vrai pourquoi chercher à s'imposer plus que de mesure quand tout le monde sait qu'il a une sacrée droite et que personne n'aime en tâter.


Un deux trois Jacques a dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 34
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis
myosotis

Mer 28 Juin - 18:55
 
 |     
you heard my voice
i came out of the woods by choice
shelter also gave their shade
but in the dark i have no name
(( p(r)ince(s) sans rire ft. jack ))



les méchants n'ont rien d'alléchant ni d'attirant par le fait que tout le monde les trouve ennuyant ((ou plus exactement)) que tout le monde les connaît quand un méchant si vraiment mauvais il était serait sûrement assez malin pour ne pas faire savoir jusqu'à la simple possibilité qu'il puisse exister. même s'il est de couleurs chatoyantes et d'une nature bruyante ((un peu comme toi)) avec des fils tissés de feu et des mots bien assez blessants et hargneux. il y a des gens comme toi qui n'ont pas besoin d'agir pour effrayer il y a des noms comme ça qui restent gravés

e     l     i     o     t     t
(( ça fait un peu vieux ))

c'est pas très accrocheur pas vraiment le genre de pseudonymes qu'on trouverait dans un film d'horreur pourtant quand tu passes avec ta réputation de brute un peu bourrue on sait que ce n'est pas toi qui aujourd'hui ni demain se verra (a)battu. et l'on se doute pourtant moins que plus que d'être l'un des dangereux chiens du coin tu es celui qui regarde celui qui observe celui qui sait juste parce qu'il est ou par ce que vous êtes puisque oui on le sait peu mais il ne faut pas l'oublier aussi pauvres malheureux

e     l     i     o     t     t
(( ça veut dire seigneur dieu ))

est-ce que dieu lui aussi ((s'il existe ou elle pas la peine d'être sexiste)) s'évertue à penser ce genre de conneries ; tu n'en sais rien mais penser à la connerie humaine est gratifiant comme caresser un chien ((c'est un peu ce que les autres sont)) mais dire ce genre de choses à leur face te ferait passer pour un bougre de polisson. et tu n'en es rien, hein, eliott ((non toi à leurs yeux)) tu n'es qu'un sombre petit con. pas un grand heureusement non toi tu entends bien rester enfant ; être grand c'est comme être chef ça n'attire que des trucs chiants et on finit généralement par vous couper la tête. ((mais il y en a un)) qui t'intéresse bien

un petit chien un peu plus mal(sa)in

à qui tu ferais bien sa fête - mais tu n'as assez de feu que pour quelques cigarettes ((dont celle qui se livre à tes lèvres)) au milieu des bois et des chênes qui ne sont en( )fer. un canidé qui se terre dans la forêt ((royaume sans qui personne pour régner)) pas même les animaux au trône usurpé là-haut dans l'arbre avec sa corde mouillée ((mais le roi est absent)) tout comme ses éternels suivants ; pas que tu le cherchais, tu ne faisais que te promener ((éternel trouble-fête)) bien trop curieux de rendre autrui malheureux. un pourquoi hasardeux ((et pas très chaleureux)) sur lequel tu te retournes
maître corbeau s'en est arrivé
et il n'a pas l'air d'avoir de fromage que tu pourrais lui dérober
tu laisses un nuage de fumée s'envoler, bâtonnet de nicotine entre les doigts sur ta casquette. sa seigneurie est là ((accompagnée de ses valets)) que tu verrais bien décapités. aujourd'hui eliott tu te sens teint couleur saveur odeur curiosité ((un jour à marcher sur les défunts)) à rire de tout et de rien. pour tout. pour rien. un léger sourire narquois sur tes lèvres d'arlequin - sauf que c'est à lui de te distraire être amusant toi tu n'en as que faire. tu reprends une taffe ((asphyxie tes poumons)) peut-être qu'ainsi l'air qu'ils respireront sera plus bon que tu recraches en un brouillard.

il est au courant, tu sais
et il ne cherche vraiment pas à s'imposer
((diriger c'est un truc que font les grands
et moi je ne suis qu'un enfant très méchant))
la peste le choléra des nuisibles trop collants
tel un mortel trop semblable à satan

il éteint le feu jeté sous son pied dans une dernière aurore de fumée ; range ses mains abîmées dans ses poches ((un peu trop malin)) pour la réputation qui colle à ses souliers mais tu sais petit roi il a bien envie de t'accompagner de te prendre la main ((te jeter dans les bras de son paternel)) celui qui vit sous terre dans les braises éternelles ((voir si tu le penseras affable)) pour t'avoir fait danser avec le diable. donc je n'ai qu'à joindre ton groupe pour traîner ici ? les épaules qui s'abaissent un peu, le regard océan si bleu en feu compte moi dedans quand tu veux. mais si tu l'acceptes juste comme ça se serait un peu malheureux car



toi qui as enfin piqué son intérêt
te révélerais être bien ennuyeux.
((et les jouets dont je ne veux
je ne brûle que d'y mettre le feu.))
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 579
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis
myosotis

Mer 28 Juin - 21:08
 
 |     

Hm.

Petite approbation, il ne "suffit" que de rejoindre.
Pour avoir le passe-droit de faire de l'endroit ton propre chemin vers de nouveaux lendemain.
(nouvelle mémoire et passe-temps enfantin)

Ton petit air décontracté ne l'impressionne pas outre mesure, néanmoins Jack a bien conscience que tu ne cherches pas à l'intimider.
Tu es juste de ces garçons qui semblent naturellement détaché. L'enfant imagine que ça doit en échauffer plus d'un ; cette manière d'agir comme s'il n'y avait aucunes règles assez importantes pour te faire courber l'échine.

Mais Jack il n'a pas froid dans tes yeux
Il n'est pas de ces peureux qui reculent devant ce qu'ils ne peuvent soumettre à leur bon vouloir.
L'étoile filante ne cherche que des camarades de jeux à embarquer dans sa trajectoire
pour une longue, longue nuit libérée des interdits du monde extérieur (lui n'a pas l'intention de vous laisser grandir sans y être préparé, il a, à son sens, cette clémence là)
Les leader devraient toujours illuminer le chemin.

Le roi de cette cabane finit de t'examiner au même moment où tu finis de parler Eliott.
Quand tu veux Jack
A ta disposition Jack
Comme s'il attendrait le temps qu'il faut
Mais Jack n'a pas le temps ad æternam dans la paume de ses mains.
(il avoue que tes mots sonnent bien, sonnent comme un suivant plutôt que ceux d'un chenapan venu
chaparder son bien sous ses pieds)
L'enfant lunaire n'a pas besoin de te faire confiance pour faire le premier pas en ta direction.
(il n'a pas peur de ta vive, flamboyante lumière)
Assuré dans ses convictions, il sait que de toute manière
tôt ou tard (peut-être même d'ors et déjà)
tu te rendras compte qu'il ne faut pas jouer à "ça".

Ses baskets crantés s'enfoncent un petit pas dans le sol meuble et toujours généreux suite à l'averse.
Laisse derrière lui la trace de sa décision.  
Une main vient se faufiler dans une poche
Pas comme toi non. Elle est de simple passage, vient extraire un couteau à cran qu'il ouvre et bloque d'un geste preste, sans hésitation, répété mille et une fois sûrement, sans même jeter un coup d’œil.
Il caresse la lame du pouce avant de s'arrêter à un petit mètre environs de toi. Son soupire s'échapper dans l'air toujours chargé de ton odeur et ses genoux roulent, s'assoient en tailleur sans se soucier de salir ses jambes, son short long, ni rien de tout ça. C'est pas lui qui lave le linge après tout, et c'est pas comme si elle s'en souciait Gelda, c'est pas comme si elle se souciait de quoi que se soit de toute manière.
Il imagine que c'est un peu la même chose pour le roux face à lui, pour qu'il puisse racketter ainsi sa nicotine (ou peut-être que là est la raison pour laquelle il veut trainer dans le coin, avoir la tranquillité d'allumer ses poumons sans les désapprobations.)

La lame se plante dans la terre meuble.
Coude contre ton genou, visage posé dans ta palme, ses cinq doigts pianotent contre sa joue.

On rentre pas comme ça. Assis-toi.

A l'arrière Tyler et Joshua ne ricanent pas, c'est du sérieux, de l'initiation, alors ils s'assoient à leur tour là où ils sont, l'un se tourne les pouces en observant la scène, l'autre dépiaute les herbes folles autour de son périmètre.
Tout semble si normal, après tout y a rien de plus banal que la violence dans leur sang.

Jack ne peut pas s'empêcher
De laisser fleurir ce léger sourire (mutin)
Le regard perdu dans le reflet de son minois de sale gosse dans la lame.
brisé
Non il n'a pas besoin de lever avec attente son faciès pour croiser à nouveau tes prunelles.
Un peu plus tôt dans tes yeux gercés il a cru apercevoir bouillonner par dessous la douce, réconfortante chaleur
Le vécu d'un damné.
Aurais-tu déjà cramé Eliott ?
Il a grande hâte de le vérifier si tu savais.


Un deux trois Jacques a dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 34
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis
myosotis

Jeu 29 Juin - 0:14
 
 |     
you heard my voice
i came out of the woods by choice
shelter also gave their shade
but in the dark i have no name
(( p(r)ince(s) sans rire ft. jack ))



le roi ne bronche pas il n'a pas besoin de cela pour que sa prestance s'étale jusqu'à toi - que ses yeux de suie rappellent en ton encéphale les cloches criardes de minuit ((sombres)) le roi ne l'est pas il est autant un éclat qu'une vicieuse ombre
celle qui est toujours devant
pour guider les gens
et toujours derrière
pour surveiller de ses fidèles les arrières.
le roi pourrait être une fraîche nuit d'été un brin réconfortante ((sûrement l'est-il)) pour attirer les enfants aux préoccupations futiles mais tu le sens brasier étouffé et hiver glacial ; versatile animal. le roi est un danger.

((et c'est sûrement sans me l'avouer pour autant
ce qui me plaît en cet instant))

le roi a des fidèles inintéressants - tu n'y vois et n'y sens que des enfants un peu perdus un peu bossus et cabossés que l'adolescence s'empresse s'impatiente à rejeter ; des gamins en quête de repères ((sans qu'on puisse vraiment donner autre chose qu'une solution éphémère)) car il faut apprendre à marcher tout seul pour être grand ((et sûrement que le roi tentera de les pousser en avant)) et toi oui toi tu veux bien t'adonner à ce
mignon
adorable
exécrable
petit jeu

((y trouver le moyen d'en rendre plus d'un malheureux
parce que y'a toujours un moyen d'être Ôdieux))

son seigneur ((saigne son heure)) s'écarte de la plèbe pour t'honorer de quelques pas vers toi prendre en main sa ((ridicule)) flamboyante épée avec laquelle il t'adoubera ou te décapitera ((tout dépend de toi)) et ça tombe bien parce que tromper le destin c'est un peu ce que tu fais à temps plein. c'est un geste (in)habituel un (con)sacré rituel que tu pratiques bien souvent toi-même avec les lames ; compagnons éternels. il appose son être à même les terres profanes qui vont probablement le souiller ((tant mieux tu le préfères déjà tâché)) et le roi parle alors que ses laquais derrière semblent prêts à s'étouffer tant l'air devient lourd à respirer

quand toi tu voles
empli d'une écœurante légèreté.

et il y a sur ses lèvres un sourire qui renforce le tient qui ((allume)) dans tes yeux un nouveau feu auquel tu te brûlerais bien ((un léger quelque chose)) un amusement tout ce qu'il y a de plus (mal)sain - tu t'assois docile ((pas très intelligent de faire du zèle en cet instant)) tu en es parfaitement conscient. et puis c'est pas comme si tu en avais quelque chose à faire de t'asseoir par terre ; coudes sur les genoux un arrière goût de nicotine en bouche qui brûle encore tes poumons ((et le sourire discret d'un petit démon)) et le coeur qui bat extasié en pleine jubilation quelque chose de bien plus satisfaisant qu'une indolore scarification 'kay. cool. on commence par quoi ? tu as comme l'impression que ça va être long ((tant mieux)) même si c'est dangereux

((pour eux pas pour moi
à s'en demander qui est vraiment roi))
mais que l'on se rassure qu'aucun malaise ne naisse
tu garderas le chien que tu es bien en laisse
((jusqu'à ce que le jeu s'arrête
que je puisse enfin faire la fête.))
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 579
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis
myosotis

Jeu 29 Juin - 0:53
 
 |     


Comment ça on commence par quoi.
Pendant deux secondes Jack à présent à même hauteur que ta bouille se permet.
Dirige son sourire toujours en ta direction
(pourquoi tu fais le beau Eliott)
Ses iris si contrastants avec toi, plongés dans les tiens
(à faire même pas peur avant même de savoir)
il hausse un sourcil tandis que son attention est happée à nouveau par la lame qu'il sort de son fourreau
(tant fais pas Gaïa il te retournera bien vite)
fait tourner dans ses doigts, trois petits tours puis le voilà tendu vers toi
- pas la lame -
être ton propre bourreau est bien plus rigolo.

quand bien même,
trois petits tours, reviens en bonne prise dans sa main.
Pose l'autre entre vous, écarte ses longs doigts, ils pianotent le sol, la fraicheur du chiendent.
Tout comme les tiennes Eliott, cette peau là est barbouillée d'estafilades plus au moins boursouflées
(détruites, les jolies menottes de pianistes, brisées sur l'autel du la masculinité, puis du cap ou pas cap
que parfois certains enfants poussent toujours plus loin vous savez bien pourquoi)
Pas la peine de faire un dessin il suppose que tu as devinés.
Tout comme ce n'est pas pour s'imposer si en tant que leader il passe le premier, c'est simplement
de sa responsabilité, l'exemple à suivre. (suis bien le mouvement de sa main lorsqu'elle s'abat pour la première fois de son pouce à son petit doigt.
Simple tempo, pas d'hésitation, il veut que tu remarques bien les larges traces dans la terre voilà tout, à quel point la lame s'enfonce dedans, avec force.
Pas d'hésitation donc.

T'enjailles pas trop, c'est qu'une formalité, histoire que tu comprennes où tu t'embarques.

La pointe reviens avant son pouce, et il recommence
plus
plus vite
un deux trois quatre cinq six
Encore et encore sans rien dire alors que Tyler se lève sans piper mot non plus pour aller secouer la corde, grimper chercher la pharmacie
pas pour Jack non qui compte
un deux trois quatre cinq six
vite si vite
que ce n'est plus qu'un brouahah incompréhensible dans ses pensés jusqu'à ce qu'il ne compte plus, absorbé par le bruit
tchak tchak tchak tchak tchak tchak
ça sort ça rentre.
ça apaise ses sens ce geste monotone tant et tant répété
(ses paupières se sont closes à moitié)
(sa respiration s'est allongée)

Peut-être qu'il n'y a qu'une dizaine de secondes qui s’écoulent, peut-être plus il ne sait plus il fait pas gaffe lorsqu'il s'arrête
trois petits tours
Poignée à nouveau tendue comme une opportunité vers toi Eliott
la main immaculée de Jack toujours au sol, le sol déchiré entre chaque allumettes qu'il était bien prêt à allumer
de rouge
l'exemple n'a même pas frémit. Ses paupières se sont rouvertes en grand lors de son réveil, ses yeux malgré leur triste couleur, brillants de la nuit emprisonnée dedans)

Aussi vite que possible, on a de quoi aider si tu te coupes un doigt. J'insiste sur le possible.

(Tyler qui lance au sol du haut du perchoir la boîte métallique avant de redescendre.)
Parce que chez Jack c'est pas la course au plus méritant vous êtes tous ses enfants, ses protégés qu'il se doit d'éduquer, oui le plus important au fond c'est d'apprendre et de s'endurcir, de nouer à jamais avec la sauvagerie enfantine en soi et la lier à l'innocence dans un mariage malsain à tout œil extérieur, mais d'une beauté indescriptible pour Jack.


Un deux trois Jacques a dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 34
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis
myosotis

Jeu 29 Juin - 2:28
 
 |     
you heard my voice
i came out of the woods by choice
shelter also gave their shade
but in the dark i have no name
(( p(r)ince(s) sans rire ft. jack ))



il abat son courroux entre ses doigts d'abord et c'est toute une harmonie mélodie délicieuse ((RHAPSODIE)) qui se démène en toi des souvenirs d'autrefois et des jours à venir qui viennent te quérir et t'ensevelir
tu regardes les premiers pas sûr d'eux dans la terre mère les échauffements l'avant-première qui développe en toi les avant-coureurs émois de tes sombres passions tes sordides ((FASCINATIONS)) et il te dit

((t'enjailles pas trop))
mais c'est un peu compliqué
quand il te sert tes préférés maux.

forcément en toi ça devient un peu vivant les étincelles qui se rallument doucement dans la cheminée azurée ((oh jack jack jack)) il s'en lécherait presque les babines quand tu te mets à danser pour de vrai quand tu
((shack shack shack))
son morceau préféré. la terre qui se bat se remue s'agite de haut en bas s'accroche mouillée sur les pans de la lame alors que tes yeux à toi ne sont plus emportés par la valse ou une quelconque danse non mais il comprend tu sais à quel point elle est prenante oui la terrible ((TRANSE))
il la vit si souvent et il en devient toujours plus dément
((avec un arrière-goût fer si appétissant si
savoureux avec son inévitable reviens-y))

et il s'arrête
la robe la peau encore immaculée et toi tu as eu du mal à contenir un sourire qui se serait bien fait ((EUPHORIQUE)) mais ça sera encore plus dur quand ce sera à toi de jouer les durs ((trois petits tours)) et puis la lame s'en va non pas sans un glissement ((accidentel ne nous perdons guère en bagatelles)) de tes doigts sur les siens. par réflexe tu la pèses en vérifie le balancement entre tes doigts si blancs ; place les cinq autres à terre. aussi vite que possible. répètes-tu en une affirmation sans aucune provocation ; un simple acquiescement pour ne pas énerver le si ((GRAND)) qui serait bien si petit s'il ne t'amusait pas autant et tu
((shack))
doucement un deux trois un deux trois
savourer les pas de valse quelques fois
pour débuter
((shack shack shack))
pour s'amuser
((shack shack shack
shack shack shack))
les yeux rivés sur la lame qui bourre la boue et la terre ((trop précise)) pas un tremblement pas une hésitation l'espace d'un instant et tu danses oui
peut-être aussi vite si ce n'est plus que lui
((shack shack shack
shack shack shack))
pas besoin de compter quand tu ne fais que danser ((c'est le talent des naturels qu'on t'a répété)) le génie des hérétiques infidèles et à l'instar du roi qui ne gouverne pour l'instant que des couards tu as l'air si ((léger)) comme si la lame n'était qu'un coup de vent maîtrisé un allongement de tes doigts qui venait et s'en allait une caresse taquine et pleine de promesses

((un reviens me voir
je te DÉTRUIRAI
peut-être))

mais il faut bien s'arrêter redescendre le tempo ((quand ton coeur bat encore sur un langoureux allegro)) un goût de déception presque quand tu relèves pour la dernière fois la lame de l'interstice entre tes doigts ((tu n'as pas fait exprès)) mais tu les as rapprochés sans y faire attention entre deux temps où la lame y passait au lieu de les garder ((normalement)) écartés
l'habitude
l'habitude
les habitudes ont la vie dure.
((un deux trois))
entre tes doigts
aucune envie de frimer
pour ça il y a déjà tes doigts abîmés ((mais sans nouvelle blessure à compter)) sans une larme carmine versée ((un deux trois)) attrape la lame entre tes doigts le manche tendu vers lui - si ce n'est qu'une petite lame qui suffit à faire fuir ses prétendants, les tests seront bien vite passés hmm. pas de sourire fier ni victorieux
car au final eliott tu n'es pas vraiment du genre prétentieux
((on pourrait penser le contraire
et s'il le pense tu le laisseras faire))
les orgueilleux on ne les pense pas assez vicieux. ensuite ? peut-être qu'il devrait te le dire jack
mais ton enfant au fond il ferait mieux de remonter



aujourd'hui, probablement
personne n'aura besoin de pansements.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 579
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis
myosotis

Jeu 29 Juin - 4:28
 
 |     

Pourquoi prendre le temps de détailler ton faciès
Ou même prendre en considération quoi que se soit ?
Tes mains parlerons pour toi
(quel dommage Jack de ne pas attraper à la volée son exaltation)
Le môme ne se rend pas encore compte de ce que tu es
(même s'il le pressent dans le fond, il ne veut pas vendre la peau du loup avant de l'avoir dompté après tout)
Et d'autant moins de ce que tu veux.
(sombre désir affuté au goût de ce qui lui manque)

Pourquoi prendre le temps d'avertir une seconde fois du tranchant
Lorsque avec si peu de retenu il attrape le manche et déjà, semble y accommoder ses doigts.
Jack plisse d'à peine son regard devant ta pesée, il ne lit pas d'inquiétude ni de nervosité ;
A contrario ton visage tranquille trahit ta connaissance de la mesure.
Tu vas la battre la belle mélodie n'est-ce pas ?
Ainsi aucune surprise ne déteint sur lui devant ton aisance presque aérienne, la lame sifflerait si elle le pouvait de satisfaction d'être devenue cette belle extension.

Mais c'est pas suffisant hein,
alors que les tripes se réchauffe en soi (toi)
la tête bouillonne on oublie un instant
lorsque tout devient autre et que notre perception n'est plus que le
tranchant
votre fil à beurre
la différence c'est que tu es un glouton
alors que Jack voit petit à petit l'écart se réduire, rendre le test plus périlleux que demandé.
Bien sûr ça fait beau garçon, mais c'est jouer avec le feu, c'est un peu comme se mousser soi même Jack n'en voit pas l'intérêt.
Jack qui quelque part au fond de lui a assez de pureté pour ne pas comprendre la vérité. (pas aujourd'hui)

Le chef n'a pas besoin de jeter un œil en arrière pour savoir que Joshua et Tyler sont impressionnés par la performance et sûrement tout autant ennuyés face à tant d'agilité -ça fait un peu mal à leur égo d'être moins doués qu'un roux à ce jeu, ils doivent sûrement avoir un petit sourire entre eux et penser que
tu n'as pas d'âme )
ah ça serait donc cela...
Ce visage si impassible, tandis que la course finie tu lui rend l'outil.
Tu sais le spectacle manque clairement de saveur si tu gardes toujours ce masque sans réaction.
Reprise du bien (ne tique pas sur ton maintiens)
Il devrait, il devrait tellement, tel un signe avant coureur de ce qui le dérange chez toi.
La routine pourtant prend le pas, si cadrée, si huilée, encore loin d'être parfaite mais tu as le temps pour la perfectionner
(ce n'est que le troisième)
(et tout à la fois le premier aussi affamé)

Sans un mot, il passe sur les genoux le temps de ramper à tes côtés, là perpendiculaire à toi, il attrape ton poignet approche un peu le bras de lui -mais vous êtes déjà si proche l'un de l'autre ça fait pas de grandes différences. Ta palme au ciel, la prise n'est pas forte, c'est juste le temps qu'il s'installe avant d'attraper de ses autres cinq doigts ton bras.

Sur une échelle de 1 à 10 t'es douillet à quel point ?

relâche un instant ton bras pour essuyer la main humide et terreuse contre la toile de son short puis
l'une à côté de l'autre
tenir fermement,
petit à petit qu'il resserre (mais ce n'est pas ça non )
Il ne suffit que d'un chiffre et sans plus tarder
dans le sens des aiguilles comme inversé
Il fera chauffer la peau de ton bras à l'en
brûler s'il le faut.
sans te quitter
le rapace à l'affut de la moindre once
le plissement d'une paupière, un sourcil qui se froisse
le repli au coin de la bouche
Il sait que tu vas jouer aux héros -comme tous les autres-
Il ne sait pas que comparé à d'autres, Eliott
Il n'y a plus rien à brûler chez toi.




Un deux trois Jacques a dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 34
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis
myosotis

Jeu 29 Juin - 10:50
 
 |     
you heard my voice
i came out of the woods by choice
shelter also gave their shade
but in the dark i have no name
(( p(r)ince(s) sans rire ft. jack ))



peut-être que tu te trahis un peu ((assurément)) mais ce n'est pas ta faute vraiment - après tout tu n'as pas l'habitude non que l'on te fasse rentrer dans ton élément dans
les lames la peur le sang
des jeux enfantins
dont vous devriez normalement restés très loin - mais quand on s'en approche on ne peut que finir par se brûler ((lentement)) doucement ((et c'est ce qui au final rend le moment plaisant))
il n'y a pas vraiment de surprise dans les yeux du roi ((c'est bien comme ça vous êtes deux)) contrairement aux moins que rien derrière qui sûrement jalousent ton adresse ((ils pourraient l'avoir eux aussi)) s'ils avaient un tout petit peu plus de ce brin de folie. il reprend son couteau et tu ne le dis pas ((parce qu'on ne dit pas ça au roi ; pas ton roi vous n'en êtes pas encore là et puis tu es sans foi ni loi)) mais sa lame tu l'aurais bien gardée pour toi pour t'amuser encore accélérer taper des talons plus fort qui sait peut-être même battre un nouveau record eliott tu
aimes à viser plus haut
peut-être qu'à force tu finirais par voir quelque chose
de vilainement beau
de magnifiquement mauvais
comme une amère et triste vérité.
le roi descend un peu sa garde ((la garde levée)) juste assez pour ne pas que tu viennes contre lui te suicider ((mais la mort elle ne suit que tes idées)) alors qu'il se saisit de ton bras désormais portant de ses souillures qu'il tente d'effacer et
tu manques de rire
juste un petit sourire qui n'a rien de moqueur rien de mutin ni de vilain non juste un petit sourire comme on en sort si plein un de ces sourires qui veut tout dire et pourtant rien j'en sais rien il ne ment pas jack tu sais il ne te dit que la pure vérité il
ne sait pas
et ne saura jamais

((constante impression d'être anesthésié))

tu ne mens pas non juste un regard sur les doigts qui agrippent ta peau pour remonter sur le visage de celui qui tentera en vain de t'apprivoiser ((ou plutôt te regardera rôder prêt à t'égorger)) un sourire plus enfantin peut-être même
plus amical
plus jovial
parce que tu commences peut-être à apprécier le moment que vous êtes en train de passer commence doucement, on verra bien mais les gens normaux, eliott

les gens normaux n'apprécient pas les couteaux
et encore moins qu'on cherche à leur brûler la peau
((brûle moi écorche moi envole moi plus haut
j'aimerais enfin voir et détruire quelque chose de beau))
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 579
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis
myosotis

Jeu 29 Juin - 18:05
 
 |     

C'est pas possible Eliott de pas savoir
t'es déjà tombé
tu t'es déjà pris une tollé
t'as mille et une preuves qui bariolent tes doigts

Pourquoi commencer doucement si tu joues à prendre sur toi
c'est pas la peur ni rien de tout ça qui t'habite en cet instant
Il ne sait pas vraiment ce qui t’habite à vrai dire pour sortir
pareille ineptie
(ça fait pas sens quand tu es si à l'aise avec une lame)
Tout bon maître des couteaux s'est déjà entaillé à leur réflexion argentée
Ce qui signifie que tu sais

Jack, en bon joueur, décide de te laisser le bénéfice du doute, (tentation impure)
Il a ce petit quelque chose en lui qui le tente d'aller à plein balle mais ça serait un peu
méchant
le but n'est pas de le faire fuir, mais de comprendre
(oh Jack...)
Ses serres qui se referment sans plus d'hésitation et tournent sans trop d’appuis non plus
Reste gentillet pour le titiller quelque peu, bah il sait bien que t'es pas une poule mouillée et que c'est pas ce qui va te faire hurler
C'est plus pour la blague pour faire passer un silencieux
"T'inquiète je déconne" le sourire pur au lèvre, comme si il n'est pas en train de faire ce qu'il fait.
Revenir à la position initiale
Repartir bien plus fort, sans plus de restriction si ce n'est de tenir parole et d'y aller
d o u c e m e n t
D'une lenteur exécrable, mais point sans force bien au contraire
Il y met assez pour tendre les siens, de muscles bien trop tannés pour être ceux d'un normal enfant.
(pas de chérubin dans cette secrète société)

Lui, toujours fixe dans ton bleu acier, le souffle pour l'heure régulé,
il cherche
cherche la faille, fouine le long de ta gueule sans la trouver.
(amère satisfaction)
Revenir à la position initiale (ta peau est un peu rouge sous ses doigts)
Son nez froissé par un dépit très discret
Cette extatique contradiction
à retenir ses pommettes de saillir sous l'excitation
(Lâche le chien)
les ongles en guise de crocs, tapote quelque peu ta peau rosie
éprouve et s'inspire comme il peu
(pauvre enfant qui n'est encore dans sa classe tombé sur aussi ardu)



Un deux trois Jacques a dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 34
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis
myosotis

Ven 30 Juin - 0:48
 
 |     
you heard my voice
i came out of the woods by choice
shelter also gave their shade
but in the dark i have no name
(( p(r)ince(s) sans rire ft. jack ))



sûrement qu'il ne comprend pas ((ça ne t'étonnerait pas)) ça serait pour tout dire compréhensible quand ce que tu déblatères est aussi répréhensible ((la cour ne supporte sûrement pas)) que l'on se moque de son très cher roi mais toi
tu ne te moques pas
c'est triste à dire mais rien ne t'effrite rien ne vient à stimuler tes nerfs ((ça t'énerve)) cette impression de manquer quelque chose de si doux si délicieux ((tu en serais presque malheureux)) qu'on ne croit pas ta vérité même quand tu daignes enfin la dévoiler à quoi bon être homme (mal)honnête quand tout le monde vous nomme toujours trouble-fête.
mais tu ne te moques pas
alors c'est juste la sensation un peu rugueuse pas vraiment lisse de ses paumes sur ton bras d'avant en arrière alors que tu réponds juste à son sourire que tu voudrais bien continuer un peu de faire naître jusqu'à ce que l'un de vous deux en vienne à (mou)rire.
il y repart remet les gaz et tu devines aux veines sur les mains à la pression sur ta chair que tu serais sûrement censé avoir déjà mal mais
tu ne sens rien
alors tu ne détournes pas ton regard du sien ((celui qui ausculte ton visage)) sauf qu'il ne trouvera rien ((personne ne comprend jamais rien)) alors que c'est juste sous leur nez que ton simple nom suffirait pourtant à l'évoquer

((dieu n'a rien d'un être saint
il est juste plus malin))

un léger léger léger ((dépit tu dirais oui)) quand il s'arrête alors que de ta main libre tu sors de tes poches un paquet de poison, coinçant l'un des bâtonnets entre tes lèvres continue, fais pas attention à moi sors le briquet pour l'allumer d'un geste trop habitué ((si jeune et le suicide a déjà commencé)) ressouffle une taffe plus loin pour l'en épargner donc les autres gars derrière ont déjà passé ce genre de tests, c'est ça ?

((mais est-ce que - non ne réponds pas
je le sais déjà
qu'ils n'étaient pas aussi divertissants que moi))
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 579
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis
myosotis

Ven 30 Juin - 2:02
 
 |     

Jack rêve du meilleur
voler au dessus de sentiments qui le trainent par le bas
(plombent ses plumes)
Jack n'est qu'un enfant qui n'a pas encore tout à fait le cœur
vidé de sa rancœur
(ça lui rappelle les larges épaules, la carrure d'acier, sa hauteur effrayante,
et comme tout d'en haut, dans la cime de son regard il pouvait y lire l'avalanche sans s'y soustraire.)
Cette force qu'il n'a jamais eu l'occasion de surpasser
(ses propres coups, ses revers, ses poings si petits, ses mains qui cognaient contre la roche mais ne réussissaient qu'à briser ses propres phalanges.) (cette frustration à l'en faire hurler de rage)

De tes azures froides
De tes manières détachées
De cette douleur que tu n'exprimes point
Tout le ramène en arrière.

(mais Jack a un peu grandit entre temps, et c'est tellement enfantin, tellement de son âge de ne pas vouloir perdre cette fois-ci)
Pas aujourd'hui.
Pas alors que tu n'as aucun raison de le rejoindre Eliott
(il faut qu'il t'en donne une, il ne peut pas simplement accepté la copie carbone que tu es.)

Tu sors la cigarette tel le garnement que tu es et il se dit que tu dois avoir des parents nul comme les siens, enfin, comme la sienne maintenant.
De ces adultes trop réel, qui semblent avoir oublié d'installer tous les filtres et barrières avant de vous présenter à ce qu'il y a de plus noir
là, entre les poumons, comme ils disent, mais tu sais bien que ça se passe plutôt là haut, derrière les prunelles.
Qui à elles seules habitent tous les cieux et toutes les météos.

Ses paupières clignent, il ne sait pas s'il doit être offusqué ou satisfait du geste affectueux d'essayer de faire partir la nauséabonde fumée dans l'autre sens que le sien. Il peut le supporter, il l'a déjà fait, mais il ne lui fait pas remarquer pour autant que le geste est déplacé, que Jack n'est pas en carton qu'il ne craint pas vraiment - Jack un petit peu plus froissé qu'il aimerait l'admettre. S'il lui fait remarqué, alors qu'il se dresse sur ses genoux, c'est comme un aveu de faiblesse sur le sujet, il préfère ne rien dire de ce fait.

Retourner, non pas comme à la prise précédente, il s'avance plus sur lui, passe un bras par dessus bord clairement dans n'importe quelle zone de confort pour avoir la meilleure prise possible, son épaule contre la tienne (tant pis s'il ne peut plus l'observer avec autant d'aisance il a juste envie de lui faire mal mal mal, l'entendre émettre un sifflement ou n'importe quoi, n'importe quoi qui le fasse arrêter oui).

Oui.

Furtive réponse, ton coupé. il a abaissé son visage sur la prise, se concentre -cache quelque peu le sien à ça vue, donnant-donnant.
Agrippe
Serre
Tourne
Les coudes qui se relèvent - celui envahissant qui manque de cogner ta mâchoire - une expiration lourde s'échappe autant de son nez que de sa gorge quand bien même il garde les lèvres serrées, les bras tremblotant sous la pression. Il sent son visage chauffer sous l'effort, il y va autant que possible, écrase un peu son corps contre le tiens, n'y met un terme que pour reprendre sa prise avant de recommencer sans vraie trêve.

Le chef ne fait pas attention au blêmissement des autres garçons plus loin, qui eux, ont la belle vue sur cette scène des plus inconfortable et semblent comprendre le soucis sans vouloir se l'avouer.
(Eliott est...)
(Eliott ne...)

Pendant ce temps le ciel se couvre, assombrit le repère et vous plonge un peu plus dans cette drôle d'atmosphère.


Un deux trois Jacques a dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 34
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis
myosotis

Ven 30 Juin - 2:26
 
 |     
you heard my voice
i came out of the woods by choice
shelter also gave their shade
but in the dark i have no name
(( p(r)ince(s) sans rire ft. jack ))



tu le sens ((il ne s'en doute sûrement pas)) que tu comprends un peu trop ce qu'il se passe autour de toi - dépit blessé par l'orgueil des éternels insoumis le roi s'insurge le roi a sûrement de nouvelles envies ((dont tu connais les couleurs macabres)) et tu as envie de siffler doucement ((vile serpent)) qui n'a pas grand chose d'un enfant

((vas-y jack si tu y arrives
fais moi mal peut-être que je me sentirai enfin vivre))

ils ont tous essayé mais ça n'a pas marché ((même toi)) tu t'acharnes tu sais parce que tu aimerais bien te dire que tu n'es pas si vain que tu n'es pas un gâchis sur qui l'on n'expérimente rien ((car après tout la vie n'est qu'un terrain de jeu)) un lancé de dés à qui survivra le mieux. le roi est frustré le roi te verrait bien t'agenouiller
sûrement que baisser la tête lui donnerait raison de t'adouber
monsieur le roi au bon coeur qui veut que tous les enfants soient sauvés.
et peut-être que c'était un peu de provocation que d'éviter de lui lancer la fumée saveur poison ((le roi tu le fais fébrile)) comme s'il n'était qu'un vulgaire petit animal fragile ((mais tu sens bien plus que ça)) et tu n'attends que de lui qu'il te montre tout ça.
le roi s'insurge et tu te dis qu'un jour ta tête il te la coupera ((c'est pas grave)) peut-être que tu seras mieux là où elle roulera. le roi s'insurge et à défaut de couper ta peau de reteindre la terre d'un rouge misère il en teint ton épiderme par des frottements trop fermes

c'est une nouvelle danse
un peu trop ennuyante

tu esquives aisément le coup perdu dans le vide ((malencontreux hein terriblement hasardeux oui)) alors qu'il s'acharne sur ta peau qui n'est plus si livide ; teintée de rouge et de frissons de coquelicots en pleine floraison ((ou bien parle-tu de son visage)) si concentré si fermé si fort qu'il en deviendra un jour violet eh, pense à respirer hein quand même que tu fais alors qu'il s'avance s'écrase encore plus sur toi comme s'il voulait t'écraser de toute sa grâce toute son ampleur tout son pouvoir sur lequel tu fais impasse alors
tu souris
peut-être que tu es un sombre con fini oui
quand de tes lèvres sort un terne aïe pas vraiment bien construit ((mais toujours non)) tu n'es pas goguenard moqueur ou criard non toi eliott


tu n'es qu'un sombre fils de pute
un odieux connard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crève

Messages : 579
Pouvoir : création
Symbole : gâteau d'anniv'
Occupation : I play Pokemon GO everyday
myosotis
myosotis

Ven 30 Juin - 3:05
 
 |     

Et ça explose (au loin)
Sous ta voix la pression est terriblement monté il a faillit tourner son visage vers le tiens
si proche
si loin
droit dans les yeux te demander sans parler si tu te fous de sa gueule
si t'es vraiment sérieux (tu sais si ça continue il va te le casser ton bras)
Tu riras peut-être un petit peu moins à ce moment.
Mais il ne le fait pas non Jack est un oiseau chasseur qui sait très bien que ça ne sert à rien de mordre à l'appât.
Il redresse juste assez son faciès au contraire pour détailler celui de ses suivants et y découvre une peur peu naturelle chez eux.

C'est à ce moment là que tu décides d'être d'autant plus odieux Eliott
(remet en perspective son royaume en bois flambant entre tes doigts)

Et ça explose (tout prêt)
Vif comme l'éclair qui zèbre le ciel au loin
Le vent navigue un peu plus vite dans le bois
ça explose donc
le brusque son
la rencontre du bois et de la lame
elle brille la belle acier juste en dessous de ton oreille
juste à côté de ta joue
Son poignet plaqué contre tes lèvres, ses doigts toujours refermé contre le manche
Et ces deux balles charbon qui te fusillent du regard.

Hm ?

A contrario le ton morne.
Jack à encore les joues rouges, le souffle un peu court qu'il camoufle naturellement.
Son visage n'est pas crispé non il est attentif l'espace de cet instant.
Son adresse tu le sais pas Eliott il la doit à des années autant à viser qu'esquiver.
Mais ça ne l'étonnerait pas que tu n’aie même pas tenté ne serait-ce que de l'éviter
Cette petite remontrance
T'es du genre à faire comme si tu t'en balek de tout ceci il l'a bien compris.
(que tu n'es pas le genre d'enfant à prendre au sérieux les jeux)

le sale môme décolle un à un ses doigts, laisse le couteau suspendu (tu vois il ne déconnait vraiment pas)
pourtant ta peau est encore blanche, même pas éraflée par sa colère si bien maitrisée pour son âge.
Il se relève alors et met ses mains dans ses poches, semblant détendu d'avoir déversé quelque peu de son ire.

T'es résistant, c'est une bonne chose pour les rites, amène le couteau avec toi, on monte.

Tyler et Joshua s'empressent de se lever -n'oublient pas la boîte, pas mal excités par toute cette performance, n'osent pas trop emmerder Eliott, connaissent déjà leur place par rapport à lui même s'ils le snob un peu en passant avant pour la corde.

Jack après être monté sans aucune difficulté, s'installe à l'intérieur de leur cabane, ouvre un petit coffre et en sort des bouts de bois grossiers, un bol, un bocal de baies non identifiées, attend que tout le monde s'installe avant de commencer les explications que deux d'entre eux connaissent déjà.

La simple brutalité semble te glisser dessus Eliott, c'est pas plus mal ça manquait un peu dans son clan, quelqu'un capable de passer au dessus, un peu comme lui, même s'il peut pas encadrer ta détente qui lui dit que tu n'as pas d'aussi grandes convictions que les siennes.
Mais la simple brutalité ça n'amène jamais bien loin.
Il faut savoir la raffiner, comme de la poudre brute.


Un deux trois Jacques a dit.
[...]les larmes se sèchent,
les rires s’essoufflent,
les sourires se fadent...
sous les roues,
dans les rivières,
les pieds flottant dans les airs.


Vos avatar ♥♥♥♥ MERCI:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
s w e e t

Messages : 34
Pouvoir : relation
Symbole : une dent de lait arrachée
Occupation : écolier
myosotis
myosotis

Ven 30 Juin - 4:32
 
 |     
you heard my voice
i came out of the woods by choice
shelter also gave their shade
but in the dark i have no name
(( p(r)ince(s) sans rire ft. jack ))



jack tu sais
tu pourrais casser tous ses os en mille morceaux en faire de la poudre pour mieux les enflammer après tu pourrais briser une à une ses phalanges qu'elles deviennent rouges violettes ou blanches tu pourrais arracher ses dents ((il le fait lui-même si souvent)) tu pourrais écraser sa cage thoracique ou le faire fondre à l'acide citrique

jack tu sais
tu pourrais être violent peut-être même indécent tu pourrais être vulgaire et tellement plus méchant tu pourrais sortir tous les mots trop gros que tu gardes à son égare le percuter PLUS FORT parce qu'il encaisserait sans beaucoup d'effort tu pourrais essayer de faire bouger son faciès en déformer les traits le faire pleurer ou l’énerver

qu'il en sourirait encore
parce qu'eliott rit au nez de tous même de la mort.

il ne se fout pas de la gueule du roi ((bien sûr que non tu n'oserais quand même pas)) il est tellement plus subtile que ça. mais non non jack hein tu ne comprends pas ((pas encore)) peut-être même qu'au fond jamais vraiment tu comprendras tu le déçois quand tu fais siffler la lame sans jamais venir l'écorcher parce que tu lui as fait espérer quelques battements ((les pupilles dilatées du dément)) et il a envie d'hurler que NON JACK NON il ne fallait pas t'arrêter si tu veux jouer avec lui quelques brûlures et des coupures aux doigts ne suffiront pas à l'amuser

((et crois moi, jack
tu ne veux pas m'ennuyer))

alors que tu es encore si vivant si essoufflé si remué par ce que tu lui as fait les yeux pourtant plus froid qu'un glacier il a bien envie de te dire VAS-Y DONC JACK

((essaies de me casser))

parce qu'il n'a pas bougé eliott hein ((non trop prévisible pour que ça en vaille la peine)) trop addictif pour que ça te gêne et tu te balances entre deux émotions qui jusque là n'étaient qu'opposition une gêne naissante d'un ennui encombrant et une curiosité trop piquante trop importante pour que tu lâches le jeu pour autant quand tu retires la cigarette de ses lèvres tes yeux dans les siens et que tu lui offres un nuage nicotine de diablotin ((alors tu te fais obéissant)) tu te relèves gentiment ramasse le couteau sans éteindre ta cigarette à nouveau coincée entre tes lèvres. tu ne prêtes guère attention aux enfants qui te snobent à quoi bon si tu voulais tu pourrais juste

les éclater
comme on casse en deux une allumette
((comme on tranche la tête
d'une alouette))

tu montes à la corde sans grand mal observe autour de toi l'antre des mâles aux grands maux mais sans grands mots comme les adultes qui sonnent faux, le regarde sortir quelques baies des bouts de bois mal taillés t'assois en tailleur sans grands émoi quelques regards curieux qui traînent lentement ici et là - alors c'est tout ? c'est sûrement un peu tard pour demander mais vous faites quoi ici, donc ? ça aurait été sûrement une bonne idée de commencer par ça mais être normal ça ne vous réussit pas.

((et tu as comme qui dirait l'impression
que votre petit jeu est bien loin d'avoir atteint sa fin
tant mieux tu as bien envie de te laisser encore aller à la déraison))
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» “Une journée sans rire, est une journée perdue !” - Maddie
» Raiden Grey en pleine forme... sans rire.
» une journée sans rire, est une journée perdue. (mauve)
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-