beyond memories
forum rpg tout public ☆ univers fantastique/paranormal ☆ aucun minimum de mots ☆ avatars illustrés 200*320px

amourtume ⌒ daphniel
 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 54
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Dim 28 Mai - 22:11

faut pas le dire mais c'était court faut pas l'écrire ça pue l'amour

ça faisait un moment ouais
un putain de long moment que ça durait
cet espionnage mutuel
cette haine silencieuse qui semblait murmurer entre deux répétitions
(p o u r q u o i)
tu es là
avec lui
pourquoi
pourquoi t'as pas continué tes études ta petite vie bien rangée
(la vie de daphné elle est rangée entre la rivière et le pont)
et nulle part ailleurs gabriel
mais ça tu le sais pas non non
tu sais pas grand chose gabriel au final (t'as cette manie de te bander les yeux)
d'éviter la vérité en espérant que ça la ferait disparaître
comme si elle était qu'un mirage une vision de mauvaise augure

mais non elle est bien là bien
présente
plus que jamais sans doute
(elle connaît pas grand monde daphné)
brad elegy et
toi sans doute
elle a demandé une adresse à l'acrobate qui
n'en manque pas ça non

sa petite silhouette fend le soir épais
(brouillard annonciateur d'un mauvais moment)
mais elle recule pas elle recule pas non pas cette fois
elle a décidé que ça avait trop duré (elle ne se plie plus)
aux ordres aux peurs
elle décide alors elle exécute
(automate en rébellion)
ses baskets contre le goudron
elle avait quitté la maison de brad encore une fois
adolescente en fugue
qui reviendra docilement dès le matin
(normalement normalement)

elle tape le code griffonné sur le petit bout de papier (entre deux envols)
montent les marches hâtivement
c'est pas très
beau ici
mais daphné s'en fiche ouais elle est pas venue ici pour passer du bon temps ça non

(dring)
elle range son bras contre elle
comme une protection contre le venin qu'elle va sans doute recevoir
(ne pleure pas ne pleure pas)
laisse la rivière à tes pieds
ne la laisse pas monter à tes yeux

la porte s'ouvre et elle garde le regard un poil baissé
sur le col de celui qu'elle n'a pas besoin de regarder pour reconnaître
(gentil chien)

- faut qu'on parle

elle-même ne sait pas encore de quoi
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 117
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Lun 19 Juin - 23:03
You
drive me
insane
j'ai l'impression de devenir fou ; d'étouffer et que des mains invisibles enserrent ma gorge encore et encore.
j'en perds le souffle.
j'en perds le souffle et la raison de te revoir, de croiser ton regard avec le mien, d'entendre le bruit des épées qui s'entrechoquent pendant ce contact visuel trop intense pour être humain.
tu n'es ni belle ni laide daphné, tu es l'amertume de cet amour qu'on a trop vite perdu et oui oh ! je peux l'affirmer : te dire que c'est un plaisir de te voir sur mon palier (d'ailleurs comment as-tu eu le code de l'immeuble ?) serait un geste de mythomanie.
dieu sait à quel point je hais mentir.
je ne suis pas fabulateur ni conteur : je suis gabriel et tu es daphné.
voyons les choses en face : je ne vois absolument pas ce que vous venez faire là toi et ta saloperie d'odeur de muguet qui te suit depuis qu'on se connaît- voire même avant, je suppose.
il y'a des choses qui ne changent pas, hein ?
qui restent là et qui s'emparent de notre être ; à mes yeux tu es une de ces sangsues que je devrais mieux me débarrasser.
un de ces insectes que j'écarte d'un mouvement de main, dénué de la pitié qu'on pourrait m'attribuer.
tu te doutes daphné que je ne suis plus celui que tu as connu (au revoir les sourires et les gentillesses d'un garçon trop naïf, ou plutôt bon vent) et de mon côté j'imagine que tu n'es plus celle aux chaussures cirées.
nous n'avons plus rien en commun ou juste un passé douloureux qui est, sans aucun doute, nécessaire d'oublier.
pourtant ça fait mal de te revoir et de te savoir dans le cirque, d'être au courant que tu as failli sauter d'un pont et que c'est un homme que tu as accepté de suivre immédiatement.
en quelques secondes,
quelques échanges.
là où tu as refusé pour moi en plusieurs années de relation.
alors j'ai ce sourire un peu méprisant, celui qui te dit clairement de dégager car j'ai pas envie d'être gentil avec toi et que je ne joue jamais la comédie.
alors j'abaisse mes yeux sans cesser d'afficher cet air.
dégage, je ne parle pas avec les morts-vivants.
un pied dans l'eau, l'autre sur terre.
une main dans le passé,
et une dans le présent.
jamais on ne touchera à un futur daphné, sache-le.
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 54
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Mer 21 Juin - 0:48

je fuis l'amour je fuis la haine je fuis les conflits j'ai si peur de frôler la mort que je ne fais que frôler la vie

elle ne sait pas pourquoi mais
elle s'était attendue à autre chose
pas qu'elle espérait qu'on lui jette des roses
qu'on lui lise des jolis poèmes en prose (ô daphné)
mais ça lui pique un peu au cœur de te voir si acharné
à t'entêter à pas vouloir lui parler,
si obstiné à rester sur ce foutu le palier à compter les secondes qui te séparent du moment où elle
dégagera retournera dans son monde
(j'espère que t'as du temps devant toi gabriel)
les gentils garçons comme toi en ont toujours
pour les donzelles sans tendresse

y a comme un semblant de sourire
de l'autre côté de la porte

- c'est bête je suis pas encore morte

(ça va pas tarder) elle se retient se dit que ça pourrait lui valoir
un coup de porte un coup de poignard
ce serait une bien triste fin
à cette nouvelle sans chute
alors elle plisse un peu les lèvres
(chut)
tiens ta langue daphné

- arrête de sourire, ça te va mal

ça t'as toujours mal allé
oups
elle a encore pêché
pas qu'elle veuille se repentir
pas qu'elle veuille te dire quoi faire (elle sait que tu détestes ça) mais
elle en a sûrement un peu marre de jouer les martyrs
de sentir ton regard peser sur les couteaux qui l'encadrent à chaque représentation comme si tu souhaitais les
(décrocher)
elle tangue daphné,
se balance sur ses deux pieds (gauche droite gauche droite) évite des lames invisibles
coupe les larmes leur barre la route car elle n'est plus la douce daphné
non elle est forte bien plus que toi elle espère
te toucher rien qu'un peu avec ses mots maladroits
malheureux
elle se redresse,
sans repères
raccroche son regard à la tignasse qu'elle avait l'habitude d'effleurer sans la décoiffer
c'est con comme t'as mal évolué

- écoute, je
je suis pas venue ici pour me faire encore jeter comme une merde


elle inspire et pendant un instant
oublie comment expirer

- tu crois que ça me fait plaisir gabriel ?

de plonger moi aussi un pied dans le passé

BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 117
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Lun 11 Sep - 22:42
You
drive me
insane
pars, dégage avant qu'on ait à sortir les mouchoirs.
pars, dégage avant qu'il soit trop tard.
ton insolence est comme du sel sur une plaie, on a envie de hurler on a envie de chialer mais on retient ces putains d'émotions car il y'a un public.
et ce public j'en veux pas, pas sans le maquillage et ce sourire que tu trouves faux. ce public j'en veux pas, je veux être le seul spectateur de ma propre vie.
tu n'es pas seulement voyeuse, tu es actrice mais putain daphné tu étais censée
mourir au premier acte.
il fallait juste mettre le second pied dans la vide, qu'est-ce qui t'a retenue hein ? qu'est-ce qui t'a retenue de ne plus respirer, de n'être plus là pour tes remarques qui n'ont rien à faire dans ces dialogues de grands.
y'a quoi de compliqué quand je te dis que je ne veux pas te voir ? y'a quoi de compliqué dans mon regard et ma risette aussi dégueulasse soit-elle ? on n'est pas fait pour être beaux daphné, on n'est pas fait pour briller alors pourquoi dis-moi pourquoi tu cherches un semblant de lumière là où il n'a que du vide ?
ça prend les gorges et les tripes cette colère contre toi quand tu dis que c'est moi qui t'ai jeté comme une merde.
vraiment ?
vraiment ?
j'arrive plus et ça fait mal d'être victime de son propre soi et de ses ressentis, de ses propres colères.
est-ce que tu peux comprendre ça daphné, que je suis malade et que tu n'es qu'un acide qui ne fait que ronger la carapace que je me suis construite ?
non non, tu peux pas.
non non, tu peux pas. quand gabriela était là, tu peux pas comprendre pourquoi je voulais que tu viennes avec moi.
et le pire, c'est que ce pouvoir il m'avait prédit ça ; ton refus.
mais j'avais un espoir d'adolescent, de jeune adulte désespéré.
que c'était juste,
faux.
que tu attraperais ma main, au lieu de mettre la tienne vers l'eau.
je te saisis par le bras, te colle à moi, enserre les doigts avec colère- tremblant et incontrôlable,
je ne sais même plus ce que je ressens.
referme la porte et tu es toujours aussi fragile, toujours aussi délicate,
plaquer contre la porte, pour étouffer le bruit du dialogue.
ils n'ont pas à être au courant.
jamais.
voisins et voisines.
y'a quoi que tu ne comprends pas dans que je veux pas- te- revoir ? y'a quoi daphné ?
il te faut quoi de plus ? j'en ai rien à battre, à partir du moment où tu as refusé ma main- d'ailleurs c'est quoi cette histoire, c'est toi qui m'a jeté comme une merde. à partir de ce moment, tu comptes plus. tu existes plus, tu peux crever la gueule ouverte.

mélodrame, je crie et j'ai les sourcils froncés poings serrés enfoncés sur le mur
j'ai envie de pleurer et putain qu'est-ce que c'est mauvais,
ma réplique sonnait comme celle d'un téléfilm.
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 54
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Sam 23 Sep - 21:23

je fuis l'amour je fuis la haine je fuis les conflits j'ai si peur de frôler la mort que je ne fais que frôler la vie

tu te souviens de l'époque où on aurait valsé ailleurs que contre le mur - où on était les sujets du royaume, gabriel.
où on s'était pas encore envolé et où les oiseaux de plastiques dansaient comme des anges, où on était pas vrais, où on s'aimait en tremblant. de l'époque
où je n'aurai jamais eu peur de toi.
où je n'aurai pas eu l'impression que chaque mot qui passait tes lèvres plus très chastes me faisait plus mal que n'importe quel couteau - où c'était pas moi le reflet dans la lame, dans tes yeux fous qui dégueulaient de rage.

- je sais, j'ai fait n'importe quoi

ferme les yeux car tu es fragile et que tu as peur et qu'il a déjà commencé à te frapper au fond de lui. récite le discours murmuré sur le chemin - ignore, prie.
soigne les plaies que tu as causées

- crie pas s'il-te-plait, je sais que- je sais pas, putain c'est pas facile ! tu crois quoi ? j'étais une gosse gabriel, je pensais pas que j'étais capable de quitter ma famille, tout, tout ce que je connaissais à l'époque. tu crois que c'est facile ? ça l'a pas été pour toi peut-être, mais t'as réussi à le surmonter eh bah, eh bah tant mieux pour toi ! mais c'est pas le cas de tout le monde. et puis tu sais, tu sais j-je me suis demandé comment ça se serait passé si on était partis ensemble, bah si il faut, on serait morts la gueule ouverte, sur le bord de la route, justement ! parce qu'on était que des gosses, des PUTAINS DE GOSSES GABRIEL

vœu de silence

- si j'existe plus, tu peux me lâcher

pression sur ton bras et je renifle piteusement

BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 117
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Dim 15 Oct - 17:55
You
drive me
insane
@daphné
je ne comprends même pas pourquoi je fais cela,
pas au nom de l'amour
il a disparu en même temps que ta silhouette de porcelaine
pas à celui de la réconciliation non plus, ça fait longtemps que je n'espère plus l'avoir celui-ci
que tu avoues, que tu fermes les yeux dans un aveu soupiré ça ne me fait pas (plus) d'effets ça apaise pas mon coeur ni les tremblements
il y'a une balafre invisible sur mon visage je suppose- des lèvres tirées par la douleur d'un coup invisible
ça fait si mal de te revoir, daphné
dans ses bras encore plus, les voleurs d'amour je ne les supporte point
ne peux-tu pas disparaître
ça serait beaucoup plus simple
ma fierté est brisée, tu redonnes un coup de pied dedans
on n'était pas des enfants daphné, on n'était pas des adolescents ni des adultes on n'était pas humains je voulais juste
je voulais juste te donner l'opportunité de l'attraper ce morceau d'humanité
toi aussi tu sais hurler ça veut dire que tu l'as enfin trouvée la porte de tes sentiments de ta liberté de
t'exprimer
est-ce que tu insinues que je suis un chien galeux, que j'ai rien réussi à ma vie par ces mots
d'un coup j'ai honte de cet appartement- des centaines de prénoms des affiches enroulées du matelas sur le sol du vieux canapé en cuir de la bobine en guise de table et des étoiles
qui parsèment le plafond craquelé
tu te contredis dans des lâche-moi et retiens-moi
je ne sais plus sur quel pied danser
je t'écarte prestement car tu abîmes les feuilles collées au bois de la porte- mélusine annabeth et sarah
et bien d'autres encore
les doigts tremblants j'aplatis le papier froissé- cherchant une contenance dans ce qui m'a toujours sauvé
je n'ose même plus te regarder tant je suis blessé
et dans les émois il y'a eu une déchirure
les deux parties pendent lamentables
rajoutent un peu d'imperfection à mon monde plein de ratures
si c'était pour faire ça, tu aurais pu retourner dans ta roulotte ou ton joli petit appartement avec lui j'en sais rien- et je veux pas savoir. c'était quoi ton initiative ? venir détruire le peu que j'ai réussi à construire ? si ce n'est que ça la porte est ouverte.
le souffle court je la rouvre cette porte, et je t'incite à sortir si tu le désires
BY MITZI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-