beyond memories
forum rpg tout public ☆ univers fantastique/paranormal ☆ aucun minimum de mots ☆ avatars illustrés 200*320px

amourtume ⌒ daphniel
 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 76
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Avatar(s) : rachel amber ; life is strange - jasper asano ; siobhan chiffon.
Dim 28 Mai - 22:11

faut pas le dire mais c'était court faut pas l'écrire ça pue l'amour

ça faisait un moment ouais
un putain de long moment que ça durait
cet espionnage mutuel
cette haine silencieuse qui semblait murmurer entre deux répétitions
(p o u r q u o i)
tu es là
avec lui
pourquoi
pourquoi t'as pas continué tes études ta petite vie bien rangée
(la vie de daphné elle est rangée entre la rivière et le pont)
et nulle part ailleurs gabriel
mais ça tu le sais pas non non
tu sais pas grand chose gabriel au final (t'as cette manie de te bander les yeux)
d'éviter la vérité en espérant que ça la ferait disparaître
comme si elle était qu'un mirage une vision de mauvaise augure

mais non elle est bien là bien
présente
plus que jamais sans doute
(elle connaît pas grand monde daphné)
léo elegy et
toi sans doute
elle a demandé une adresse à l'acrobate qui
n'en manque pas ça non

sa petite silhouette fend le soir épais
(brouillard annonciateur d'un mauvais moment)
mais elle recule pas elle recule pas non pas cette fois
elle a décidé que ça avait trop duré (elle ne se plie plus)
aux ordres aux peurs
elle décide alors elle exécute
(automate en rébellion)
ses baskets contre le goudron
elle avait quitté la maison de brad encore une fois
adolescente en fugue
qui reviendra docilement dès le matin
(normalement normalement)

elle tape le code griffonné sur le petit bout de papier (entre deux envols)
montent les marches hâtivement
c'est pas très
beau ici
mais daphné s'en fiche ouais elle est pas venue ici pour passer du bon temps ça non

(dring)
elle range son bras contre elle
comme une protection contre le venin qu'elle va sans doute recevoir
(ne pleure pas ne pleure pas)
laisse la rivière à tes pieds
ne la laisse pas monter à tes yeux

la porte s'ouvre et elle garde le regard un poil baissé
sur le col de celui qu'elle n'a pas besoin de regarder pour reconnaître
(gentil chien)

- faut qu'on parle

elle-même ne sait pas encore de quoi
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 128
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Lun 19 Juin - 23:03
You
drive me
insane
j'ai l'impression de devenir fou ; d'étouffer et que des mains invisibles enserrent ma gorge encore et encore.
j'en perds le souffle.
j'en perds le souffle et la raison de te revoir, de croiser ton regard avec le mien, d'entendre le bruit des épées qui s'entrechoquent pendant ce contact visuel trop intense pour être humain.
tu n'es ni belle ni laide daphné, tu es l'amertume de cet amour qu'on a trop vite perdu et oui oh ! je peux l'affirmer : te dire que c'est un plaisir de te voir sur mon palier (d'ailleurs comment as-tu eu le code de l'immeuble ?) serait un geste de mythomanie.
dieu sait à quel point je hais mentir.
je ne suis pas fabulateur ni conteur : je suis gabriel et tu es daphné.
voyons les choses en face : je ne vois absolument pas ce que vous venez faire là toi et ta saloperie d'odeur de muguet qui te suit depuis qu'on se connaît- voire même avant, je suppose.
il y'a des choses qui ne changent pas, hein ?
qui restent là et qui s'emparent de notre être ; à mes yeux tu es une de ces sangsues que je devrais mieux me débarrasser.
un de ces insectes que j'écarte d'un mouvement de main, dénué de la pitié qu'on pourrait m'attribuer.
tu te doutes daphné que je ne suis plus celui que tu as connu (au revoir les sourires et les gentillesses d'un garçon trop naïf, ou plutôt bon vent) et de mon côté j'imagine que tu n'es plus celle aux chaussures cirées.
nous n'avons plus rien en commun ou juste un passé douloureux qui est, sans aucun doute, nécessaire d'oublier.
pourtant ça fait mal de te revoir et de te savoir dans le cirque, d'être au courant que tu as failli sauter d'un pont et que c'est un homme que tu as accepté de suivre immédiatement.
en quelques secondes,
quelques échanges.
là où tu as refusé pour moi en plusieurs années de relation.
alors j'ai ce sourire un peu méprisant, celui qui te dit clairement de dégager car j'ai pas envie d'être gentil avec toi et que je ne joue jamais la comédie.
alors j'abaisse mes yeux sans cesser d'afficher cet air.
dégage, je ne parle pas avec les morts-vivants.
un pied dans l'eau, l'autre sur terre.
une main dans le passé,
et une dans le présent.
jamais on ne touchera à un futur daphné, sache-le.
BY MITZI



le masque est si charmant

que j'ai peur du visage ;



 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 76
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Avatar(s) : rachel amber ; life is strange - jasper asano ; siobhan chiffon.
Mer 21 Juin - 0:48

je fuis l'amour je fuis la haine je fuis les conflits j'ai si peur de frôler la mort que je ne fais que frôler la vie

elle ne sait pas pourquoi mais
elle s'était attendue à autre chose
pas qu'elle espérait qu'on lui jette des roses
qu'on lui lise des jolis poèmes en prose (ô daphné)
mais ça lui pique un peu au cœur de te voir si acharné
à t'entêter à pas vouloir lui parler,
si obstiné à rester sur ce foutu le palier à compter les secondes qui te séparent du moment où elle
dégagera retournera dans son monde
(j'espère que t'as du temps devant toi gabriel)
les gentils garçons comme toi en ont toujours
pour les donzelles sans tendresse

y a comme un semblant de sourire
de l'autre côté de la porte

- c'est bête je suis pas encore morte

(ça va pas tarder) elle se retient se dit que ça pourrait lui valoir
un coup de porte un coup de poignard
ce serait une bien triste fin
à cette nouvelle sans chute
alors elle plisse un peu les lèvres
(chut)
tiens ta langue daphné

- arrête de sourire, ça te va mal

ça t'as toujours mal allé
oups
elle a encore pêché
pas qu'elle veuille se repentir
pas qu'elle veuille te dire quoi faire (elle sait que tu détestes ça) mais
elle en a sûrement un peu marre de jouer les martyrs
de sentir ton regard peser sur les couteaux qui l'encadrent à chaque représentation comme si tu souhaitais les
(décrocher)
elle tangue daphné,
se balance sur ses deux pieds (gauche droite gauche droite) évite des lames invisibles
coupe les larmes leur barre la route car elle n'est plus la douce daphné
non elle est forte bien plus que toi elle espère
te toucher rien qu'un peu avec ses mots maladroits
malheureux
elle se redresse,
sans repères
raccroche son regard à la tignasse qu'elle avait l'habitude d'effleurer sans la décoiffer
c'est con comme t'as mal évolué

- écoute, je
je suis pas venue ici pour me faire encore jeter comme une merde


elle inspire et pendant un instant
oublie comment expirer

- tu crois que ça me fait plaisir gabriel ?

de plonger moi aussi un pied dans le passé

BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 128
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Lun 11 Sep - 22:42
You
drive me
insane
pars, dégage avant qu'on ait à sortir les mouchoirs.
pars, dégage avant qu'il soit trop tard.
ton insolence est comme du sel sur une plaie, on a envie de hurler on a envie de chialer mais on retient ces putains d'émotions car il y'a un public.
et ce public j'en veux pas, pas sans le maquillage et ce sourire que tu trouves faux. ce public j'en veux pas, je veux être le seul spectateur de ma propre vie.
tu n'es pas seulement voyeuse, tu es actrice mais putain daphné tu étais censée
mourir au premier acte.
il fallait juste mettre le second pied dans la vide, qu'est-ce qui t'a retenue hein ? qu'est-ce qui t'a retenue de ne plus respirer, de n'être plus là pour tes remarques qui n'ont rien à faire dans ces dialogues de grands.
y'a quoi de compliqué quand je te dis que je ne veux pas te voir ? y'a quoi de compliqué dans mon regard et ma risette aussi dégueulasse soit-elle ? on n'est pas fait pour être beaux daphné, on n'est pas fait pour briller alors pourquoi dis-moi pourquoi tu cherches un semblant de lumière là où il n'a que du vide ?
ça prend les gorges et les tripes cette colère contre toi quand tu dis que c'est moi qui t'ai jeté comme une merde.
vraiment ?
vraiment ?
j'arrive plus et ça fait mal d'être victime de son propre soi et de ses ressentis, de ses propres colères.
est-ce que tu peux comprendre ça daphné, que je suis malade et que tu n'es qu'un acide qui ne fait que ronger la carapace que je me suis construite ?
non non, tu peux pas.
non non, tu peux pas. quand gabriela était là, tu peux pas comprendre pourquoi je voulais que tu viennes avec moi.
et le pire, c'est que ce pouvoir il m'avait prédit ça ; ton refus.
mais j'avais un espoir d'adolescent, de jeune adulte désespéré.
que c'était juste,
faux.
que tu attraperais ma main, au lieu de mettre la tienne vers l'eau.
je te saisis par le bras, te colle à moi, enserre les doigts avec colère- tremblant et incontrôlable,
je ne sais même plus ce que je ressens.
referme la porte et tu es toujours aussi fragile, toujours aussi délicate,
plaquer contre la porte, pour étouffer le bruit du dialogue.
ils n'ont pas à être au courant.
jamais.
voisins et voisines.
y'a quoi que tu ne comprends pas dans que je veux pas- te- revoir ? y'a quoi daphné ?
il te faut quoi de plus ? j'en ai rien à battre, à partir du moment où tu as refusé ma main- d'ailleurs c'est quoi cette histoire, c'est toi qui m'a jeté comme une merde. à partir de ce moment, tu comptes plus. tu existes plus, tu peux crever la gueule ouverte.

mélodrame, je crie et j'ai les sourcils froncés poings serrés enfoncés sur le mur
j'ai envie de pleurer et putain qu'est-ce que c'est mauvais,
ma réplique sonnait comme celle d'un téléfilm.
BY MITZI



le masque est si charmant

que j'ai peur du visage ;



 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 76
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Avatar(s) : rachel amber ; life is strange - jasper asano ; siobhan chiffon.
Sam 23 Sep - 21:23

je fuis l'amour je fuis la haine je fuis les conflits j'ai si peur de frôler la mort que je ne fais que frôler la vie

tu te souviens de l'époque où on aurait valsé ailleurs que contre le mur - où on était les sujets du royaume, gabriel.
où on s'était pas encore envolé et où les oiseaux de plastiques dansaient comme des anges, où on était pas vrais, où on s'aimait en tremblant. de l'époque
où je n'aurai jamais eu peur de toi.
où je n'aurai pas eu l'impression que chaque mot qui passait tes lèvres plus très chastes me faisait plus mal que n'importe quel couteau - où c'était pas moi le reflet dans la lame, dans tes yeux fous qui dégueulaient de rage.

- je sais, j'ai fait n'importe quoi

ferme les yeux car tu es fragile et que tu as peur et qu'il a déjà commencé à te frapper au fond de lui. récite le discours murmuré sur le chemin - ignore, prie.
soigne les plaies que tu as causées

- crie pas s'il-te-plait, je sais que- je sais pas, putain c'est pas facile ! tu crois quoi ? j'étais une gosse gabriel, je pensais pas que j'étais capable de quitter ma famille, tout, tout ce que je connaissais à l'époque. tu crois que c'est facile ? ça l'a pas été pour toi peut-être, mais t'as réussi à le surmonter eh bah, eh bah tant mieux pour toi ! mais c'est pas le cas de tout le monde. et puis tu sais, tu sais j-je me suis demandé comment ça se serait passé si on était partis ensemble, bah si il faut, on serait morts la gueule ouverte, sur le bord de la route, justement ! parce qu'on était que des gosses, des PUTAINS DE GOSSES GABRIEL

vœu de silence

- si j'existe plus, tu peux me lâcher

pression sur ton bras et je renifle piteusement

BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 128
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Dim 15 Oct - 17:55
You
drive me
insane
@daphné
je ne comprends même pas pourquoi je fais cela,
pas au nom de l'amour
il a disparu en même temps que ta silhouette de porcelaine
pas à celui de la réconciliation non plus, ça fait longtemps que je n'espère plus l'avoir celui-ci
que tu avoues, que tu fermes les yeux dans un aveu soupiré ça ne me fait pas (plus) d'effets ça apaise pas mon coeur ni les tremblements
il y'a une balafre invisible sur mon visage je suppose- des lèvres tirées par la douleur d'un coup invisible
ça fait si mal de te revoir, daphné
dans ses bras encore plus, les voleurs d'amour je ne les supporte point
ne peux-tu pas disparaître
ça serait beaucoup plus simple
ma fierté est brisée, tu redonnes un coup de pied dedans
on n'était pas des enfants daphné, on n'était pas des adolescents ni des adultes on n'était pas humains je voulais juste
je voulais juste te donner l'opportunité de l'attraper ce morceau d'humanité
toi aussi tu sais hurler ça veut dire que tu l'as enfin trouvée la porte de tes sentiments de ta liberté de
t'exprimer
est-ce que tu insinues que je suis un chien galeux, que j'ai rien réussi à ma vie par ces mots
d'un coup j'ai honte de cet appartement- des centaines de prénoms des affiches enroulées du matelas sur le sol du vieux canapé en cuir de la bobine en guise de table et des étoiles
qui parsèment le plafond craquelé
tu te contredis dans des lâche-moi et retiens-moi
je ne sais plus sur quel pied danser
je t'écarte prestement car tu abîmes les feuilles collées au bois de la porte- mélusine annabeth et sarah
et bien d'autres encore
les doigts tremblants j'aplatis le papier froissé- cherchant une contenance dans ce qui m'a toujours sauvé
je n'ose même plus te regarder tant je suis blessé
et dans les émois il y'a eu une déchirure
les deux parties pendent lamentables
rajoutent un peu d'imperfection à mon monde plein de ratures
si c'était pour faire ça, tu aurais pu retourner dans ta roulotte ou ton joli petit appartement avec lui j'en sais rien- et je veux pas savoir. c'était quoi ton initiative ? venir détruire le peu que j'ai réussi à construire ? si ce n'est que ça la porte est ouverte.
le souffle court je la rouvre cette porte, et je t'incite à sortir si tu le désires
BY MITZI



le masque est si charmant

que j'ai peur du visage ;



 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 76
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Avatar(s) : rachel amber ; life is strange - jasper asano ; siobhan chiffon.
Sam 28 Oct - 17:52

je fuis l'amour je fuis la haine je fuis les conflits j'ai si peur de frôler la mort que je ne fais que frôler la vie

doucement, avec la lenteur des poisons, les mains de daphné se contractent. ses jointures deviennent os, squelette fleuri à la bouche tirée, à l'échine cassée - elle s'est prise un coup dans le ventre. chacun de tes mots est une épine, tu vois gabriel : ça fait une rose entre tes dents. tu n'es pas beau gabriel, quand tu te rapproches, tu sens le noir des encriers, l'acide corrosif qui fait pleurer les filles. daphné a le feu à la gorge, et si elle n'avait pas l'eau au bord des yeux il aurait vite fait de prendre tout son corps, jusqu'au bout de ses doigts, d'immoler ton appartement tout entier et ses centaines de prénoms sans visage - elle n'a que la douceur pour la ramener à la raison. son corps expire, sifflement suraigu des mignonnes sans collants. daphné tu la vois déchirée - le denim ripé  et la chemise ouverte sur son t-shirt froissé, elle va bien avec l'endroit

- lui a un prénom

ça la rend plus venimeuse, la fleur exquise, qu'on prenne son sauveur avec tant de mépris. fronce ses sourcils de blonde. croise ses bras avec faiblesse, daphné est blanche, mais elle rougit peu à peu. c'est le froid de la nuit, le sang des émois. lui a un prénom
qui veut dire lion.

- ça doit te parler ça, non ?

elle valse en tango solitaire dans ton petit studio de merde, fait couler tout l'atlantique de ses prunelles sur tes murs délabrées - elle voit sophie, julia, roméo. respire l'ombre mauve et la lumière jaune, la luxure sous-jacente en enjambant le matelas ; elle va voir plus loin. daphné est comme chez elle. elle sait que si elle reste lasse, innocente et belle, gabriel, tu ne feras rien - si ce n'est serrer les dents. c'est ce que font les chiens dressés.

- je- on parce que maintenant il y a ses bras a pas décidé de partir et, je me suis juste dit que, voilà, il fallait bien parler au bout d'un moment

son corps frôle le mur, sans jamais revenir vers toi. finalement elle se pose sur le canapé, avec le flegme des saintes, ses cheveux blonds reposant sur le dossier. daphné est dans un rêve - sur une île - au cinéma.

- t'es avec quelqu'un toi ? si c'est pas indiscret

le bras sur l'accoudoir et la main dans les cheveux ; ses yeux dégueulent des bleus blafards

- enfin, même si c'est indiscret

c'est une conversation méchante et daphné se demande
pour qui sont ses serpents, qui sifflent sur sa tête.

BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 128
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Lun 30 Oct - 2:49
You
drive me
insane
@daphné
ils parlent les prénoms ils bavardent piaillent
dans mon crâne
dents serrées tu refuses mon invitation à la décadence nocturne- à que tu embrasses les étoiles de la ville
en solitaire
je referme alors la porte tu es prisonnière de mon antre- que le preux chevalier (toujours sans prénom à mes yeux) vienne sauver la princesse et il verra bien
ça ne le fait pas sourire que tu valses dans son chez lui que tu laisses l'empreinte ton odeur sur le précieux papier
tu sais, les gens on peut seulement les ignorer. on n'est pas obligés de rentrer à nouveau dans leur vie. y'a seulement les attention whore dans ton genre qui le font.
à force je les connais les minettes qui battent des cils pour sentir rouler à nouveau l'amour archaïque sur leur épiderme frais et laiteux
tu détournes le sujet royale et insoumise à te poser dans un chez soi qui n'est pas tien
j'hausse les sourcils
et la question vient
une remontée et le crâne qui bourdonne je m'accroche au mur violemment
voile blanc
et yeux qui se ferment
l'envie de gerber

l'odeur trop riche des parfums de ces dames et du tabac
dans un sourire de soumission, elle lèche ses lippes carmines d'un coup de langue
elle n'est pas prédatrice avec elle mais disons
disons que c'est l'habitude
d'attraper les proies
et dans ses yeux à elle il la voit la belle mona- un peu floue mais il est persuadé que c'est elle drôle d'impression


je tousse à la mort accroché fermement au mur impuissant

tu es avec quelqu'un ?
qu'il (s'entend ?) l'entend dire à sa compère à son amie sa confidente
dans les rires voilés sous les boas
et la réponse est floue
il ne voit pas ses lèvres ni ses yeux- une silhouette sans minois
elle était encore là
elle n'était pas encore partie
la belle mona
et il entend son propre cœur battre la chamade les papillons du premier vrai amour et un soupir amoureux
je t'ai déjà parlé de laurent ?


le silence
je me laisse glisser contre le sol lamentable
sans un regard pour toi tout tremblant
alors c'était laurent
tu veux pas juste te barrer..?
BY MITZI



le masque est si charmant

que j'ai peur du visage ;



 
myosotis
myosotis
avatar
meurs
Messages : 76
Pouvoir : identification
Symbole : la fumée de cigarette.
Occupation : assistance du lanceur de couteux au cirque arcadius.
Avatar(s) : rachel amber ; life is strange - jasper asano ; siobhan chiffon.
Mer 1 Nov - 23:17

je fuis l'amour je fuis la haine je fuis les conflits j'ai si peur de frôler la mort que je ne fais que frôler la vie

elle a l'air si calme quand il lui parle. ailleurs, vous savez, les yeux sur d'autres couleurs, des mondes plus chatoyants qui ne connaissent ni daphné ni gabriel ; où elle n'est jamais venue et où la porte ne s'est jamais ouverte. elle a l'air si calme, quand il lui dit tout ce qui est vrai, au fond - elle veut démentir mais ça reste coincé dans sa gorge (c'est vrai) j'aurai pu refermer la porte derrière moi. c'est vrai, j'aurai pu t'éviter et ne jamais te parler parce que la nuit ce n'est pas fait pour ça, j'aurai pu, mais non, je suis là et il est trop tard.
elle a l'air si calme quand il lui parle, mais c'est toujours comme ça avant les tempêtes. elle est sereine ; sa bouche ne frémit pas.

- tu
(je)

- as
(t'aime)

- quelqu'un ?
(toujours ?)

pas comme avant : jamais, chicago a tout lavé, avec la force des larmes qui coupent et des photos effacées ; léo a tout lavé dans une tornade. alors votre amour est coupé au couteau, il est laid peut-être - inimaginable sûrement, mais daphné est affamée des possibles. tu le sais qu'elle ne te déteste pas. elle n'est pas de ce genre-là - fille des eaux, ces cils-là ne battent que pour barrer la route aux larmes. elle est rincée de haïr.

mais c'est là tu t'effondres - et évidemment daphné t'entend. elle se lève puis se retourne, théâtrale, toujours, comme tu la connais. elle a l'air si faible quand elle le voit, mais jamais autant que lui, que toi, gabriel, que tes yeux qui dégueulent paris. debout elle ne sait trop où, ses jambes tremblent du rythme des fous (elle se rappelle) avoir déjà vécu ça - quand tu l'avais prise dans ses bras sur l'herbe du stade de foot et qu'elle avait eu ce vertige ; on l'avait senti jusqu'en europe. alors tout son corps avait gelé avant de fondre contre le tien : pour la seconde fois, elle s'était su aimée.

- gabriel

ce n'est pas une question, ni même un appel, elle veut juste le prononcer pour être sûre de s'en rappeler. pour le plaisir de se dire que c'est lui même si il a changé, comme tout le monde. elle n'attend pas de réponse ; ses yeux piquent quand elle va jusqu'à lui. sans courir ; elle faillit s'arrêter quand il lui répète de partir. alors elle fait comme si elle n'avait pas entendu, en l'attrapant sous les épaules. malheureusement, malgré son sourire, hein - tout la perce de part en part.

- arrête, faut bien quelqu'un d'intelligent ici.

ses gestes sont un peu brusques pour ne pas rappeler plus de choses, rouvrir les plaies encore tièdes. elle t'allonge sur le canapé comme elle peut ; c'est-à-dire pas beaucoup - elle n'est pas devenue forte tu sais. comme tu n'es pas devenu méchant : elle se retient toujours de pleurer.

- tu...

elle regarde autour d'elle mais son regard ne s'accroche qu'aux prénoms : cécilia, phil, théo. n'en voit aucun connu (c'est tant mieux) elle préfère se dire que ce n'est que des inventions tout ça, des dessins fait de lettres : ces murs lui hurlent de partir mais elle crie encore plus fort qu'elle veut rester. elle l'a décidé, elle ne flancherait plus - daphné a le courage des idiots. elle inspire une nouvelle fois.

- écoute, je sais pas quoi te dire je...

alors pars ?

- tu m'as manqué ça c'est sûr !

arrête de sourire, ça te va pas non plus

- c'est pas ça le problème, c'est... c'est moi ? je sais pas

mais bien sûr que c'est toi

- je voulais, je sais pas moi, faire les choses bien. désolée d'avoir crié

pourquoi tu t'excuses ? tu pourrais juste partir

- si tu te sens pas bien, tu... tu peux me dire et

et tu t'en iras ?

- et j'irai te chercher de l'eau

putain mais c'est toi qui lui donne la nausée daphné

alors arrête de faire la minette oui, de tirer la moue assise sur un coin du canapé ; de doucement, fatalement, faire bouger le couteau dans la plaie que tu as toi-même infecté - toujours toi hein ? à faire croire que tu es la victime la donzelle à sauver, la princesse aux longs cils alors que dans cette histoire daphné n'est que la sorcière sur le bûcher de la fébrile inquisition : condamnée pour avoir survécu. tu le regardes et je crois que. tu pleures mais tu sais maintenant il en a assez des larmes de crocodile - il n'a pas besoin de toi.

- dé-désolée

arrête de sourire
BY MITZI
 
myosotis
myosotis
avatar

Messages : 128
Pouvoir : prédiction
Symbole : odeur d'alcool
Occupation : clown au cirque.
Dim 26 Nov - 20:12
You
drive me
insane
c'est cruel de lui dire qu'il t'a manqué daphné
lui qui a tant changé- ne se reconnaît pas dans ce tu
non non il n'y'a rien à voir avec ce gabriel dont tu sembles parler (car tu l'as connu conquérant et vainqueur, tu l'as connu futur marié et sourire radieux)
et celui que tu as en fasses
alors pourquoi daphné, tu estimes avoir le besoin de t'excuser de prendre soin
de cet homme qui est devenu un étranger
il gratte l'écaille usée du cuir s'accroche au vide et au rien qu'il y'a entre vous
son étreinte, à l'obscurité, semble bien plus familière que la tienne
tu parles trop et il veut que tu te taises que tu disparaisses comme tu es apparue
il a si honte de sa folie et de ses humeurs de la destruction dont il s'est entouré et toi daphné
toi qui t'adaptes si bien à ce qu'on te demande (vous avez grandi ensemble il sait que tu sais revêtir les humeurs et les envies- c'est pour ça que vous étiez beaux)
tu te fais une robe drapée de noir pour te fondre au décor
mais il n'est pas dupe et il a peur, car il se sent trahi et déshonoré par la présence de l'autre
car il aurait dû rester le seul comme jusqu'à maintenant tu as été la seule
qu'il ait jamais aimé d'un amour profond et désespéré- destructeur mais revigorant
ça fait longtemps, que cette flamme s'est éloignée
(ou du moins c'est lui qui a pris un autre chemin)
qu'il a perdu ta lueur en prenant un tournant contraire au tien et il faut croire qu'un autre a su te cueillir au creux d'un carrefour- lui qui est resté les pieds traînants sur son boulevard
il te crie dessus c'est désespéré et suppliant- pittoresque
pour un clown triste
BARRE-TOI.
il n'a pas envie de rejouer avec tes ardeurs flamboyantes quand un autre est déjà cracheur de feu
BY MITZI



le masque est si charmant

que j'ai peur du visage ;



Contenu sponsorisé
 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-